Sources de la Touvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

45° 39′ 45″ N 0° 15′ 16″ E / 45.6625, 0.25444

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Touvre (homonymie).
Le site des sources de la Touvre

Les sources de la Touvre sont situées sur la commune de Touvre dans l'agglomération d'Angoulême, dans le département français de la Charente. C'est la deuxième exsurgence de France après la Fontaine de Vaucluse[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Les sources sont des résurgences constituées du Dormant, du Bouillant, de la Font de Lussac et de la Lèche qui apparaissent sous les ruines du château de Touvre. Elles donnent naissance à la Touvre, affluent de la Charente long seulement de 10,5 km et dont le débit permet à la Charente d'être navigable d'Angoulême à l'océan. Elles alimentent l'agglomération d'Angoulême en eau potable.

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Les sources de la Touvre sont situées à 6 km à l'est d'Angoulême, dans la petite commune de Touvre. On y accède par la D.699, route d'Angoulême à Montbron, puis la D.23 et la D.57. Elles sont en accès libre.

Hydrogéologie[modifier | modifier le code]

Ces sources sont alimentées par des rivières souterraines venant du karst de La Rochefoucauld. Une série de coloration à la fluorescéine a prouvé que l'eau provient essentiellement des pertes du Bandiat et de la Tardoire[2]. Dans une moindre mesure on y trouve des eaux de la Bonnieure et de l'Échelle[N 1], et de tout le bassin versant du karst.

La cause de la résurgence est la faille de l'Échelle où une épaisseur de 500 m de marnes du Kimméridgien inférieur imperméable barre la route à l'écoulement souterrain des eaux et les oblige à remonter à la surface.

  • Le Bouillant a une profondeur de 15 mètres. Un captage dans ses eaux assure l'alimentation en eau potable de l'agglomération d'Angoulême. Une digue naturelle le sépare du
  • Dormant, profond de 25 mètres.
  • La Font de Lussac a une profondeur de 4,50 mètres. La source de Lussac semble avoir une profondeur de 150 à 200 mètres et s'est ouverte suite au tremblement de terre de Lisbonne de 1755[2].
  • La Lèche[N 2] a une profondeur de 2 mètres, et se situe 600 mètres au sud des trois précédentes sources, à côté du confluent de l'Échelle. Cette source serait apparue lors du tremblement de terre de Lisbonne de 1755[3].
Les sources de la Touvre
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Écoulement[modifier | modifier le code]

Le débit de la Touvre est mesuré régulièrement depuis 1919. Il varie fortement avec les saisons entre 7 m³/s en septembre et 17,6 m³/s en février. La moyenne inter-annuelle est de 13,5 m³/s[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Touvre (rivière)#Toponymie.

Période moderne[modifier | modifier le code]

La Touvre a fait tourner de nombreux moulins et usines, dont la fonderie de Ruelle.

Article connexe : Touvre (rivière).

Exploration[modifier | modifier le code]

L'entrée de la rivière souterraine du Bouillant est à 15 m de profondeur. Son exploration a été faite en plongée souterraine à plusieurs reprises et a permis de descendre à 144 m[5].

La source de Lussac est explorée jusqu'à une profondeur de 180 mètres[réf. nécessaire].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Tournepiche : Géologie de la Charente. Histoire des terrains sédimentaires du nord du Bassin Aquitain. Angoulême, éd. du GERMA, musée des Beaux-Arts, 1998
  • Jean Gabilly et alii. : Poitou, Vendée, Charentes. Masson, 1997 (Coll. Guides géologiques régionaux)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pour le Sandre, l'Échelle est considérée comme la branche mère de la Touvre
  2. La Lèche a été longtemps considérée à tort comme une résurgence de l'Échelle (voir le site de la mairie de Touvre)

Références[modifier | modifier le code]

  1. BRGM, Chronique d'hydrogéologie, Numéros 5 à 7,‎ (lire en ligne), p. 86
  2. a et b Jean Gabilly et alii. : Poitou, Vendée, Charentes. Masson, 1997 (Coll. Guides géologiques régionaux), p. 35-36
  3. D'après le panneau d'information situé à la résurgence de la Lèche
  4. Ville de Mornac
  5. Claude Touloumdjian, « Les premiers coups de palme sous terre », Rivières mystérieurs,‎ (consulté le 23 avril 2010)