Gouffre Mirolda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gouffre Mirolda
Localisation
Coordonnées
Adresse
Massif
Localité voisine
Caractéristiques
Altitude de l'entrée
1 880 m
Longueur connue
13 000 m env.
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Rhône-Alpes
voir sur la carte de Rhône-Alpes
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la Haute-Savoie
voir sur la carte de la Haute-Savoie
Red pog.svg

Le gouffre Mirolda est une cavité karstique située sur la commune française de Samoëns en Haute-Savoie (région Auvergne-Rhône-Alpes) dans le massif du Haut-Giffre. C'est l'une des entrées du réseau Lucien Bouclier[1].

Découvert en 1971 par le jeune berger Marc Degrinis[1], ce gouffre affiche une profondeur finalement explorée de -1 733 mètres[2],[3]. Il fut la cavité naturelle la plus profonde du monde du 26 janvier 1998 jusqu'en août 1998 avec une profondeur de -1610 mètres puis du janvier 2003[1] à juillet 2004[4]. En effet, à cette date il perd son titre au profit du gouffre Krubera-Voronja, en Abkhazie dans le Caucase géorgien, mais reste toutefois le gouffre le plus profond de France.

La cavité tire son nom des premières lettres des prénoms de trois spéléologues rhodaniens Michel Schmidt, Roland Chenevier et Daniel Trouilleux, emportés par une crue[5] dans le massif du Vercors à la grotte de Gournier[6] le [1].

Description[modifier | modifier le code]

L'entrée la plus haute du gouffre se trouve à 2336 mètres. L'exploration du gouffre s'est arrêtée sur un grand siphon à -1733 mètres mais la possibilité maximale de profondeur du gouffre se trouverait à -1870 mètres[7]. Le bas de la galerie (après le deuxième siphon) n'a été exploré qu'une seule fois et laisse donc des possibilités d'explorations. Derrière le deuxième siphon (environ -1620) la galerie se poursuit sur 22 mètres pour un dénivelé de 8 mètres puis débouche sur un ancien collecteur. Vers l'aval la galerie descend sur une longueur de 251 mètres pour un dénivelé de 110 mètres pour buter sur un grand siphon à -1733 mètres. Le haut de cette galerie se sépare en deux, soit un arrêt dans une galerie fossile, soit un débouché sur la hauteur[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Complément d’information sur le nouveau record du monde de profondeur de spéléologie (janvier 2003) », sur CDS 74 (consulté le 27 novembre 2016).
  2. Cedran de Sainte Lorette, « Quand Mirolda devint le gouffre le plus profond du monde », sur ledauphine.com, (consulté le 27 novembre 2016).
  3. Jean Pierre Beaudoin, « Quelques réflexions sur la profondeur du gouffre Mirolda, Extrait de Spéléoscope n°22 », sur atlk.free.fr, (consulté le 30 mai 2017), p. 11-12.
  4. Paul Courbon, « Chronologie du gouffre le plus profond du monde », sur chroniques-souterraines.fr, (consulté le 30 mai 2017).
  5. Le Monde, « Deux spéléologues lyonnais meurent noyés », sur lemonde.fr/archives, .
  6. « Choranche » [PDF], sur parc-du-vercors.fr, (consulté le 1er juin 2017).
  7. Philippe Drouin, Fédération française de spéléologie, « Gouffres les plus profonds du monde », Spelunca, Paris, Fédération française de spéléologie, no 108,‎ , p. 4 (lire en ligne).
  8. Daniel Colliard, Fédération française de spéléologie, « Nouveau record du monde au réseau Mirolda - Lucien Bouclier (Massif du Criou - Samoëns - Haute-Savoie) –1733 m », Spelunca, Paris, Fédération française de spéléologie, no 89,‎ , p. 5-6 (ISSN 0249-0544, lire en ligne, consulté le 29 novembre 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Richard Maire, Christian Rigaldie, Spéléo Sportive dans les Alpes de Haute Savoie (Haut Giffre et Désert de Plate), 1984 (ISBN 2-85744-181-9).
  • Clubs Cavernicoles et Ursus, « -1610 m au gouffre Mirolda », Spelunca, Paris, Fédération française de spéléologie, no 69,‎ , p. 25-40 (ISSN 0249-0544, lire en ligne, consulté le 25 mars 2018).
  • Daniel Colliard, Fédération française de spéléologie, « Nouveau record du monde au réseau Mirolda - Lucien Bouclier (Massif du Criou - Samoëns - Haute-Savoie) –1733 m », Spelunca, Paris, Fédération française de spéléologie, no 89,‎ , p. 5-6 (ISSN 0249-0544, lire en ligne, consulté le 29 novembre 2017).
  • Jean-Jacques Delannoy et Richard Maire, « Les grandes cavités alpines. Répartition et contexte hydrogéologique », revue Karstologia, vol. 3,‎ , p. 61 (lire en ligne, consulté le 30 mai 2017).
  • Spelunca Mémoires n° 27 - 2004, par Jean-Yves BIGOT (ISSN 0249-0544).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]