Landudec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Landudec
Landudec
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Intercommunalité Communauté de communes du Haut Pays Bigouden
Maire
Mandat
Yves Le Guellec
2020-2026
Code postal 29710
Code commune 29108
Démographie
Gentilé Landudécois
Population
municipale
1 479 hab. (2019 en augmentation de 8,75 % par rapport à 2013)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 00′ 04″ nord, 4° 20′ 07″ ouest
Altitude Min. 33 m
Max. 131 m
Superficie 20,56 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Quimper
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Plonéour-Lanvern
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Landudec
Géolocalisation sur la carte : Finistère
Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Landudec
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Landudec
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Landudec
Liens
Site web Site officiel

Landudec [lɑ̃dydɛk] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France. Landudec fait partie de l'entité de tradition dite pays Bigouden.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Landudec.

Landudec est une commune de 1 200 habitants pour une superficie de 2 056 hectares, située entre le Pays Glazik et le Cap Sizun, entre le Pays Bigouden et le Penn Sardin. Appartenant à la Communauté de communes du Haut Pays Bigouden, Landudec est une commune rurale dotée d'une vingtaine d'exploitations agricoles. Cependant, les deux tiers de la population se trouvent dans le bourg.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 11,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,7 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 10,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 1 177 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 15 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Quimper », sur la commune de Pluguffan, mise en service en 1967[7] et qui se trouve à 12 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle évolue de 11,5 °C pour la période 1971-2000[9], à 11,8 °C pour 1981-2010[10], puis à 12 °C pour 1991-2020[11].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Landudec est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[12],[13],[14].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Quimper, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 58 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[15],[16].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (86,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (87,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (45,1 %), terres arables (22,6 %), prairies (18,4 %), forêts (10,1 %), zones urbanisées (3,7 %)[17].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[18].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Landudoc en 1313, Landudeuc en 1405, Landudec en 1516, Landudec en 1536, Landudu en 1630, Landudec en 1826[19].

Landudec tient son nom de saint Tudec ou Tadec qui était un moine de Landévennec au VIe siècle.

Le nom de la commune est Landudeg en breton.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Landudec est l'une des paroisses qui furent fondées lors de la colonisation de l'Armorique par les Bretons insulaires.

Landudec tient son nom de saint Tudec ou Tadec qui était un moine de Landévennec au VIe siècle et fut massacré à l'autel de Daoulas par un comte du Faou farouche païen, qui était furieux de l'extension rapide que prenait le christianisme dans le pays.

Deux lieux ont beaucoup marqué la commune : le château fort de Tyvarlen détruit vers 1762, et le château du Guilguiffin construit de 1750 à 1760.

Dès le début du Moyen Âge, Landudec, trève de Plogastel, est dominé par la famille noble des Tyvarlen.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

La dynastie des Tyvarlen se fond ensuite dans celle des Plœuc, à la suite du mariage en 1580 de Jean de Plœuc avec Anne, aînée des quatre filles de Nicolas de Tyvarlen. La famille réside dans l'ancien manoir familial jusqu'en 1750 ou est construit le château du Guilguiffin, nouvelle demeure de la famille de Plœuc. Au XVIIIe siècle, deux membres de la famille de Plœuc sont évêques de Cornouaille. Le premier est François-Hyacinthe de Plœuc, évêque de 1707 à 1739. Le deuxième est Toussaint-François Conen de Saint-Luc , évêque de 1773 à 1790. Il est membre par alliance de la famille de Plœuc grâce au mariage en 1804 de son neveu Athanase Conen de Saint-Luc avec Jeanne-Rose de Plœuc.

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Landudec de fournir 14 hommes et de payer 91 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[20].

Révolution française[modifier | modifier le code]

La Révolution divise la famille de Plœuc (le marquis Jean-Louis de Plœuc, né en 1763, un peu simple d'esprit et jugé par sa famille trop proche des paysans, refusa d'émigrer, mais en 1810 sa famille parvint à le faire interner pendant quelques années ; libéré en 1814, il mena une existence marginale jusqu'à son décès en 1843) ; le château est épargné mais quasiment entièrement vidé de ses biens.

Le clergé local est également déchiré à cette époque, sous l'impulsion du recteur jureur Coroller, dénonciateur de ses collègues réfractaires, qui devient également maire de la commune.

Située au carrefour des voies de communication de Pont-l'Abbé à Douarnenez, et de Quimper à Audierne, la commune de Landudec est à la charnière de plusieurs modes vestimentaires des Pays Bigouden, Glazig et Capiste. Le costume local en est la résultante.

L'abbé Raguenès [Raguenez], originaire de Crozon, vicaire insermenté de Landudec, arrêté au village de Goandour en Crozon, fut guillotiné à Quimper le [21].

Le 9 prairial an IV () trois chouans pénétrèrent de force chez le citoyen Henri Largenton et, sous la menace, s'emparèrent de tout l'argent qu'il avait chez lui et obligèrent sa femme à ouvrir l'église où ils prirent plusieurs objets de valeur[22].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Un rapport du Conseil général du Finistère indique en août 1880 que Landudec fait partie des 27 communes de plus de 500 habitants du Finistère qui n'ont encore aucune école de filles[23].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1795   Louis Cariou   Agent municipal (= maire). Ne sait ni lire ni écrire[24].
1798   Roland Le Coroller   Agent municipal (= maire). Prêtre[24]
         
? En cours Noël Cozic DVD Retraité de l'enseignement
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[26].

En 2019, la commune comptait 1 479 habitants[Note 7], en augmentation de 8,75 % par rapport à 2013 (Finistère : +1,24 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7057707298128969339791 0371 077
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0511 0001 0471 0331 0821 1621 2731 3801 511
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4231 5221 5591 5731 5981 5731 5341 3781 292
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 2651 2121 2031 2321 1831 1541 2621 2931 360
2018 2019 - - - - - - -
1 4541 479-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Selon le maire Noël Cozic, la commune est devenu attractive : elle se trouve à égale distance de Pont-l'Abbé, Quimper, Douarnenez et Audierne. C'est aussi un bassin d'emploi dynamique grâce à l'entreprise de travaux publics Le Roux. Le bourg propose tous les commerces de proximité, y compris un supermarché de 200 m²[29].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Sainte-Anne-et-Saint-Tudec[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Anne-et-Saint-Tudec, de style néo-gothique, reconstruite en 1904, ne comporte qu'un nombre limité de vestiges de l'ancien édifice (porche et clocher) ainsi que quelques ornements intérieurs, dont un retable du Rosaire de 1701, un retable de Sainte-Anne, une pietà, une statue polychrome de saint Tudec et un maître-autel orné d’une remarquable Dernière Cène. L’édifice a été entièrement restauré de 2002 à 2004.

Le château de Guilguiffin[modifier | modifier le code]

Le château du Guilguiffin.

Situé aux abords de Landudec, le château du Guilguiffin est construit à l’emplacement de l'ancien manoir. La nouvelle bâtisse est un souhait précis du commanditaire Nicolas-Louis de Ploeuc, celui d'élever une demeure digne de sa famille. Les Ploeuc, famille ancienne, est l'une des plus riches et influentes du Finistère au XVIIIe siècle. Le maître d’œuvre Nicolas Pochic reste plus énigmatique, il est surtout connu pour avoir opéré dans le bâti religieux finistérien.

Le domaine du Guilguiffin comporte un château, mais également des dépendances, une chapelle, un colombier, un potager, une cour d'honneur, un parc et un bois. L'ensemble suit une trame stylistique qui le rend monumental, orchestré par le principal élément qui n'est autre que le granite, pierre symbolique de la Bretagne.

L'harmonisation des constructions est mise en avant. Le château du Guilguiffin semble suivre la mode architecturale du XVIIIe siècle tout en gardant quelques éléments traditionnels des anciens manoirs bretons comme les hautes toitures d'ardoises. Certains points sont néanmoins à la mode comme son escalier monumental décoré de rampes en fer forgé spécifique à son siècle. Le château du Guilguiffin est inscrit aux monuments historiques par arrêté du .

Autres[modifier | modifier le code]

  • Lannouchen
  • Le château détruit de Tyvarlen dont il ne reste plus que le moulin ; les pierres ont servi à l'édification du château du Guilguiffin, achevé en 1760.
  • L'enceinte de Kerhascoët datée du haut Moyen Âge[30].
  • Le retranchement de Guiguiffin ou Coat ar Traon du haut Moyen Âge[30].

Landudec dans les arts et la littérature[modifier | modifier le code]

Charles Cottet, La Procession de la Fête-Dieu à Landudec vers 1902.

Charles Cottet a peint La Procession de la Fête-Dieu à Landudec vers 1902, tableau conservé au manoir de Kerazan, en Loctudy.

Personnalité liée à la commune[modifier | modifier le code]

Gaston Conen de Saint-Luc (1840-1920) a consacré de nombreux écrits à l'histoire de Landudec, où il est mort.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  7. « Station météofrance Quimper - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Landudec et Pluguffan », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station météorologique de Quimper - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  10. « Station météorologique de Quimper - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  11. « Station météorologique de Quimper - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  18. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  19. Office de la Langue Bretonne - Commune de Landudec, étude normative des toponymes, page 50
  20. "Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne", 1759, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f7.image.r=Plovan?rk=21459;2
  21. Joseph-Marie Téphany et Alain Dumoulin, "Vie de Mgr Joseph-Marie Graveran, évêque de Quimper et de Léon... : avec une notice sur M. l'abbé Dumoulin, émigré en Bohême en 1793 : et le récit de la mort sur l'échafaud en 1794 de M. Raguénés, prêtre de Crozon", 1870, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6370661m/f285.image.r=Crozon?rk=1459234;4 et René Kerviler, Recherches et notices sur les députés de la Bretagne aux États généraux, "Revue historique de l'Ouest", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k67165r/f19.image.r=Crozon?rk=150215;2
  22. Paul Peyron, La Chouannerie dans le Finistère. Documents pour servir à son histoire, Quimper, A. De Kerangal, (lire en ligne), pages 129-130.
  23. "Rapports et délibérations / Conseil général du Finistère", août 1880, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5668228b/f436.image.r=Pleuven?rk=107296;4
  24. a et b Pierrick Chuto, La terre aux sabots : les Thomas à Plonéis en Basse-Bretagne de 1788 à 1840, Plomelin, édition de Saint-Alouarn, , 398 p. (ISBN 978-2-9540620-0-6).
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  29. Journal Le Télégramme de Brest et de l'Ouest, n° du 31 décembre 2019.
  30. a et b L'ouest de la Cornouaille dans les tourments de l'histoire, guide de découverte sur le patrimoine fortifié du Pays Bigouden, du Cap-Sizun et du Pays de Douarnenez, Syndicat Mixte, Pointe du Raz, (ISBN 9782952581004), p. 2, et voir : Plan d'interprétation du patrimoine bâti de l'ouest de la Cornouaille.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • À la découverte du pays Bigouden, Marcellin Caillon, Pont-l'Abbé, 1980.
  • Châteaux et Manoirs en pays Bigouden, Serge Duigou, Quimper, Ressac, 1988. [sur le château du Guilguiffin]
  • Le Patrimoine des communes du Finistère, éditions Flohic, t. II, canton de Plogastel-Saint-Germain,1998.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Pays Bigouden

Liens externes[modifier | modifier le code]