Al Aoula

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir TVM.

Al Aoula
Image illustrative de l’article Al Aoula

Création
Format d'image 4:3 et 16:9, 576i et 1080i
Langue Arabe, Tamazight, français, anglais et espagnol
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Statut Généraliste nationale publique
Siège social SNRT
Ancien nom TVM (1962-2007)
Site web (ar) AlAoula.ma
Diffusion
Analogique VHF SECAM chaîne n° 1
Numérique UHF PAL Bouquet SNRT : n° 1
Satellite Arabsat 2B à 30,5° Est
Badr 6 à 26° Est
Hot Bird 6 à 13° Est
Nilesat 101 à 7° Ouest
Câble Numericable : chaîne n° 408
VOO Numérique: chaîne n°128
IPTV MT Box : chaîne n° 001
Neuf TV : chaîne n°400
Freebox TV : chaîne n° 565
Orange TV : chaîne n°311
Belgacom TV : chaîne n° 295

Al Aoula (en arabe : الأولى), également appelée TVM ou Télévision marocaine (en arabe : التلفزة المغربية), est la première chaîne de télévision généraliste publique marocaine. En , elle est la deuxième chaîne la plus regardée au Maroc avec 9 % d'audience[1], derrière 2M.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le [2], la chaîne publique marocaine TVM débute ses émissions en noir et blanc après l'indépendance.

En 1972, la couleur Sécam b est introduite.

En , la TVM entame son passage au numérique pour ses activités de production. L'équipement de la TVM est renforcé par l'acquisition de caméras numériques mises à la disposition du service de reportages, d'unités numérisées et de postproduction avec clavier électronique à Rabat et Casablanca.

Le , la TVM change de nom et d'habillage pour devenir « Al Aoula » et présente sa nouvelle grille de programmes qui se veut plus proche des Marocains.

Organisation[modifier | modifier le code]

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Statut[modifier | modifier le code]

Le statut d'Al Aoula est passé successivement du régime de la capacité juridique et de l'autonomie financière à celui de l'établissement public, puis à son intégration à l'administration centrale du ministère de la Communication[2], avec un budget annexe.

Capital[modifier | modifier le code]

Al Aoula appartient à 100 % à la SNRT, qui est une société de participation détenue par l'État marocain.

Al Aoula assure l'équilibre de son budget grâce à une subvention de l'État marocain en plus d'une redevance en forme de contribution indexée sur la consommation d'énergie des foyers, de l'excédent des recettes du Service autonome de publicité (SAP), ainsi que des recettes diverses résultant des revenus de ses prestations de services.

Le ministère de la Communication a mis à la disposition de la TVM pour les années 1995 et 1996 une enveloppe de près de 13 millions de dirhams. Le budget de fonctionnement de cette organisation a connu une augmentation appréciable en 1996 pour atteindre 598 millions de dirhams pour l'année budgétaire 1996-1997.

Programmes[modifier | modifier le code]

L'information[4] demeure un élément central et privilégié dans la grille.

La série documentaire Amouddou[6] (أمودُّو, Voyage), diffusée pour la première fois en 2002, les fictions comme Zinat Al Hayat[7], une telenovela sur l'immobilier de cent-vingt épisodes produite par la SNRT et diffusée du lundi au vendredi en 2011 ou la série épique Al Gharib[8] (L'Étranger[9]) en 2012 sont des programmes typiques de la nationale 1. Les séries marocaines peuvent avoir une audience de 35 %[10].

En 2018, le ramadan[11] a un impact positif sur l'audience.

Les JTs[modifier | modifier le code]

  • 13 h : JT arabophone qui décrypte les informations de la mi-journée.
  • 19 h : JT francophone présenté du lundi au vendredi par M'hamed Bhiri ou Boubker Ben-Grabit / le week-end avec Imane Ablou ou Salma Alami.
  • 20 h : le JT hispanophone par Yassine Drissi[12], et dialecte.
  • 21 h : JT arabophone principal[13] qui traite de l'actualité nationale et internationale; c'est le journal le plus regardé au Maroc.
  • Dernière édition : rappel des informations de la journée

En 2012, l'Institut royal des études stratégiques (IRES) publie un rapport donnant la répartition de la confiance des téléspectateurs à 41,5 %[2] pour les chaînes arabes satellitaires[14] contre 33,8 %[15] pour la nationale 1.

Émissions[modifier | modifier le code]

  • émission de divertissement : le , l'émission de télé-réalité Lalla Laârossa[6],[16] a un record d'audience de 68 %; émission d'humour Caméra Dahka[17],[18] (cachée)
  • émission de débat politique Hiwar, culturelle Macharif[19], de reportages Aji tchouf, de santé Assiha awalan, sur la religion Fi dilal al Islam
  • émission de société Moudawala[20], Le Médiateur; sur la famille Oussar wa houlloul, Ilayki; d'art culinaire Maadouba; de conseils Stahlak bla mathlak
  • émission d'investigation 45 muntes[19]; sur l'économie Écho eco, Économia; de cinéma Ciné club
  • Fi dakira
  • Li nissae kalima
  • Kadaya wa arae
  • Maroc Net
  • Wlidate al Maghrib
  • Rawabit
  • Soirée Al Aoula : émission de divertissement avec des jeux, de la musique, et des interviews

Séries étrangères[modifier | modifier le code]

Al Aoula diffuse des séries étrangères, notamment américaines :

Diffusion[modifier | modifier le code]

Disposant de deux studios à Rabat et deux à Casablanca, Al Aoula couvre les deux tiers du territoire marocain estimé à 718 000 km2 avec un réseau hertzien de 15 042 km et ses soixante-quatre relais raccordés au réseau de l'Eurovision, Maghrébvision et à la station terrienne de télécommunications de Shoul.

TV Laâyoune

Depuis le , les programmes de la TVM sont transmis par le satellite européen Eutelsat 2F3. À partir de cette date, les programmes sont suivis par la communauté marocaine à l'étranger. Les objectifs de la transmission d'Al Aoula par satellite sont de deux sortes : répondre aux désirs des téléspectateurs internationaux et présenter à l'opinion internationale l'image du Maroc moderne.

Le [2], la chaîne crée une déclinaison régionale, TV Laâyoune[5], dans la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia el Hamra au sud du royaume.

Le , le format d'image de la chaîne SD d'Al Aoula passe de 4:3 à 16:9.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Narjis Rerhaye, « Audience TV au Maroc : 2M cartonne, Al Oula stagne », sur Atlas Info, (consulté le 31 août 2018) : « C’est 2M qui se taille la part du lion avec une part d’audience moyenne de 35,4% contre 9,2% pour Al Oula. »
  2. a b c et d Tourya Guaaybess, « L’audiovisuel public marocain, à la croisée des chemins ? », sur ina, (consulté le 31 août 2018)
  3. Mohamed Etayea, « Fayçal Laraïchi : « Al Aoula est victime d'idées préconçues » », sur Telquel, (consulté le 31 août 2018)
  4. a et b « Abdelilah Benkirane, nouvelle star de la télévision marocaine », sur Bladi, (consulté le 31 août 2018) : « Près de cinq millions de Marocains ont suivi l’émission "Likaa Khass", samedi sur la chaîne de télévision Al Aoula, avec comme invité spécial le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane. »
  5. a et b Christophe Sidiguitiebe, « Inondations : la directrice des informations et le rédacteur en chef d'Al Aoula en conflit », sur Telquel, (consulté le 31 août 2018) : « la chaîne dispose d’une télévision régionale à Laâyoune qui couvre cette partie de la région. »
  6. a et b « Le Caire - Sept prix pour le Maroc au festival des médias arabes », sur CCME, (consulté le 31 août 2018)
  7. « Zinat Al Hayat, telenovela 100% marocaine », sur Bladi, (consulté le 31 août 2018)
  8. « Al Gharib, une légende sur le petit écran », sur La Nouvelle Tribune, (consulté le 31 août 2018)
  9. Amira Soltane, « Les Algériens et les Marocains partagent les prix du Festival de l'Asbu », sur L'Expression, (consulté le 31 août 2018) : « le deuxième au feuilleton marocain al Gharib (l'étranger) réalisé par Laïla Triki »
  10. « Audience TV: 2M toujours en tête! », sur Medias24, (consulté le 31 août 2018) : « Le top 10 des programmes d’Al Aoula, est composé essentiellement de feuilletons marocains qui peuvent monter jusqu’à 35,5% de part d’audience. »
  11. Reda Berrada, « TV. Ramadan booste l'audience d'Al Aoula », sur Médias24, (consulté le 31 août 2018)
  12. Mounir Siraj, « Yassine Drissi, le talent sûr du journal télévisé », sur Aujourdhui, (consulté le 31 août 2018)
  13. « Journal Télévisé », sur Al Aoula, (consulté le 31 août 2018)
  14. Daghmi, Pulvar et Toumi 2012.
  15. Amira Soltane, « Le paysage audiovisuel marocain en crise », sur L'Expression, (consulté le 31 août 2018) : « plus de personnes interrogées font confiance « aux chaînes arabes, captées par satellites (…) » »
  16. Qods Chabaa, « Audiences TV. Voici l'émission la plus regardée sur les chaînes de la SNRT en 2017 », sur Le360, (consulté le 31 août 2018)
  17. Nadia Ouiddar, « L'humour sur Al Aoula », sur Le Matin, (consulté le 31 août 2018)
  18. Qods Chabaa, « Audiences TV: «Camera Dahka» et «Souhlifa» toujours en tête sur Al Aoula », sur Le360, (consulté le 31 août 2018)
  19. a et b Souad Mekkaoui, « La qualité, maillon faible des télévisions nationales marocaines? », sur Maroc diplomatique, (consulté le 31 août 2018) : « «45 minutes», «Macharif», pour ne citer que ces cas, des programmes qui méritent d’être regardés. »
  20. Mohammed Berrahou, « Audiences TV 2015: un feuilleton turc doublé en darija largement en tête », sur Médias24, (consulté le 31 août 2018) : « la darija est plébiscitée, n'en déplaise à qui vous savez. (…) Top 20 de la chaîne Al Aoula : 20e Moudawala magazine de faits de société »

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]