Le Juch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Juch
Le Juch
La Mairie
Blason de Le Juch
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Canton Douarnenez
Intercommunalité Douarnenez Communauté
Maire
Mandat
Patrick Tanguy
2014-2020
Code postal 29100
Code commune 29087
Démographie
Gentilé Juchois
Population
municipale
719 hab. (2016 en diminution de 2,04 % par rapport à 2011)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 04′ 01″ nord, 4° 15′ 10″ ouest
Superficie 14,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Le Juch

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Le Juch

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Juch

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Juch
Liens
Site web www.lejuch.fr

Le Juch [lə ʒyk] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune du Juch

Le Juch est une commune du sud-ouest du département du Finistère, située à l'ouest de Quimper et au sud-est de Douarnenez, limitrophe de l'ouest du territoire communal. Le finage communal a un relief assez accidenté, les altitudes les plus élevées se situant au sud de la commune (157 mètres près de Kervellou au sud-est de la commune, 142 mètres à son sud-ouest, près de Canastel), mais s'abaissant jusqu'à 9 mètres dans la partie aval de la vallée du Névet, un petit fleuve côtier, qui limite au nord la commune, la séparant de Locronan et de Kerlaz ; le ruisseau du Ris, affluent de rive gauche du Névet, limite la commune à l'est, la séparant de Plogonnec et Guengat. Un autre tout petit fleuve côtier, le Ty an Taro[a], limite la commune au sud, la séparant de Gourlizon et Pouldergat.

Le bourg du Juch, situé vers une trentaine de mètres d'altitude, est excentré dans la partie est du territoire communal. Le paysage agraire traditionnel est celui du bocage avec un habitat dispersé en écarts formés de hameaux et fermes isolées.

La commune est à l'écart des grandes voies de communication. La D 765, ancienne RN 165 traverse toutefois la partie sud de la commune. Par le passé, la ligne de chemin de fer allant de Quimper à Douarnenez desservait Le Juch, mais elle a fermé en 1988 ; son tracé est désormais utilisé par la voie verte allant de Quimper à Douarnenez.

La commune fait partie traditionnellement du Pays Glazik.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes du Juch
Douarnenez Douarnenez Kerlaz
Douarnenez Juch Plogonnec
Pouldergat Gourlizon Guengat

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Le Gug en 1194 et 1292, Jugum en 1254, 1325 et 1379, Le Jucq en 1453 et Juch en 1565[1],[2].

Le toponyme trouve son origine dans le breton yoh qui signifie « tas, monceau ». Ce nom procède d'un mot celtique *iukko- à l'origine également d'autres toponymes, dont Joch (Pyrénées-Orientales) ou Jeux-lès-Bard (Côte-d'Or). La signification du toponyme correspond à la géographie du lieu, dont le bourg est juché en haut d'une colline. L’attraction du vieux français juc, joc qui signifie « juchoir, poulailler » peut expliquer la graphie et la prononciation française du nom de la commune[1].

En breton contemporain, la commune s'appelle Ar Yeuc'h[2], prononcé [ar iø][1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le château du Juch (dessin de Louis Le Guennec publié en 1928).

Les seigneurs du Juch tirent leur nom du château éponyme situé sur un éperon dominant la vallée du ruisseau du Ris (ou rivière de Névet). Abusivement appelés barons, ils ont le rang de banneret. Ils agrandirent leurs possessions par mariage et se hissèrent au plus haut dans la hiérarchie du duché de Bretagne, en devenant hommes de confiance, successivement de Jean IV et de Jean V, au début et au milieu du XVe siècle[3].

« Les sires du Juch avaient un (...) cri : "La « Non Pareille »", en mémoire d'une châtelaine du lieu, qui demeura sept ans dans la plus haute tour du donjon, sans vouloir parler à âme qui vive, pendant que son seigneur et maître[b] guerroyait en Terre sainte contre les Infidèles. Cette héroïque claustration dura jusqu'au jour où le preux chevalier, revenu de Palestine, sonna du cor devant le pont-levis. Une si rare vertu conjugale valait certes qu'on la glorifiât ! »[4]

Ce chevalier, qui accompagna Pierre Mauclerc en Terre sainte lors de la septième croisade, est Hervé II du Juch (né vers 1200 et mort après 1254) et son épouse Havoise (ou Aliénor) de Pont-Croix[5]. Lors de la bataille de Damiette en 1249, il aurait invoqué « Nostre-Dame du Huch, à nostre ayde »[6].

La seigneurie du Juch était l'une des plus anciennes et des plus importantes de Cornouaille. De leur château fort élevé sur une motte féodale (« Ar Zal »), il ne reste presque rien, le château étant déjà en ruines au XVIe siècle, et ses pierres ont servi à d'autres constructions. Il aurait été abandonné après les Croisades. « Nous voici au Juch, vieille bourgade féodale (...). Malheureusement, le château qui la commandait jadis (...) n'a laissé que des vestiges parmi les broussailles. Du moins sa gracieuse chapelle nous est parvenue complète. Le lion des sires du Juch timbre la clef de voûte de son portail » a écrit Louis Le Guennec en 1930[4].

La liste complète des seigneurs du Juch du XIe siècle au XVIe siècle, ainsi que celle de la branche cadette des seigneurs de Pratanroux (en Penhars), est disponible sur un site Internet[7]. Un sire du Juch fut présent à l'ost du duc de Bretagne en 1294 à Ploërmel. Jean II du Juch fut évêque de Léon en 1369-1370 ; Henri du Juch fut chambellan du duc de Bretagne en 1419 et la famille du Juch a fourni 7 capitaines à Quimper (par exemple Hervé du Juch en 1414 ; son fils Henri du Juch en 1418 ; Hervé du Juch, seigneur de Pratanroux, en 1501), Brest (Henri du Juch en 1415), Concarneau et Tonquédec[5]. Plusieurs membres de la famille ont été inhumés au couvent des Cordeliers de Quimper, le premier étant le chevalier Hervé du Juch[8], mort en Espagne[c], en 1369 et le dernier Raoul du Juch, décédé le [9]. Un vitrail du chœur de la cathédrale de Quimper est un don de la famille du Juch[10].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame du Juch : inscription datant de 1710.
Église Notre-Dame du Juch : banderole rappelant que le le père Maunoir obtint dans cette église le don des guérisons en emplissant la fiole de Michel Le Nobletz de l'huile qui brûlait devant l'ange Gabriel.

La branche aînée des seigneurs du Juch tombe en quenouille dans la famille du Chastel lors du mariage en 1501 de Marie du Juch avec Tanguy V du Chastel. En 1541, la seigneurie du Juch s'étend de la Pointe du Raz jusqu'à Trégourez et de Ploéven jusqu'à Plobannalec ; elle est pourvue de nombreux droits et prérogatives, notamment des droits de haute, moyenne et basse justice et dispose d'une prison dans le bourg du Juch[11]. Par la suite, la seigneurie du Juch, au fil de mariages successifs d'héritières ou de rachats, passa aux mains des Gouyon de la Moussaye (en raison du mariage en 1571 de Claude du Chastel avec Charles Gouyon de La Moussaye[d]), puis Rosmadec, puis Névet et enfin Franquetot de Coigny. Entre 1565 et 1638, les barons du Juch sont de religion huguenote[12].

Pendant les Guerres de la Ligue, des troupes du brigand ligueur Guy Éder de La Fontenelle, dont le repaire était dans l'Île Tristan, massacrèrent 1 500 paysans et firent de nombreux prisonniers lors d'une bataille qui se déroula en 1595 dans la lande du Juch[13].

Le bourg du Juch est né de l'agrégation de maisons en contrebas du château, qui était en ruines. Avant 1789, Le Juch n'était qu'une trève dépendant de Ploaré , dotée pourtant d'une magnifique église tréviale, dont la première construction a été, en partie financée par les seigneurs du Juch, alors très puissants, et dont on retrouve le blason en plusieurs endroits, dont une clé de voûte.

Le , Sébastien II de Rosmadec, gouverneur de Quimper, acheta au baron de La Moussaye la terre et seigneurie du Juch. La peste sévissait alors dans la région. La seigneurie fut dès lors englobée dans le marquisat de Rosmadec.

« C'est avec de l'huile provenant de la lampe qui brûlait [dans l'église] devant (...) saint Gabriel que le vénérable Michel Le Nobletz et son disciple, le père Maunoir, ont opéré plusieurs miracles et guérisons »[14].. En 1640, 1657 et 1658, le père Julien Maunoir prêcha des missions à Notre-Dame du Juch[15].

Traditionnellement la paroisse du Juch était subdivisée en quatre quartiers (Stang Vihan, Stang Vras, Stang Kreis, Stang Kermenguy) cette subdivision étant liée à la quête des Trépassés effectuée chaque 2 novembre par quatre groupes de fabriciens.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Le cahier de doléances de la paroisse de Ploaré, qui concerne aussi ses trèves de Gourlizon et Le Juch, fut rédigé le en la chapelle Sainte-Hélène de Douarnenez ; de trois cents à quatre cents paroissiens participèrent à la réunion, demandant notamment « que la religion catholique (...) soit la seule observée en France », « que toutes les corvées tant publiques que territoriales soient abolies », « que les boissons en général, telles que vin, eau de vie, et autres liqueurs, seront délivrés aux laboureurs, et autres du tiers état aux mêmes prix qu'au clergé et aux nobles »[16].

En 1790, Jean Kerneau[e], curé de la trève du Juch, refusa de prêter le serment de fidélité à la Constitution civile du clergé et « prêcha affreusement contre les lois » ; il se cacha au château de Kernuz dans sa paroisse natale de Treffiagat où il fut arrêté le et déporté aux Pontons de Rochefort, sur le Washington, ancré à l'Île d'Aix ; remis en liberté en avril 1795, il fut par la suite recteur de Treffiagat, puis de Pont-l'Abbé[17].

La loi du « relative à la circonscription des paroisses du district de Pont-Croix » donne à la paroisse de Ploaré comme succursales Le Juch et Douarnenez[18].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La trève du Juch resta sans desservant jusqu'en 1844. Des paroissiens adressèrent le une supplique à Mgr Graveran : « (...) Nous sommes trop éloignés de l'église de Ploaré pour désirer de rester attachés à cette église (...) ; ce n'est qu'avec de grandes difficultés que nous pouvons nous y rendre, surtout en hiver à cause du mauvais état des chemins (..). NOus n'avons grand'messe et vêpres que quatre ou cinq fois l'an tout au plus. Nous avons cependant une belle église (...) »[19].

Le Juch était une section de Ploaré, et devint une paroisse par une ordonnance royale du , mais ne devint une commune indépendante, séparée de Ploaré, qu'en 1899[20]. En 1887 la commune de Ploaré fut dans l'obligation de construire une école publique au Juch afin de respecter la loi du 30 octobre 1886 sur les constructions d'office qui oblige les communes dépourvues d'école publique à en construire une[21].

Les pardons du Juch étaient déjà très fréquentés vers le milieu du XIXe siècle (et probablement bien avant) : en 1843, une délibération du conseil de fabrique de Ploaré affirme que « la chapelle [Le Juch n'était pas encore une paroisse à cette date] du Juch (...) est un des plus beaux monuments du pays » et que les pardons « y sont si solennels et si beaux » qu'ils voient affluer les habitants de Douarnenez et de Ploaré. En 1856, le recteur du Juch écrit : « La paroisse même est un lieu renommé de pèlerinage où affluent surtout les marins. Le jeune marin de Douarnenez, appelé au service de l'État, ne quittera pas son foyer sans venir saluer Notre-Dame du Juch, à laquelle sa mère viendra le recommander pendant son absence »[22]. Le même recteur écrit qu'en 1856 également, un marin de Douarnenez, Guillaume Billon, fit le tour de l'église sur ses genoux pour remercier la Vierge d'avoir échappé à la mort sur un navire chargé de soufre qui brûla victime de la foudre[5].

En 1849, le choléra sévit au Juch y faisant 16 victimes ; « spontanément le peuple demande une procession ; elle a lieu, tout le monde y est, petits et grands, un cierge à la main et bannière de la Vierge en tête. Le choléra disparaît entièrement et sa disparition a été regardée comme un miracle »[23].

La ligne de chemin de fer allant de Quimper à Douarnenez ouvre le  ; elle dessert notamment la gare du Juch[24].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Un arrêté du préfet du Finistère laïcise l'école des filles du Juch en août 1904 en vertu de la Loi sur les congrégations[25].

Le journal L'Ouest-Éclair du évoque la misère d'une famille du Juch réduite à la mendicité et à la charité des voisins pour survivre[26]. La vie était alors rude comme en témoigne aussi Hervé Friant vers 1913 : « À la lueur de la lampe à pétrole (...) je lisais la vie du saint du jour dans un très vieux livre qui semblait avoir été transmis de génération en génération. Il s'intitulait Buez ar Zent, "La vie des Saints" en breton[27]. C'était l'unique livre de la maison »[28].

Lors des élections législatives d'avril 1914, Monsieur de Servigny, candidat des "gwen" (des "Blancs") devança au Juch Georges Le Bail, candidat "ru" ("rouge"), qui obtint toutefois 78 voix (lequel fut toutefois élu député). Le recteur du Juch, Yves Marie Le Roux, écrivit en juin 1914 dans "Kanned ar Yeuch" (le bulletin paroissial) : « 78 votants ont donné leur voix à un ennemi de la religion »[28].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Hervé Friant décrit ainsi les réactions des habitants au début de la guerre :

« Quand sonna le tocsin, seul moyen pour annoncer les catastrophes, je me baignais avec mes camarades[f], dans la petite rivière, au lieu-dit "Pont-Men". Quelle course vers le bourg (...) ! Devant la foule consternée des femmes et des vieillards, nous avions la pudeur de nous taire, mais quelle verve ensuite pour envisager la guerre à notre façon ! Nous parlions d'une France invincible ! (...) Chaque jour, j'assistais au départ des hommes qui embarquaient dans le train, presque déjà plein, venant de Douarnenez, et se dirigeant vers Quimper... scènes délirantes ! Toute la population acclamait les futurs héros. Ceux-ci, stimulés dans leur ardeur patriotique qui était réelle par les libations inévitables, proféraient les pires menaces contre l'Allemand. (...) Sur le chemin de la gare, c'était le défilé des mères, des épouses, des fiancées, qui donnaient libre cours aux larmes que beaucoup retenaient devant les leurs. (...) Nous mordions aux astuces d'une propagande outrancière, dont le but évident était d'entretenir la haine de l'ennemi. De bouche à oreille circulaient les bruits les plus terrifiants : pendant leur avance en Belgique et dans le nord de la France, les Huns alias Alboches, disait-on avec le plus grand sérieux, coupaient la main droite de tous les enfants mâles (...). »[28]

Le monument aux morts du Juch porte les noms de 60 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux François Manuel est mort à Rossignol (Belgique) dès le , donc dans le premier mois de la guerre ; François Le Corre est mort en Serbie dans le cadre de l'expédition de Salonique le dans les derniers jours de la guerre ; Jean Friant est mort de maladie alors qu'il était en captivité en Allemagne ; la plupart des autres sont morts sur le sol français[29].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Hervé Friant décrit en ces termes le Juch dans les premières décennies du XXe siècle :

« Au Juch (...), le mode de vie était à peu près ce qu'il était cent années auparavant. Les travaux de la terre se succédaient à un rythme immuable. Les cultures ne variaient guère, les différentes sortes de céréales, froment, avoine, orge, seigle, sarrasin, et les pommes de terre, se vendaient. Les autres cultures étaient de la nourriture pour les bêtes, nombreuses en général. L'élevage (...) était composé de bovins principalement et de porcs. Le beurre, principal revenu, avait ses lettres de noblesse. Il avait sa renommée et se vendait bien au marché de Douarnenez. Chaque fermière y allait deux fois par semaine avec le char à bancs qu'elle conduisait elle-même. »[28]

« Dans ce petit bourg, il y avait 10 débits de boissons dans un rayon de cent mètres autour de l'église. (...) Tous ces cafés étaient bondés chaque dimanche après la grand'messe. (...) Les uns, en majeure partie, buvaient de l'eau-de-vie. D'autres, plus délicats, de l'eau vulnéraire, un alcool moins fort. (...). [La plupart se trouvaient rapidement] dans un état d'euphorie qu'ils semblaient rechercher après les durs travaux de la semaine. »[28]

En 1929, Louis Le Guennec évoque « le moulin du Juch [qui] berce de son tic-tac endormeur un calme paysage de prairies et de coteaux boisés d'où surgissent côte à côte la motte féodale des anciens baron du lieu et la fine aiguille de l'église paroissiale. J'ai lu sur le bâti de bois qui supporte ses meules la date de 1706 »[30].

Le club sportif "Les diables du Juch" existait déjà en 1928[31].

Les pardons du Juch[modifier | modifier le code]

Le pardon du Juch vers 1910 : sortie de la procession (carte postale ND Photo).

Comme les siècles précédents, les pardons du Juch restaient très fréquentés : le journal L'Ouest-Éclair décrit ainsi celui du  : « Après la grand'messe (...), les groupes nombreux qui se trouvaient réunis au Juch ont déjeuné çà et là dans la campagne, sous les ombrages, en attendant l'heure de la procession. Celle-ci s'est déroulée le long de la grande route jusqu'à la Croix de la Mission, entre deux rangs épais de curieux. Plus que jamais, les riches et antiques costumes des jeunes filles ont été le point de mire des photographes venus au pardon du Juch plus nombreux encore que les années précédentes »[32].

En 1913, le recteur du Juch écrit (en breton) dans le bulletin paroissial Kanned ar Yeuch :

« Les gens qui suivaient la procession étaient nombreux et sages. Mais sur le chemin il y avait beaucoup de vauriens de la ville portant casquette et cigarette au bec. Si encore ils s'étaient tus ! Mais certains d'entre eux criaient pire que des sauvages. C'est triste, mais plus triste encore de voir des jeunes gens de la paroisse faire fi de leur pardon pour aller ouvrir la bouche devant des termaji ("forains") de Quimper. »[33]

Cette année-là, le journal L'Ouest-Éclair estime à 5 000 le nombre de personnes venues au Juch pour ce pardon[34].

Hervé Friant décrit quelques années plus tard des scènes analogues :

« Le lundi de Pâques avait lieu le pardon du Juch, pardonn ar Yeuc'h. Premier de l'année, il ouvrait l'ère des pardons dans la contrée. (...) À cause d'une dévotion particulière qui s'attachait à Intron Varia lenn a c'hraz, patronne de la paroisse, (...) de nombreux pèlerins accouraient. C'était en grande partie des Douarnenistes (...). Au début de l'après-midi arrivait un train archibondé de voyageurs. C'était des jeunes gens qui, aussitôt débarqués, déferlaient par bandes vers le milieu du bourg (...). Les esprits échauffés par les libations, surexcités par l'ambiance foraine, ces jeunes fous déclenchaient la bagarre. »[28]

« Le 15 août, fête de l'Assomption, c'était le second pardon de l'année, Pardonn an anter Eost ("Pardon de la mi-moisson") (...). [Le] dernier pardon de l'année (le troisième) [était] consacré à saint Maudet, patron de la paroisse, au seuil de l'hiver (...). »[28]

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Laissez-passer (ausweis) délivré à un habitant du Juch pour aller en zone interdite côtière pendant la Seconde Guerre mondiale.

Un soldat originaire du Juch (Pierre Pellen) est tué en septembre 1939 dans la Sarre[16]. Ce fut le seul tué du Juch pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Pendant l'Occupation, Le Juch faisait partie de la zone littorale interdite à tout voyageur sans ausweis délivré par les autorités.

Un maquis exista quelque temps début août 1944 à Kélarné au Juch (il comprit environ 40 maquisards, dont Michel Mazéas, futur maire de Douarnenez)[35].« Implanter un maquis, y vivre pendant deux mois, y organiser et mener des actions de résistance (...) ne pouvait exister sans la sympathie et l'aide de la population »[36].

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le père Renévot, un prêtre originaire du Juch, fut emprisonné 7 mois en Argentine en 1976 parce qu'il luttait contre la dictature militaire alors au pouvoir[37].

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En 2019 la commune bénéficie d'une subvention de la région Bretagne (programme "Dynamisme des Bourgs ruraux et des Villes") d'un montant de 380 000 € pour réimplanter un commerce au bourg, ainsi que pour lancer un projet d'électro-mobilité partagée (partage d'automobiles électriques), rénover l'église paroissiale et réaliser un chemin d'interprétation mettant en valeur la qualité patrimoniale, architecturale et paysagère de la commune, avec notamment la mise en valeur de la colline du château[38].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1899 1901 Jean Le Bars[g]   Cultivateur.
1901 1912 René Tymen[h]   Cultivateur à Kélarné.
1912 1925 René Boëté[i]    
1925 1928 Jean Guillaume Nédélec[j]   Médaille militaire, Croix de guerre, Chevalier de la Légion d'honneur[39].
1929 1945 François de Keroulas[k]    
1947 1971 Jean-Louis Tymen[l]    
1971 1977 Pierre Joncour[m]   Agriculteur.
1977 1995 Hervé Jules    
1995 2001 René Cloarec[40]    
2001 Sébastien Stephan    
En cours Patrick Tanguy SE Professeur.
Les données manquantes sont à compléter.

Sport et culture[modifier | modifier le code]

Association Sportive des Diables du Juc'h[modifier | modifier le code]

Après quelques années de sommeil le club de football existe à nouveau[41].

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

L’adhésion à la charte Ya d'ar brezhoneg a été votée par le Conseil municipal le 14 décembre 2005. Le 17 mai 2008 a été remis à la commune le label Ya d'ar brezhoneg de niveau 1 et le 26 avril 2013 le label de niveau 2.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L' église Notre-Dame du Juch (XVIe - XVIIe siècle), rendue célèbre par le diable[42], qui y est représenté sous forme de statue (bois polychrome du XVIIe siècle), celui-ci se faisant terrasser par l'archange Saint-Michel. Également dédiée à Saint Maudet (dont l'église possède une relique[43]), cette église a été, en grande partie, reconstruite aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le clocher, dont la flèche culmine à 32 mètres, date de 1730. La maîtresse-vitre date du XVIe siècle, les autres vitraux sont du XIXe siècle. De l'édifice précédent, il reste le porche sud en arc brisé qui remonte à la fin du XVIe siècle. Les seigneurs du Juch furent les fondateurs et bienfaiteurs de cette église[44]. L'édifice est classé monument historique depuis 1916. Des vases acoustiques ont été découverts lors de travaux sur la charpente de l'église en 2019[45].

« Le "diable du Juch" ("diaoul ar Yeuc'h"), hideux démon terrassé par un saint Michel en armure de tragédie, avait naguère pour dévôts les marins de Douarnenez et de Pouldavid qui lui faisaient généreusement l'offrande de leurs chiques hors d'usage et de leurs bouts de cigarettes, veillant à ce qu'il eût toujours, entre les crocs, une ample provision. Cette pratique n'ajoutait rien aux charmes déjà minimes du pauvre diable. Un recteur du Juch finit par le supprimer en lui donnant comme successeur un autre ange déchu d'aspect si cocassement bénévole que les fidèles déconcertés ont peu à peu renoncé à lui fournir du tabac gratis »[4].

Tableaux[modifier | modifier le code]

Légendes[modifier | modifier le code]

  • La pierre des empreintes du diable : « Non loin de la carrière du Roc'hou, au milieu du chemin qui conduit au Juch, presque en face du Gazek C'hlaz, se trouve une pierre usée par les pieds des passants, portant deux empreintes bien nettes, orientées en sens opposé, qu'on prendrait pour des traces de sabots de cheval ou de mulet mal ferré. Cette pierre a sa légende. On dit que le diable, en punition d'un de ces mauvais coups dont il est coutumier, fut un jour condamné par le Bon Dieu à transporter la grosse cloche du Juch depuis sa fonderie jusqu'à son lieu de destination. Il chargea la cloche sur ses épaules, et comme il venait de très loin (on ne dit pas d'où) et que la cloche était bien lourde, arrvivé à cet endroit du chemin, le souffle lui manqua. Il s'arrêta sur cette pierre pour reprendre haleine. Or la cloche pesait si lourdement sur ses épaules que ses sabots pénétrèrent dans le roc comme dans de l'argile, et comme il était mal ferré ce jour-là (...), une des empreintes indique qu'il marchait vers Le Juch, tandis que l'autre indique la direction de Locronan. (...) Aujourd'hui la fameuse pierre légendaire n'existe plus. Les carriers du Roc'hou l'ont fait sauter à la dynamite pour aplanir la route et faciliter l'accès à la carrière. Ainsi s'en vont peu à peu les belles légendes bretonnes que nos ancêtres nous avaient léguées »[49].
  • La cloche et le diable : Il y avait au Juch une des plus belles églises qu'on puisse voir, celle de saint Maudet ; mais le clocher était sans cloche, si ce n'est un modeste grelot. Un gentilhomme, Hervé du Juch[n], riche de rentes, avec le meilleur char de sa remise et les meilleurs chevaux de son étable, alla chercher la cloche neuve de saint Maudet (l'église du Juch était dédiée à saint Maudet) ; mais son char s'embourba dans le marais de l'Éllez. Il vit devant lui un homme à la barbe longue (son visage était effrayant et au bout de ses pieds, il portait de la corne) qui lui dit : « Pour vous porter secours, je vous porterai votre cloche, je sais qu'elle est lourde, du marais d'Ellé jusqu'à votre église. En dédommagement, je vous demande seulement d'avoir un jour mon image ». Hervé du Juch refusa d'abord, mais embourbé au milieu du mont d'Arrez sans personne d'autre pour lui porter secours, il finit par accepter. Le diable chargea la grande cloche sur ses épaules. Dans le chemin creux qui passe près de Roc'hou, le diable fit une pause (il laissa ses empreintes sur la roche sur laquelle il se reposa). Le lendemain matin, le bedeau vit la cloche déjà installée dans le clocher. La première chose que fit Hervé quand il rentra au château du Juch, fut d'appeler le meilleur sculpteur de la région pour faire la statue promise ; le sculpteur s'inspira du portrait d'un vieux meunier et elle fut placée dans l'église, mais sur l'avis du recteur, sous la statue de saint Michel. Depuis on la voit là, au rang des saints ; les gens se pressèrent en foule pour venir voir "le diable du Juch". Cette statue n'existe plus désormais, mais elle a été remplacée par une autre[49].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Hervé Friant[o] officier en chef des équipages, créa en 1944 le groupe des marins FFI de Bénodet[50]. Officier de la Légion d'honneur, il a terminé sa carrière en qualité de Commandant de l'École de pilotage du Rhin, écrivant notamment, en collaboration avec le capitaine de vaisseau Sourisseau "Guide du Rhin et instructions nautiques rhénanes" en 1956. Il est aussi l'auteur d'un livre de souvenirs "Souvenirs d'enfance" ou "La Belle Époque vue par un petit paysan du Juch"[28],[51].
  • Renée Legrand, née Renée Friant ( fille du précédent) née en 1935 à Brest, présentatrice de télévision.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0381 0071 002974970914840848790
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
757692725751751721746749727
2016 - - - - - - - -
719--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[52] puis Insee à partir de 2006[53].)
Histogramme de l'évolution démographique

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Plus en aval sa ria, dénommée aussi "rivière de Pouldavid", sert de site au Port-musée de Douarnenez (Port-Rhu)
  2. Ce chevalier aurait combattu avec saint Louis à Damiette en 1249.
  3. Cet Hervé du Juch, un cadet de famille fondateur de la lignée des Juch de Pratanroux, faisait partie des troupes de du Guesclin qui participèrent notamment à la bataille de Montiel pendant la Guerre de Cent Ans
  4. Charles Gouyon de la Moussaye, né en novembre 1548, décédé en avril 1593 à Vitré
  5. Jean Kerneau, né le à Treffiagat, décédé le à Pont-l'Abbé.
  6. L'auteur avait alors 12 ans.
  7. Jean Le Bars, né le à Ploaré, décédé le au Juch.
  8. René Tymen, né le à Ploaré, époux de Marie Anne de Keroulas.
  9. Probablement René Boëté, né le à Ploaré.
  10. Jean Guillaume Nédélec, né le à Kérizoré au Juch, alors commune de Ploaré, décédé en avril 1958.
  11. Probablement François Marie de Keroulas, né le au manoir de Tal ar Roz en Le Juch, alors commune de Ploaré.
  12. Jean-Louis Tymen, né le à Talahoat Vian en Le Juch.
  13. Probablement Pierre Joncour, né le au Juch, décédé le à Douarnenez.
  14. Plusieurs Hervé du Juch ont existé : l'un, Hervé I du Juch, a vécu aux alentours de 1200 ; un autre, Hervé II du Juch, petit-fils du précédent, est celui qui participa à la septième croisade : il est né vers 1200 et mort après 1254 (époux d'Havoise ou Aliénor de Pont-Croix) ; un autre, Hervé III du Juch, est né vers 1247 et décédé vers 1294 (époux de Mahotte de Rosmadec) ; un autre, Hervé du Juch, chevalier, arrière-petit-fils du précédent, est né vers 1335 et décédé le (époux de Marguerite de Pratanroux) ; d'autres encore ont existé.
  15. Hervé Friant, né le au Juch, décédé le à Quimper.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Bernard Tanguy (ill. Ronnan Olier), Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses du Finistère : Origine et signification, Douarnenez, ArMen - Le Chasse-Marée, (réimpr. 1993), 263 p. (ISBN 2-903708-25-8), p. 91
  2. a et b « La base de données KerOfis », sur http://www.fr.brezhoneg.bzh, Office public de la langue bretonne (consulté le 24 janvier 2017)
  3. Gérard Le Moigne, Les seigneurs du Juch, in : Bulletin de la société archéologique du Finistère, n° CXXVI, 1997, p. p. 375-401.
  4. a b et c Louis Le Guennec, "Vieux souvenirs bas-bretons", 1930, réédition "Editions de la Société Les Amis de Louis Le Guennec", 1938
  5. a b et c http://lejuch.patrimoine.free.fr/fhbf.htm
  6. Le Juch, "Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie", 1914, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k109993p/f148.image.r=Juch
  7. http://ns203268.ovh.net/yeurch/histoirebretonne/famille/du_Juch/juch.htm#9
  8. Hervé du Juch, chevalier, né vers 1335 et décédé le 19 septembre 1369 (époux de Marguerite de Pratanroux)
  9. Chanoines Peyron et Abgrall, Le Juch, "Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie", 1914, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k109993p/f179.image.r=Juch
  10. http://www.lavieb-aile.com/2016/03/les-vitraux-du-choeur-de-la-cathedrale-de-quimper-viii-la-baie-n-104-du-juch.html
  11. http://lejuch.patrimoine.free.fr/index0.htm.
  12. http://protestantsbretons.fr/avant-1800/le-diable-du-juch-et-les-protestants/
  13. J. Baudry, "La Fontenelle le ligueur et le brigandage en Basse-Bretagne pendant la Ligue : 1574-1602", 1920, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038234/f163.image.r=Juch?rk=3562249;2.
  14. Chanoines Peyron et Abgrall, Le Juch, "Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie", 1914, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k109993p/f175.image.r=Juch
  15. Edmond-M. P. du V., "Le R. P. Julien Maunoir, de la Compagnie de Jésus, apôtre de la Bretagne au XVIIe siècle", 1869, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63707557/f187.image.r=kerlaz
  16. a et b http://lejuch.patrimoine.free.fr/index0.htm
  17. Chanoines Peyron et Abgrall, Le Juch, "Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie", 1914, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k109993p/f215.image.r=Juch
  18. " Collection complète des lois promulguées sur les décrets de l'assemblée nationale, imprimée par ordre de l'assemblée nationale", tome 12, 1791, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5685361x/f428.image.r=Pouldreuzic.langFR
  19. Chanoines Peyron et Abgrall, Le Juch, "Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie", 1914, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k109993p/f216.image.r=Juch
  20. "Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Chambre des députés", n° du 24 décembre 1899, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6296209f/f14.image.r=Ploar%C3%A9 et "Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Sénat : compte rendu in-extenso", n° du 30 mars 1899, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6446287r/f11.image.r=Juch?rk=386268;0
  21. Journal La Lanterne, n° du 6 septembre 1887, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7504517v/f3.image.r=Tr%C3%A9babu?rk=1008588;4
  22. D'après une notice d'information touristique se trouvant dans l'église paroissiale du Juch.
  23. Chanoines Peyron et Abgrall, Le Juch, "Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie", 1914, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k109993p/f218.image.r=Juch
  24. "Le Journal des transports : revue internationale des chemins de fer et de la navigation", n° du 12 avril 1884, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61464513/f4.image.r=Juch?rk=21459;2
  25. Journal La Croix, n° du 17 août 1904, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k220402v/f3.image.r=Juch?rk=64378;0
  26. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 21 avril 1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k640680s/f4.image.r=Juch?rk=772536;0
  27. Albert Le Grand, La vie des Saints dans la Bretagne Armorique (présentation en ligne)
  28. a b c d e f g et h Hervé Friant, "Souvenirs d'enfance" ou "La Belle Époque vue par un petit paysan du Juch", Le Juch, Histoire et Patrimoine (ISBN 2-9520764-2-1)
  29. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=34462
  30. Louis Le Guennec, Nos vieux moulins, journal L'Ouest-Éclair, n° du 13 septembre 1929, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k657939k/f4.image.r=Juch?rk=1995718;0.
  31. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 26 mars 1928, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k657403q/f7.image.r=Juch?rk=1781124;4.
  32. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 19 août 1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6418969/f4.image.r=Juch?rk=21459;2.
  33. Bulletin paroissial Kanned ar Yeuch, ; traduit du breton.
  34. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 27 mars 1913, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k643577m/f4.image.r=Juch?rk=1609450;0.
  35. https://www.ouest-france.fr/bretagne/douarnenez-29100/dernier-embarquement-pour-michel-mazeas-1803784
  36. Extrait d'un texte écrit par d'anciens maquisards qui est affiché sur un panneau d'information se trouvant dans l'église Notre-Dame du Juch.
  37. Jean Rohou, Catholiques et Bretons toujours ? : essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne, Brest, éditions Dialogues, (ISBN 978-2-918135-37-1)
  38. Journal Le Télégramme de Brest et de l'Ouest, n° du 9 juillet 2019, consultable https://www.letelegramme.fr/finistere/le-juch/bourgs-ruraux-quand-le-juch-se-reinvente-08-07-2019-12333846.php.
  39. http://lejuch.patrimoine.free.fr/g14hfgned.htm
  40. https://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20001109&article=1897017&type=ar
  41. https://www.fff.fr/la-vie-des-clubs/179851/infos-cles
  42. Le diable du Juch
  43. Albert Le Grand, " Les vies des saints de la Bretagne Armorique", 1901, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038760/f648.image.r=Juch?rk=4871268;4
  44. Chanoines Peyron et Abgrall, Le Juch, "Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie", 1914, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k109993p/f148.image.r=Juch
  45. Journal Le Télégramme de Brest et de l'Ouest, numéro du 16 juin 2019.
  46. Inventaire général du Ministère de la Culture
  47. « Paul Osée Bidé de Chézac », sur un site de l’École navale (consulté le 28 mars 2016).
  48. L'ouest de la Cornouaille dans les tourments de l'histoire, guide de découverte sur le patrimoine fortifié du Pays Bigouden, du Cap-Sizun et du Pays de Douarnenez, Syndicat Mixte, Pointe du Raz, (ISBN 9782952581004), p. 2, et voir : Plan d'interprétation du patrimoine bâti de l'ouest de la Cornouaille.
  49. a et b Bleiz Nevet (nom de plume de l'abbé Germain Horellou (1864-1923), de Kerlaz) ; traduit du breton
  50. http://www.archives-finistere.fr/la-r%C3%A9sistance-en-finist%C3%A8re-outil-p%C3%A9dagogique-7
  51. https://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20050103&article=9251492&type=ar
  52. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  53. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]