Confort-Meilars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Confort-Meilars
L'église et le calvaire au cœur de la localité.
L'église et le calvaire au cœur de la localité.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Canton Douarnenez
Intercommunalité Communauté de communes du Cap-Sizun
Maire
Mandat
Paul Gueguen
2014-2020
Code postal 29790
Code commune 29145
Démographie
Gentilé Meilaristes
Population
municipale
908 hab. (2012)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 03′ 02″ N 4° 25′ 30″ O / 48.050556, -4.42548° 03′ 02″ Nord 4° 25′ 30″ Ouest / 48.050556, -4.425
Altitude Min. 5 m – Max. 96 m
Superficie 14,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Confort-Meilars

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Confort-Meilars

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Confort-Meilars

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Confort-Meilars
Liens
Site web site de la commune

Confort-Meilars [kɔ̃fɔʁ mεjaʁ] (en breton: Koñforzh-Meilar) est une commune française du Cap Sizun dans le département du Finistère, en région Bretagne.

La localité doit sa notoriété à un remarquable patrimoine religieux du XVIe siècle, comprenant l'église Notre-Dame de Confort (vitraux, sablières, roue à carillons) et un imposant calvaire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Confors : le pardon des enfants, la procession (vers 1900).

Le pardon de Notre-Dame-de-Confort existait déjà en 1900, comme en témoigne une photographie.

Avant le décret du 1er février 2001, la commune s'appelait Meilars[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
986 697 765 915 924 965 973 994 1 040
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 049 1 055 1 068 1 016 1 066 1 055 1 111 1 174 1 175
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 196 1 150 1 143 1 055 994 974 905 873 780
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
670 635 601 695 727 747 752 762 884
2012 - - - - - - - -
908 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le calvaire et l'église Notre-Dame-de-Confort (dessin de A. Karl, avant 1903)

Église Notre-Dame de Confort[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame de Confort est construite sous François Ier, entre 1528 et 1544. Elle a été fondée par Alain de Rosmadec, marquis de Pont-Croix et comte de Molac, et son épouse, Jeanne du Chastel. Elle présente toutes les caractéristiques de la première période du style ogival.

L'extérieur se distingue par le grand nombre d'ouvertures, des fenêtres surmontées de frontons triangulaires ornés de crosses végétales, de croix et de bouquets trilobés.

L'église abrite une grande roue à carillons qui surplombe le chœur et dont le cercle en bois est recouvert de douze clochettes. Les fidèles la font tourner et sonner à la messe, le dimanche, mais aussi pour les baptêmes et les mariages. Elle aurait le pouvoir miraculeux de redonner la parole aux enfants muets ou affectés d'un défaut d'élocution. L'origine de cette pratique serait un antique rituel en usage dans l'ancienne Armorique.

Calvaire[modifier | modifier le code]

Imposant calvaire.

Autres[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Corentin Parcheminou (abbé), Meilars-Confort : ses monuments son histoire, Cornouaillaise, Quimper, 1933, 90 p. (réédité en 2003 sous le titre Meilars-Confort : Ses monuments, son histoire. Mahalon, une paroisse finistérienne, dans la collection « Monographies des villes et villages de France »)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Par décret du 1er février 2001 la commune de Meilars prend le nom de Confort-Meilars Légifrance.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.
  4. a et b L'ouest de la Cornouaille dans les tourments de l'histoire, guide de découverte sur le patrimoine fortifié du Pays Bigouden, du Cap-Sizun et du Pays de Douarnenez, Syndicat Mixte, Pointe du Raz, (ISBN 9782952581004), p. 2, et voir : Plan d'interprétation du patrimoine bâti de l'ouest de la Cornouaille.