Chalabre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chalabre
Chalabre
Blason de Chalabre
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Limoux
Intercommunalité Communauté de communes des Pyrénées audoises
Maire
Mandat
Jean-Jacques Aulombard
2020-2026
Code postal 11230
Code commune 11091
Démographie
Population
municipale
1 121 hab. (2018 en augmentation de 1,26 % par rapport à 2013)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 59′ 05″ nord, 2° 00′ 25″ est
Altitude Min. 357 m
Max. 646 m
Superficie 15,49 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de la Haute-Vallée de l'Aude
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Chalabre
Géolocalisation sur la carte : Aude
Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Chalabre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chalabre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chalabre

Chalabre Écouter (en occitan ou catalan Eissalabra) est une commune française du département de l'Aude en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Chalabrois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe du département de l'Ariège, elle est la "capitale" de la petite région du Quercorb.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune de Chalabre est de 1549 hectares. Son altitude varie de 357 à 646 mètres.

Chalabre se situe en zone de sismicité 3 (sismicité modérée)[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Chalabre est située dans la vallée de l'Hers-Vif, au confluent de cette rivière et de deux affluents de rive droite : le Blau, qui passe également à Puivert, et le Chalabreil, qui semble avoir donné son nom au village.

Climat[modifier | modifier le code]

Située dans le Sud de la France, non loin des Pyrénées, de la frontière espagnole et de la Mer Méditerranée, Chalabre bénéficie d'un climat particulier, intermédiaire entre le climat montagnard et le climat méditerranéen. Les hivers sont généralement humides et pluvieux, avec des chutes de neige concentrées sur le mois de février. Le printemps et l'automne sont agréables, offrant des températures douces. Les chaleurs estivales sont fortes, le mois de juillet est le plus sec tandis qu'août laisse place aux orages.

Relevé de températures moyenne et moyenne max pour Chalabre, selon les données de meteofrance.

Le record de froid historique, enregistré lors de la Vague de froid de janvier 1985 en France, est de −24 °C. Il est cependant très rare que la température descende en deçà de −8 °C. À l'inverse, les étés sont propices aux fortes et longues chaleurs, avec une température record de 42 °C. Les étés indiens ne sont pas rares non plus, et l'ensoleillement est important.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 1]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats : « Garonne, Ariège, Hers, Salat, Pique et Neste »[4], d'une superficie de 9 581 ha, un réseau hydrographique pour les poissons migrateurs, avec des zones de frayères actives et potentielles importantes pour le Saumon en particulier qui fait l'objet d'alevinages réguliers et dont des adultes atteignent déjà Foix sur l'Ariège[5].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Deux ZNIEFF de type 1[Note 2] sont recensées sur la commune[6] : le « cours de l'Hers » (891 ha), couvrant 41 communes dont 32 dans l'Ariège, 7 dans l'Aude et 2 dans la Haute-Garonne[7], et le « lac de Montbel et partie orientale du bas pays d'Olmes » (7 201 ha), couvrant 19 communes dont 15 dans l'Ariège et 4 dans l'Aude[8] et deux ZNIEFF de type 2[Note 3],[6] :

  • les « coteaux du Palassou » (26 749 ha), couvrant 48 communes dont 43 dans l'Ariège et 5 dans l'Aude[9] ;
  • « l'Hers et ripisylves » (1 417 ha), couvrant 41 communes dont 32 dans l'Ariège, 7 dans l'Aude et 2 dans la Haute-Garonne[10].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chalabre est une commune rurale[Note 4],[11]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[12],[13]. La commune est en outre hors attraction des villes[14],[15].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (51,3 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (50,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (43,6 %), prairies (27,9 %), zones agricoles hétérogènes (23,3 %), zones urbanisées (4,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,6 %), cultures permanentes (0,1 %), eaux continentales[Note 5] (0,1 %)[16].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponyme[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Situées au bord du Blau, ces maisons comptent parmi les plus anciennes de la commune.

Le village est fondé avant le XIIe siècle et les terres appartiennent à la maison Trencavel. Après la croisade contre les Albigeois, les terres sont léguées à Pons de Bruyères, d'une famille venue en Languedoc avec Guy de Lévis et Pierre de Voisins, à la suite de Simon de Montfort dont ils étaient alliés et voisins des terres de Montfort-l’Amaury en Isle de France. Ses descendants furent seigneurs, barons puis marquis de Chalabre et sont étudiés en détail dans la page consacrée à cette famille dans l'armorial du Pays d'Oc consultable par ce lien[17]. En 1279, le village connaît d'importantes inondations. En 1350, les remparts sont terminés et forment une fortification complète autour du village. Le centre-ville est une bastide du XIIIe siècle. Chalabre a été, au XIXe siècle, un centre industriel relativement important.

Le Chalabreil, l'une des trois rivières traversant Chalabre.
Les Pyrénées ariégeoises, en partie visibles depuis Chalabre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Présidentielle[modifier | modifier le code]

Législatives[modifier | modifier le code]

Européenne[modifier | modifier le code]

Cantonales[modifier | modifier le code]

Départementales[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1896 1905 Osmain Laffite    
1905 1920 Henri Rascol    
1920 1921 Jean Amiel    
1924 1925 Henri Salvat    
1925 1929 Joseph Rolland    
1929 1931 François Jean    
1931 1941 Émile Fitaire    
1941 1947 Jean-Baptiste Vidal    
1947 1959 Maurice Samitié SFIO  
1959 1971 Augustin Maugard SFIO  
1971 1989 René Boyer PS  
1989 2001 Jacques Montagné PS Conseiller général (1979-2002)
mars 2001 2014 Christian Guilhamat EELV  
mars 2014 En cours Jean-Jacques Aulombard DVD Conseiller général (2011-2015)
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[19].

En 2018, la commune comptait 1 121 habitants[Note 6], en augmentation de 1,26 % par rapport à 2013 (Aude : +2,17 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0061 8202 2522 8673 4353 5293 4163 1672 986
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5292 2912 2182 1272 0611 9202 0211 9452 175
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 2222 0221 8721 6011 7081 6281 5291 7391 821
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 7711 8381 5831 4411 2621 1721 1481 1441 141
2013 2018 - - - - - - -
1 1071 121-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Chalabre
La halle aux grains.

L'agglomération intérieure aux cours est inscrite au titre des sites naturels depuis 1974[24].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Plaque sur Joseph Raynaud.
  • Antoine Alexandre Dejean (1765-1848), général des armées de la République et de l'Empire (nom gravé sous l'Arc de Triomphe de l'Étoile).
Escouade du régiment de Légion Étrangère de Castelnaudary participant à Chalabre, à la commémoration de la bataille de Camerone.

Randonnée[modifier | modifier le code]

Le sentier de grande randonnée 7 (sentier européen E4) passe par Chalabre dans l'étape de Mirepoix à Andorre-la-Vielle..

La voie verte du Canal du Midi à Montségur passe par Chalabre.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chalabre Blason
D’azur aux deux clés renversées d’or passées en sautoir, les pannetons affrontés et liées par un anneau du même en abîme.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bruno Dusan (dir.), Églises et châteaux du midi de la France ... Notice sur les deux baronnies de Kercorbez, Puivert et Chalabre et sur les deux châteaux de ce nom, Toulouse, 1858 (lire en ligne)
  • D. Fabre et C. Camberoque, « Fêtes d'hiver à Chalabre », Connaissance du Pays d'Oc, 1978, no 29, p. 51-57
  • Claude-Marie Robion et Marc Trille, Archives communales de Chalabre, 1401-1940 : répertoire numérique, Mairie de Chalabre, 1994, 48 p.
  • Société académique d'architecture, Les bastides du Lauragais et du pays de Foix : Carcassonne, Chalabre, Mazères, Mirepoix, Montgeard, Revel, Roquefixade, Saint-Félix-Lauragais, Villefranche-de-Lauragais, Diagram, Toulouse, 1991, 32 p.
  • Marie-Louise Saddier-Serrus, Chalabre en Thermidor, 2003, 262

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[3].
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Plan séisme
  3. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  4. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Chalabre », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  5. « site Natura 2000 FR7301822 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  6. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Chalabre », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  7. « ZNIEFF le « cours de l'Hers » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  8. « ZNIEFF le « lac de Montbel et partie orientale du bas pays d'Olmes » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  9. « ZNIEFF les « coteaux du Palassou » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. « ZNIEFF « l'Hers et ripisylves » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  11. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  13. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  17. voir l'Armorial du Pays d'Oc|
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. « Château (Chalabre) », sur Système d'Information sur les sites et Territoires d'Exception
  23. « Eglise Saint-Pierre », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  24. « Agglomération intérieure aux cours (Chalabre) », sur Système d'Information sur les sites et Territoires d'Exception
  25. Docteur Paul Courrent, « Excursion des 22 et 23 mai 1904 au Pays de Kercorb-Chalabre (château de Chalabre, église Saint-Pierre, usines), Léran (Ariège), Lagarde et Sibra, Mirepoix (Ariège) », dans Bulletin de la Société d'études scientifiques de l'Aude, 1904, p. 85-104, Notes (lire en lignee')