Cap Sizun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cap Sizun (homonymie).
Cap Sizun
La côte nord du cap Sizun est une alternance de pointes et de criques. Ici la pointe de Karn Uhel et l'îlot du Milinou sur la commune de Goulien.
La côte nord du cap Sizun est une alternance de pointes et de criques. Ici la pointe de Karn Uhel et l'îlot du Milinou sur la commune de Goulien.
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Coordonnées 48° 03′ nord, 4° 33′ ouest
Océan Océan Atlantique

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Cap Sizun

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cap Sizun

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Cap Sizun

Géolocalisation sur la carte : Finistère

(Voir situation sur carte : Finistère)
Cap Sizun

Le Cap Sizun est l'extrémité occidentale de la Cornouaille, au sud-ouest du Finistère en Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Cap Sizun s'avance dans l'Iroise, bordé au nord par la Baie de Douarnenez et au sud par celle d'Audierne. Ses sites naturels les plus connus sont la Pointe du Raz et celle du Van ainsi qu'entre celles-ci, la Baie des Trépassés. Son prolongement maritime est la Chaussée de Sein, dont la plus importante partie émergée est l'Île de Sein de laquelle il est séparé par le Raz de Sein.

Le territoire du Cap Sizun est constitué par les communes suivantes : Pont-Croix, Audierne, Plouhinec, Confort-Meilars, Mahalon, Esquibien, Beuzec-Cap-Sizun, Goulien, Cléden-Cap-Sizun, Primelin, Plogoff et l'Île-de-Sein. L'entité territoriale correspondante est la Communauté de communes du Cap-Sizun, qui comprend celles précitées à l'exception de l'île de Sein.

Le Cap Sizun a donné son nom à une roche proche de la kersantite, la sizunite[1]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Charles Armand Picquenard a décrit les implantations romaines et en particulier le tracé des voies romaines dans le cap Sizun[2].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le Pagus du Cap Sizun faisait partie du Fief du Quéménet dont la châtellenie était à Penhars avant le XIIe siècle[3].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Église Saint-Raymond : carvelle sculptée au-dessus de l'entrée.

En 1590, en pleine période des Guerres de religion, sur 849 navires ayant fréquenté le port de Bordeaux, 80 venaient du Cap Sizun et 55 de Penmarc'h. Plusieurs églises de la région (Saint-Rumon d'Audierne, Notre-Dame-de-Comfort, Cléden, Goulien, Plogoff) sont ornées de carvelles ou autres bateaux. Vers la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, des bateaux d'Audierne s'aventurent jusqu'aux Canaries ainsi qu'en Méditerranée (plusieurs marins d'Audierne furent d'ailleurs victimes des Barbaresques) ou encore jusque dans le Sund. Au milieu du XVIIe siècle, Audierne possède 150 chaloupes de pêche et compte environ 2 300 habitants[4].

Jacques Cambry décrit ainsi l'attitude des riverains de la baie d'Audierne lors des naufrages :

« (...) l'impitoyable habitant de ces rives s'arme de crocs, de cordes, va se cacher dans les rochers pour y saisir ce que la mer transportera sur le rivage ; il attend sa proie, accroupi pour échapper à l'œil des surveillans [douaniers]. Jadis, il assommoit le malheureux qui lui tendoit les bras en échappant au courroux des flots, il l'enterroit et le dépouilloit sans pitié ; il est plus humain à présent, il accorde la vie, ne tue que rarement, mais il vole[5] »

.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L'habitat rural traditionnel[modifier | modifier le code]

« Dans la région du Cap Sizun, la grande salle commune est un espace complexe qui naît à la fin du XVIIIe siècle et se développe surtout au siècle suivant. De l'extérieur, on remarque une symétrie au premier niveau comportant, de chaque côté de la porte, deux fenêtres, l'une assez grande, l'autre plus petite. Ces maisons ont un couloir à cloisons de bois auquel est adossé un lit clos dont le banc-coffre set pour le service de la table, située en face de la grande fenêtre, puis viennent une bancelle[6] et une demi-cloison, toujours perpendiculaire au mur de façade. Cette cloison est sculptée d'ornements religieux et présente dans une niche une statuette de la Vierge. Au-delà et près de la cheminée, c'est la cuisine et son évier de pierre ; lit clos et armoires s'alignent toujours au nord[7] »

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La sizunite (1962) », sur etudes.bretagne-environnement.org
  2. Charles Armand Picquenard, L'occupation romaine dans le bassin de l'Odet, "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1906, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2076777/f261.image
  3. http://ns203268.ovh.net/yeurch/histoirebretonne/terre/fief/Q/Le_Quemenet.htm
  4. Serge Duigou, Jean Failler et Bernard Galéron (contribution photographique), La Cornouaille dans tous ses états, Quimper, Palantines, , 285 p. (ISBN 978-2-356-78086-7, OCLC 858226096, notice BnF no FRBNF43648562)
  5. Jacques Cambry, Voyage dans le Finistère, ou État de ce département en 1794 et 1795, Tome second, page 262, librairie du Cercle social, Paris, 1798
  6. Petit banc étroit et long
  7. Arts et cultures de Bretagne : un millénaire, Rennes, Editions Ouest-France, , 380 p. (ISBN 978-2-737-31932-7, OCLC 34611255)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Duigou et Jean-Michel Le Boulanger, Cap-Sizun : Au pays de la pointe du Raz et de l'île de Sein, Palantines, coll. « Histoire et géographie contemporaine », , 239 p. (ISBN 2-911434-45-5)
  • La Révolution au fond du Cap-Sizun, de l'Abbé Corentin Parcheminou, paru en 1935, réédité en 2003 par Le Livre d'Histoire-Lorisse, Paris, (ISBN 2-84373-286-7) ;
  • Pilleurs du Cap ! Le pillage d'épaves dans les paroisses du Cap-Sizun au XVIIIe siècle, de Paul Cornec, Éditions du Cap-Sizun, 2001, (ISBN 2-9516122-1-4).
  • Le Couvent des Capucins d'Audierne, 1657-1795. Fondation, vie et disparition d'une institution capiste, Paul Cornec, Éditions du Cap Sizun. 112 p. (ISBN 2951612206)
  • Contes du Cap-Sizun, traduits du breton par Roger Gargadennec, Librairie d'Amérique et d'Orient Adrien Maisonneuve Paris, 1973
  • Hyacinthe Le Carguet, un passeur de mémoire en Cap-Sizun, présenté par Paul Cornec, Éditions du Cap-Sizun, Audierne (ISBN 2-9516122-3-0) - 332 Pages.
  • Audierne et le Cap-Sizun sous la Révolution, Paul Cornec, Éditions du Cap-Sizun, 2011, 424 p. (ISBN 978-2951612228).
  • Jean Savina, Le Conventionnel Guezno du Finistère. (1763-1839), présenté par Paul Cornec, Éditions du Cap-Sizun, 2013, 306 p. (ISBN 978-2-9516122-7-3)
  • Henri Peuziat, Le Cap Sizun : d'Audierne à l'île de Sein, Saint-Avertin, Sutton, coll. « Mémoire en images », , 128 p. (ISBN 978-2-8138-0805-9, notice BnF no FRBNF43865148)
  • Goulien, commune du Cap Sizun, Entre XIX siècle et III millénaire, Christian Pelras, Presses universitaires de Rennes, 2001, (ISBN 2-86847-649-X)
  • Cinémathèque de Bretagne, Goulien le retour, de Ch. Pelras
  • Articles connexes

Liens externes[modifier | modifier le code]