Saint-Nic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Nic
Saint-Nic
L'église paroissiale Saint-Nicaise.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Châteaulin
Intercommunalité Communauté de communes Pleyben-Châteaulin-Porzay
Maire
Mandat
Annie Kerhascoët
2020-2026
Code postal 29550
Code commune 29256
Démographie
Gentilé Saint-Nicais
Population
municipale
773 hab. (2017 en augmentation de 3,34 % par rapport à 2012)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 12′ 11″ nord, 4° 16′ 53″ ouest
Superficie 18,03 km2
Élections
Départementales Canton de Crozon
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Saint-Nic
Géolocalisation sur la carte : Finistère
Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Saint-Nic
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Nic
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Nic
Liens
Site web Site de la commune

Saint-Nic [sɛ̃nik] (en breton : Sant-Vig) est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune fait historiquement partie du pays Glazik, et plus localement du Porzay. Elle est située à l'entrée sud de la presqu'île de Crozon.

Description[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Nic, s'étend depuis les flancs sud-ouest du Ménez-Hom; le sommet principal, haut de 315 mètres, se trouve dans la commune de Dinéault, mais le sommet secondaire dénommé "Hielc'h", haut de 298 mètres, est situé en Saint-Nic et forme le point le plus élevé du finage communal, en pente orientée vers le sud-ouest ; les pentes, assez fortes par endroits, forment plusieurs gradins descendant progressivement vers l'Océan Atlantique. Seule la partie la plus à l'ouest, autour du hameau de Leuré, est relativement plane, formant un plateau vers 60 mètres d'altitude.

Le bourg est situé vers une soixantaine de mètres d'altitude. IL est situé à une certaine distance de la côte, sur un plateau : c'est là une caractéristique commune à de nombreuses communes littorales bretonnes (par exemple à Argol, Crozon, Plomodiern, Ploéven, etc..) les premiers émigrants bretons fixèrent le centre de leurs plous à l'intérieur des terres, probablement par crainte des pirates saxons[1].

De minuscules fleuves côtiers dévalent les pentes : celui de Caméros forme la limite communale avec Argol ; le ruisseau de Creac'h Milin occupe une position relativement centrale dans la commune, passant à l'ouest du bourg et se jetant dans l'Océan Atlantique au nord de la plage de Pentrez ; un autre, encore plus modeste , forme la limite avec Plomodiern, séparant la plage de Pentrez de son prolongement méridional, la plage de Lestrevet, située donc en Plomodiern , le tout étant dénommé "La Lieue de Grève".

Le littoral présente un aspect très contrasté entre la plage de Pentrez, découvrant largement à marée basse, et bordée de dunes de faible hauteur (7 mètres maximum) et d'une zone marécageuse dans sa partie sud d'une part, et les falaises atteigant jusqu'à 38 mètres d'altitude situées entre le nord de la plage de Pentrez et la plage de Caméros, de part et d'autre de la pointe de Kéréon.

Vue panoramique de la plage de Pentrez.

Habitat[modifier | modifier le code]

Toute la partie nord et nord-est du territoire communal est inhabitée, couverte de landes et de bois, en raison de l'altitude et ds pentes ; le hameau le plus élevé est celui de Kergoat Côme, à 167 mètres d'altitude. La partie centrale du finage communal présente un habitat rural dispersé en hameaux et fermes isolées. Le bourg a modérément grossi avec la création de quelques lotissements au nord du bourg ancien.

L'urbanisation balnéaire s'est concentrée en bordure de la partie nord de la plage de Pentrez, autour des hameaux de Bernal, Kervengard et Pors Moreau ; plusieurs commerces, notamment des restaurants, et des campings ont été crées le long de cette plage.

Transports[modifier | modifier le code]

La partie nord de la commune est traversée par la D 878 (ancienne route nationale 787) qui, venant de Châteaulin, contourne par le sud-ouest le massif du Ménez-Hom, avant de poursuivre en direction de Crozon. Le bourg de Saint-Nic est relié à cet axe routier via la D 63 en direction de Crozon et la D 108 en direction de Châteaulin.

La route longeant la plage de Pentrez correspond à une ancienne voie romaine, puis à la route royale (le tracé passait alors sur la Lieue de Grève elle-même) allant de Quimper à Lanvéoc en direction de Brest , via la traversée de la Rade de Brest. Cette route, inadaptée à un trafic routier important de transit en raison de son étroitesse et de sa traversée de la zone balnéaire de Pentrez est toutefois encore très empruntée car elle reste l'itinéraire le plus court pour aller de Quimper à Crozon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune proviendrait du nom d'un saint breton dénommé Saint Maeoc ou saint Maëc ou saint Mayeux ou saint Mieux ou saint Mic ou saint Nic. Le nom de la paroisse apparaît dès le XIe siècle dans des chartes sous les noms de Plebs Sent Nic in pago Porzoed ou Plebs Sent Mic, puis au XIVe siècle sous le nom de Seinctnic, puis en 1410 sous celui de « Saint Vic » et en 1599 Saint Nic[2].

Le nom Pentrez provient des mots bretons pen (signifiant "cap" et trez ("sable").

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le menhir de Lescorveau faisait partie d'un alignement de quatre menhirs situés à proximité et déplacés vers 1970[3]; deux autres menhirs sont visibles, l'un au Gorrequer (haut d'environ 1,30 mètre, déplacé lui aussi, il se trouvait initialement probablement au milieu des ruines du manoir de Penhoat)[4] et l'autre à Coathérel[5]. Un dolmen subsiste à Menez-Lié.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Des vestiges gallo-romains, notamment d'une saunerie, ont été découverts à Pentrez. Une construction gallo-romaine (un poste d'observation ?) située à mi-hauteur de la falaise exposée au sud située au nord de la plage de Pentrez est signalée comme « ayant été emportée par la mer, avec une partie de la falaise » en 1872[6].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Des historiens ont attribué au roi Gradlon la fondation de l'abbaye de Landévennec : dans un texte fort peu connu, Bachelot de la Pylaie a retrouvé à Plomodiern, c'est-à-dire sur les bords de l'ancienne palud, le souvenir d'un usage caractéristique en vigueur à la veille de la Révolution : « Nous rencontrons, au bord des sables de Pentrez, une grande roche (...) sur laquelle chaque nouvel abbé de Landévennec, entouré de ses confrères et des vassaux qui ressortaient de cette maison, répétait la formule de la prise de possession selon la coutume ordinaire des bénéficiers et là, faisant face à la baie de Douarnenez, il renouvelait ainsi les témoignages de la reconnaissance que les religieux de Landévennec conservaient au roi Gradlon, le fondateur de leur monastère. (...) Cette cérémonie, et surtout l'endroit où elle s'accomplissait, viennent se joindre aux traditions pour confirmer l'existence de la ville d'Ys dans ce somptueux bassin occupé maintenant par l'océan »[7].

Issue d'un démembrement de la paroisse de l'Armorique primitive de Plomodiern, Saint-Nic dépendait du diocèse de Cornouaille[2].

Le fief de Kéménet [Quéménet] comprenait alors les paroisses de Saint-Nic, Plomodiern, Ploéven, Plounevez et une partie de Locronan, ainsi que Penhars[8].

Au XIe siècle Hoël II de Bretagne, duc de Cornouaille, fit don du village de Pentrez à la cathédrale Saint-Corentin, en reconnaissance de la victoire qu'il remporta sur les seigneurs ligués contre lui, lors de son retour d'un pèlerinage à Rome et en Terre Sainte « sur la tombe des apôtres » effectué entre 1072 et 1078[9] .

Une révolte paysanne (jacquerie) éclata en 1489 en Cornouaille selon les dires du chanoine Jean Moreau : ce soulèvement paysan était contre l'introduction en Bretagne voulue par la noblesse de la loi féodale française substituée à la plus libérale "coutume du pays", le bail à domaine congéable. L'événement est ainsi décrit par l'historien Jean-Pierre Leguay: « Les paysans d'une quinzaine de paroisses dont Plouyé, Plonévez-du-Faou, Plomodiern, Saint-Nic... forment une "commune" qui se donne pour but de prendre Quimper et de la mettre à feu et à sang... Il est possible que "l'effroi" ait eu comme origine le congédiement par des propriétaires citadins de fermiers et convenanciers (...). »[10]. La répression fut rapide et brutale.

La famille de Pentrez était seigneur du dit lieu : présente aux réformations et montres de l'évêché de Cornouaille entre 1423 et 1562, elle fut reconnue d'ancienne extraction noble en 1669. Alain de Pentrez, vivant en 1481, épousa Aliette du Faou, dame de Botmel[11].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Trois nobles de Saint-Nic étaient présents à la montre de l'évêché de Cornouaille qui se tint à Quimper en 1562 : Morice Guermeur, Pierre Geffroy (sieur de Kermorgilly) et Hervé Goulhezre.

En 1590, pendant les guerres de la Ligue le brigandage, les loups (qui pullulaient dans les environs du Ménez Hom)et les épidémies désolèrent le pays, au point de le vider d'une bonne partie de ses habitants. La Lieue de Grève, qui servait aussi de lieu de passage pour les troupes, fut empruntée en 1594 d'abord par les troupes du maréchal d'Aumont (qui était du parti du roi Henri de Navarre, puis par celles du général espagnol Don Juan del Aguila, qui soutenait lesLigueurs en direction du fort de Crozon situé à la Pointe des Espagnols. Les deux armées repassèrent par Saint-Nic à leur retour ; le passage de ces troupes peu disciplinées n'allait pas sans graves inconvénients. Des chefs de bandes de brigands ravageaient aussi le pays.

Au XVIIe siècle la construction de l'actuelle église paroissiale, commencée au XVIe siècle, fut achevée, la chapelle Saint-Côme et Saint-Damien reconstruite, la chapelle Saint-Jean et la Chapelle-Neuve construites. Le prédicateur Julien Maunoir prêcha une mission à Saint-Nic en 1652.

Cette commune est connue pour des faits liés à la Révolte des Bonnets rouges en 1675.

La « maladie de Brest » (le typhus) gagna en février 1758 la presqu'île de Crozon et dans les premiers jours de mars se répandit dans la subdélégation du Faou. «  Le 19 mars il a déjà envahi Ploumodiern, Ploéven, Plounévez-Porzay, Locronan, Saint-Nic, Dinéaud. Le chirurgien envoyé dans cette région compte déjà 73 morts et 100 malades à Plounévez-Porzay, 117 morts et 127 malades à Ploumodiern, 35 morts à Ploéven »[12].

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Saint-Nic de fournir 10 hommes et de payer 65 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[13].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Saint-Nic en 1778 :

« Saint-Nic ; à 6 lieues au nord-ouest de Quimper, son évêché ; à 42 lieues de Rennes et à trois lieues du Faou, sa subdélégation. Cette paroisse ressortit à Châteaulin et compte 800 communiants[Note 1] ; la cure est à l'alternative. Le territoire, borné au nord par les montagnes de Meneham [Ménez-Hom] qui sont pleines de rochers, au sud par une lieue de grève et à l'ouest par la baie de Douarnenez, est encore traversé par la route de Quimper à Brest, de manière qu'il n'y a qu'une partie de ce terrein [terrain] qui soit cultivée. Ajoutons à cela qu'on y remarque encore des landes qui sont assez étendues. (...)[14]. »

Dans la suite de ce texte, Jean-Baptiste Ogée décrit longuement les trois sommets du Ménez-Hom et les pratiques, y compris les sacrifices humains, qu'il attribue aux druides[15], ce qui a été par la suite largement contesté par les historiens.

Révolution française[modifier | modifier le code]

À la veille de la Révolution, Saint-Nic compte 764 habitants répartis en 128 feux. Depuis un temps immémorial deux foires importantes s'y tenaient, l'une le mardi de la Pentecôte, à Saint-Côme très probablement, l'autre le 28 Septembre, au bourg (elles furent supprimées toutes deux en 1810 par décret). Joseph Charles Le Nir était alors recteur et Antoine Marie Le Hars curé de Saint-Nic[16].

Le le recteur et le curé prêtèrent tous les deux le serment de fidélité à la Constitution civile du clergé ; un vicaire, Mathurin Quiniquidec, le prêta le [17]. Les signes rappelant l'Ancien Régime et la féodalité furent détruits dans les églises et chapelles dans le courant de l'année 1791, notamment les blasons et armoiries, y compris ceux des vitraux[18]. Pierre Larour, de Brenalen, devint le premier maire de Saint-Nic ; il fut aussi élu capitaine des grenadiers de la Garde nationale le . Hervé Guéguéniat, de Penanvoez, devint maire de Saint-Nic. Quatre Saint-Nicais (Hervé Passéménou [Parcheminou] ; Jean Quinaou ; Corentin Passéménou [Parcheminou] et Yves Lastennet) furent volontaires pour servir dans les batteries de Quélern et Cornouaille[19]

Les biens des émigrés de la commune (de Moëllien-Gouandour, propriétaire de Porzandour ; de Kergariou, propriétaire de Porzamborgne ; de Brézal-Tinténiac, propriétaire du manoir et du moulin de Pentrez ; de Bouteville, propriétaire du Petit-Launay ; de Kersauson[20] ; Jacques-Etienne de Trédern, de Coativrac'h, seigneur de Guermeur) furent vendus comme biens nationaux[21]. Le 6 messidor an II ()Guillaume Le Droff, de Lessinguy, par ailleurs cultivateur et secrétaire greffier, fut nommé instituteur dans la commune, mais il fut remplacé moins d'un an plus tard par un couple d'instituteur, lesquels ne restèrent pas longtemps et Saint-Nic resta encore sans école pendant presqu'un siècle[22].

L'abbé Corentin Parcheminou a décrit les réquisitions de froment, seigle, bois, bœufs (les paysans utilisaient des bœufs attelés à l'époque), etc.., auxquelles durent de mauvaise grâce se soumettre les habitants de Saint-Nic entre 1792 et 1794[23]. D'autres durent servir comme canonniers gardes-côtes, notamment pour surveiller la Lieue de Grève, en raison de la Guerres de la Révolution française contre les Anglais, puis pendant les Guerres napoléoniennes[24].

Après la Terreur, l'abbé Hervé Calvez, de Penanvoez, fut le 26 vendémiaire an IV () élu recteur constitutionnel de Saint-Nic[25].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La première moitié du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Une épidémie de dysenterie sévit en 1826 à Saint-Nic, Telgruc et Argol. « La maladie a sévi surtout aux lieux les plus humides, et dans ceux qui étaient infectés par le voisinage du fumier et de débris végétaux en putréfaction. La maladie s'est développée à une époque où des pluies continuelles venaient de succéder à une température très chaude. Elle consistait en une dysenterie qui attaquait surtout les vieillards et les enfants ; elle se compliqua souvent chez ces derniers d'une rougeole de mauvaise nature. Elle fut grave, car dans un village sur une population de 120 individus, 23 périrent en un mois et en général ma mortalité fut, dans les deux derniers mois de la maladie, double de ce qu'elle avait été dans toute l'année qui avait précédé »[26].

A. Marteville et P. Vari, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Saint-Nic en 1845 :

« Saint-Nic (sous l'invocation de saint Nicaise, évêque) : commune formée de l'ancienne paroisse de ce nom, aujourd'hui succursale. (...) Principaux villages : Coatperle, Kermot, Porsgourmelin, Creac'h Milin, Porsargall, Porsargoff, Quilien, Kervengart. Maisons importantes : le Leuré, Pentrez. Superficie totale 1 791 hectares dont (...) terres labourables 406 ha, prés et pâturages 56 ha, vergers 2 ha, bois 69 ha, landes et incultes 1 107 ha. (...) Moulins : 8 (à eau, de Caralen, de Brenal, de Brégaler, de Guern Bihan, de Kermazily). Il y a en Saint-Nic, outre l'église, les chapelles Saint-Côme et Saint-Jean. Saint-Nic est un assez vaste territoire où, bien que les engrais de mer abondent sur ses rives, l'agriculture est loin de progresser, et laisse encore plus de 1 100 hectares incultes. Il est vrai que la plupart de ces terrains incultes sont situés dans des montagnes où la culture serait impossible. La route de Quimper à Brest (par Lanvéoc) traverse la partie ouest de Saint-Nic et se dessine sur la grève, où elle se partage entre cette commune et celle de Plomodiern, sous le nom de lieue de grève. Au-delà est la mer. Cette route ne partage donc aucunement la commune de Saint-Nic en terres incultes et en terres cultivées, comme le dit notre auteur [Jean-Baptiste Ogée]. (...) La commune de Saint-Nic est, comme plusieurs communes du Finistère, très désolée par la gale. On l'y combat par la graisse rance et la poudre à canon. L'eau-de-vie et le poivre sont encore un remède local typiquement appliqué à toutes les fièvres. La langue française ne pénètre que difficilement dans ce pays ; mais, chose bizarre, le système décimal y a été adopté avec un extrême empressement.Géologie : grès au nord ; au sud terrain tertiaire moyen. On parle le breton.[27] »

En 1852, J.-M.-P.-A. Limon indique que les habitants de Saint-Nic coupent tous les ans, conformément aux décisions du conseil municipal les « herbes marines » (goémon)[28].

L'aménagement du passage de la Lieue de Grève[modifier | modifier le code]

Rousseau, conseiller général, dit dans un rapport écrit en 1872 à l'intention du Conseil général du Finistère : « Actuellement , la route présente une lacune de 2 600 mètres entre l'embouchure du ruisseau de Stang-ar-Rible et le village de Pentrez : elle emprunte la grève pour franchir cet intervalle. Cet état de choses constitue un véritable danger, surtout aux époques de grande marée et pour la circulation de nuit. MM. les Ingénieurs rappellent que des voyageurs ont péri sur ce point, emportés par les vagues. De plus, aux abords de la lacune, la route actuelle présente, du côté de Quimper, une déclivité qui atteint 0,16 m par mètre, et, du côté de Lanvéoc, sur une longueur de 2 kilomètre environ, une série de pentes et contre-pentes qui dépassent 0,10 m [par mètre] ». Le programme d'aménagement de cette route fut adopté[29].

Du sable calcaire était extrait de la Lieue de Grève pour des besoins agricoles comme l'indique la revue "Annales agronomiques" publiée en 1878[30]

La création tardive des écoles[modifier | modifier le code]

En 1887 la commune de Saint-Nic fut dans l'obligation de construire une école publique de garçons afin de respecter la loi du sur les constructions d'office qui oblige les communes dépourvues d'école publique à en construire une[31]. En , un rapport du Conseil général du Finistère indique l'ouverture d'une école de garçons à Saint-Nic, ce qui réduit alors à 28 le nombre des communes du département encore sans école[32] ; elle ouvrit le , dirigée par une religieuse du Saint-Esprit. Une école de filles semble avoir existé à partir de 1863 (son existence est attestée en 1865)[33].

Les orphelins de l'Assistance publique étaient au XIXe siècle et dans les premières décennies du XXe siècle nombreux à être élevés dans les communes de Telgruc, Argol, Saint-Nic, etc.[34].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Adrien de Baroncelli écrit vers 1900 que « la route de Quimper traverse, à la plage de Pentrez, la Lieue de grève, partie de la route tracée dans le sable, seulement par le passage des voitures, et sur laquelle nous n'engageons pas le cycliste à s'aventurer »[35].

Le un service d'automobile commença à fonctionner entre Châteaulin et Crozon : « le départ de Crozon a lieu le matin vers sept heures et le retour de Châteaulin vers cinq heures du soir. Le trajet est effectué en moins de deux heures, en desservant les bourgs de Telgruc, Saint-Nic et Plomodiern. (...) La voiture, qui est très confortable, peut contenir dix places au maximum »[36].

Le programme des fêtes de Pentrez-les-Bains organisées en 1908 (journal L'Ouest-Éclair du ).

En réponse à une enquête épiscopale organisée en 1902 par Mgr Dubillard, évêque de Quimper et de Léon en raison de la politique alors menée par le gouvernement d'Émile Combes contre l'utilisation du breton par les membres du clergé, le recteur de Saint-Nic, l'abbé Berthou, écrit que ses paroissiens « n'ont qu'une connaissance très imparfaite du français » ; il ajoute que « dans la paroisse de Saint-Nic, il n'y a que le catéchisme breton : les parents et les catéchistes ne l'enseignent que dans cette langue »[37].

La fermeture de l'école congrégationniste en vertu des décrets d'application de la loi sur les congrégations se produisit le  : « À Saint-Nic la fermeture de l'école fut opérée par MM. Martin et Moerdès, commissaires à Brest, assistés de trois brigades de gendarmerie venues de Châteaulin, de Crozon et d'Argol ; les sœurs ouvrirent elles-mêmes les portes de l'école pendant qu'un millier de personnes les acclamaient »[38].

En 1911, Paul Gruyer indique l'existence de deux petits hôtels, l'un à Saint-Nic, l'autre à Pentrez, à prix modérés, et de quelques chalets, loués deux cents francs par mois environ dans cette « petite station balnéaire en formation »[39]. Déjà en 1890 la Compagnie du Chemin de fer d'Orléans proposait des billets à prix réduit à destination des "Bains de mer de l'Océan", notamment pour Châteaulin (Pentrez, Crozon-Morgat)[40]. Des fêtes étaient organisées à "Pentrez-les-Bains" chaque année au mois d'août depuis au moins 1904[41].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Saint-Nic porte les noms de 53 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux Pierre Marc, matelot, est disparu en mer lors du naufrage du cuirassé Bouvet le lors de la Bataille des Dardanelles; deux soldats au moins sont morts sur le front belge (Yves Prigent à Rossignol dès le et Corentin Larour le à Olsene) ; la plupart des autres sont décédés sur le sol français, dont Pierre Le Doaré, tué à l'ennemi le à Vienne-le-Château (Marne), décoré de la Légion d'honneur et de la Croix de guerre ; trois soldats : Pierre Keravel, Pierre Larour, Pierre Didailler, Hervé Latreille et Pierre Ulm sont morts de maladie contracté en service après l'armistice dans le courant de l'année 1919[42].

Un camp de prisonniers de guerre allemands a existé à Saint-Nic pendant la Première Guerre mondiale[43].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

L'abbé Corentin Parcheminou décrit ainsi Saint-Nic vers 1930 :

« Avec son bourg central, ses dimensions régulières, ses frontières naturelles, Saint-Nic pourrait être donné comme le modèle des paroisses rurales.Située à l'extrémité nord de la riche plaine du Porzay, encerclée de collines bleutées et tachetée de bocages verdoyants, éloigné de tout centre quelque peu important (...), cette paroisse a conservé jusqu'ici le particularisme charmant de la vieille Bretagne. Ses habitants portent l'habit glazik et parlent exclusivement la langue bretonne entre eux. (...) Seule sa magnifique plage, l'immense Lieue de Grève, lui vaut quelque renom et attire chaque année un certain nombre de baigneurs.[44] »

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Une stèle commémorative situé à côté du monument aux morts porte les noms de 30 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale ; parmi celles dont les circonstances du décès sont indiquées, 4 au moins sont des marins morts en mer : Corentin Apéré et Jean Davanceaux, marins à bord du cuirassé Bretagne, victimes de l'attaque anglaise de Mers el-Kébir, Jacques Larour, victime à bord du contre-torpilleur Milan devant Casablanca le lors de l'Opération Torch et Pierre Drogou accidentellement le à bord du contre-torpilleur Le Fantasque. Quatre hommes sont décédés en Allemagne : André Le Flao, résistant, au camp de concentration de Dachau le , Guillaume Prijac le , Pierre Quillien le dans le Schleswig et Pierre Lézenven, mort des suites de ses blessures le alors qu'ils étaient tous les trois prisonniers de guerre[45].

Pierre Didailler, résistant, arrêté par les Allemands, n’a jamais été revu et l’on a perdu trace de lui le après qu'il ait été incarcéré à la prison de Pontaniou à Brest. Jean-Pierre Douguet, originaire de Dinéault, résistant, âgé de 42 ans, fut arrêté à Ploéven et fusillé dans un chemin creux à Lessinguy, à la sortie du bourg de Saint-Nic le  ; il a été décoré à titre posthume de la Médaille de la Résistance[46]. Trois résistants ont été tués lors de la bataille du Ménez Hom fin août 1944 et six personnes civiles sont décédées victimes des bombardements que subit la commune[47].

Une association des sinistrés de Saint-Nic-Pentrez fut déclarée à la sous-préfecture de Châteaulin le  ; son siège social fut déclaré chez l'abbé Péron, au bourg de Saint-Nic[48].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792   Pierre Larour[Note 2]   Cultivateur.
1792   Hervé Guéguéniat[Note 3]    
1793   Étienne Le Droff    
1803 1815 Michel Damoy[Note 4]   Cultivateur. Acheta le presbytère de Saint-Nic vendu comme bien national.
1815 1836 Jean Horellou    
         
1844 1893 Corentin Guéguéniat    
1893 1896 Hervé Guéguéniat    
1896 1899 Hervé Le Droff    
1900 1904 Corentin Guéguéniat    
1904 1942 Pierre Marie Bideau[Note 5]   Cultivateur.
1942 1944 Hervé Didailler[Note 6]    
1945 1952 Amédée Lautrou[Note 7]   Employé de commerce.
         
1969   Hervé Kernévez[Note 8]    
1971 1977 Alexis Guéguen[Note 9]    
1977 1989 Marie Fertil    
1989 1995 Joseph Capitaine[Note 10]   Gérant de camping. Pendant son mandat il aménage la mairie actuelle et fait effectuer
des travaux d'aménagement le long du littoral[49]
1995 2001 Denise Guillou[Note 11]    
2001 28 mars 2014 Maurice Le Béchec   Réélu en 2008. Décide en 2014 de ne pas se représenter[50].
28 mars 2014 19 octobre 2018 Jean-Yves Le Grand PS Retraité. Démissionne en 2018[51].
19 octobre 2018 En cours Annie Kerhascoët   Réélue en 2020[52]
Les données manquantes sont à compléter.

Monuments[modifier | modifier le code]

Ses vitraux ont été classés monument historique dès novembre 1906[54], le reste de l'édifice l'étant en deux temps (en 1926 et 1946). L'église possède une piétà en kersanton polychrome sculptée par les frères Prigent (1527-1577)[55].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • La chapelle Saint-Côme et Saint-Damien : elle a été édifiée en plusieurs étapes à partir du XVe siècle. Comme saint Côme et saint Damien possédaient des dons de médecins et chirurgiens, on peut voir dans cette chapelle la christianisation d'un antique lieu de guérison pré-chrétien. Elle fut pendant longtemps un lieu de pèlerinage très fréquenté, ce qui explique que la chapelle est de vaste dimension. La fontaine sacrée, de style gothique, était réputée guérir les maux de tête (elle est désormais isolée au milieu des pâturages). La charpente de la nef est composée d'une multitude de poutrelles richement sculptée de figures emblématiques monstrueuses. La chapelle est surmontée d'un beau clocher à galerie. Son pardon a lieu chaque Lundi de Pentecôte[56].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • La chapelle Saint-Jean, qui date du XVIe siècle (mais remaniée au XVIIe siècle et restaurée en 1873), possède un petit clocher bosselé, de jolies portes gothiques et des fenêtres flamboyantes ; un calvaire datant de 1645 se trouve dans son enclos et une fontaine, située à proximité, porte la date de 1712.[57].
  • La Chapelle-Neuve, qui se trouvait au pied du Ménez-Hom et était dédiée à Notre-Dame-de-Tous-Remèdes, a disparu peu après la Révolution française.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[58]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[59].

En 2017, la commune comptait 773 habitants[Note 12], en augmentation de 3,34 % par rapport à 2012 (Finistère : +0,86 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7977687719119279891 1061 1341 187
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1591 1211 0801 0681 0851 1171 1281 1681 128
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1011 2001 1931 1211 1281 0961 0701 074980
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
957898806728709705735737774
2017 - - - - - - - -
773--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[60] puis Insee à partir de 2006[61].)
Histogramme de l'évolution démographique

Plages[modifier | modifier le code]

  • Plage de Pentrez, la lieue de grève.
  • Plage de Caméros, au-dessus de laquelle volent les parapentistes locaux.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Tableaux[modifier | modifier le code]

  • Henry Moret : La moisson devant le clocher de Saint-Nic (huile sur toile, non daté, 60 × 74 cm, collection privée).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lukian Prijac, Histoire de Saint-Nic et de Pentrez, Les éditions du Menhir, 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Personnes en âge de communier.
  2. Pierre Larour, né le à Brenalen en Saint-Nic, décédé le à Brenalen en Saint-Nic.
  3. Hervé Guéguéniat, né le à Penanvoez en Saint-Nic, décédé le à Saint-Nic.
  4. >Michel Damoy, né le à Irreville (Eure), décédé le à l'ancien presbytère de Saint-Nic.
  5. Pierre Marie Bideau, né le à Saint-Nic, décédé le au Grand Launay en Saint-Nic.
  6. Hervé Didailler, né le à Saint-Nic, décédé le à Saint-Nic.
  7. Amédée Lautrou, né le à Châteaulin, décédé le à Saint-Nic.
  8. Hervé Kernévez, né le à Lessinguy en Saint-Nic, décédé le .
  9. Alexis Guéguen, né en 1924, décédé en 2009.
  10. Joseph Capitaine, né en 1940 à Dinéault, décédé en novembre 2019.
  11. Denise Guillou, née Le Chevalier, décédée en mai 2013 âgée de 81 ans.
  12. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. René Largillière, Les saints et l'organisation chrétienne primitive dans l'Armorique bretonne, (lire en ligne)
  2. a et b « Saint-Nic », sur InfoBRETAGNE.com
  3. http://megalithes-breton.fr/29/accueil_29.php?nom=me/lescorveau.html
  4. http://www.t4t35.fr/Megalithes/AfficheSite.aspx?NumSite=32525
  5. http://www.t4t35.fr/Megalithes/AfficheSite.aspx?NumSite=32512
  6. R.-F. Le Men, La cité des Osismiiet la cité des Veneti, "Revue archéologique", 1872, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203592m/f109.image.r=Pentrez?rk=1416316;0
  7. Henri Queffélec, "Tempête sur la ville d'Ys", 1962, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k33526026/f25.image.r=Plomodiern?rk=6759690;0
  8. Paul Aveneau de La Grançière, "Notes historiques sur la paroisse de Pluguffan, avec notices généalogiques sur la plupart des familles de la Basse-Bretagne", 1896, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5474912f/f83.image.r=Crozon?rk=6566556;0
  9. Barthélémy-Amédée Pocquet du Haut-Jussé Les Papes et les Ducs de Bretagne COOP Breizh Spézet (2000) (ISBN 284346 0778) p. 27 et p. 37, note no 106
  10. Jean-Pierre Leguay et Hervé Martin, "Fastes et malheurs de la Bretagne ducale 1212-1532", éditions Ouest-France Université, 1982, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3381952n.r=Plomodiern?rk=6824068;0
  11. Pol Potier de Courcy, "Nobiliaire et armorial de Bretagne", édition 2, tome 2, 1862, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5406239c/f258.image.r=Pentrez?rk=1201722;4
  12. A. Dupouy, Les épidémies en Bretagne au XVIIIe siècle, revue "Annales de Bretagne", n° de novembre 1886, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k214900h/f37.image.r=Ploeven?rk=1802584;0
  13. "Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne", 1759, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f7.image.r=Plovan?rk=21459;2
  14. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 4, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist04og/page/348/mode/2up
  15. https://archive.org/details/dictionnairehist04og/page/350/mode/2up
  16. http://www.infobretagne.com/saint-nic-municipalite-paroisse.htm
  17. http://www.infobretagne.com/saint-nic-prestation-serment.htm
  18. http://www.infobretagne.com/saint-nic-abolition-privileges.htm
  19. http://www.infobretagne.com/saint-nic-gardes-nationaux.htm
  20. Jacques Mathurin Julien de Kersauson, seigneur de Kerivynic-Pentrez, Rostellec et autres lieux, né en 1723 à Landerneau, décédé sans héritiers, voir Joseph Marie de Kersauson de Pennendreff, "Histoire généalogique de la maison de Kersauson", 1886, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55649073/f351.image.r=Pentrez.
  21. http://www.infobretagne.com/saint-nic-emigres-confiscation-biens.htm
  22. http://www.infobretagne.com/saint-nic-presbytere-ecole-eglise.htm
  23. http://www.infobretagne.com/saint-nic-fraudes-resistance.htm
  24. http://www.infobretagne.com/saint-nic-troupes-soldats-anglais.htm
  25. http://www.infobretagne.com/saint-nic-garde-nationale-instituteur.htm
  26. Société de chimie médicale (France), "Journal de chimie médicale, de pharmacie et de toxicologie", 1827, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97401518/f308.image.r=Argol?rk=9699618;4
  27. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1845, consultable https://books.google.fr/books?id=9o8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwj69prEovTrAhVFSxoKHQbBAU8Q6wEwAHoECAEQAQ#v=onepage&q=Saint-Nic&f=false
  28. J.-M.-P.-A. Limon, "Usages et règlements locaux en vigueur dans le département du Finistère", 1852, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5688569v/f379.image.r=Porzay?rk=4742512;4
  29. "Rapports et délibérations / Conseil général du Finistère", août 1872, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55646502/f394.image.r=Pentrez?rk=1330478;4
  30. "Annales agronomiques, 1878, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6378182j/f150.image.r=Pentrez?rk=1523612;4
  31. Journal La Lanterne, n° du 6 septembre 1887, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7504517v/f3.image.r=Tr%C3%A9babu?rk=1008588;4
  32. "Rapports et délibérations du Conseil général du Finistère", avril 1872, page 8, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5562178s/f8.image.r=Perguet.langFR
  33. http://www.infobretagne.com/saint-nic-presbytere-ecole-eglise.htm
  34. "Bulletin des congrégations", n° du 29 janvier 1899, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57579203/f7.image.r=Telgruc?rk=21459;2
  35. Adrien de Baroncelli, "La Bretagne, plages bretonnes", 2e édition, 1890-1910, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57727101/f69.image.r=Telgruc?rk=1030048;0
  36. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 28 mai 1901, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6392603/f3.image.r=argol?rk=300430;4
  37. Fanch Broudic, L'interdiction du breton en 1902, Coop Breizh, (ISBN 2-909924-78-5)
  38. Journal Le Temps, n° du 10 août 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2372168/f3.image.r=Argol?rk=321890;0
  39. Paul Gruyer, "Bains de mer de Bretagne, du Mont Saint-Michel à Saint-Nazaire : guide pratique des stations balnéaires avec leurs voies d'accès et leurs principales excursions", 1911, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55305260/f212.image.r=Pentrez?rk=236052;4
  40. Journal Le Pays, n° du 3 mai 1890, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4673084s/f4.image.r=Pentrez?rk=21459;2
  41. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 9 août 1904, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6404250/f4.image.r=Pentrez?rk=150215;2
  42. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=47330
  43. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 4 mai 1916, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5672293/f5.image.r=Saintnic?rk=171674;4
  44. Abbé Corentin Parcheminou, "Une paroisse cornouaillaise pendant la Révolution Saint-Nic, ses monuments religieux", 1930, cité par http://www.infobretagne.com/saint-nic-revolution.htm
  45. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=67988
  46. https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-nic-29550/saint-nic-une-decoration-posthume-jean-pierre-douguet-6473591
  47. http://www.saint-nic.fr/images/Hommage%20Douguet/hommage_lebechec.pdf
  48. "Journal officiel de la République française. Lois et décrets", n° du 26 août 1945, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9682620x/f16.image.r=Pentrez?rk=171674;4
  49. « Disparition. Joseph Capitaine, ancien maire, n’est plus », sur letelegramme.fr, Le Télégramme, (consulté le 20 septembre 2020).
  50. https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-nic-29550/reunis-pour-saint-nic-70578 et https://www.ouest-france.fr/bretagne/chateaulin-29150/saint-nic-maurice-le-bechec-le-maire-ne-se-represente-pas-1835696
  51. https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-nic-29550/jean-yves-le-grand-ete-elu-maire-2081559 et https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-nic-29550/saint-nic-jean-yves-le-grand-maire-demissionne-5991513
  52. https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/saint-nic-annie-kerhascoet-conforte-sa-majorite-6888425
  53. http://www.saint-nic.fr/eglise-st-nicaise.htm et http://www.infobretagne.com/saint-nic-eglise.htm
  54. jean-yves cordier, « Les vitraux de l'église de Saint-Nic (29). », sur aile.com, Le blog de jean-yves cordier, (consulté le 20 septembre 2020).
  55. jean-yves cordier, « L'église Saint-Nicaise à Saint-Nic III. La Pietà en kersanton polychrome par les frères Prigent. », sur aile.com, Le blog de jean-yves cordier, (consulté le 20 septembre 2020).
  56. http://www.infobretagne.com/saint-nic-chapelle-saint-come-damien.htm
  57. http://www.infobretagne.com/saint-nic-chapelle-saint-jean.htm
  58. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  59. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  60. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  61. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.