Pouldergat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pouldergat
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Canton Douarnenez
Maire
Mandat
Gabriel Le Guellec
2014-2020
Code postal 29100
Code commune 29224
Démographie
Gentilé Pouldergatois
Population
municipale
1 230 hab. (2013)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 03′ N 4° 20′ O / 48.05, -4.3348° 03′ Nord 4° 20′ Ouest / 48.05, -4.33
Altitude Min. 8 m – Max. 133 m
Superficie 24,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Pouldergat

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Pouldergat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pouldergat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pouldergat
Liens
Site web Site de la commune

Pouldergat [puldɛʁgat] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Pouldergat
Poullan-sur-Mer Douarnenez Douarnenez
Mahalon Pouldergat Le Juch
Guiler-sur-Goyen Landudec Gourlizon

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Pouldergat dérive du breton plou et de saint Ergat (Tergat, Gouergat ou Wergat)[1] (cf. Tréouergat et Louargat)[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le manoir du Moguermeur est antérieur à 1467 ; il occupe la partie sud-est d'une ancienne enceinte fortifiée, probablement gallo-romaine. Ce manoir fut propriété successivement de Jehan Cogniou en 1426, de la famille Dumoguermeur en 1536, de la famille de Pencoet à partir de 1546 et de la famille de Madien à partir de 1611. Le manoir actuel sembler dater du XVIIe siècle[3].

Le manoir de Kerguélénen est aussi antérieur à 1467, date où un texte cite « le manoir de Kerguélénen avec ses moulins, bois et colombier, un vieil emplacement d'étage au levant du manoir appelé Saint Connec, la métairie de Penkaer, les villages de Ty an cahérec et de Goelet an Kaer, enfin deux tènements, l'un à Keroueret, l'autre habité par Hervé le Griffon, au bourg paroissial ». La seigneurie de Kerguélénen avait haute justice et patibulaire sur la montagne située au nord de Goelet an Kaer. En 1558, le manoir passe aux mains de la famille de Penguilly, puis en 1621 dans celles de la famille de Kersaudy et en 1643 dans celles de la famille de Quelen, enfin en 1739 dans celles de la famille du Couëdic[3].

Les manoirs du Questel et du Guilly ont été la propriété de la famille Agnès depuis au moins 1379 avant de passer aux mains de la famille du Guilly à partir de 1540[3].

D'autres manoirs existaient : Trémibrit, Kervern, Cloarec (longtemps propriété de la famille de Kernech), Kergoff, Kerampap[3].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Charles Louis du Couëdic, qui commanda notamment la frégate La Surveillante est né à Pouldergat au manoir de Kerguélénen.

En 1741, une épidémie de dysenterie sévit : « Dans chacune des paroisses de Goulien, Plogoff, Esquibien, Plouinec, Plozévet, Mahelon, Poulan, Beuzet-Cap-Sizun, Pouldergat, Douarnenez, on compte le chiffre énorme de dix à douze morts par jour »[4].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Les épidémies[modifier | modifier le code]

L'épidémie de choléra de 1849-1850 fit 50 victimes à Pouldergat[5].

La rivalité entre les habitants de Pouldergat et ceux de Pouldavid[modifier | modifier le code]

Un fait divers survenu en 1857 et relaté par le journal La Presse évoque cette rivalité :

« Le 24 juin, les communes de Pouldavid[6] et de Pouldergat (...) devaient célébrer brillamment la Fête-Dieu. À moitié chemin des deux, on avait élevé un brillant reposoir, et les habitants parcouraient la route en leurs plus beaux habits. Tout à coup, neuf marins, pêcheurs de sardines de la baie, se ruent sur le reposoir et au grand étonnement de tous, le détruisent. Pourquoi ? pourquoi ? disaient tous les paysans, vos, bons catholiques, faîtes-vous un tel mal ? C'était précisément parce qu'ils se disaient bons catholiques qu'ils agissaient ainsi. Ils avaient demandé à porter la bannière de Pouldergat et le curé les avait refusé. Furieux d'un refus qui, dans les campagnes bretonnes, les privait d'un honneur très recherché, les neuf marins se sont vengés en démolissant le reposoir[7]. »

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Pouldergat porte les noms de 84 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale[8]. Parmi eux, le trois soldats de Pouldergat (Louis Coajou, Alain Le Bot, Louis Savina) trouvent la mort le même jour à Rossignol (Belgique) lors de la Course à la mer ; deux frères, tous deux marins, sont morts pendant ce conflit, l'un Jean Corentin Le Gall le lors du naufrage du croiseur Léon Gambetta en Mer Adriatique, l'autre François Sébastien Le Gall le lors du naufrage du navire à vapeur Earl of Forfar victime d'une explosion dans le port d'Arkhangelsk (Russie). L'abbé Arzel, vicaire à Pouldergat en 1914, a livré un témoignage sur la guerre paru le dans le journal Le Progrès du Finistère sous le titre "Échos du Front"[9].

Pierre Belbéoc'h, maire de Pouldergat entre 1912 et 1919, a relaté dans un manuscrit la vie de la commune de Pouldergat, qui comprenait aussi alors Pouldavid, pendant la Première Guerre mondiale[10].

La scission de Pouldavid[modifier | modifier le code]

La commune de Pouldavid-sur-Mer a été créée par la loi du par scission d'une partie de la commune de Pouldergat[11], au sein de laquelle Pouldavid formait depuis une section administrée depuis 1890 par un adjoint spécial[12].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Poudergat porte les noms de 10 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale[8].

L'après-Seconde-Guerre-mondiale[modifier | modifier le code]

Pierre Bourdon, originaire de Pouldergat, a été tué le pendant la Guerre d'Indochine et un autre, Eugène Le Gall, est mort pour la France en 1963[8].

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le conseil municipal le 31 octobre 2005.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1790 Jean-Corentin Danielou-Desbois    
1791 1792 Jean Friant    
1792 An III Nicolas Renevot    
An IV An V Gabriel Le Bescond    
An V An VI Nicolas Renevot    
An VI An XIII Gabriel Le Bescond    
An XIII 1806 Nicolas Renevot    
1806 1807 Hervé Kervarec    
1807 1815 Yves Lezoualch    
1815 1834 Alexandre-Raphaël Piriou    
1835 1839 Allain Le Brun    
1839 1843 Thépault Friant    
1843 1879 François Gouzil    
1879 1892 Claude Jezequel    
1892 1904 Jean Fily    
1904 1909 Charles Belbeoc'h    
1909 1912 François Le Berre    
1912 1919 Pierre-Hyacinthe Belbeoc'h    
1919 1927 Corentin Griffon    
1927 1940 Guillaume Le Brun    
         
2001 en cours Gaby Le Guellec    
Les données manquantes sont à compléter.

[13]

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 518 1 744 1 536 1 572 1 842 2 006 2 011 2 275 2 267
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 229 2 261 2 353 2 295 2 353 2 552 2 721 2 809 2 834
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 057 3 181 3 111 1 394 1 325 1 368 1 368 1 221 1 164
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
1 093 1 114 1 129 1 304 1 311 1 277 1 241 1 254 1 237
2013 - - - - - - - -
1 230 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2004[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Ergat.
  • L'église Saint-Ergat
  • Lavoir avec une statue de saint Antoine et de saint Ergat.

Événements[modifier | modifier le code]

  • La fête des vieux métiers a lieu en juillet.
  • Pouldergat Sport, le club de football pouldergatois, et le bagad de Pouldergat, les Glaziked, organisent chaque été en août deux Fest-noz : les Mercredis du bourg

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles-Louis du Couëdic de Kergoualer[16], né en 1740 au manoir de Kerguelenen, décédé le 17 janvier 1780 des suites de ses blessures contractées lors d'un combat naval contre les Anglais, au large d'Ouessant, où il fit preuve d'héroïsme.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Google Books - Page 52 Malo-Joseph de Garaby - Vie des bienheureux et des saints de Bretagne, pour tous les jours de l'année - 1839
  2. J. de La Passardière, "Topologie des paroisses du Léon", Revue de Bretagne de Vendée & d'Anjou, janvier-février 1911, volumes 45 à 46, pages 179-180, consultable http://books.google.fr/books?id=uJAVAAAAYAAJ
  3. a, b, c et d http://www.pouldergat.fr/index.php?page=anciens-manoirs
  4. A. Dupuy, Les épidémies en Bretagne au XVIIIe siècle", revue "Annales de Bretagne", 1886, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k214900h/f31.image.r=Plogoff.langFR
  5. Henri Monod, "Le choléra : histoire d'une épidémie, Finistère 1885-1886", 1892, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5578605r/f29.image.r=Ploar%C3%A9
  6. En fait, Pouldavid-sur-Mer n'était pas encore une commune à cette date et dépendait de la commune de Pouldergat
  7. Journal La Presse du 2 juillet 1857, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4777208/f2.image.r=Pouldavid
  8. a, b et c http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?insee=29224&dpt=29&idsource=37072&table=bp06
  9. http://www.pouldergat.net/Commemoration14-18.html
  10. http://www.pouldergat.net/pdfcom1418/Memoires1418_PB.pdf
  11. Nouvelles et correspondances, "La Géographie. Bulletin de la Section de Géographie", 1919, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k37768t/f672.image.r=Pouldavid
  12. "Bulletin des lois de la République française", 1890, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k214791c/f1276.image.r=Pouldavid
  13. Ar Vuhez Amzer Gwechall - Labourerien an douar hag ar mor - Pouldergat-Pouldavid de l'Ancien Régime à 1940., ULAMIR Centre Social du Goyen (ISBN 2-9510728-1-3), p. 179-206
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.
  16. "Prestiges du Finistère", de Yann Brekilien aux Éditions France-Empire