Pluguffan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Finistère
Cet article est une ébauche concernant une commune du Finistère.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Pluguffan
L'église Saint-Cuffan.
L'église Saint-Cuffan.
Blason de Pluguffan
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Canton Quimper-1
Intercommunalité Quimper Bretagne occidentale
Maire
Mandat
Alain Decourchelle
2014-2020
Code postal 29700
Code commune 29216
Démographie
Gentilé Pluguffanais
Population
municipale
3 924 hab. (2014)
Densité 122 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 59′ nord, 4° 11′ ouest
Superficie 32,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Pluguffan

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Pluguffan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pluguffan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pluguffan
Liens
Site web Site de la commune

Pluguffan [plygyfɑ̃] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France. Elle est située à 8 kilomètres environ à l'ouest de Quimper.

Géographie[modifier | modifier le code]

Pluguffan est situé en pays Glazig, dans la province de Cornouaille, à la limite du pays Bigouden.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Pluguffan vient du breton ploe qui signifie paroisse et de Cuvan, un saint breton (devenu Cuffan).

En breton, la ville se nomme Pluguen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Pluguffan, édifié en 1923 par l'architecte Charles Chaussepied, porte les noms de 104 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale[1].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Pluguffan porte les noms de 16 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale ; parmi elles René Le Gall[2], soldat au 4e bataillon du génie, tué à l'ennemi le à Saint-Hilaire-sur-Helpe a été décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre ; Jean-Louis Kerveillant est mort en déportation le [3].

Par ailleurs, un résistant FTP de Léchiagat, Edgar Le Coz, fut tué accidentellement au casernement de Pluguffan[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1972 René Coadou    
1972 1977 Louis Coadou    
1977 2001 François Cuzon [5] RPR  
2001 2008 Annie Kerhascoët PS  
2008 2014 Dominique Closier PS Géomètre
2014 en cours Alain Decourchelle DVD Cadre dirigeant retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 924 habitants, en augmentation de 13,28 % par rapport à 2009 (Finistère : 1,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 014 1 128 1 142 1 373 1 366 1 372 1 392 1 500 1 504
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 492 1 520 1 626 1 598 1 664 1 872 1 925 1 952 1 978
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 922 2 021 1 980 1 852 1 976 1 713 1 634 1 594 1 559
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 536 1 639 2 203 3 107 3 238 3 155 3 314 3 616 3 924
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006 [9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Un des centres du Mondial Pupilles Football. Les matchs sont joués au stade Bosser.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Une école publique: maternelle et primaire St Exupéry, dont une classe bilingue (Div Yezh) Une école catholique: maternelle et primaire Notre-Dame des Grâces


Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune abrite quatre monuments historiques :

  • le manoir de Kerascoet, inscrit par arrêté du 13 mars 1991[10] ;
  • le manoir de Kériner, inscrit par arrêté du 20 mai 1964[11] ;
  • l'église Saint Cuffan, classée par arrêté du 3 juillet 1916[12] ;
  • le dolmen de Ménez-Liaven, classé par arrêté du 8 avril 1922[13].

La commune abrite deux monuments non historiques :

  • le moulin de Meilh Coz ;
  • le banc de l'oiseau qui a mangé le pain Ronan (5 juillet 1985).

Tableaux[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Ya d'ar brezhoneg[modifier | modifier le code]

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le conseil municipal le 19 novembre 2004.

Le label de niveau 2 de la charte a été décerné à la commune le 14 mars 2005.

Le label de niveau 3 de la charte a été décerné à la commune de Pluguen le 11 décembre 2013.

Deskadurezh[modifier | modifier le code]

Une filière bilingue a été créée à l'école publique Saint-Exupéry à la rentrée 2012.

À la rentrée 2013, 22 élèves étaient scolarisés dans les classes bilingues (soit 4,6 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[14].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Philippe, Pluguffan. Pluguën. Recherches autour d'une commune rurale au pays de Quimper, Édition ubapar, 1989, 256 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]