Cast (Finistère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cast
Cast (Finistère)
L'église paroissiale Saint-Jérôme.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Châteaulin
Intercommunalité Communauté de communes Pleyben-Châteaulin-Porzay
Maire
Mandat
Jacques Gouérou
2020-2026
Code postal 29150
Code commune 29025
Démographie
Gentilé Castois
Population
municipale
1 545 hab. (2018 en diminution de 5,56 % par rapport à 2013)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 09′ 29″ nord, 4° 08′ 18″ ouest
Altitude Min. 44 m
Max. 252 m
Superficie 37,66 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Pleyben - Châteaulin
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Crozon
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Cast
Géolocalisation sur la carte : Finistère
Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Cast
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cast
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cast
Liens
Site web http://www.mairie-cast.fr/ Site de la commune]

Cast [kast] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie traditionnellement du Pays Glazik.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cast est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Pleyben - Châteaulin, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 18 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (85,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (48,9 %), zones agricoles hétérogènes (30,4 %), prairies (6,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (5,7 %), forêts (4,1 %), zones urbanisées (2,7 %), mines, décharges et chantiers (1,5 %), zones humides intérieures (0,5 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Cast en 1327, Castr en 1451 et Castre en 1574.

Cast vient du mot latin castra (lieu fortifié).

Doit son nom à l’important Castrum romain (poste militaire), qui à l’époque gallo-romaine, surveillait les voies stratégiques menant vers Quimper, la Pointe du Van et la Presqu’île de Crozon.

Kast en Breton.

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Yves Le Goff[8], un paysan de Cast qui mourut « en odeur de sainteté » âgé d'environ 60 ans vers 1659 raconta au prédicateur Julien Maunoir lors d'une mission organisée à Plonéour en 1656 avoir vu, un jour de l'Assomption alors qu'il revenait du pardon de Notre-Dame-de-Kergoat en Quéménéven, une apparition de la Vierge qui lui aurait donné l'ordre de « communier tous les dimanches et jours de fêtes ainsi que le lundi et le vendredi de chaque semaine » ; il aurait aussi vu d'autres apparitions de la Vierge[9].

Cette commune est connue pour des faits liés à la Révolte des Bonnets rouges en 1675.

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Saint-Cast [en fait Cast] de fournir 30 hommes et de payer 196 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[10].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Par la loi du , la paroisse de Cast perd un hameau annexé par la paroisse de Châteaulin (Cornahoal). Par ailleurs tous les villages de la paroisse de Cast « situés en deçà du grand chemin qui conduit de Châteaulin à Quimper (...) feront partie de la paroisse de Saint-Coulitz, réunie comme succursale à Châteaulin »[11]. La loi du conserve à Cast son ancien territoire, « sauf les parties qui en sont distraites pour être réunies à Châteaulin et à Saint-Coulitz » et annexe « tous les villages situés en-deçà du ruisseau qui prend sa source à la fontaine de Kerhoc, distraits de la paroisse de Plomodiern ; les villages nommés Donarinon, Kerdern et Les Cosques, distraits de la paroisse de Ploeven, et auxquels est réunie comme succursale la paroisse de Dinéault »[12].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Sébastien Didailler, dit Yoan Vras, né à Cast le , tailleur d'habits, décédé à Kerlobret en Châteaulin le , fut un jeteur de sort célèbre [13].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

En 1840 Pierre-Marie Guizouarn, recteur de Cast, demanda à l'évêque de Quimper la fermeture de la chapelle Saint-Génisse [ou Sainte-Génite] (on n'y célébrait plus de messes depuis 1835) dans laquelle était vénéré saint Tinidic (il était invoqué dans les cas de stérilité). Il demanda aussi la destruction du menhir de Lothinidic[14] « une pierre longue en schiste à laquelle des sots viennent tout nus et de nuit se frotter le dos et le ventre pour les maux d'entrailles [le recteur fait allusion en fait au sexe de ses paroissiens] ; le menhir existe toujours ; les deux statues de saint Tinidic se trouvent désormais dans l'église paroissiale[15].

Le le journal La Presse écrit que la dysenterie s'est déclarée, il y a environ quinze jours, dans les communes de Quéménéven, Cast, Dinéault et Ploéven. « Il y a eu malheureusement déjà une quarantaine de décès; et soixante-dix ou quatre-vingts personnes sont encore malades »[16].

Un rapport du Conseil général du Finistère indique en août 1880 que Cast fait partie des 27 communes de plus de 500 habitants du Finistère qui n'ont encore aucune école de filles[17].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Protestation de 12 maires de l'arrondissement de Châteaulin (dont le maire de Cast) qui déclarent refuser d'indiquer sur les certificats de résidence des curés s'ils utilisent la langue bretonne lors de l'instruction religieuse (catéchisme, sermons).

La fermeture de l'école congrégationniste en vertu des décrets d'application de la loi sur les congrégations se produisit le  : à Cast deux commissaires de police de Brest, assistés d'une brigade de gendarmerie opérèrent : «  les sœurs se retirèrent acclamées par quatre cents personnes »[18].

Le trois religieuses de la Congrégation du Saint-Esprit furent condamnées à des peines d'amende par le tribunal de Châteaulin pour avoir maintenu ouvert des écoles congréganistes à Plomodiern, Cléden-Poher et Cast en dépit de la loi sur les congrégations[19].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1959 Pierre Gouriten    
1965 1977 Pierre Gouriten    
1977 1989 Louis Hascoët    
1989 2001 Jean-Yves Le Rhun    
mars 2001 En cours
(au 23 mai 2020)
Jacques Gouérou [20]
Réélu pour le mandat 2020-2026
DVD Agriculteur - Conseiller départemental (depuis 2015)
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[22].

En 2018, la commune comptait 1 545 habitants[Note 3], en diminution de 5,56 % par rapport à 2013 (Finistère : +0,86 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4701 2541 5401 7101 7111 7941 8501 8901 920
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7131 7741 8511 7901 8421 8211 9092 1122 113
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 2102 2812 4642 0381 9531 8811 8461 8371 634
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 7481 6151 5731 5781 5451 3821 4831 4971 600
2017 2018 - - - - - - -
1 5561 545-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Cast en Scène : (Début juillet) Festival de Théâtre et de l'humour (https://www.castenscene.com/)
  • les Vaches Folks : Les Vaches Folks organisent à Cast (29) depuis 2005, plusieurs concerts Folk par an, avec des artistes de renommée nationale et internationale. (http://les-vaches-folks.fr/)

Sites et patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Chasse de Saint-Hubert
La chasse de saint Hubert, Jehan le Gentil de Barvédel.

L'on s'accorde à dire que le commanditaire du beau monument en kersanton du XVIe siècle dédié à saint Hubert et situé près de l'église fut messire Jehan le Gentil, grand-bailli de Cornouaille en 1524. Il est représenté debout, en tenue de grand-bailli, tenant le cheval de saint-Hubert en prières. Jehan le Gentil, seigneur de Barvédel et de Pontlez, appartenait à une famille d'ancienne extraction d'ascendance chevaleresque de Cornouaille. Il était le fils de Yves et de Louise de Tréanna et détenait les manoirs nobles de Boulvern et de Quillavon, en Cast. Son frère Geoffroy, chanoine de saint Corentin, était recteur de Cast en 1517 et leur sœur Louise était dame d'honneur de la duchesse Anne de Bretagne, reine de France. Jehan le Gentil signa la tutelle des enfants mineurs de messire Jehan de Rosmadec et de Jehanne de La Chapelle. Il épousa Louise de Tyvarlen et présida la Montre de la noblesse tenue à Quimper en 1536. La famille le Gentil appartenait à la noblesse de Cornouaille et était fortement établie dans le Porzay.

  • Chapelle de Quillidoaré
La chapelle de Quillidoaré.

Cette jolie chapelle, dénommée également « Notre-Dame de Bonne-Nouvelle » (traduction française de Kelou e Doaré, expression bretonne signifiant « Bonne Nouvelle ») date du XVIe siècle/ XVIIe siècle. On remarque dans le tympan de beaux vitraux d'époque, classés monuments historiques, aux armes des familles le Gentil, Pontcroix, Pontlez, Tréanna, Tréouret, Tyvarlen[25].

Cette chapelle a été fondée le par Marie-Gabrielle de Lescu[Note 4]. La légende fait une confusion : en fait Marie-Gabrielle de Lescu a relevé une chapelle antérieure datant de 1520 et le seigneur évoqué dans la légende ne serait pas en réalité le marquis de Pontlez, mais un autre seigneur qui aurait commis ses exactions pendant les guerres de la Ligue[26], en réparation des crimes commis par son mari, le seigneur de Pontiez. « Il n'y avait pas, dans toutes les montagnes Noires, un homme qui fût aussi fâcheusement connu et aussi redouté que le sire du Breil, marquis de Pontlez. Sans cesse battant l'estrade, courant le plat pays, il arrêtait les pèlerins, rançonnait les voyageurs et opprimait durement ses vassaux »[27]. Le seigneur de Pontlez ne reconnaissait aucun supérieur. « Il ne relevait que de son épée ». Finalement il fut expulsé de son château, banni de Bretagne et condamné à pèleriner en Terre Sainte pour expier ses fautes. Il mourut en exil. Selon la légende, son fantôme erra longtemps la nuit entre Châteaulin et Cast à proximité d'un pont dont il interdisait le passage[28].

  • Chapelle de Saint-Gildas
  • Église paroissiale Saint-Jérôme

L'église et son calvaire sont classés au titre des monuments historiques par arrêté du 31 mars 1916[29].

L'église renferme une croix de procession du XVIIe siècle en argent, classée au titre objet des monuments historiques depuis le 7 septembre 1931[30].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  4. Marie-Gabrielle de Lescu, décédée en 1705, épousa successivement Louis de Kernezne, marquis de La Roche, puis Jean d'Acigné, marquis de Carnavalet

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 1er mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 1er mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Yves Le Goff, né vers 1595 à Cast, mort vers 1659
  9. Chanoine Paul Peyron, "Le culte de la très Sainte Vierge dans le diocèse de Quimper", 1914, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5814658q/f29.image.r=Lanvern
  10. "Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne", 1759, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f7.image.r=Plovan?rk=21459;2
  11. "Archives parlementaires de 1787 à 1860 ; 34-51. Assemblée nationale législative", série 1, tome 46, 1890-1897, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k49561j/f589.image.r=Ch%C3%A2teaulin
  12. "Collection générale des loix, proclamations, instructions, et autres actes du pouvoir exécutif, tome 10, publiés pendant l'Assemblée nationale constituante et législative, depuis la convocation des Etats généraux jusqu'au 31 décembre 1791", consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9693399v/f260.image.r=Ploeven?rk=1587990;4
  13. Fanch Guillemin, "Magie blanche en Armorique", Skol Vreizh, numéro 53, 2003.
  14. « Mégalithes du monde » (consulté le 21 mai 2021)
  15. Bernard Rio, Le cul bénit. Amour sacré et passions profanes, Coop Breizh, (ISBN 978-2-84346-582-6)
  16. Journal La Presse, n° du 15 novembre 1856, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k477495n/f2.image.r=Plo%C3%A9ven?rk=21459;2
  17. "Rapports et délibérations / Conseil général du Finistère", août 1880, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5668228b/f436.image.r=Pleuven?rk=107296;4
  18. Journal Le Temps, n° du 10 août 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2372168/f3.image.r=Argol?rk=321890;0
  19. Journal La Lanterne, n° du 27 décembre 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7510601c/f1.image.r=Plomodiern?rk=64378;0, journal La Croix, n° du 20 décembre 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k219900w/f1.image.r=Plomodiern?rk=236052;4 et "Bulletin des congrégations", n° du 11 janvier 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5756170x/f11.image.r=Plomodiern?rk=965670;0.
  20. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020)
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  25. « La chapelle de Quillidoaré », sur mairie-cast.com (consulté le 30 juillet 2020).
  26. jean-yves cordier, « Vierges allaitantes III : Quillidoaré, la légende du Marquis de Pontlez et l'histoire. », sur Aile.com, Le blog de jean-yves cordier, (consulté le 30 juillet 2020).
  27. François Cadic, "Contes et légendes de Bretagne. Les puissances inférieures", Maison du peuple breton, 1914.
  28. Bernard Rio, "Voyage dans l'au-delà. Les Bretons et la mort", éditions Ouest-France, 2013, (ISBN 978-2-7373-5809-8).
  29. Notice no PA00089866, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. Notice no PM29000103, base Palissy, ministère français de la Culture.