Gouffre Jean-Bernard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bernard et Jean Bernard.
Gouffre Jean-Bernard
Localisation
Coordonnées
Adresse
Massif
Localité voisine
Caractéristiques
Longueur connue
24 691 m (en 2017)
Température
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Auvergne-Rhône-Alpes
voir sur la carte d’Auvergne-Rhône-Alpes
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Haute-Savoie
voir sur la carte de Haute-Savoie
Red pog.svg

Le gouffre Jean-Bernard est une cavité souterraine naturelle, possédant plusieurs entrées, toutes situées sur la commune française de Samoëns en Haute-Savoie (région Auvergne-Rhône-Alpes), dans le massif du Haut-Giffre.

Le gouffre Jean-Bernard fut pendant presque vingt ans la cavité la plus profonde connue du monde, suite au « passage » à la cote −1 358 mètres en , avant d'être dépassée par le gouffre Mirolda en [1] De 2004 à 2015, le réseau présentait une profondeur de 1 602 mètres. Une synthèse topographique réalisée en 2017 affiche une dénivelée totale de 1 625 mètres, pour un développement cumulé de 24 691 mètres[2], ce qui en fait en 2018 la septième cavité mondiale la plus profonde.

Historique[modifier | modifier le code]

Le gouffre a été ainsi baptisé par les spéléos du club Vulcain en souvenirs des spéléologues Jean Dupont et Bernard Raffy, emportés dans une crue pendant une exploration de la goule de Foussoubie en 1963.

Le gouffre Jean-Bernard fut pendant presque vingt ans la cavité la plus profonde connue du monde, au « passage » à la cote −1 358 mètres en , avant d'être dépassée par le gouffre Mirolda en [1].

De 2004 à 2015 il reste le deuxième gouffre le plus profond de France avec −1 602 mètres[3] et le sixième mondial ; son développement atteint les 23 656 mètres en 2015[4].

Une synthèse topographique réalisée de 2013 à 2017 par le groupe spéléo Vulcain affiche une dénivelée totale de 1 625 mètres, pour un développement cumulé de 24 691 mètres[2], ce qui en fait en 2018 la septième cavité mondiale la plus profonde.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Paul Courbon, « Chronologie du gouffre le plus profond du monde », sur chroniques-souterraines.fr, (consulté le 30 mai 2017).
  2. a et b Groupe spéléo Vulcain, « Gouffre Jean-Bernard - coupe développée » [PDF], sur groupe-speleo-vulcain.com, (consulté le 16 septembre 2018)
  3. Groupe spéléo Vulcain, « Gouffre Jean-Bernard coupe » [PDF], sur groupe-speleo-vulcain.com (consulté le 3 avril 2017).
  4. Groupe spéléo Vulcain, « Gouffre Jean-Bernard plan » [PDF], sur groupe-speleo-vulcain.com (consulté le 3 avril 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Richard Maire, « Les karsts haut-alpins de Platé, du Haut-Giffre et de Suisse Occidentale », revue de géographie alpine, vol. 65,‎ , p. 403-425 (lire en ligne, consulté le 8 juillet 2017).
  • Pierre Rias, -1455 mètres et après?, Grenoble, Glénat, coll. « Aventures Extraordinaires », , 89 p. (ISBN 2-7234-0229-0).
  • Richard Maire, Christian Rigaldie, Spéléo Sportive dans les Alpes de Haute Savoie (Haut Giffre et Désert de Plate), 1984 (ISBN 2-85744-181-9).
  • Jean-Jacques Delannoy et Richard Maire, « Les grandes cavités alpines. Répartition et contexte hydrogéologique », revue Karstologia, vol. 3,‎ , p. 61 (lire en ligne, consulté le 13 mai 2017).
  • Bernard Lips, Christophe Ohl et Groupe spéléologique Vulcain, Le gouffre Jean-Bernard -1602m : - Haute-Savoie, Record du monde de profondeur, La Ravoire, GAP, , 271 p. (ISBN 978-2-7417-0031-9).
  • Bernard Lips, « Le gouffre Jean-Bernard (-1602 m, Haute-Savoie), écoulements souterrains et formation du réseau », revue Karstologia, vol. 21,‎ , p. 1-14 (lire en ligne, consulté le 19 juin 2018).
  • Xavier Robert, Bernard Lips, Stéphane Lips et Frédéric Delègue, « Systèmes hydrologiques du massif du Folly, Samoëns (74) - Gouffre Jean-Bernard (-1602 m) », Spéléo magazine, Corenc, Spéléo magazine, no 100,‎ , p. 40-63 (ISSN 1629-1573).
  • David Parrot, « Exploration Jean-Bernard 2009 (6 au 8-02-09) », Le P'tit Usania, Nancy, Union spéléologique de l'agglomération nancéienne, no 127,‎ , p. 3-4 (ISSN 1292-5950, lire en ligne, consulté le 3 mars 2018).
  • David Parrot, « Une semaine d'expédition au gouffre Jean-Bernard », Spéléo L, Tomblaine, Ligue spéléologique lorraine, no 19,‎ , p. 95-108 (ISSN 0758-3974).
  • David Parrot, « Expédition 2011 au gouffre Jean-Bernard », Spéléo L, Tomblaine, Ligue spéléologique lorraine, no 20,‎ , p. 133-140 (ISSN 0758-3974).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]