Saint They

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint They, un saint breton peu connu, serait un disciple de saint Guénolé.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Selon le récit plus ou moins légendaire de Dom Mars, saint They serait né en Armorique de parents illustres venus de Grande-Bretagne (une ancienne paroisse de la Cornouailles anglaise se dénommait Sant-Day) qui l'auraient confié pour son éducation à saint Guénolé.

Selon le cartulaire de Landévennec, Idunet, They et Ethbin auraient quitté l'abbaye de Landévennec pour remonter l'Aulne, le premier s'arrêtant à Châteaulin, y fondant le prieuré de Loc-Yonet ; saint They aurait remonté l'Aulne plus en amont, installant son ermitage à l'emplacement actuel du Vieux-Bourg de Lothey et Ethbin serait allé un peu plus loin, fondant Pleyben[1].

They aurait mené à cet endroit une vie de mortification, pratiquant les observances les plus austères, vêtu d'une simple tunique et d'une cagoule, mangeant pain bis et légumes, ne buvant que de l'eau d'une source proche et couchant sur la terre nue, se flagellant, etc. et fuyant le monde. Mais de nombreux disciples vinrent à lui, attirés par sa sainteté, transformant l'ermitage en lan[1].

Son culte[modifier | modifier le code]

Son culte s'est rapidement répandu à travers la Cornouaille (il était réputé avoir le pouvoir de guérir les rhumatismes) :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Joseph Le Jollec, Lothey-Landremel monographie, Le Goaziou, Quimper, consultable https://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/9eafeb30aafe96eb81f07c776add486b.pdf