Ennahar TV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ennahar.
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Ennahar TV
Logo d'Ennahar TV depuis avril 2013.
Logo d'Ennahar TV depuis avril 2013.

Création (5 ans)
Propriétaire Groupe Ennahar
Slogan « Première chaîne d'info en Algérie »
Format d'image 576i (SDTV)
Langue Arabe
Français (occasionnellement)
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Statut Spécialisée nationale privée
Siège social Saïd Hamdine, Bir Mourad Rais
Alger
Chaîne sœur Ennahar Laki
Ennahar Documentaires (anc.)
Site web www.ennahartv.net
Diffusion
Aire Moyen-Orient
Maghreb Maghreb
Drapeau de la France France
Drapeau du Canada Canada
Drapeau des États-Unis États-Unis
Diffusion Satellite, câble, IPTV et web

Ennahar TV (en arabe : تلفزيون النّهار, Tilivizyūn an-Nahār?, signifiant « le jour ») est une chaîne de télévision privée algérienne d'information nationale en continu, filiale du groupe Ennahar.

Première chaîne d'information lancée en Algérie, elle se veut une alternative locale des chaînes d'information internationales en important le modèle du hard news.

Parfois très controversée pour ses positions et ses lectures politiques, Ennahar TV est pourtant, en Algérie, la première chaîne en parts d'audience[1].

Elle est accessible gratuitement sur le satellite, le câble, la télévision IP et en lecture en continu sur Internet.

Anis Rahmani, de son vrai nom Mohamed Mokaddem, est le président-directeur général de la chaîne depuis sa création.

Historique[modifier | modifier le code]

2012–2014 : Naissance de la première chaîne d'information[modifier | modifier le code]

À la suite du succès du quotidien Ennahar El Djadid, lancé en , et qui est très vite devenu le 3e support en matière de tirage[2], et profitant du flou de la réglementation[3], le couple Anis Rahmani et Souad Azzouz décide de se lancer dans la télévision. Ils choisissent pour leur chaîne le nom d' « Ennahar TV » et décident de la spécialiser dans l'information par manque de moyens financiers. Ils mobilisent alors 800 000 dinars (soit 7 500 euros) pour acquérir deux caméras et une petite régie, et confectionner un studio dédié aux plateaux pour les JT et les émissions de débat[2]. La chaîne qui n'a organisé aucun événement pour annoncer son lancement[4], voit finalement le jour le et commence à émettre en mode test depuis la capitale jordanienne Amman via le satellite Nilesat[5]. Elle ouvre sa grille de programmes par la diffusion de son tout premier journal présenté par le duo Riyad Benamar et Nour El Yakin Meghriche. Elle entend créer un lien de proximité avec les préoccupations des téléspectateurs de toute l'Algérie en accordant une très large place aux images en provenance du terrain[réf. souhaitée]. Ses premières émissions sont présentées en majeure partie par des journalistes issus de la rédaction papier, novices en matière d'audiovisuel[6].

Dix mois après son lancement, le [N 1], Ennahar TV est la première chaîne de télévision à donner l'information sur l'attaque terroriste du site gazier de Tiguentourine, dans le sud algérien[2], tout en diffusant les images exclusives d'otages se rendant à leurs ravisseurs islamistes dans le complexe gazier. L'AFP produit une capture d'écran, et l'image fait le tour du monde[6]. De fait, Ennahar TV s’est distinguée par ses reportages sur place et ses estimations du nombre de victimes, plus précises que celles de ses rivaux locaux et internationaux. Rétrospectivement, elle a donné une version plus exacte des événements que les sources officielles[3].

Le , Ennahar TV est le premier média au monde à annoncer la mort d'Abdelhamid Abou Zeid, émir d'Aqmi, tué par l'armée française dans l'Adrar Tigharghar au Nord-Mali[7],[4]. Cependant, les plus lourds médias du monde, dont notamment : TF1, Al Jazeera et Le Monde, mais aussi les chaînes YouTube, reprennent en boucle cette information, montrant les images diffusées par Ennahar TV relatives à ce « scoop »[8]. Un mois plus tard, c'est encore elle qui divulgue le nom du successeur d'Abou Zeid, Djamel Okacha[6]. La chaîne est depuis devenue une référence en termes d'actualité sécuritaire dans la région[2].

Le , le ministre de la Communication Mohamed Saïd confirme l'octroi d'agrément à Ennahar TV, aux côtés d'Echourouk TV et El Djazairia, ce qu'il lui permet d'ouvrir une représentation à Alger[9], d'être informée de l'agenda du gouvernement, de démarcher des annonceurs nationaux et de traiter avec les banques algériennes[6]. Mais cette autorisation administrative est provisoire et celle-ci était valable jusqu'au [9],[10].

Le , Ennahar Documentaires, une chaîne sœur d'Ennahar TV, débute ses émissions sur Nilesat[11]. Cette dernière diffuse en continu des reportages et des documentaires issus du catalogue d'Ennahar TV. Mais cette chaîne cesse sa diffusion quelques semaines après son lancement (août), afin de mieux la relancer[12].

La chaîne fait polémique lorsqu'elle diffuse le à 22h (heure algérienne) une enquête filmée sur la vie nocturne dans les résidences universitaires-filles en Algérie[13]. Dans cette enquête, intitulée « Quand des étudiantes se transforment en filles de joie », deux journalistes munies de caméra miniature filment un échantillon d'étudiantes qui ont intégré le monde de la drogue et de la prostitution[14]. Cependant, le ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Mohamed Mebarki, accuse la chaîne de « faire dans l'approximation et le manque de professionnalisme »[15], et l'Union nationale des femmes algériennes (UNFA), quant à elle, est allée jusqu'à considérer le reportage comme « une autre tentative de remettre en question les acquis de la femme algérienne »[14] Et dix jours après la diffusion de l'émission, l'Office national des œuvres universitaires (ONOU) dépose plainte contre la chaîne pour « diffamation et intention de nuire au secteur de l'Enseignement supérieur »[13].

2014–2016 : La petite chaîne qui monte[modifier | modifier le code]

Avec la naissance de la chaîne Echourouk News en , plusieurs journalistes quittent Ennahar TV pour cette dernière, dont Riyad Ben Amar, Madiha Allalou, etc.

Le , le correspondant d'Ennahar TV à Khenchela, qui couvrait la campagne électorale du candidat Ali Benflis dans cette wilaya, est agressé par les partisans de ce dernier tout en proférant des insultes contre la chaîne pour des raisons inconnues. Celui-ci a été sauvé grâce à l'intervention immédiate de la police[16].

En , une équipe de journalistes de la chaîne réalise une enquête sur la sécurité dans les maternités, publiques ou privées. Elle montre, en caméra cachée, à quel point il est facile d'enlever un nouveau-né dans une nurserie. Elle filme le rapt et le diffuse sous forme de sujet dans un bulletin d'information. Quelques heures plus tard, un bébé est enlevé dans une maternité de Constantine, ce qui émeut tout le pays. L'enquête surprend la concurrence et la chaîne gagne de crédibilité[2].

Pendant la coupe du monde de football de 2014, un dispositif exceptionnel est mise en place par la chaîne, avec plusieurs rendez-vous tout au long de la journée (Mâan Ila l'Brazil, Taaraf Ala Mountakhabik, Météo au Brésil…) et une vingtaine d'envoyés spéciaux au Brésil pour couvrir cette compétition[2].

Le , Ennahar TV et Ennahar Online ouvrent une journée spéciale en solidarité avec le peuple ghazaoui, sous le slogan « Nous sommes tous Ghaza », à la suite de l'offensive d'Israël sur la Palestine[17].

En , Ennahar TV lance, en collaboration avec Ennahar El Djadid, sa page officielle sur Facebook. Cette page permet à ses abonnés de suivre l'actualité d'Algérie et du monde, actualisée presque toutes les dix minutes, et permet également à son public d'exprimer son opinion à propos des sujets abordés par la chaîne[18] (elle compte aujourd'hui plus de 2 600 000 abonnés[19]).

Le est lancée Zahra DZ (connue maintenant sous le nom Ennahar Laki), une chaîne du groupe Ennahar dédiée à la femme algérienne. Cette chaîne diffuse des feuilletons arabes ou turques doublés en arabe et rediffuse, entre autres, les plus importantes émissions culturelles et sociales parues sur la chaîne mère, comme Mag-Zoom ou Ennahar.com[20]

Le , Ennahar TV lance sa première application mobile compatible avec les appareils Android. Cette application permet de suivre les dernières informations publiées par Ennahar Online, notamment les Alerte infos, et de regarder les programmes de la chaîne en direct[21]. Elle est préinstallée sur tous les smartphones du fabricant algérien Condor.

En , le président de l'Autorité de régulation de l'audiovisuel (Arav), Miloud Chorfi, choisit Ennahar TV pour entamer une série de rencontres avec les différents acteurs du secteur, notamment avec Anis Rahmani, le directeur général du groupe Ennahar[22].

Le , lors de la 9e édition du concours Media Star[N 2], Ibtissam Bouslama, une journaliste d'Ennahar TV a décroché le deuxième prix dans la catégorie « production audiovisuelle » pour son reportage intitulé « la cybercriminalité », qui a été diffusé par l'antenne de la chaîne[23].

Le , Ennahar TV est rappelée à l'ordre par l'Arav pour la diffusion d'une enquête sur les biens de la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, et les membres de sa famille. Miloud Chorfi, directeur de l'Arav, a convoqué le rédacteur en chef de la chaîne pour lui adresser un avertissement verbal qui sera refusé plus tard par le DG de la chaîne.

« J'ai été convoqué aujourd'hui par l'Autorité de régulation qui nous a reproché d'avoir diffusé une enquête sur Louisa Hanoune et sa famille. Elle nous a infligé un avertissement verbal. Je ne pouvais pas bloquer cette enquête pour faire plaisir à Louisa Hanoune. Je n'accepte pas cet avertissement. »

— Anis Rahmani, PDG du groupe Ennahar

Cependant, le PT annonce dans un communiqué avoir décidé de porter plainte contre le groupe Ennahar et l'accuse de mener une « sale campagne » contre le parti[24],[25],[26].

Depuis 2016 : Stabilité et développement[modifier | modifier le code]

Le , durant toute la matinée jusqu'à 11 heures, Ennahar TV affiche un écran noir. Selon un communiqué de la chaîne publié sur son site web, il s'agit d'une panne technique due à la coupure d'un câble de la fibre optique en Égypte vers 6h50, et qui a aussi touché plusieurs autres chaînes[27].

Le , Ennahar TV signe un traité avec l'Office national des droits d'auteur et des droits voisins (ONDA) au Palais de la culture Moufdi Zakaria à Alger, en présence d'Azzedine Mihoubi, ministre de la culture, et Miloud Chorfi, directeur de l'ARAV. Ce traité permet, entre autres, aux artistes et producteurs algériens de bénéficier de leurs droits de rémunération contre l'exploitation de leurs œuvres dans les programmes de la chaîne[28].

Après quatre ans d'exploitation, le , Ennahar TV inaugure son nouveau siège à Alger, baptisé au nom du moudjahid Mokaddem Ben Slimane, père du PDG de la chaîne. Cet évènement est accompagné d'une cérémonie qui a vu la présence de la veuve du moudjahid, du ministre des Moudjahidines Tayeb Zitouni et du président du Front national de la justice sociale Khaled Bounedjma. Le cheikh Chemseddine Bouroubi dit Chemseddine El Djazairi, icône de la chaîne, a prononcé pour la circonstance un éloge funèbre en la mémoire du moudjahid et a lu la Fatiha en présence de tous les invités. En effet, la chaîne bénéficie dans ce nouveau bâtiment d'équipements mieux adaptés à ses nouveaux enjeux[29],[30].

Le , le milliardaire algérien Issad Rebrab décide d'annuler toutes les annonces et spots publicitaires de son entreprise Cevital sur Ennahar TV. La chaîne précise que ce geste est une réaction à un article, publié le , révélant l'implication de cet industriel dans l'affaire Panama Papers. Le même jour, Rebrab dément ce qu'il a considéré comme une « fausse information ». De son côté, le P-DG de la chaîne réagit à cette décision et affirme que la part des encarts publicitaires de Cevital ne dépasse pas 0,5 % du chiffre d'affaires du groupe[31],[32].

En effet, 24 heures après cette décision d'Issad Rebrab, le , Ennahar TV consacre une édition spéciale de son journal de 20h, intitulée « Rebrab… l'autre visage » où elle accuse ouvertement Rebrab de « riche de guerre, ayant construit son empire sur le malheur des algériens »[33], tout en diffusant de nombreux témoignages contre cet homme, dont ceux d'ex-ministres. En réponse à ces accusations, Rebrab annonce avoir déposé plainte contre Ennahar TV pour diffamation[34]. La chaîne, qui avait déclaré d'être en possession de preuves écrites, les publie également sur son site web. Et parmi les 717 pages mises en ligne, 4 contenant des directives et des orientations, considérées par Liberté, un quotidien appartenant à Rebrab, comme données par des ordonnateurs aux journalistes de la chaîne pour nuire à cet homme d'affaires[35]. Dans sa réaction, le PDG de la chaîne, invité au JT de 17h, réfute que la mise en ligne de ces pages soit intervenue par mégarde, mais que leur publication est volontaire[36],[37].

Organisation[modifier | modifier le code]

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Fondateurs 
  • Anis Rahmani[2]
  • Souad Azzouz[2]
Président-directeur général 
  • Anis Rahmani[2]
Rédacteur en chef 
Rédacteur en chef adjoint 
Responsable du service économique et des correspondants en régions 
  • Yacine Babassi[38]
Directeur du département Production 

Statut[modifier | modifier le code]

Comme toutes les chaînes privées algériennes, Ennahar TV n'est qu'une chaîne de droit étranger disposant d'un bureau en Algérie. Sa rédaction est basée à Alger, mais elle émet toujours à partir d'Amman (Jordanie). Elle fait partie, aux côtés d'Echourouk TV, Dzaïr TV, El Djazairia et Hogar TV, des cinq chaînes de télévision agréées par l'État, contrairement aux autres chaînes qui sont considérées offshore.

Siège[modifier | modifier le code]

Siège d'Ennahar TV
Siège d'Ennahar TV à Bir Mourad Rais, Alger.

Le siège d'Ennahar TV, baptisé Mokaddem Ben Slimane[29], est composé de deux tours jumelles de 7 étages qui se trouvent dans la zone d'activité du quartier Saïd Hamdine dans la commune de Bir Mourad Raïs (Alger)[2]. Il comporte 6 studios (contre 2 au départ)[6], les 6 rédactions de la chaîne (politique, socio-économique, locale, internationale, reportages et enquêtes) et le service Archives et VTR. Ce même immeuble abrite aussi les bureaux d'administration du groupe Ennahar et de ses filiales[39].

Il est à noter que sa concurrente, Dzaïr News, est installée dans le même lieu, juste quelques mètres plus bas[38].

Capital[modifier | modifier le code]

Malgré la loi qui interdit à un propriétaire et aux membres de sa famille d'avoir plus de 40 % des parts dans une chaîne privée[N 3], Ennahar TV est filiale à 100 % du groupe Ennahar[40], qui est également propriétaire d'Ennahar Laki (chaîne de télévision féminine), Ennahar El Djadid (quotidien généraliste), Echibek (quotidien sportif) et Ennahar Online (site web d'informations). La principale source de revenus de la chaîne est les annonceurs publicitaires[38].

Budget[modifier | modifier le code]

À son lancement, en 2012, le budget de fonctionnement d'Ennahar TV était assuré à hauteur de 80 % par le journal Ennahar El Djadid et pour 20 % par ses recettes publicitaires. Aujourd'hui, ce rapport est inversé avec seulement 20 % à la charge du quotidien[2].

Cette chaîne qui coûte près de 1,8 million d'euros par an, engloutit tous ses revenus et ne rapporte presque aucun revenu publicitaire[3].

Personnel[modifier | modifier le code]

Manel Benameur et Riyad Benamar
De droite à gauche, Manel Benameur et Riyad Benamar, présentateurs du JT en 2013.

Ennahar TV emploie plus de 425 salariés, toutes catégories confondues, dont une centaine de jeunes journalistes. Ce personnel qui a une moyenne d'âge entre 22 et 26 ans, compte au moins 140 femmes, soit 70 %[39]. La chaîne dispose aussi d'un réseau de correspondants dans les 48 wilayas d'Algérie, en plus de ceux de l'étranger (Paris, Ghazaetc.)[2]. Leurs salaires varient entre 50 000 et 80 000 dinars selon la mission[41].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Intertitre du journal d'Ennahar TV
Intertitre du journal télévisé d'Ennahar TV.

Ennahar TV a procédé à des changements d'habillage le en mettant à l'antenne un nouveau logo[6], un nouveau bandeau d'informations et de nouveaux jingles publicités et a modifié le décor de ses studios. Ceci vient afin de moderniser l'image de la chaîne qui connait une grande concurrence. Ainsi, lors de la diffusion de ses programmes, l'écran d'Ennahar TV est partagé par le logo affiché en haut à droite, et le bandeau d'informations bilingue (arabe et français)[38] affiché en bas et qui prend les mêmes couleurs que le logo. Ce dernier est remplacé par un bandeau rouge qui n'affiche qu'une seule dépêche urgente lorsqu'une information importante arrive. Mais pendant la publicité, le tout est supprimé.

Logos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Slogans[modifier | modifier le code]

Ennahar TV a connu plusieurs slogans et accroches de campagnes promotionnelles. Elle en utilise plusieurs pour attirer davantage de téléspectateurs. La présente liste est non-exhaustive :

  • « Première chaîne d'info en Algérie » (en arabe : « القناة الإخبارية الأولى في الجزائر », Al-qanāt al-ikhbāriyyah al-ūlá fī al-jazā’ir?).
  • « La chaîne la plus regardée d'Algérie » (en arabe : « القناة الأكثر مشاهدة في الجزائر », Al-qanāt al-akthar mushāhadatan fī al-jazā’ir?).
  • « L'actualité sans arrêt » (en arabe : « الأخبار دون انقطاع », Al-akhbār dūna ’inqitā‘?).
  • « Toujours plus proche de vous » (en arabe : « دائما أقرب إليكم », Dā’iman aqrabu ilaykum?).
  • « Où que vous soyez » (en arabe : « أينما كنتم », Aynamā kuntum?).
  • « Toujours au sommet » (en arabe : « دائمًا في القمّة », Dā’iman fī al-qimmah?).
  • « Vous pensez et nous réalisons » (en arabe : « أنت تفكّر و نحن نجسّد », Anta tufakkir wa naḥnu nujassid?).

Formule éditoriale et concept d'antenne[modifier | modifier le code]

Microphone d'Ennahar TV
Microphone d'Ennahar TV.

Ennahar TV se présente comme « la première chaîne d'info en Algérie ». Depuis sa création en 2013, sa formule éditoriale et son concept d'antenne sont centrés sur l'information (politique, économique, sportive…). Elle ne se contente pas de retransmettre l'information brute, mais renforce sa grille avec des magazines et débats diffusés entre les journaux programmés toutes les heures. La chaîne, qui est loin de l'infotainment (mélange de l'information et du divertissement), préfère le breaking news (traitement de l'actualité à chaud) et parvient à se faire connaître par ses micro-trottoirs[38].

Ennahar TV est aussi une télévision de proximité. Elle se caractérise par ses reportages touchant aux sujets anodins qui intéressent directement le citoyen algérien, comme les tremblements de terre, les grèves ou les phénomènes sociaux qui sortent de l'ordinaire[42].

La chaîne se sert, quelquefois, de la polémique pour faire le buzz. Ainsi, l'émission religieuse Insaḥūni du premier télé-islamiste algérien Cheikh Chemseddine, attire chaque jour plus de 3,6 millions de téléspectateurs[43].

Concernant son style et sa présentation, Ennahar TV semble faire référence à des chaînes arabes (Al Jazeera), françaises (France 24, BFM TV et I-Télé) et anglo-saxones (BBC World News et CNN)[38]. Elle se démarque aussi de ses concurrentes algériennes, Echourouk News et Dzaïr News, par la créativité de ses jingles et l'originalité de ses bandes-annonces[2].

Elle est considérée par certains comme étant la chaîne la plus influente du paysage audiovisuel algérien, et a des relations très étroites avec le pouvoir en place. D'ailleurs, Ennahar TV est devenue la télévision la plus prisée des ministres et des hommes politiques algériens[44]. La chaîne arrive même à rivaliser avec Al Jazeera en raison du recul de la chaîne qatarie sur le terrain médiatique arabe[45].

Programmes[modifier | modifier le code]

C'est vrai qu'au départ, ce n'était pas évident de faire plusieurs journaux, mais avec le temps on a appris à ne pas refaire les mêmes erreurs et maintenant nous sommes capables de parler de tout.

Yacine Babassi, responsable du service économique[38].

La majorité des programmes d'Ennahar TV sont des journaux télévisés d'information[5] (diffusés habituellement chaque début d'heure), précédés par des bulletins météo tout en images. Selon MMR, le JT principal de la chaîne capte l'intérêt de 8 millions d'Algériens, et est le plus suivi par les médias étrangers pour s'enquérir des dernières informations sur le pays[43].

La chaîne diffuse également des magazines d'actualité, des débats télévisés politiques (Niqāsh ‘Alá al-Mubāshir) ou économiques (Ḍayf al-Iqtiṣād), des manchettes (Qahwá w Jurnān), des micro-trottoirs (Ṣarīḥ Jiddan), des enquêtes télévisées (Taḥqīqāt) et plus rarement des émissions socioculturelles (Inṣaḥūni, Mā Warā’a al-Judrān, Jazā’iriyūn, Soleil de nuitetc.).

Mais durant le mois de ramadan, la chaîne change complètement sa grille de programmes en se tournant vers le divertissement et en diffusant même des feuilletons télévisés[5].

Exclusivités de la chaîne[modifier | modifier le code]

Voici quelques exclusivités d'Ennahar TV :

Audience[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas de système mesurant l'audience instantanée en Algérie. Seuls des sondages permettent d'apprécier les parts d'audience[N 5] des chaînes de télévisions.

Comparaison des audiences d'A3, Echourouk TV et Ennahar TV
Comparaison des audiences d'A3, Echourouk TV et Ennahar TV.

Audience globale[modifier | modifier le code]

Période
Taux d'audience
Classement national
Source
Note(s)
Ramadan [48] 23 % 2e Immar
[2] 21,45 % 1re MMR[N 6]
Avril 2014[49] La chaîne est suivie par 3 millions de téléspectateurs
Ramadan [50] 36,83 % Immar Statistiques du 1er jour du Ramadan (coupe du monde de football 2014)
[43] 13,3 % Sigma Conseil
Ramadan [51] 35,3 % 2e Media & Survey Statistiques de la 1re semaine du Ramadan.
Le taux de pénétration est de 16 %
[52] 7,59 % 5e (Immar)
2e (MMR)
La chaîne est suivie par 4 millions de téléspectateurs quotidiennement (MMR)
[53] 4,59 % Immar
[54] 2e Media & Survey La chaîne est suivie par 5 millions d'Algériens selon MMR
1re MMR La chaîne est suivie par 8.5 millions d'Algériens, un record pour une chaîne privée en Algérie

Audiences des programmes[modifier | modifier le code]

Le journal télévisé principal d'Ennahar TV est suivi par environ 8 millions d'Algériens, l'émission de fatwa Inṣaḥūni par 3,6 millions de téléspectateurs et l'émission matinale Qahwá w Jurnān par 1 million de téléspectateurs[43]. Zednā Ḥkemnāk, la caméra cachée diffusée durant le mois de ramadan 2015, a été classée 4e avec 5,24 % des parts d'audience le , puis 3e avec 3,59 % des parts d'audience le jour suivant[55]. L'autre caméra cachée diffusée durant le ramadan 2016, Rāna Ḥkemnāk V.I.P, dans son épisode piégeant la ministre d'Éducation nationale Nouria Benghabrit, est visionnée plus de 100 000 fois sur YouTube.

Divers[modifier | modifier le code]

Selon les enquêtes d'audience sur le paysage audiovisuel algérien menées par les deux instituts Immar et MMR en fin 2014[56] :

  • Ennahar TV attire plus de 31 % du public âgé entre 29 et 30 ans, 41 % du public âgé entre 30 et 40 ans et environ 24 % du public âgé plus de 50 ans.
  • Elle est la chaîne qui attire le plus de personnes de la gent féminine, surtout celle âgée entre 25 et 55 ans.
  • Elle compte environ 43 % de son public à Alger, 19 % à Oran, 14 % à Tlemcen, 7 % à Tizi-Ouzou et 6 % de la totalité des téléspectateurs à Constantine et Sétif.

À noter aussi que le site web de la chaîne fait partie des trente sites les plus visités en Algérie en 2014 selon Alexa[57].

Journalistes, passés ou présents[modifier | modifier le code]

  • Imen Abei
  • Mohamed Chaouki Allek
  • Madiha Allalou
  • Bilal Ammini
  • Yacine Babassi[38]
  • Naouel Belakhdar
  • Riyad Benamar
  • Manel Benameur
  • Ibtissam Bouslama[58]
  • Majda Benarbia[59]
  • Aimad Cherbal
  • Islam Chetioua
  • Zahrat El Ahlam Chouarbia
  • Mammer Djebour
  • Yacine El Asslouni
  • Hakim Fissa
  • Feriel Habib
  • Khor Hadj
  • Ahmed Hafsi[38]
  • Amir Eddine Ikhlef
  • Wafia Khababa
  • Yasser Lorabi
  • Kamel Mehoui
  • Khaoula Mensouri
  • Nabil Mghiref
  • Racha Mokrane
  • Haroun Nemoul[39]
  • Rima Razek
  • Lamis Zebiri

Diffusion[modifier | modifier le code]

Aire de diffusion d'Ennahar TV
  •      Région couverte par Ennahar TV.

Ennahar TV est une chaîne que ses créateurs souhaitent voir réussir auprès d'un très large public grâce à une politique de diffusion/distribution maximum pouvant toucher 100 % des Algériens. Et pour cela, la chaîne exploite la quasi-totalité des modes de diffusion numérique :

Satellite[modifier | modifier le code]

Ennahar TV est diffusée, par satellite, en définition standard (SD) et en clair selon les données techniques suivantes[60],[11] :

Satellite Arabsat Badr Eutelsat 3B Eutelsat 7WA Yahsat 1A
Position orbitale 26° est 3.1° est 7.3° ouest 52.5° est
Standard de transmission DVB-S2
QPSK
MPEG-2
DVB-S
MPEG-2
DVB-S2
8PSK
MPEG-4
Fréquence 12 303 12 531 12 360 10 921 12 130
Polarisation Horizontale Horizontale Verticale Verticale Horizontale
Symbol Ratio 27 500 2 265 27 500 27 500 27 500
F.E.C 8/9 3/4 5/6 2/3

Il est à noter que la chaîne a procédé plusieurs fois à des changements de fréquences, surtout sur l'Eutelsat 7WA. Ainsi, elle passe de 10 921 V à 12 360 V le [61], puis vers 10 921 V à partir du [11].

La chaîne qui était diffusée sur Hotbird 13D (13°E) sur la fréquence 11 623 V 27 500 3/4, a cessé d'émettre sur ce satellite le . Étant diffusée aussi sur Badr 5 (26°E) sur la fréquence 12 303 H 27 500 3/4, elle a finalement arrêté sa diffusion sur ce satellite le [11].

Câble[modifier | modifier le code]

La chaîne, qui cible aussi la communauté algérienne établie à l'étranger[2], est incluse dans le bouquet TV du réseau câblé français Numericable, sur le canal 402.

IPTV[modifier | modifier le code]

Ennahar TV est la 1re chaîne de télévision privée algérienne à intégrer un bouquet TV français via l'ADSL[62]. Elle est aujourd'hui disponible chez la plupart des FAI en France, mais aussi aux États-Unis et au Canada :

Pays Distributeur Canal Source
Drapeau : France La TV d'Orange 501 [61]
Drapeau : France SFR Neufbox 490 [61]
Drapeau : France Freebox
(bouquet TV Arabia)
555 [63]
Drapeau : France Bbox 602 [61]
Drapeau : France Virginbox 490
Drapeau : États-Unis
Drapeau : Canada
Rokubox TV
(bouquet My Maghreb)
 ??? [64],[65]
Drapeau : États-Unis Amazon Fire TV
(bouquet myTV)
 ??? [64],[65]

Autres[modifier | modifier le code]

Le live d'Ennahar TV est aussi disponible via le site web de la chaîne, l'application Android et sur Xbox 360 en France[61].

La chaîne est aussi très populaire dans les lieux où il existe une forte demande de l'information, comme les aéroports, supermarchés et cafétérias.

Controverses[modifier | modifier le code]

Relations avec les forces de sécurité[modifier | modifier le code]

Le traitement de l’information par Ennahar TV et son succès commercial suscitent toutefois des questions chez quelques journalistes. Certains s’interrogent sur les relations entre les Mokeddem (famille propriétaire du groupe Ennahar) et les forces de sécurité. « Ils disposent d’informations très spécifiques et très difficiles à obtenir sur les questions de sécurité », note la journaliste Ghania Oukazi, qui connaît bien Anis Rahmani. Certains critiques estiment que, si la chaîne a été autorisée, c’est parce qu’elle ne s’attaque pas aux gens de pouvoir. « Ils ne disent jamais de mal du président Bouteflika ou de l’armée, alors qu’ils sont très durs avec tous les autres », souligne l'un des responsables des médias à Alger. Certains des défenseurs des Mokeddem affirment au contraire qu’Ennahar TV peut critiquer le gouvernement, même si le président Bouteflika n’est pas nommément cité. « Tous les médias d’information ont besoin d’entretenir de bons contacts avec les institutions publiques, y compris les services de renseignement et de sécurité, parce que cela facilite leur travail. Cela leur permet d’accéder aux meilleures sources d’information », explique Anis Rahmani[3].

Censure du contenu de l'émission Akher Kalima[modifier | modifier le code]

Ennahar TV a diffusé le un épisode de l'émission Akher Kalima (dernier mot) à laquelle était invité Soufiane Djilali, candidat à l'élection présidentielle d'avril 2014. Or, sur les 56 minutes enregistrées, 12 minutes ont été censurées, soit 20 % de sa durée. La chaîne a justifié cette censure le matin avant la diffusion de l'émission en accusant Soufiane Djilali d'avoir proféré des insultes et d'avoir manqué de morale[66].

Élections présidentielles de 2014[modifier | modifier le code]

Ennahar TV a été accusée d' « absence de neutralité » durant les élections présidentielles algériennes de 2014, et a connu, avec le quotidien Ennahar El Djadid, une campagne de boycott organisée par des internautes[réf. nécessaire].

Le PDG de la chaîne a affirmé ce positionnement en disant[20] :

« Oui, nous avons soutenu le président en avril 2014, et si l'histoire pouvait se répéter, nous allons apporter une deuxième fois notre soutien. Pour nous, soutenir le président Bouteflika en tant que moudjahid, ne veut aucunement dire que nous légitimons le travail du gouvernement. Nous ne sommes pas un porte-parole des autorités comme le pensent certains. »

Reportage sur Louisa Hanoune[modifier | modifier le code]

Après la diffusion en d'une enquête et d'un entretien réalisé par Ahmed Hafsi avec le député du FLN de Annaba, Baha Eddine Tliba, qui s'est attaqué ouvertement au Parti des travailleurs et à sa patronne Louisa Hanoune, l'Autorité de régulation de l'audiovisuel (Arav) a adressé un avertissement verbal à la chaîne, mais son DG l'a refusé au motif d'avoir réuni tous les documents irréfutables approuvés par la rédaction et d'être en possession de preuves et d'enregistrements audio. Le PT, à travers son porte-parole, a répondu à Tliba et la patronne du parti a attaqué la chaîne en justice[67],[68],[25].

Changement de discours sur Chakib Khelil[modifier | modifier le code]

En , la chaîne a eu l'exclusivité de diffusion de l'information sur le retour de Chakib Khelil en Algérie, et a fait ses louanges. Mais cela lui a coûté cher, car certains internautes et webmédias ont ressorti les anciens traitements de la chaîne sur ce personnage, et ont mis en exergue le changement de position tenu par la chaîne sur Khelil. Mais la direction de la chaîne a indiqué qu'elle ne regrette pas ce traitement, car selon elle, « ça fait partie de l'évolution de mœurs politiques dans les médias », n'hésitant pas à dépêcher ses équipes pour couvrir toute sortie de cet ancien ministre[44],[69].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Année Récompense Catégorie Nommé Résultat Source
2015 9e Ooredoo Media Star Meilleure production audiovisuelle La Cybercriminalité, de Ibtissam Bouslama Lauréat [23]
2016 19e Eutelsat TV Awards Meilleure chaîne d'information Ennahar TV Nomination
(2e place)
[70],[71]
Meilleur travail journalistique Yasser Lorabi Nomination [72]
2017 Oscars de la Fédération internationale d'anti-corruption sportive Meilleure chaîne de télévision Ennahar TV En attente [73]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le site web français Télérama cite la date du 19 janvier 2013 au lieu du 16 janvier cité par Jeune Afrique.
  2. Media Star est une cérémonie annuelle organisée par Ooredoo Algérie qui récompense les meilleurs travaux journalistiques et rend hommage aux professionnels du domaine des médias.
  3. Il s'agit de l'article 73 du projet de texte de loi qui fixe les conditions d'acquisition de l'agrément d'une chaîne de télévision privée.
  4. Les audiences en Algérie ne sont pas filmées, ni prises en photo, afin de garantir l'anonymat de l'accusé.
  5. La part d'audience désigne le pourcentage de personnes regardant la chaîne par rapport au nombre total de personnes regardant à un moment donné la télévision via les divers supports de réception de la télévision.
  6. MMR : Media & Market Research.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Amira Soltane, « Ennahar Tv, la télévision référence pour les médias étrangers », sur L'Expression, (consulté le 13 août 2016)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o Cherif Ouazani, « Algérie : Ennahar TV, la petite chaîne qui monte », sur Jeune Afrique, (consulté le 1er mai 2016)
  3. a, b, c et d Borzou Daragahi, « En Algérie, une chaîne presque libre », sur Courrier International, (consulté le 2 mai 2016)
  4. a, b et c Amira Soltane, « Ennahar TV sur les traces d'Al Jazeera », sur L'Expression, (consulté le 5 mai 2016)
  5. a, b et c « Ennahar TV online », sur Tendance-Algérie (consulté le 26 mai 2016)
  6. a, b, c, d, e et f Marie-Hélène Soenen, « En Algérie, l'info se déchaîne à la télé », sur Télérama, (consulté le 2 mai 2016)
  7. a et b Gwendoline Debono, « Le dirigeant d'Aqmi Abou Zeid tué dans le nord du Mali selon la télévision algérienne », sur RTL, (consulté le 26 avril 2016)
  8. a et b « Le "buzz" mondial d'Ennahar TV », sur L'Expression, (consulté le 4 mai 2016)
  9. a et b Ali Khidr, « Les chaînes de télévisions d'Ech-Chourouk, E-Nahar et El Djazairia autorisées à ouvrir leurs représentations à Alger », sur Algérie 1, (consulté le 5 mai 2016)
  10. « Numidia News, Dzaïr TV et Atlas TV préfèrent attendre », sur L'Expression (consulté le 29 mars 2016)
  11. a, b, c et d « Algérie : Télévision satellite », sur Satexpat (consulté le 3 avril 2016)
  12. Amira Soltane, « Huit chaînes privées algériennes fermées en 2015 », sur L'Expression, (consulté le 4 avril 2016)
  13. a et b « Enquête sur les résidences universitaires-filles », sur Algérie 1, (consulté le 5 mai 2016)
  14. a et b « Scandale en Algérie après une émission TV sur les étudiantes algériennes », sur Lemag (consulté le 26 mai 2016)
  15. Zineb Abbès, « Résidences universitaires-filles », sur Algérie 1, (consulté le 5 mai 2016)
  16. « Le correspondant d'Ennahar TV victime d'une agression à Khenchla », sur Ennahar Online, (consulté le 3 avril 2016)
  17. S. Djerbel, « Ennahar : Mercredi, journée spéciale solidarité avec le peuple de Ghaza », sur Ennahar Online, (consulté le 3 mai 2016)
  18. « Le quotidien Ennahar et Ennahar TV sur Facebook », sur Ennahar Online, (consulté le 3 avril 2016)
  19. « النهار الجديد », sur Facebook (consulté le 30 août 2016)
  20. a et b « Ennahar TV est une chaîne d'information, pas une chaîne d'indécence ou de Facebook (PDG) », sur Ennahar Online, (consulté le 4 mai 2016)
  21. « Ennahar lance l'application pour Android », sur Ennahar Online, (consulté le 3 avril 2016)
  22. D. Smail, « Audiovisuel : l'Autorité de régulation choisit Ennahar TV pour entamer une série de rencontres », sur Ennahar Online, (consulté le 30 mars 2016)
  23. a et b M. Oudina, « Concours Mediastar 2015 : une journaliste d'Ennahar TV décroche le 2e prix », sur Ennahar Online, (consulté le 30 mars 2016)
  24. Abdou Semmar, « Ennahar TV avertie à la suite du reportage sur Louisa Hanoune », sur Algérie-Focus, (consulté le 30 mars 2016)
  25. a et b Amira Soltane, « Ennahar TV fixe les limites de l'indépendance de l'Arav », sur L'Expression, (consulté le 4 avril 2016)
  26. Hadjer Guenanfa, « Le député du PT Smaïn Kouadria dépose plainte contre le journal et la télévision Ennahar », sur TSA, (consulté le 15 avril 2016)
  27. Rafik Tadjer, « Écran noir sur Ennahar TV », sur TSA, (consulté le 30 mars 2016)
  28. Kader Bentounès, « Promotion de la création culturelle : Signature d'un traité entre l'ONDA et le groupe Ennahar », sur El Moudjahid, (consulté le 27 avril 2016)
  29. a et b Djamil Mesrer, « Ennahar TV inaugure son nouveau siège », sur Algérie 1, (consulté le 1er mai 2016)
  30. D. Smail, « Le siège d'Ennahar TV baptisé du nom du Moudjahid Mokkadem Ben Slimane », sur Ennahar Online, (consulté le 30 mars 2016)
  31. M. Oudina, « Rebrab annule la publicité de Cevital sur Ennahar TV », sur Ennahar Online, (consulté le 14 mai 2016)
  32. Amar Aït Messaoud, « Rebrab annule toutes ses annonces sur EnnaharTV », sur Impact 24, (consulté le 14 mai 2016)
  33. Hebib Khalil, « Issad Rebrab : Le groupe Ennahar ou l'infamie au service du pouvoir ! », sur Le Matin, (consulté le 11 juin 2016)
  34. Sofiane Aït Iflis, « Quand Ennahar TV se déshabille en public : La chaîne a diffusé jeudi un long plateau consacré à Rebrab », sur Liberté, (consulté le 11 juin 2016)
  35. Mohamed Mouloudj, « Ennahar TV : une cabale sur ordonnance : La chaîne a reçu des directives précises pour s'attaquer au groupe Cevital », sur Liberté, (consulté le 11 juin 2016)
  36. Sofiane Aït Iflis, « Affaire des directives reçues par la chaîne : Quand Ennahar TV s'enfonce », sur Liberté, (consulté le 11 juin 2016)
  37. D. Smail, « Rebrab, El Khabar, Chakib Khelil, DRS… Anis Rahmani dévoile tout », sur Ennahar Online, (consulté le 11 juin 2016)
  38. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « Ennahar TV, Dzaïr News, Echourouk TV : ces chaînes qui rêvent de devenir grandes », sur TSA, (consulté le 30 mars 2016)
  39. a, b, c, d et e Leila Boukli, « Groupe Ennahar », sur El Djazair Com (consulté le 4 mai 2016)
  40. Amira Soltane, « Les chaînes privées algériennes ouvrent leur capital », sur L'Expression, (consulté le 4 avril 2016)
  41. Amira Soltane, « Les salaires de l'audiovisuel national et étranger », sur L'Expression, (consulté le 4 avril 2016)
  42. Salim Aggar, « 3 mai journée mondiale de liberté de la presse : Boudées par les annonceurs, les chaînes d'info s'imposent », sur L'Expression, (consulté le 27 mai 2016)
  43. a, b, c, d, e et f Salim Aggar, « Ennahar TV s'impose dans le paysage médiatique : Elle est considérée comme la télévision privée la plus regardée en Algérie », sur L'Expression, (consulté le 4 avril 2016)
  44. a et b Amira Soltane, « Ennahar TV lève la pression sur la chaîne publique : l'ENTV », sur L'Expression, (consulté le 30 mars 2016)
  45. Messaoud Oudina, « Anis Rahmani, directeur d'Ennahar TV à L'Expression : « Les candidats n'ont pas à créer leurs chaînes » », sur Ennahar Online, (consulté le 7 mai 2016)
  46. « Ennahar TV sur les traces de BFM TV », sur L'Expression, (consulté le 5 mai 2016)
  47. Amira Soltane, « Ennahar TV seule chaîne à marquer le coup sur les attentats de Paris », sur L'Expression, (consulté le 4 avril 2016)
  48. Yazid Ferhat, « L’audience de l’ENTV en chute libre face à la concurrence féroce des chaînes privées », sur Maghreb Émergent, (consulté le 28 mars 2016)
  49. « Ennahar TV la chaîne la plus regardée en Algérie (sondage) », sur Ennahar Online, (consulté le 3 mars 2016)
  50. Amira Soltane, « Ennahar TV domine le premier jour de Ramadhan », sur L'Expression, (consulté le 4 avril 2016)
  51. Amira Soltane, « Echourouk TV, A3 et Ennahar TV préparent l'après-Ramadhan », sur L'Expression, (consulté le 30 mars 2016)
  52. « Quatre millions d'Algériens regardent quotidiennement Ennahar TV », sur Ennahar Online, (consulté le 3 avril 2016)
  53. Amira Soltane, « Echourouk TV première télévision en audience », sur L'Expression, (consulté le 4 avril 2016)
  54. Abdou Semmar, « Les télés les plus regardées en Algérie sont… », sur Algérie-Focus, (consulté le 30 mars 2016)
  55. Salim Aggar, « Les audiences télé de la première semaine : Sultan Achour place Echourouk TV en première place », sur L'Expression, (consulté le 4 avril 2016)
  56. Lila Ghali, « Ennahar TV est devenue la chaîne TV n°1 en Algérie », sur Algérie 1, (consulté le 5 mai 2016)
  57. (en) « Algeria - Alexa Top 100 sites », sur Alexa, (consulté en décembre 2014)
  58. « 12 journalistes dans les étoiles », sur L'Expression (consulté le 17 septembre 2016).
  59. « Dans les coulisses d’Ennahar Tv juste après la nomination d’Ouyahia », sur DIA Journal électronique d'informations (consulté le 12 septembre 2017)
  60. « Ennahar TV », sur Lyngsat, (consulté le 3 avril 2016)
  61. a, b, c, d et e « Regardez Ennahar TV sur les bouquets SFR, Bouygues et Free », sur Ennahar Online, (consulté le 3 avril 2016)
  62. Amira Soltane, « Les chaînes privées algériennes investissent les "box" françaises », sur L'Expression, (consulté le 4 avril 2016)
  63. « Ennahar TV annonce sa disponibilité sur la Freebox pour le 15 juin », sur Univers Freebox (consulté le 28 mars 2016)
  64. a et b « EnnaharTV désormais captable aux USA et au Canada », sur Ennahar Online, (consulté le 9 juillet 2016)
  65. a et b Amira Soltane, « Ennahar TV débarque en Amérique », sur L'Expression, (consulté le 9 juillet 2016)
  66. Soufiane Sekhri, « Ennahar TV : fruit de l'inceste entre le pouvoir et l'argent, selon Jil Jadid », sur Le Matin, (consulté le 5 mai 2016)
  67. Amira Soltane, « Chorfi avertit "diplomatiquement" Ennahar TV », sur L'Expression, (consulté le 30 mars 2016)
  68. Riyad Hamadi, « L'Autorité de régulation de l'audiovisuel donne un avertissement verbal à Ennahar TV », sur TSA, (consulté le 3 avril 2016)
  69. K. Yacine, « (Vidéo) Du temps où Ennahar TV qualifiait Chakib Khelil de "chef de bande" !!! », sur Le Matin, (consulté le 26 mai 2016)
  70. « Prix de la meilleure chaîne TV 2016 : Ennahar TV et Ennahar Laki sélectionnées par Eutelsat », sur Ennahar Online, (consulté le 20 octobre 2016).
  71. Amira Soltane, « Eutelsat sélectionne 5 chaînes algériennes privées pour un vote », sur L'Expression, (consulté le 20 octobre 2016).
  72. (en) Adel Benguessoum, « Ennahar TV competes BBC and France 24 for Eutelsat 2016 award », sur Ennahar Online, (consulté le 20 octobre 2016).
  73. (ar) « الاتحاد الدولي لمكافحة الفساد الرياضي يرشح قناة النهار لمسابقة أوسكار أحسن وسيلة إعلام », sur Echibek,‎ (consulté le 4 avril 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]