François Buzot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François Buzot
François Buzot, estampe de Louis-François Mariage d'après François Bonneville, Paris, BnF, département des estampes et de la photographie, fin du XVIIIe siècle.
François Buzot, estampe de Louis-François Mariage d'après François Bonneville, Paris, BnF, département des estampes et de la photographie, fin du XVIIIe siècle.
Fonctions
député du tiers état du bailliage d'Evreux puis à l'Assemblée nationale constituante
député de l'Eure à la Convention nationale
Biographie
Nom de naissance François Nicolas Léonard Buzot
Date de naissance
Lieu de naissance Évreux
Date de décès (à 34 ans)
Lieu de décès Saint-Magne-de-Castillon
Nationalité Drapeau de la France France
Parti politique girondin
Profession avocat

François Nicolas Léonard Buzot, né le à Évreux et mort le (le 30 prairial an II selon les archives parlementaires) à Saint-Magne-de-Castillon, est un homme politique français connu pour son engagement pendant la Révolution. Il a été membre de l’Assemblée nationale constituante de 1789-1791 et député de l’Eure à la Convention nationale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Député du tiers état[modifier | modifier le code]

Avocat à Évreux, il est élu député du tiers état aux États généraux par le bailliage d’Évreux en 1789. Immédiatement, à la Constituante, il prend vigoureusement parti contre la monarchie, la noblesse et le clergé. Dès le 6 août 1789, il définit les biens de l’Église comme la propriété de la Nation[1] et réclame leur nationalisation. Il demande également le droit pour tous les citoyens de porter des armes.

Rentré à Évreux après la dissolution de la Constituante, il devient, le 7 février 1792, le premier président du tribunal criminel nouvellement installé dans l'ancien séminaire des Eudistes. C’est à cette époque, lors d’un voyage à Paris, qu’il fait la connaissance de Manon Roland dont il s'éprend.

Député girondin à la Convention[modifier | modifier le code]

En 1792, il est réélu député de l’Eure à la Convention nationale. Sous l’influence de son amie, Manon Roland, il siège parmi les Girondins dont il s'affirme comme l' un des principaux orateurs. Il attaque la conduite de Marat, fait un rapport sur la création d’une garde nationale des départements pour défendre la Convention contre la foule parisienne. Sa proposition est acceptée, mais reste lettre morte. Il propose également un rapport sur les mesures à prendre contre les émigrés, dont il suggère le bannissement à perpétuité. Il propose d’établir la peine de mort contre quiconque proposerait de rétablir la royauté.

Première page du rapport du citoyen Buzot concernant les gardes nationales.

Lors du procès de Louis XVI, il vote affirmativement sur la culpabilité du roi et pour la ratification du jugement par le peuple. Il se prononce ainsi pour la mort avec l’amendement de Mailhe, et se prononce pour le sursis.

Membre de la commission de salut public, nouveau Comité de défense générale, à compter du 26 mars 1793, il combat l’instauration du tribunal criminel extraordinaire et du Comité de salut public; dans le même temps, il s’abstient, à la Convention nationale, dans le scrutin de la mise en accusation de Marat. Il est plusieurs fois dénoncé par les sections de Paris. Il vote affirmativement sur la question de savoir si le décret qui a cassé la Commission des Douze doit être rapporté.

Le proscrit[modifier | modifier le code]

Décrété d’arrestation avec les Girondins, le 2 juin 1793, il parvient à s’enfuir et gagne le département du Calvados où il tente d’organiser près d’Évreux un corps insurrectionnel fédéraliste contre la Convention. Le 13 juin, il est décrété d’accusation et, le 17 juillet, la Convention nationale décrète : « que la maison occupée par Buzot à Évreux, serait rasée, et qu’il n’en pourra être jamais bâti sur ce terrain. Il y sera élevé une colonne sur laquelle sera cette inscription : « Ici fut l’asile du scélérat Buzot, qui, représentant du peuple, conspira la perte de la République française[2]. »

Le 23 juillet 1793, la Convention nationale le déclare traître à la patrie. Poursuivi et traqué, il cherche un abri près de Bordeaux, alors entré en insurrection contre la Convention, il se cache avec Pétion et Barbaroux, à Saint-Émilion, pendant dix mois. Quand Salle et Guadet sont arrêtés dans la maison du père de Guadet[3], se croyant menacé, il quitte son asile en pleine nuit avec Pétion et Barbaroux. Toutefois, un berger les aperçoit dans un bois de pins. Barbaroux se tire un coup de pistolet, mais il se manque et se fait prendre (il est guillotiné le 25 juin). De leur côté, Pétion et Buzot s'enfoncent dans un champ de blé et se suicident à Saint-Magne-de-Castillon, dans le canton de Castillon[4]. On retrouve leurs cadavres, à moitié dévorés par les loups, quelques jours plus tard[5],[6],[7]. Buzot a laissé des Mémoires qui ont été publiés en 1823.

Hommage[modifier | modifier le code]

Le nom de « Buzot » a été donné au XIXe siècle (avant 1890) à l'une des rues d'Évreux[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Bodinier, « La Révolution française et la question agraire : un bilan national en 2010 », Histoire et Sociétés Rurales, no 33, 1er semestre 2010, p. 16.
  2. Cette plaque fut déposée le 6 ventôse an III.
  3. Joseph Guadet, Les Girondins, leur vie privée, leur vie publique, leur proscription et leur mort, Paris, Librairie académique Didier et Cie, 1861, tome II, p. 489.
  4. Vatel, Charles Joseph, Charlotte de Corday et les Girondins, t. III, Paris, H. Plon, 1864-1872, 506 p. (lire en ligne) , p. 755.
  5. Le procès-verbal de reconnaissance du corps de Pétion date du 7-8 messidor an II, l'acte de décès et le procès-verbal d'inhumation du 8 messidor. Voir Les manuscrits relatifs à l'histoire de la Révolution et de l'Empire: dans les bibliothèques publiques des départements, Société de l'histoire de la Révolution française, Paris, F. Rieder, 1913, 452 pages, p. 148.
  6. Selon Aurélien Vivie, Histoire de la Terreur à Bordeaux, Feret et fils, 1877, tome II, p. 286, « dans les premiers jours de juillet, des sans-culottes de Castillon, faisant une battue générale du côté de Saint-Magne, trouvèrent dans un champ les cadavres de Pétion et de Buzot ».
  7. Un récit assez développé des événements est donné par Charles-Aimé Dauban dans son Étude sur Madame Roland et son temps suivie des lettres de Madame Roland à Buzot et d'autres documents inédits, chap. XXXII : « Les Derniers Jours de Buzot », p. 251-261.
  8. Thuillier, Plan d’Évreux, in Paul Joanne, Dictionnaire de la France, 1890.