Poullan-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Poullan-sur-Mer
Poullan-sur-Mer
Vue méridionale de l'église Saint-Cadoan.
Blason de Poullan-sur-Mer
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Intercommunalité Douarnenez Communauté
Maire
Mandat
Christian Grijol
2020-2026
Code postal 29100
Code commune 29226
Démographie
Gentilé Poullanais
Population
municipale
1 516 hab. (2018 en diminution de 1,94 % par rapport à 2013)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 05′ nord, 4° 25′ ouest
Altitude 60 m
Min. 0 m
Max. 101 m
Superficie 30,35 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Douarnenez
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Poullan-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : Finistère
Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Poullan-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Poullan-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Poullan-sur-Mer
Liens
Site web www.poullan-sur-mer.fr

Poullan-sur-Mer [pulɑ̃ syʁ mɛʁ] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France. Poullan devient Poullan-sur-Mer le 1er janvier 1936.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Poullan-sur-Mer.

Situation[modifier | modifier le code]

Poullan-sur-Mer est située à l'entrée nord-est de la presqu'île du Cap Sizun, en bordure sud de la Baie de Douarnenez. La commune est située entre Douarnenez d'une part, la Pointe du Van et la Pointe du Raz d'autre part, et se trouve à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Quimper.

Le bourg est situé à une certaine distance de la côte, sur un plateau : c'est là une caractéristique commune à de nombreuses communes littorales bretonnes (par exemple à Ploaré, Plouhinec, Esquibien, Combrit, Beuzec-Conq, Nizon, etc.), les premiers émigrants bretons fixèrent le centre de leurs plous à l'intérieur des terres, probablement par crainte des pirates saxons[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Relief, végétation et hydrographie[modifier | modifier le code]

Le littoral[modifier | modifier le code]

Depuis la perte de Tréboul qui était son port, le littoral de Poullan-sur-Mer est constitué de falaises abruptes hautes de 40 à 60 mètres selon les endroits, spectaculaires avec de nombreux rochers impressionnants. Si le littoral, orienté globalement est-ouest, semble relativement rectiligne à petite échelle, il est en fait très d"coupé dans le détail, alternant pointes (la principale étant la pointe de la Jument) et baies, certes peu prononcées (la principale étant celle de Porz Meilh), dans lesquelles se jettent de minuscules fleuves côtiers, en fait de simples ruisseaux, souvent à écoulement intermittent, qui drainent la partie nord du finage communal, mais dont les parties aval échancrent profondément les falaises littorales.

Le littoral à l'ouest de la Pointe de la Jument

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le littoral à l'est de la Pointe de la Jument

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La description du littoral faite par André Theuriet, qui visita Poullan en 1881, garde toute son actualité : « Nous sommes dans la lande ; une lande montueuse, coupée de brusques ravins et d'abrupts escarpements, déroulant pendant des lieues ses ondulations d'un vert violacé, semé de blocs de granite et bordés à droite par des entassements de rochers que lavent les flots de la baie. (...) Partout le sol est couvert d'une épaisse végétation de bruyères, d'ajoncs, de fougères, de rosiers pimprenelles, où des ronces et des chèvrefeuilles mêlent leurs floraisons roses et jaune pâle. (...) Pas un village ; seulement, d'espace en espace, un toit de métairie caché dans un massif d'arbres roussis et rasés par le vent du large »[2].

Le littoral est longé par le GR 34, sentier de grande randonnée, dont le tracé est très accidenté tout au long de son tracé entre Douarnenez et la pointe du Van.

L'intérieur de la commune[modifier | modifier le code]

Les parties intérieures de la commune forment pour l'essentiel un plateau qui culmine à 96 mètres à l'est du bourg (lequel est vers 80 mètres d'altitude), échancré par les vallées larges et peu encaissées du ruisseau de Lochrist et de son affluent le ruisseau du Yun, qui ont tous les deux leur source dans la partie orientale du territoire communal et coulent est-ouest (leurs vallées étant à une quarantaine de mètres à leur sortie du territoire communal), de même qu'un autre cours d'eau situé à la limite sud de la commune, la séparant de la partie nord-est de la commune de Mahalon et qui est, comme le ruisseau de Lochrist, un affluent du Goyen.

Habitat[modifier | modifier le code]

Poullan-sur-Mer est, malgré sa proximité de la mer et à cause du relief de son littoral, une commune exclusivement rurale qui "tourne le dos à la mer". Le bourg lui-même à bonne distance de la côte, celle-ci étant totalement inhabitée. Le paysage agraire traditionnel est celui du bocage avec un habitat dispersé en écarts formés de hameaux et fermes isolées.

Le bourg, traditionnellement de très faible importance, a grossi depuis la décennie 1980 avec la création de quelques lotissements d'importance modeste à ses alentours ; le reste de la commune a été préservé de la rurbanisation et de la périurbanisation à l'exception de Keraël et de Quillouarn, hameaux situés à l'extrémité orientale de la commune et les plus proches de Douarnenez.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose d'aucun port depuis la sécession de Tréboul en 1880. La voie ferrée à voie métrique allant de Douarnenez à Audierne, exploitée à partir de 1891 par les Chemins de fer départementaux du Finistère a fermé en 1946 (une gare existait à Poullan)

Le bourg est desservi principalement par la route départementale 7 qui vient de Douarnenez (Tréboul) et continue vers l'ouest en direction de la pointe du Van via Beuzec-Cap-Sizun. La D 765 (ancienne route nationale 165), qui va de Douarnenez à Audierne via Pont-Croix, traverse la partie sud de la commune.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Poullan-sur-Mer est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

La commune, bordée par la mer d'Iroise, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[8]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90,8 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (91,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (53,2 %), terres arables (21,8 %), prairies (15,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4,2 %), forêts (3 %), zones urbanisées (2 %), eaux maritimes (0,1 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme 'Poullan' sous sa forme actuelle est le résultat de transformations et d'altérations pluriséculaires. Au XIIe siècle (1162), la paroisse est connue sous la forme Plui-Lan ou Ploe entre dans la composition de nombreux noms de paroisses primitives ainsi appelées car remontant à l'installation des Bretons issue d'Outre-Manche au Moyen Âge, entre le Ve et le VIIe siècle de notre ère.

Ploelan se décompose en Ploe, la paroisse, réunissant une communauté de fidèles et Lan qui a le sens d'ermitage, comme Landévennec, d'où la signification de Ploélan : paroisse de l'ermitage, ce dernier pouvant précéder de et par la création de la Ploe.

Du XIIIe siècle (1254) au XVIe siècle (1541), la forme Ploe-lan reste en usage. Par la suite, au XVIIe siècle, cette forme se modifie comme d'ailleurs celle de Plo-erlé qui aboutit après plusieurs étapes à Ploaré et Ploe-ergat qui devient Pouldergat puis retrouve une forme proche de la situation initiale Pouldergat.

Ainsi au cours du XVIIe siècle, on rencontre Ploulan, Poldan (1617), Plolan (1643), parfois réapparait ploelan (1680), Pollan (1695), et c'est au XVIIIe siècle que se fixe le nom de la commune sous sa forme actuelle Poullan.

Une carte imprimée à Venise en 1689 indique Pollna et le port de Tréboul y apparaît sous le nom de port de Pollna. D'autres documents du même type : cartes marines de Bellin, de Le Rouge du milieu du XVIIIe siècle enregistrent la forme Polan.

La forme Poullan-sur-Mer est de création relativement récente, elle a été enregistrée par décret du .

En breton, le nom de cette commune est Poullann, où poul signifie la paroisse et lann signifie monastère, ermitage.

On appelle les personnes habitant à Poullan-sur-Mer les Poullanais(es).

Histoire de la commune[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Squelette trouvé à Plouhinec (Finistère), placé dans un coffre à rainures trouvé à Poullan-sur-Mer, datant de l'âge du bronze ou du néolithique (Musée de la Préhistoire finistérienne de Penmarc'h).

L'allée couverte de Lesconil en Poullan-sur-Mer est formée de pierres inclinées dont les parties hautes s'appuient les unes sur les autres : elle ne possède donc pas de pierres de toit pour la recouvrir.

Des tumuli se trouvent à Kerviny et sont datés de 1800 à 1700 av. J.-C. : les fouilles menées par le baron Halna du Fretay à la fin du XIXe siècle, puis par Jacques Briard en 1971 ont livré des haches en bronze, une épée, des pointes de flèches et un poignard. Ils comprenaient deux grands cairns internes recouverts de terre limoneuse[13]. Des charbons se trouvant dans le tumulus sud ont été datés de 1560 av. J.-C. avec une incertitude de datation de plus ou moins 100 ans[14].

Le chanoine Henri Pérennès a recensé de nombreux menhirs et dolmens sur le territoire de Poullan : un menhir et un dolmen au nord du manoir de Kerdanet ; un menhir au nord-est du village de Lezaouvregen ; un menhir au village de Kermenhir, ainsi que trois "sépultures dolméniques" à 800 mètres au sud de ce village ; un menhir, entouré d'un cercle de pierres, à 100 mètres à l'ouest de Kerlafin ; 5 menhirs (deux debout et trois couchés) près de Keryéré et deux menhirs entre Kerdréal et Tréogat[15].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La maison de Livroac'h, datée vers 650 après J.-C., formé un rectangle d'environ 6 mètres sur 4 mètres avec des muets bas dont la face intérieure est parée de dalles verticales. La couverture devait être assurée par du chaume posé sur une charpente légère qui reposait sur les murets[16].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Kervenargant appartint en 1446 à Guillaume Louyt, en 1536 à Marguerite de Saint-Juzel, en 1572 à Tanguy de Rosmadec, marquis de Pont-Croix ; en 1735 il est possédé par la famille Le Bahezre, puis, vers 1770, par Joseph Beaussier, seigneur de l'Isle et, lors de la Révolution, par Xavier du Rocheret[17].

Le prédicateur Julien Maunoir prêcha des missions à Poullan en 1646 et à nouveau vers 1662[18].

Au XVIIIe siècle Poullan comptait 7 frairies : Labat, Malvas, Lesconil, Tréboul, Distroc'hoat, Saint-They et Le bourg[19].

En 1741, une épidémie de dysenterie sévit : « Dans chacune des paroisses de Goulien, Plogoff, Esquibien, Plouinec, Plozévet, Mahelon, Poulan [Poullan-sur-Mer], Beuzet-Cap-Sizun, Pouldergat, Douarnenez, on compte le chiffre énorme de dix à douze morts par jour »[20].

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Poulan [Poullan-sur-Mer] de fournir 20 hommes et de payer 131 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[21].

Une épidémie de "fièvre putride" survint à Poullan en 1773 et 1774, semant la désolation. Le nombre des victimes de l'épidémie reste inconnu, mais le nombre total des décès à Poullan passe de 68 en 1772 à 157 en 1773 et 108 en 1774 pour retomber à 55 en 1775, ce qui illustre bien l'impact de l'épidémie. Des secours furent accordés aux plus nécessiteux, notamment par le recteur Pierre Raoulin[Note 2] et par Armand Tréhot de Clermont[Note 3] , intendant du marquisat de Pont-Croix, qui habitait pendant l'été le manoir de Tréota[22].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Poullan en 1778 :

« Poullan ; à 5 lieues un quart à l'ouest-nord-ouest de Quimper, son évêché et son ressort ; à 44 lieues de Rennes ; et à 1 lieue un tiers de Pontcroix, sa subdélégation. On y compte 1 400 communiants[Note 4] : la cure est à l'alternative. Le château de Kervenargant est la maison seigneuriale de l'endroit. Le territoire, borné au nord par la mer, renferme ds terres en labeur, des prairies, de bons pâturages et des landes peu étendues.[23] »

Un arrêt du Parlement de Bretagne du défendit aux habitants de Poullan de s'assembler en armes sous prétexte de tirer à la cible, au blanc, ou au papegaut[22].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Douze paroissiens aisés de Poullan (la paroisse de Poullan comprenait alors 400 feux), réunis en l'église paroissiale, rédigent le le cahier de doléances de Poullan (lequel demande notamment le maintien de la religion catholique, la liberté de mouture, la suppression du franc-fief, une diminution du prix du tabac et le contrôle des prix de la rogue, , etc.[24] et élisent le même jour quatre délégués (Guillaume Moalic, François Gloaguen, Guillaume Cudennec, Guillaume Le Bihan), pour la représenter à l'assemblée du tiers état de la sénéchaussée de Quimper au printemps 1789[25].

La loi du « relative à la circonscription des paroisses du district de Pont-Croix » donne à la paroisse de Poullan comme succursale Tréboul[26].

Selon G. Lenotre, c'est au château de Kervern en Pouldavid (alors en Pouldergat), dont le régisseur était Chapuis de Boulair (et non au château de Kervenargan en Poullan) que les députés conventionnels proscrits Buzot, Pétion, Guadet, Barbaroux et Louvet auraient trouvé asile avant de tenter de fuir via Douarnenez le [27].

Pendant la Terreur, la chapelle Saint-They sert, comme la chapelle Saint-Vendal à Pouldavid, de lieu de refuge pour les prêtres réfractaires qui y célèbrent des messes clandestines suivies par de nombreux fidèles ; les recteurs de Poullan et de Pouldavid refusent de prêter serment à la Constitution civile du clergé. Un temps caché dans sa paroisse, le recteur de Poullan, Roland Le Bescond de Coatpont[Note 5] part en exil en Espagne à Bilbao ; il rentre en France en 1795 lors de l'expédition de Quiberon ; enfermé à la prison de Brest, il est déporté à l'Île de Ré le et libéré le . L'ancien recteur de Poullan, entre 1748 et 1786, Pierre Raoulin, qui était resté dans la paroisse comme prêtre habitué après la nomination comme recteur de Roland Le Bescond de Coadpont qui était son neveu, fut également un temps emprisonné comme prêtre réfractaire avant d'être libéré en raison de son grand âge[28].

Le 4 pluviôse an III () Jean-Louis Ollivier[Note 6], instituteur à Poullan, écrit : « (...) Je n'ai eu que dix-huit élèves à mes écoles, dont il ne me reste actuellement que douze qui sont assidus à mes leçons. Depuis les glaces et la neige, six ont discontinué de s'y rendre ; tous les cultivateurs disent qu'ils ont un besoin urgent de leurs enfants pour la garde de leur bétail, ayant beaucoup de loups dans ce païs [pays] qui ont même dévoré depuis peu plusieurs bestiaux au métayer de Kernenargant »[29].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Poullan décrit en 1845[modifier | modifier le code]

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Poullan en 1845 :

« Poullan : commune formée de l'ancienne paroisse de ce nom ; aujourd'hui succursale ; bureau des douanes à Tréboul. (...) Principaux villages : Tréboul, Kergoulinet, Lesconil, Kermelhir, Lannergat, Linguer, Kerinec, Kervigniec, Kervennec, Tréfrest. Maison principale : manoir de Tréota. Superficie totale : 3 638 hectares dont (...) terres labourables 887 ha, prés et pâturages 497 ha, vergers et jardins 10 ha, bois 122 ha, landes et incultes 2 009 ha (...). Moulins : 13 (de Golven, du Stang, du Neiscaouen, de Kerdannet, de Kernaveno, de Keredunic, à eau ; de Tréboul, de Lestrivin, du Cosquer, à vent). Poullan est une vaste commune ouverte de landes montagneuses et qui occupe presque tout le centre de la presqu'île de Crozon [les auteurs font erreur, de la presqu'île du Cap Sizun]. Le bourg est moins important par lui-même que le petit port de Tréboul, qui semblerait devoir faire partie de Douarnenez. (..) Entre Tréboul et Poullan, l'on rencontre plusieurs menhirs, dont le principal peut avoir 5,5 mètres d'élévation. Près du bourg est le vieux château de Kervénergan, ancienne maison seigneuriale, qui, en 1793, servit d'asyle aux conventionnels proscrits [probablement faux, voir partie "Révolution française"] . Barbaroux avait écrit, sur l'une des cheminées, des vers qu'il y a trente ou quarante ans on faisait voir aux touristes, mais qui ont disparu depuis. La route de Quimper à Audierne traverse cette commune de l'est à l'ouest. Géologie : constitution granitique au nord du bourg ; micaschiste au sud. On parle le breton[30]. »

La scission de Tréboul[modifier | modifier le code]

Le 42 paroissiens de Tréboul adressèrent à l'Assemblée nationale une pétition ayant pour objet la séparation au point de vue communal de Tréboul et de Poullan[19].

Dès 1861, le Conseil général du Finistère évoque le malaise qui existe au sein de la commune de Poullan dont le bourg est le chef-lieu communal, mais dont Tréboul est devenu plus important et dirigeait en fait la commune (la section électorale de Tréboul élisait 14 conseillers municipaux, celle de Poullan 9 seulement). Une première solution est alors envisagée, celle de transférer le chef-lieu communal à Tréboul, mais elle n'aboutit pas[31].

Le , le conseil de fabrique de la paroisse de Tréboul demande la création d'une commune indépendante de celle de Poullan et le , une pétition de 297 habitants appuya cette demande, Tréboul formant d'ailleurs déjà une section électorale distincte[32]. Tréboul possède alors environ 2 500 habitants agglomérés, la plupart exerçant des professions liées à la mer, le reste de la commune de Poullan, essentiellement rural, 1 694 habitants[33]. Tréboul est érigée en commune le  ; les villages de Leïdé, Kerleyou, Kergoulinet, Kerdaniel, Penfoennec, Pénanalé et Kervroac'h, tout en faisant partie de la nouvelle commune de Tréboul, demeuraient en la paroisse de Poullan et y restèrent jusqu'au , date à laquelle ils furent rattachés à la paroisse de Tréboul[19].

La voie ferrée Douarnenez-Audierne[modifier | modifier le code]

Les horaires de la ligne de chemin de fer Douarnenez-Audierne en 1896.

La ligne de chemin de fer de Douarnenez à Audierne, appartenant aux Chemins de fer départementaux du Finistère, déclarée d'utilité publique le , mise en service le , surnommée Ar Youter (youd en breton signifiant « bouillie », cette appellation se veut ironique : la « ligne des mangeurs de bouillie ») est ainsi décrite par Yvon Normant : « Ce petit chemin de fer à voie étroite rejoint Pont-Croix, puis se dirige vers Audierne en longeant le cours sinueux de la ria du Goyen. Il transporte touristes et marchandises. Certains jours, lors des fortes affluences pour la foire de Pont-Croix, on installe des bancs dans les wagons de marchandises. Les voyageurs bénéficient gracieusement du parfum des congres et des sardines, avant de renifler celui des porcs et des vaches sur la place du marché. (…) Un chargement trop lourd faisait patiner les roues de la petite locomotive dans les montées. Le conducteur demandait alors aux voyageurs de descendre en bordure de voie et de reprendre le convoi plus loin »[34]. La ligne, longue de 20 km, ferma en 1946. Cette ligne ferroviaire avait un arrêt à Poullan et un autre à Beuzec. Elle recevait à Pont-Croix la ligne du train birinik venant de Pont-l'Abbé, pour une partie commune jusqu'à Audierne.

Poullan en 1889[modifier | modifier le code]

Texte en langue bretonne commémorant la mission paroissiale de 1874 (situé sur le socle du calvaire placé devant l'église Saint-Cadoan).

Benjamin Girard écrit en 1889 : « Située à 8 km de Douarnenez, la commune de Poullan est peu peuplée par rapport à son étendue ; la route nationale 165 la traverse dans sa partie méridionale. L'église paroissiale est une construction du XVIe siècle. À la sortie du bourg, qui n'a qu'une population agglomérée de 180 habitants, le manoir de Kervenargan montre, au milieu des arbres, ses cheminées et sa tourelle. (...) »[35].

Kervenargant décrit en 1899[modifier | modifier le code]

Le château de Kervenargant au début du XXe siècle (carte postale Léon & Lévy, avant 1913).

André Theuriet décrit ainsi Kervenargant en 1899 (il visita la région en 1881) : « Dans la grande lande onduleuse qui s'étend jusqu'à la pointe du Van il existe, au milieu d'un bois de pins, entre Poullan et Beuzec, un charmant manoir du quinzième siècle qui se nomme Kervenargan. Une solennelle avenue de vieux hêtres conduit au noble portail sculpté s'ouvrant sur la cour carrée, dont le corps de logis occupe deux côtés. C'est une intime et tranquille demeure, où tout parle des choses du vieux temps. Les pièces carrelées, garnies d'antiques meubles fabriqués à Pont-Croix, semblent garder sur leurs miroirs ternis le reflet des hôtes qui y ont vécu jadis ; le jardin clos de murs, foisonnant de fleurs démodées, exhale un pénétrant parfum d jasmins et de citronnelles. (...) »[36].

André Theuriet décrit ensuite longuement dans ce même texte la fuite des députés girondins proscrits qui auraient, selon lui, trouvé refuge dans ce château le et évoque la propriétaire des lieux qui, très pieuse et sous l'emprise des prêtres, aurait cédé son château contre une très modeste rente viagère à une fondation qui y installa un orphelinat[36].

André Theuriet décrit aussi Kervenargant dans Le Portrait, un conte publié dans La Vie populaire en 1889[37].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Un arrêté préfectoral de janvier 1903 laïcise l'école des filles de Poullan[38].

Le programme de la fête patronale de Poullan en août 1911.

Le manoir et la métaierie de Kervénargant, et plusieurs biens fonciers dépendant du manoir, situés sur les communes de Poullan et Meilars, furent mis en vente en 1906[39].

Le pardon de Poullan était fréquenté, notamment par les Douarnenistes, qui venaient en nombre, par exemple en 1903[40]. La fête patronale annuelle durait deux jours comme en témoigne un article du journal L'Ouest-Éclair du .

« Dimanche dernier c'était fête à Poullan. Beaucoup de monde s'y trouvait, mais c'était surtout des gens de la campagne, les paysans avec leurs larges chapeaux d'où pendent deux rubans de velours et leurs vestes vertes aux franges jaunes ou de velours noir ; les paysannes aux coiffes rigides et aux habits brodés. Il y avait foule à l'église et toute cette foule suivit la procession »[41].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Église paroissiale Saint-Cadoan : plaque commémorative des morts de la Première Guerre mondiale.

Le monument aux morts de Poullan porte les noms de 65 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale[42]. Parmi eux 5 sont morts en Belgique, dont 2 (Marcel Bernard et Jean Pellé) à Maissin dès le et 1 (Hervé Tanguy) le même jour à Virton ; Eugène Queffurus à Nieuport en février 1915 et Joseph Gourlaouen à Westoutre le . Henri Le Loxq a été tué à l'ennemi le en Turquie lors de la bataille de Sedd-Ul-Bahr. Les autres sont morts sur le sol français : parmi eux Jean Croq[Note 7], Gabriel Le Fur[Note 8], Henri Gourlaouen[Note 9], Jean Le Gall[Note 10] et Joseph Velly[Note 11], décorés de la Médaille militaire et de la Croix de guerre, Yves Marie Le Bars, Alain Perrot et Corentin Raphalen décorés de la Croix de guerre ; Jean Jolivet, soldat au 118e régiment d'infanterie, mort des suites de ses blessures le à Dernancourt (Somme) a reçu la Légion d'honneur. Eugène Pellé, maître chauffeur à bord du cuirassé Diderot est mort de maladie après l'armistice le à Port-Saïd (Égypte)[43].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

En 1922 un premier projet de translation du cimetière, jusque-là situé dans le placître autour de l'église n'aboutit pas, le Conseil général du Finistère donnant un avis défavorable au choix du lieu proposé par la municipalité pour un nouveau cimetière, jugé trop rapproché de l'école et des maisons du bourg[44].

La Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

L'enclos paroissial de Poullan vers 1941 (dessin).

Henri Le Brun, secrétaire de mairie à Poullan, était, sous le surnom de La Fleur le chef du réseau local des FFI.

Le un aviateur néo-zélandais, Robert Alexander O'Kane, membre du 53e escadron de la Royal Air Force, est tué[45], son avion B-24 Liberator abattu vraisemblablement par un sous-marin allemand[46].

Le monument aux morts de Poullan porte les noms de 13 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale. Parmi elles : Adolphe Moalic, cuirassier au 1er régiment de cuirassiers, mort à Buissonville (Belgique) le  ; Henri Pichavant, soldat au 437e régiment de pionniers[Note 12], mort le à Saint-Saëns (Seine-Maritime) ; Jean Kérivel, soldat au 47e régiment d'infanterie, mort le à Courtemont-Varennes (Aisne), tous trois lors de la débâcle française de 1940 ; François Castrec, second maître mécanicien à bord du cuirassé Bretagne, mort lors de l'attaque anglaise de Mers el-Kébir le  ; Jean Pellay, mort le à Krefeld et Jean Le Moal, mort le à Stettin-Kreckow alors qu'ils étaient prisonniers de guerre en Allemagne ; l'abbé Louis Conan[Note 13], vicaire à Poullan, exécuté par les Allemands à Poullan le [43].

La stèle commémorative de Len-a-Voa[47], située le long de la route départementale 7, honore la mémoire de 6 résistants FTPF (Corentin Pérennes, Émile Le Corre, André Trividic. Marcel Le Coz, Hervé Kergoat, Pierre Guénadou) revenant des combats de Lesven en direction de Tréboul et malheureusement tués par l'aviation américaine (l'attaque fit aussi 14 blessés) qui les confondit avec des soldats allemands car les résistants s'étaient coiffés de casques allemands[48].

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Joseph Blanchard[Note 14], capitaine au 2e régiment d'infanterie est mort pour la France le à Dou Hadj (Grande Kabylie) pendant la Guerre d'Algérie ; il a été décoré de la Légion d'honneur, de la Croix de guerre et de la Croix de la Valeur militaire[43].

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Le système d'épuration des eaux installé depuis 2003 (les deux stations de lagunage de Keraël et Leslan où transitaient les eaux usées avant leur rejet dans le ruisseau du Yun) étant défaillant, des travaux de raccordement à la station de Poulig an Aod, de Douarnenez Communauté, sont entrepris en 2020[49].

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1801 Guillaume Laouénan[Note 15]   Cultivateur.
1801  1829 Daniel Mathieu Kerdréach (père)[Note 16]   Négociant et armateur.
1829 1835 Pierre Havas[Note 17]   Négociant. Vivait à Tréboul.
1835 1859 Daniel Mathieu Kerdréach (fils) [Note 18]   Fils de Daniel Mathieu Kerdréach, maire avant 1829. Propriétaire.
1859 1860 Georges Treuttel[Note 19]   Notaire. Aussi maire de Tréboul entre 1872 et 1876.
1860 1869 Étienne Henry[Note 20]   Receveur des douanes.
1869 1876 Georges Treuttel   Déjà maire en 1859-1860.
1876 1880 Auguste Chancerelle[Note 21]   Industriel et conserveur. Il fut ensuite maire de Tréboul entre 1900 et 1908.
1880 1885 Gustave Le Guillou-Penanros[Note 22]   Notaire. Conserveur. Maire de Douarnenez entre 1849 et 1852 et entre 1860 et 1865.
1885 1896 Raphaël Beleguic[Note 23]   Industriel à Douarnenez.
1896 1908 Jean Larour[Note 24]   Cultivateur.
1909 1912 Jacques Moalic[Note 25]   Cultivateur.
1912 1935 Louis Le Bars[Note 26]   Marin.
1935 1947 Alain Tanguy[Note 27]    
1947 1959 Daniel Bescond[Note 28]   Cultivateur.
1959 1977 Luc Robet   Résistant et déporté pendant la Seconde Guerre mondiale.
1977 2008 Jean Le Gall   Cultivateur.
2008 Martine Le Goff    
Jean Kérivel DVG Agriculteur
En cours Christian Grijol[50]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[51]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[52].

En 2018, la commune comptait 1 516 habitants[Note 29], en diminution de 1,94 % par rapport à 2013 (Finistère : +0,86 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 7881 9331 8802 1822 5582 7732 9973 2043 130
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 2233 3603 6163 7494 2091 5851 6721 7041 732
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7491 8271 8311 7101 6241 5021 4021 2901 282
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 1791 0851 2691 5861 6271 5171 4891 5481 516
2018 - - - - - - - -
1 516--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[53] puis Insee à partir de 2006[54].)
Histogramme de l'évolution démographique
  • Juillet 1880, séparation du quartier de Tréboul, érigé en commune distincte, de la commune de Poullan.

Monuments[modifier | modifier le code]

  • L'allée couverte de Lesconil, appelée en breton Ty-ar-c'horriged (la Maison des korrigans) : il s'agit d'un site mégalithique datant du IVe millénaire avant notre ère, et présentant la particularité d'une allée couverte arc-boutée.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • L'église paroissiale Saint-Cadoan : elle est peut-être dédiée à saint Cadou, mais elle pourrait aussi être dédiée à un autre saint quasi inconnu, saint Cadoan, qui serait l'un des trois fils, plus connu sous le nom de saint Guéthénoc, un fils de sainte Gwenn. Plusieurs églises se sont succédé à travers le temps : plusieurs dates gravées indiquant des années comprises entre 1591 et 1595 et associées à des marques de fabricien témoignent qu'elle fut reconstruite à la fin du XVIe siècle, probablement après avoir été détruite par le brigand Guy Éder de La Fontenelle dont le repaire se trouvait alors dans l'Île Tristan ; le porche méridional porte le blason de la famille Ty Varlen qui aurait alors participé à la reconstruction de l'église. Sous le clocher, un bas-relief représente un navire marchand (un autre, daté de 1628, est représenté à l'intérieur de l'église), ce qui illustre la prospérité du port voisin de Tréboul à cette époque dont les marchands auraient participé à un réaménagement de l'église au début du XVIIe siècle. L'église fut à nouveau largement remaniée au début du XVIIIe siècle. En forme de croix latine, elle comprend une nef à quatre travées avec bas-côtés et deux chapelles formant un faux transept ; son chœur a un chevet à pans coupés. Une stèle datant de l'Âge du fer a été réinstallée dans l'enclos paroissial[55].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • La chapelle Saint-They[56]. Cette chapelle, qui se trouve dans un vallon boisé, est dédiée à saint They, un saint peu connu du début du IVe siècle qui aurait été un disciple de saint Guénolé à l'abbaye de Landévennec[57]. Le calvaire date de 1577 ; la chapelle, reconstruite en 1766, date initialement au moins du XVIe siècle.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Littoral de Kergavan en Poullan-sur-Mer. Un des deux menhirs de Kergavan est visible sur les hauteurs.
  • De nombreux monuments mégalithiques du néolithique[58] sont sur le territoire de la commune (dont le dolmen et le menhir de Lésaff).
  • L'ancien presbytère (maintenant le centre socio-culturel)
  • Le sentier littoral (une partie du GR 34) allant de Douarnenez à la Pointe du Van, est long d’une cinquantaine de kilomètres et il faut une douzaine d’heures à de bons marcheurs pour le parcourir. Très accidenté, en tout l’addition des dénivelés dépasse 2 000 mètres) ce sentier permet de découvrir les pointes de Leydé, de la Jument, du Millier, de Beuzec, de Luguénez, de Brézellec et du Van (avec sa chapelle Saint-They), les éperons barrés de Castel-Meur et de Kastel-Koz (Castel Coz), Pors Lanvers , Pors Péron et Pors Théolenn, la réserve naturelle de Goulien-Cap Sizun, le phare du Millier (qui accueille l’été des expositions), Ti Félix (maison achetée et restaurée par la commune de Goulien).

Sports & Associations[modifier | modifier le code]

  • L'équipe de football de Poullan-sur-Mer est appelée « Les Gars de Poullan », elle évolue en D2 (amateur).
  • Poullann Aïkido, pratique de l'Aïkido et du Iaido, club fondé en 2004 (ULAMIR/FFST/Association internationale d'Aïkido traditionnel du Japon).
  • L'Ulamir centre social du Goyen, est une association d'animation et de développement en milieu rural.
  • Le comité de courses organise deux à trois courses cyclistes chaque année.
  • L'Assoce Tomate : association locale organisant des manifestations culturelles et un tournoi de football réunissant une vingtaine d'équipes venues se confronter au rythme de la musique, le « Foot System ».

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Roman[modifier | modifier le code]

  • André Theuriet a publié en 1887 un roman Contes de la vie de tous les jours. Les œillets de Kerlaz dans lequel il raconte la vie d'Anne de Ploudaniel qui vivait au manoir de Kerlaz en Poullan[60]. En voici les premières lignes :

« Elle se nommait Anne de Ploudaniel et vivait avec son père au manoir de Kerlaz, dans un pays perdu en pleine sauvagerie, entre Douarnenez et le raz de Sein. Le manoir, bâti à la fin du XVIe siècle, tourne le dos à l'océan, dont il est séparé par une lieue de landes et par des bois de pins qui le protègent contre le vent de mer. Une longue avenue de hêtres centenaires, recourbés en voûte au-dessus du chemin herbeux, descend du village de Poullan jusqu'à la grande porte tréflée de la cour (...) »

Chanson traditionnelle[modifier | modifier le code]

  • Le carnaval de Poullan, vieille chanson bretonne (ce serait le récit d'un événement survenu à Poullan vers 1720 concernant trois jeunes gens ivres, dont deux masqués de peaux de bête, qui parcouraient le village lorsque la foudre tomba ; les gens furent épouvantés)[22].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Pierre Raoulin, né le à Elliant, décédé le à Scaër, licencié en Sorbonne.
  3. Armand Tréhot de Clermont, né le à Pont-Croix (fils de Louis Tréhot de Clermont), sénéchal de la juridiction du marquisat de Pont-Croix, puis avocat, député aux États généraux, puis à l'Assemblée nationale, décédé le à Pont-Croix.
  4. Personnes en âge de communier.
  5. Roland Le Bescond de Coatpont, né le à Rosporden ; il fut après le Concordat de 1801 curé d'Elliant, puis de la paroisse Saint-Louis à Brest.
  6. Jean-Louis Ollivier, originaire du Faou.
  7. Jean Croq, soldat au 71e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Le Sourd (Aisne)
  8. Gabriel Le Fur, soldat au 282e régiment d'infanterie territoriale, mort des suites de ses blessures le à Caix (Somme)
  9. Henri Gourlaouen, soldat au 348e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Verdun (Meuse)
  10. Jean Le Gall, soldat au 265e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi dans une tranchée le à Estrées-Deniécourt (Somme)
  11. Joseph Velly, soldat au 219e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Estrées-Deniécourt (Somme)
  12. Régiment formé le en tant qu'unité de réserve générale ; il comportait 3 bataillons affectés à la 4e Armée pour la campagne de 1939-1940.
  13. Louis Conan, né le à Landudec.
  14. Joseph Blanchard, né le à Poullan.
  15. Guillaume Laouénan, né le à Guermeur en Meilars, décédé le à Cosfuntun en Poullan.
  16. Daniel Mathieu Kerdréach, né le à Poullan, décédé le à Tréboul en Poullan.
  17. Pierre Havas, né le à Chanu (Orne), décédé le à Poullan.
  18. Daniel Kerdreach, né le 8 messidor an III () à Poullan, décédé le à Tréboul en Poullan.
  19. Georges Treuttel, né le à Scaër, décédé le à Poullan.
  20. Étienne Henry, né vers 1791 à Bruyères-le-Châtel (Seine-et-Oise), décédé le à Tréboul
  21. Auguste Chancerelle, né le à Douarnenez, décédé le à Douarnenez.
  22. Gustave Le Guillou de Penanros, né le à Douarnenez, décédé le à Tréboul.
  23. Raphaël Beleguic, né le au manoir du Stang en Poullan, décédé le à Douarnenez.
  24. Jean Larour, né le à Poullan, décédé le à Lesaf en Poullan.
  25. Jacques Moalic, né le à Meilars.
  26. Louis Le Bars, né le à Poullan.
  27. Alain Tanguy, né le à Poullan.
  28. Daniel Bescond, né le à Kervarzec en Poulan, décédé le à Poullan.
  29. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  30. Yvon Crocq, né le à Poullan, décédé le à Brest.

Références[modifier | modifier le code]

  1. René Largillière, "Les saints et l'organisation chrétienne primitive dans l'Armorique bretonne", 1925, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k914005/f185.image.r=Plougasnou.langFR
  2. André Theuriet, cité par Chanoine Henri Pérennès, "Poullan, monographie de la paroisse", 1941, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k33470047/f10.item.r=Kervenargant
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  8. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  9. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  10. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 1er mai 2021)
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 1er mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. Jacques Briard et Jean-Laurent Monnier, Tumulus armoricains de l'âge du bronze et couverture loessique weichselienne, "Bulletin de la Société géologique et minéralogique de Bretagne", 1976, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9687184p/f163.image.r=Poullan?rk=1587990;4
  14. Pierre-Roland Giot, Chronique des datations radiocarbones armoricaines, revue "Annales de Bretagne", 1973, consultable http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/abpo_0003-391x_1973_num_80_1_2679
  15. Chanoine Henri Pérennès, "Poullan, monographie de la paroisse", 1941, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k33470047/f12.item.r=Kervenargant
  16. Pierre-Roland Giot, L. Fleuriot, G. Bernier, B. Merdrignac et P. Guignon, "Les premiers bretons. La Bretagne du Ve siècle à l'an 1000", éditions Jos, 1988, (ISBN 2-85543-083-6).
  17. Chanoine Henri Pérennès, "Poullan, monographie de la paroisse", 1941, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k33470047.r=Kervenargant?rk=536483;2
  18. Edm.-M. P. Du V, "Le R. P. Julien Maunoir, de la Compagnie de Jésus, apôtre de la Bretagne au XVIIe siècle", 1869, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63707557/f186.image.r=Poullan?rk=1545072;0 et https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63707557/f188.image.r=Poullan?rk=1545072;0
  19. a b et c Chanoine Henri Pérennès, "Poullan, monographie de la paroisse", 1941, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k33470047/f9.item.r=Kervenargant
  20. A. Dupuy, Les épidémies en Bretagne au XVIIIe siècle, revue "Annales de Bretagne", 1886, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k214900h/f31.image.r=Plogoff.langFR
  21. "Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne", 1759, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f7.image.r=Plovan?rk=21459;2
  22. a b et c « Poullan-sur-Mer », sur infoBretagne (consulté le 9 décembre 2020).
  23. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 3, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist03og/page/466/mode/2up
  24. http://www.infobretagne.com/poullan-sur-mer-cahier-doleances.htm
  25. "Archives parlementaires de 1787 à 1860 ; 2-7. États généraux ; Cahiers des sénéchaussées et bailliages", série 1, tome 5, 1879, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k49520z/f514.image.r=Plovan?rk=4206029;2
  26. " Collection complète des lois promulguées sur les décrets de l'assemblée nationale, imprimée par ordre de l'assemblée nationale", tome 12, 1791, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5685361x/f428.image.r=Pouldreuzic.langFR
  27. G. Lenotre, "La proscription des Girondins", 1927, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5684792j/f65.image.r=Kerv%C3%A9nergan?rk=214593;2
  28. http://www.infobretagne.com/poullan-sur-mer-revolution.htm
  29. Daniel Bernard, L'enseignement primaire dans le district de Pont-Croix (Finistère) en l'an II et en l'an III, revue "Annales de Bretagne", n° de mai 1936, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k115337d/f179.image.r=Kervenargant?rk=64378;0
  30. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1845, consultable https://books.google.fr/books?id=9o8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwie7IDO85ztAhVFx4UKHQQhAqgQ6wEwAHoECAIQAQ#v=onepage&q=Poullan&f=false
  31. "Rapports et délibérations du Conseil général du Finistère", 1861, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5562885b/f245.image.r=Tr%C3%A9boul
  32. "Rapports et délibérations du Conseil général du Finistère", avril 1879, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5651240b/f94.image.r=Tr%C3%A9boul
  33. "Rapports et délibérations du Conseil général du Finistère", avril 1879, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5651240b/f91.image.r=Tr%C3%A9boul
  34. Yvon Normant, Clet, langoustier de Plogoff, Brest, Emgleo Breiz, , 358 p. (ISBN 978-2-359-74097-4).
  35. Benjamin Girard, "La Bretagne maritime", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5744832r/f307.item.r=PoullanTr%C3%A9boul%20Poullan%20Tr%C3%A9boul
  36. a et b André Theuriet, Manoirs bretons, Le Journal, n° du 26 août 1899, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7622599w/f1.image.r=Kervenargant?rk=407727;2
  37. André Theuriet, Le Portrait, La Vie populaire, n° d'octobre 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1039062/f37.item.r=Kervenargant
  38. "Bulletin des congrégations", n° du 1er février 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5756183j/f12.image.r=Poullan?rk=1759665;2#
  39. JournalL'Ouest-Éclair, n° du 9 mai 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k641063n/f6.image.r=Kervenargant?rk=21459;2#
  40. Journal L'Ouest-Éclair du 10 septembre 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k640091n/f4.image.r=Poullan?rk=1330478;4
  41. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 22 mai 1907, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k641441f/f5.image.r=Poullan?rk=1952799;2
  42. La plaque commémorative de l'église Saint-Cadoan porte les noms de 72 soldats morts pour la France (voir http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=69360) car elle contient des noms de soldats originaires de Tréboul, qui faisait alors partie de la paroisse de Poullan.
  43. a b et c http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=32762
  44. "Procès-verbaux et rapports du conseil départemental d'hygiène et des commissions sanitaires du Finistère : lois des 15 février 1907 et 7 avril 1903 relatives à la protection de la santé publique 1922", 1923, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6505561c/f95.item.r=Poullan
  45. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=990216
  46. Hommage à l' aviateur tué le 7 juin 1944, journal Le Télégramme de Brest et de l'Ouest, n° du 7 juin 2020.
  47. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=135810
  48. https://www.letelegramme.fr/finistere/poullan-sur-mer/26-aout-1944-mortelle-meprise-a-len-a-voa-25-08-2019-12366834.php .
  49. Journal Le Télégramme de Brest et de l'Ouest, numéro du 26 février 2020.
  50. « Municipales à Poullan-sur-Mer. Christian Grijol a été élu maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  51. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  52. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  53. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  54. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  55. D'après la notice d'information touristique apposée sur place.
  56. http://www.infobretagne.com/poullan-sur-mer-chapelle-saint-they-tevy.htm
  57. http://nominis.cef.fr/contenus/saint/12715/Saint-They.html et http://nominis.cef.fr/contenus/SaintTheydestrepasses.pdf
  58. Dictionnaire archéologique de la Gaule : époque celtique, 2, sous la dir. de Émile Cartailhac, Paris, 1923, p. 406 (en ligne).
  59. http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article461
  60. André Theuriet, Contes de la vie de tous les jours. Les œillets de Kerlaz, A. Lemerre, 1887, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k68818d/f12.image.r=Ploudaniel.langFR

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Poullan, Tréboul, d'une paroisse à deux communes, collectif, Association Poullan Gwechall Hag Hirio, 2003.
  • Quand bringuebalait le train youtar, Serge Duigou, Editions Ressac, Quimper, 1984. [historique de la petite ligne de chemin de fer à voie étroite qui desservait Poullan-sur-Mer entre 1894 et 1946]

Liens externes[modifier | modifier le code]