Germain Garnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Garnier.
Germain Garnier
Fonctions
Pair de France
Membre du Sénat conservateur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Activités
Autres informations
Distinctions
Grand officier de la Légion d'honneur‎
Grand-croix de l'ordre de la Réunion (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Germain, marquis Garnier, né le à Auxerre, mort le à Paris, est un économiste, écrivain et homme politique français des XVIIIe et XIXe siècles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et début de carrière[modifier | modifier le code]

Fils de notaire, descendant d'une ancienne famille bourgeoise, il fait des études de droit à Paris. Avocat dans la capitale, il achète une charge de procureur au Châtelet en 1779 - charge qu'il revend en 1788 - et fait rapidement fortune. Poète de salon, il noue de précieuses relations parmi la bonne société parisienne, notamment Louis de Narbonne et Talleyrand, et devient, par l'entremise de la duchesse de Narbonne, secrétaire du cabinet de Madame Adélaïde, tante de Louis XVI, charge dont il se démet en 1788.

Action politique[modifier | modifier le code]

Accueillant la Révolution avec défiance, il se fait élire député suppléant de la ville de Paris intra-muros aux États généraux en 1789. Président du district du quartier Saint-Honoré en 1790, il harangue le roi, le 12 février, au nom des présidents des autres districts et des soixante commandants des bataillons de la garde nationale. La même année, il s'inscrit au Club des Impartiaux, plus connu sous le nom de Club monarchique, fondé par Stanislas de Clermont-Tonnerre. Élu le 18 février 1791 administrateur du département de la Seine, il devient vice-président du directoire.

Le , le roi lui propose le ministère de la Justice dans le nouveau cabinet girondin, mais, en opposition avec Roland et Clavière, il rejette la demande. La même année, il publie De la propriété considérée dans ses rapports avec le droit politique, où il se montre disciple de l'économiste Quesnay.

Quittant la France pour le Canton de Vaud après la journée du 10 août 1792, il n'y rentre qu'en 1795. Lors du renouvellement du 5 prairial an V (), il est porté par le Conseil des Cinq-Cents sur la liste des candidats au poste de directeur, mais le Conseil des Anciens lui préfère François Barthélemy.

Approuvant le coup d'État du 18 brumaire, il est nommé préfet de Seine-et-Oise en 1800. Puis il fait son entrée au Sénat conservateur le 6 germinal an XII () et devient commandant de la Légion d'honneur le 25 prairial suivant ()[1], membre du Conseil du sceau des titres le , comte de l'Empire le 26 avril suivant, président du Sénat du au , titulaire de la sénatorerie de Limoges en 1810 puis de celle de Trèves en 1811 (à la place de Lucien Bonaparte), grand officier de la Légion d'honneur le , grand-croix de l'ordre de la Réunion le , mais aussi membre du grand conseil d'administration du Sénat et président des donataires dans les principautés de Bayreuth et d'Erfurt.

Nommé par décret du commissaire extraordinaire dans la 2e division militaire, à Bordeaux, il refuse le poste.

En , il vote la déchéance de Napoléon et favorise le retour de Louis XVIII. Membre de la commission à laquelle est communiquée la charte, il est nommé à la Chambre des pairs par l'ordonnance du . Il en est l'un des orateurs les plus actifs et est chargé presque constamment des rapports relatifs au budget.

Lors des Cent-Jours, il rédige l'adresse de la Chambre des pairs au Roi, avant de se retirer à la campagne. De retour à Paris le , il retrouve son titre de pair de France, avec le titre de marquis ().

À la Chambre haute, il vota pour la mort dans le procès du maréchal Ney (), défendit la politique ministérielle, mais parla en faveur de la liberté de la presse et du commerce des céréales, et fut plusieurs fois membre et rapporteur de la commission du budget.

En outre, il est nommé, par ordonnance royale de 1816, membre libre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres (il en était correspondant depuis la réorganisation de l'Institut en 1800), président du collège électoral de Seine-et-Oise, membre du conseil privé et ministre d'État.

Le marquis Germain mourut à Paris, le , sans alliance ni postérité[2]. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (39e division)[3].

Travaux littéraires[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur d'une traduction de Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations d'Adam Smith (1805), enrichie de notes et d'additions où il témoigne de son attachement pour les idées de Quesnay. Il a également traduit deux romans de l'anglais, Les aventures de Caleb Williams de William Godwin (1795) et Les Visions du château des Pyrénées de Catherine Cuthbertson[4] (1809), et des poésies de Lady Montagu (1805). Il a édité les Œuvres complètes de Racine et annoté les Commentaires de La Harpe sur le tragédien (1807). Enfin, c'est lui qui a communiqué les Lettres inédites de madame de Sévigné publiées par Millevoye en 1814.

Il est également l'auteur d'une comédie, Les Girandoles, ou la Tricherie revient à son maître (1782), et d'une chanson, J'ai vu Lise hier soir, attribuée un temps au comte de Provence.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • De la propriété considérée dans ses rapports avec le droit politique, 1792
  • Abrégé élémentaire des principes de l'économie politique, 1796
  • Description géographique ou physique du département de Seine-et-Oise, 1802
  • Théorie des banques d'escompte, 1806
  • Rapport, au nom de la commission spéciale de sept membres, relativement au projet de loi sur les finances en 1815, 1816
  • Deux mémoires sur la valeur des monnaies de compte chez les peuples de l'Antiquité, 1817
  • Observations en réponse aux « Considérations générales sur l'évaluation des monnaies grecques et romaines », 1818
  • Histoire de la monnaie, depuis le temps de la plus haute Antiquité, jusqu'au règne de Charlemagne, 1819

Titres[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext comte sénateur de l'Empire GCOR.svg
Blason Germain Garnier (1754-1821).svg
Armes du comte Garnier et de l'Empire

D'argent, à trois chevrons de gueules au chef cousu d'or chargé de deux étoiles du second, au franc-quartier des sénateurs brochant sur le tout.[5],[2]

Orn ext Marquis et pair GOLH.svg
Blason Germain Garnier (1754-1821) pair de France.svg
Armes du marquis Germain, pair de France

D'argent à trois chevrons de gueules, au chef [soudé] d'or chargé de trois étoiles de gueules.[6],[8]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Document utilisé pour la rédaction de l’article« Garnier (Germain, marquis) », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, [détail de l’édition] , tome 3, p. 112, Garnier-Garrau lire en ligne ;
  • Jacques-Alphonse Mahul, Annuaire nécrologique, ou Supplément annuel et continuation de toutes les biographies ou dictionnaires historiques, 2e année, 1821, Paris : Ponthieu, 1822, p. 184-191 [1]
  • Philippe Le Bas, Dictionnaire encyclopédique de la France, Firmin Didot et frères, 1842, p. 630-631
  • Abbé Jean Lebeuf, Ambroise Challe, Maximilien Quantin, Mémoires concernant l'histoire civile et ecclésiastique d'Auxerre et de son ancien diocèse, Perriquet, 1855, p. 439
  • Jean-Chrétien Ferdinand Hoefer (dir.), Nouvelle biographie générale, Firmin Didot et frères, tome 19, notice d'A. Guillard, p. 521

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cote LH/1077/8 », base Léonore, ministère français de la Culture
  2. a et b Jean-Pierre Bibet, « Les amis du patrimoine napoléonien - Premier et Second Empire », GARNIER (Germain) Président du Sénat, Comte d'Empire - YONNE, sur lesapn.forumactif.fr (consulté le 13 août 2011)
  3. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents, (ISBN 978-2914611480), p. 356
  4. La page de titre de la traduction donne à tort le nom d'Ann Radcliffe comme auteur de ce roman, paru en 1803 sous le titre Romance of the Pyrenes.
  5. a, b et c « BB/29/974 page 65. », Titre de comte accordé à Germain-Garnier. Bayonne ()., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le 4 juin 2011)
  6. a et b François Velde, « Armory of the French Hereditary Peerage (1814-30) », Lay Peers, sur www.heraldica.org, (consulté le 18 juin 2011)
  7. « Cote LH/1077/8 », base Léonore, ministère français de la Culture
  8. Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général, t. (tome 1 et 2), Gouda, G.B. van Goor zonen, 1884-1887

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :