Cléden-Cap-Sizun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Cléden-Poher.
Cléden-Cap-Sizun
L'étang de Laoual, derrière la baie des Trépassés.
L'étang de Laoual, derrière la baie des Trépassés.
Blason de Cléden-Cap-Sizun
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Canton Douarnenez
Intercommunalité Cap-Sizun
Maire
Mandat
Nadine Kersaudy
1995-2020
Code postal 29770
Code commune 29028
Démographie
Gentilé Clédinois
Population
municipale
954 hab. (2014)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 02′ 54″ nord, 4° 38′ 46″ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 86 m
Superficie 19,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Cléden-Cap-Sizun

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Cléden-Cap-Sizun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cléden-Cap-Sizun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cléden-Cap-Sizun
Liens
Site web Site dédié à la commune

Cléden-Cap-Sizun [kedɛ̃ kap sizœ̃ ] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe à l'extrême pointe du Finistère sud, près de la Pointe du Raz. Elle est bordée de falaises arides au nord et se termine, au sud, par une vallée verdoyante qui la sépare des communes de Plogoff et Primelin.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité serait issu du « nom de saint breton, Chdwvn, d'origine galloise »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

L'éperon barré situé sur le promontoire de Castel Meur (Côte nord du Cap Sizun), long de 300 mètres et large de 50 mètres ; il possède un triple système de remparts et fossés, le dernier rempart prenant appui sur une formation rocheuses escarpée ; des traces de 95 huttes sont encore visibles dans le sol; deux petits tumili ont été découverts dans l'enceinte par Paul du Châtellier lors de fouilles menées en 1890. Le mobilier hétéroclite qui y a été découvert a permis de dater trois périodes d'occupation du site, la plus ancienne remontant au néolithique (éclats de silex), la seconde au second âge du fer, la plus récente à l'époque médiévale[2].

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Le seigneur de Lezoualc'h, en Goulien, disposait d'un « droit de sennage consistant en le septième des merlus, dorades et autres poissons pêchés sur les côtes de Cléden, Plogoff, Goulien et aux environs de l'Île de Sein ». Il jouissait également « au port et rade du Loc'h [en Plogoff et Primelin], de la faculté de prendre une fois l'an, un merlu sur tout "compagnon de bateau" qui déchargeait au dit port »[3].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Cléden-Cap-Sizun de fournir 18 hommes et de payer 118 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[4].

En 1768 les paroisses de Primelin, Cléden [Cléden-Cap-Sizun], Goulien, Esquibien et Plogoff sont victimes d'une épidémie de dysenterie[5].

Révolution française[modifier | modifier le code]

La paroisse de Cléden-Cap-Sizun, qui comprenait alors 304 feux, élit trois délégués (De La Roche-Allain, Nicolas Dagorn, Yves Rozen), pour la représenter à l'assemblée du tiers-état de la sénéchaussée de Quimper au printemps 1789[6].

Jean-Joseph Gloaguen[Note 1] était recteur de Cléden-Cap-Sizun lors de la Révolution française. Il prêta serment le 20 février 1791, devenant donc prêtre constitutionnel, mais protesta ensuite par écrit le 1er août 1792, disant qu'on avait mal interprété son serment et qu'il ne l'avait prêté que pour complaire aux administrateurs du district de Pont-Croix. De 1807 à 1817, il fut recteur d'Esquibien[7].

Michel Arhan, cultivateur, fils du juge de paix, ouvrit une école à Cléden-Cap-Sizun, enseignant à son domicile du village de Kergaradec, en vertu de la loi du 5 nivôse an II () qui rendait l'école primaire obligatoire et gratuite[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1790 Jean-Joseph Gloaguen    
1790 1790 Guillaume Raoul    
1792 1793 Noël Bourdon    
1793 1794 Guillaume Raoul   Pendant l'absence de Noël Bourdon
1799 1800 Jean Le Normant    
1800 1811 Yves La Touller    
1811 1815 Hervé Kersaudy    
1815 1843 Alain Barbeoch    
1843 1871 Jacques Donnart    
1871 1873 Jean-Guillaume Carval    
1873 1875 Guillaume Donnart    
1875 1881 Jean-Yves Cariou    
1881 1904 Yves-Joseph-Marie Berriet    
1904 1925 Jean-Marie Briant    
1925 1945 Jean-Mathieu Thalamot    
1945 1959 Eugène Berriet    
1959 1971 Yves Marchand    
1971 1977 André Kerninon    
1977 1995 Jean-Guillaume Donnart    
1995 en cours Nadine Kersaudy UDI Commerçante
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Cléden-Cap-Sizun est jumelée avec la commune irlandaise de Ballydehob (en).

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 900 1 529 1 827 1 876 2 059 2 099 2 142 2 277 2 079
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 297 2 239 2 388 2 360 2 400 2 456 2 682 2 611 2 791
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 746 2 633 2 563 2 440 2 595 2 571 2 542 2 223 2 118
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 079 1 949 1 640 1 420 1 181 1 037 986 1 003 954
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le moulin de Trouguer proche du site archéologique gallo-romain sur la Pointe du Van.
  • L'établissement gallo-romain de Trouguer[11].
  • L'église Saint-Clet, au bourg. Jusqu'au milieu du XVIIe siècle, elle était sous le patronage de saint Cléden.
  • La chapelle de Langroas, dédiée à Notre-Dame de Pitié.
  • La chapelle Saint-They, au bord de la falaise dominant la baie des Trépassés. Cet édifice de plan rectangulaire a été entièrement rebâti au XVIIe siècle et restauré au XIXe siècle. Près de la chapelle subsiste une fontaine, refaite en 1680, dédiée à saint They.
  • La chapelle Saint-Trémeur (et Saint-Gildas). Traduction de l'inscription de la façade sud : « En l'honneur de Dieu qui nous créa, de saint Trémeur, de saint Gildas, fut fondée cette chapelle le dimanche avant la fête du Saint-Esprit. Sachez maintenant la date exacte : en l'année mil cinq cent trente huit. »
  • La chapelle Saint-Tugdual, complètement restaurée en 1976-1977.
Chapelles détruites
  • La chapelle Saint-Guénolé, à Lansulien, en ruines dès 1703. La fontaine subsiste, datée 1788. Elle est dite parfois « Feunteun ar c'hilou », fontaine des Sangsues (Daniel Bernard).
  • La chapelle du manoir de Kérazan, petit édifice dédié à saint Sébastien. La chapelle a été démontée vers 1980.
  • Le sentier littoral (une partie du GR 34) allant de Douarnenez à la pointe du Van, est long d’une cinquantaine de kilomètres et il faut une douzaine d’heures à de bons marcheurs pour le parcourir. Très accidenté, en tout l’addition des dénivelés dépasse 2 000 mètres) ce sentier permet de découvrir les pointes de Leydé, de la Jument, du Millier, de Beuzec, de Luguénez, de Brézellec et du Van (avec sa chapelle Saint-They), les éperons barrés de Castel-Meur et de Kastel-Koz (Castel Coz), Pors Lanvers , Pors Péron et Pors Théolenn, la réserve naturelle de Goulien-Cap Sizun, le phare du Millier (qui accueille l’été des expositions), Ti Félix (maison achetée et restaurée par la commune de Goulien).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Plusieurs artistes peintres ont peint sur la côte du cap Sizun ou dans la campagne environnante : Emmanuel Lansyer, Charles Cottet, André Dauchez, Alexandre Nozal, Jean-Georges Cornélius, Maxime Maufra, Henry Moret, Andrée Lavieille, etc.

Blason[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
de gueules à un rencontre de cerf d'or, accompagné en chef de trois mouchetures d'hermine du même ordonnées 2 & 1; chaussé d'or, chargé à dextre de trois fleurs de lys, à senestre de trois roses, le tout de gueules, disposé en bordure.
Commentaires : Le blason consiste en l'assemblage de trois parties correspondant aux trois seigneuries ayant existé au Moyen Âge : la partie gauche et ses lys pour la seigneurie de Kerazan ; la partie centrale et son cerf pour le marquisat de Kerharo ; la partie droite et ses roses pour la seigneurie de Keridiern.
Concepteur : Bernard Le Brun.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cléden-Cap-Sizun, monographie d'une commune, Daniel Bernard.
  • Peintres des côtes de Bretagne. De la rade de Brest au pays Bigouden, Léo Kerlo et Jacqueline Duroc, Éditions du Chasse-Marée, 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Né à Glomel en 1752.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1049, « Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1049 »
  2. Patrick Maguer, Les enceintes fortifiées de l'âge du fer dans le Finistère, "Revue archéologique de l'Ouest" n° 13, 1996, consultable http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rao_0767-709x_1996_num_13_1_1043
  3. Joachim Darsel, Les seigneuries maritimes en Bretagne, "Bulletin philologique et historique jusqu'à 1610 du Comité des travaux historiques et scientifiques", 1966, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6430324f/f110.image.r=Plogoff.langFR
  4. "Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne", 1759, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f7.image.r=Plovan?rk=21459;2
  5. A. Dupuy, Les épidémies en Bretagne au XVIIIème siècle", revue "Annales de Bretagne", 1886, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k214900h/f43.image.r=Plogoff.langFR
  6. "Archives parlementaires de 1787 à 1860 ; 2-7. États généraux ; Cahiers des sénéchaussées et bailliages", série 1, tome 5, 1879, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k49520z/f514.image.r=Plovan?rk=4206029;2
  7. http://www.infobretagne.com/esquibien.htm
  8. Daniel Bernard, L'enseignement primaire dans le district de Pont-Croix (Finistère) en l'an II et en l'an III, revue "Annales de Bretagne", 1936, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k115337d/f172.image.r=Plogoff.langFR
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. L'ouest de la Cornouaille dans les tourments de l'histoire, guide de découverte sur le patrimoine fortifié du Pays Bigouden, du Cap-Sizun et du Pays de Douarnenez, Syndicat Mixte, Pointe du Raz, (ISBN 9782952581004), p. 2, et voir : Plan d'interprétation du patrimoine bâti de l'ouest de la Cornouaille.