Chalabre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Aude
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Aude.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Chalabre
Image illustrative de l'article Chalabre
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées
Département Aude
Arrondissement Limoux
Canton Quillan
Intercommunalité Communauté de communes des Pyrénées Audoises
Maire
Mandat
Jean-Jacques Aulombard
2014-2020
Code postal 11230
Code commune 11091
Démographie
Population
municipale
1 107 hab. (2013)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 59′ 05″ Nord, 2° 00′ 25″ Est
Altitude Min. 357 m – Max. 646 m
Superficie 15,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chalabre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chalabre

Située dans le sud de la France, Chalabre (en occitan ou catalan Eissalabra) est une commune française du département de l'Aude en région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Ses habitants sont appelés les Chalabrois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Chalabre est situé dans la vallée de l'Hers-Vif, au confluent de cette rivière et de deux affluents de rive droite : le Blau, qui passe également à Puivert, et le Chalabreil, qui semble avoir donné son nom au village.

Histoire[modifier | modifier le code]

Situées au bord du Blau, ces maisons comptent parmi les plus anciennes de la commune.

Le village est fondé avant le XIIe siècle et les terres appartiennent à la maison Trencavel. Après la croisade contre les Albigeois, les terres sont léguées à Pons de Bruyères, d'une famille venue en Languedoc avec Guy de Lévis et Pierre de Voisins, à la suite de Simon de Montfort dont ils étaient alliés et voisins des terres de Montfort-l’Amaury en Isle de France. Ses descendants furent seigneurs, barons puis marquis de Chalabre et sont étudiés en détail dans la page consacrée à cette famille dans l'armorial du Pays d'Oc consultable par ce lien[1]. En 1279, le village connaît d'importantes inondations. En 1350, les remparts sont terminés et forment une fortification complète autour du village. Le centre-ville est une bastide du XIIIe siècle. Chalabre a été, au XIXe siècle, un centre industriel relativement important.

Le Chalabreil, l'une des trois rivières traversant Chalabre.
Les Pyrénées ariégeoises, en partie visibles depuis Chalabre.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chalabre Blason D’azur aux deux clés d’or passées en sautoir, liées par un anneau du même en abîme.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Climat[modifier | modifier le code]

Située dans le sud de la France, non loin des Pyrénées, de la frontière espagnole et de la Mer Méditerranée, Chalabre bénéficie d'un climat particulier, intermédiaire entre le climat montagnard et le climat méditerranéen. Les hivers sont généralement froids et pluvieux, il n'est pas rare que la neige tombe en janvier, et, pour certaines années, jusqu'en mars-avril. Avec le réchauffement climatique, la pluie remplace la neige et les températures augmentent. Le printemps et l'automne sont agréables, offrant des températures clémentes et douces. Les températures estivales sont élevées et il n'est pas rare d'avoir de fortes chaleurs entre juin et septembre (températures au-delà des 35°C).

Relevé de températures moyenne et moyenne max pour Chalabre, selon les données de meteofrance.

La température moyenne annuelle avoisine les 15 °. Le climat ressemble fortement à celui du Nord de l'Espagne. Les étés 2015 et 2016 ont été particulièrement chauds : de longues et fortes chaleurs ont été observées de juin à septembre. La température ressentie a dépassé à plusieurs reprises les 40°, et ce même en dehors des canicules d'ampleur nationale, et passe la barre des 35° en septembre. L'automne 2015 a été marqué par des températures très estivales et un ensoleillement important.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 en cours Jean-Jacques Aulombard DVD Conseiller général (2011-2015)
mars 2001 2014 Christian Guilhamat EELV  
1989 2001 Jacques Montagné PS Conseiller général (1979-2002)
1971 1989 René Boyer PS  
1959 1971 Augustin Maugard SFIO  
1947 1959 Maurice Samitié SFIO  
1941 1947 Jean-Baptiste Vidal    
1931 1941 Émile Fitaire    
1929 1931 François Jean    
1925 1929 Joseph Rolland    
1924 1925 Henri Salvat    
1920 1921 Jean Amiel    
1905 1920 Henri Rascol    
1896 1905 Osmain Laffite    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 1 107 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 006 1 820 2 252 2 867 3 435 3 529 3 416 3 167 2 986
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 529 2 291 2 218 2 127 2 061 1 920 2 021 1 945 2 175
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 222 2 022 1 872 1 601 1 708 1 628 1 529 1 739 1 821
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
1 771 1 838 1 583 1 441 1 262 1 172 1 141 1 107 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La halle aux grains
  • Le château de Chalabre est un château composé de trois parties (XIIIe, XVe et XVIIIe siècles).
  • Le calvaire de Chalabre est situé sur une colline au-dessus de Chalabre et est constitué d'une chapelle. On peut y observer un magnifique panorama sur les Pyrénées.
  • L'église Saint-Pierre date de 1552 et on y trouve une statue en bois de saint Éloi datant du XIVe siècle. On peut également y voir un orgue datant de 1943, construit par Michel - Merklin & Kuhn et qui est un don de M. Canat, industriel Chalabrois.
Le calvaire de Chalabre

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Plaque sur Joseph Raynaud

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. voir l'Armorial du Pays d'Oc|
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2008, 2013.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bruno Dusan (dir.), Églises et châteaux du midi de la France ... Notice sur les deux baronnies de Kercorbez, Puivert et Chalabre et sur les deux châteaux de ce nom, Toulouse, 1858
  • D. Fabre et C. Camberoque, « Fêtes d'hiver à Chalabre », Connaissance du Pays d'Oc, 1978, no 29, p. 51-57
  • Claude-Marie Robion et Marc Trille, Archives communales de Chalabre, 1401-1940 : répertoire numérique, Mairie de Chalabre, 1994, 48 p.
  • Société académique d'architecture, Les bastides du Lauragais et du pays de Foix : Carcassonne, Chalabre, Mazères, Mirepoix, Montgeard, Revel, Roquefixade, Saint-Félix-Lauragais, Villefranche-de-Lauragais, Diagram, Toulouse, 1991, 32 p.
  • Marie-Louise Saddier-Serrus, Chalabre en Thermidor, 2003, 262

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]