Phare du Millier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un phare image illustrant l’océan Atlantique image illustrant le Finistère
Cet article est une ébauche concernant un phare, l’océan Atlantique et le Finistère.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Phare du Millier
Maison phare de la pointe du Millier 2.jpg

Le phare du Millier

Localisation
Coordonnées
Pays
Localisation
Architecture
Construction
Hauteur
7,50 m
Élévation
34 m
Statut patrimonial
Bien recensé dans l'inventaire général du patrimoine culturel (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Équipement
Portée
Feux
Feux à 2 occultations (6s) secteurs Rouge/Blanc/Vert
Gardienné
non
Automatisation
oui
Visiteurs
non
Localisation sur la carte du Finistère
voir sur la carte du Finistère
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le phare du Millier est une maison-phare située sur le cap Sizun à l’entrée sud de la baie de Douarnenez sur la commune de Beuzec-Cap-Sizun dans le Finistère.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Construit à l'extrémité d'un cap dont il borde la falaise, la lanterne se trouve perchée à 34 mètres au-dessus de la mer. Le bâtiment se présente sous la forme d’une tour à demi encastrée dans la maison de gardien.

Il est propriété de l'État, son électrification date de 1965 et a été automatisé en 1993.

Hauteur totale : 8,40 m, 36,60 m au-dessus du niveau de la mer. Feu d’horizon à secteurs blanc, vert et rouge à 2 occultations toutes les 6 secondes, produit par une lampe halogène de 180 W –24V. Portée lumineuse : 12 milles nautiques. 1881: La source lumineuse est une simple lampe à mèche à pétrole. 1911 : Un manchon remplace la mèche. 1932 : Le feu devient à occultations. Il fonctionne au pétrole. 1939 – 1945 : L’optique du feu est enlevée et le feu transformé en mirador par les Allemands. 1965 : Le feu est électrifié. Aujourd’hui, le feu est télécontrôlé depuis le Centre d’Exploitation et d’Intervention de Brest.

Le phare vu du chemin côtier.

Construction[modifier | modifier le code]

Murs en granite, couverture en ardoise pour la maison, en zinc pour la lanterne. Rambarde autour du chemin de ronde en fer forgé, agrémentée du symbole du service des Phares et Balises. Une citerne d’eau accolée à la maison.

Plans des façades du phare.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Les Archives nationales conservent sous la cote CP/F/14/17513/27, pièce 234 une planche de plusieurs figures de 1880 relative à l'étude de la lanterne du phare du Millier.