Padern

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Padern
Padern
Le village de Padern vu vers l'est
depuis son château.
Blason de Padern
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Narbonne
Intercommunalité Communauté de communes Corbières Salanque Méditerranée
Maire
Mandat
Remy Jean Bertrand
2020-2026
Code postal 11350
Code commune 11270
Démographie
Population
municipale
132 hab. (2017 en augmentation de 3,94 % par rapport à 2012)
Densité 4,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 52′ 07″ nord, 2° 39′ 27″ est
Altitude Min. 148 m
Max. 920 m
Superficie 29,79 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton des Corbières
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
Padern
Géolocalisation sur la carte : Aude
Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Padern
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Padern
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Padern
Liens
Site web http://padern.free.fr/

Padern (en occitan Padèrn, le n final ne se prononce pas) est une commune française dans le département de l'Aude en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Padernais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Cette commune des Corbières est située au pied du mont Tauch sur le Verdouble et sur le terroir Corbières (vin AOC). À sa pointe sud, elle est limitrophe du département des Pyrénées-Orientales[c 1].

Elle est dans le sud de la région naturelle des Corbières et immédiatement au nord de la région naturelle de Fenouillèdes[c 1]. Le parc naturel régional (PNR) de la Narbonnaise en Méditerranée est à 30 km à l'est[c 2] ; le PNR des Pyrénées catalanes est à 56 km au sud-ouest[c 3] ; et le PNR des Pyrénées ariégeoises est à 112 km à l'ouest[c 4].

Sa préfecture Carcassonne est à 73 km au nord-ouest (D613, D212 et D3), Limoux (sa sous-préfecture) à 68 km également au nord-ouest (D613 et D118), Perpignan (Pyrénées-Orientales) est à 45 km au sud-est (D14 et D117), Narbonne (l'autre sous-préfecture de l'Aude) à 60 km au nord-est (D14, D611 et D611A).
Andorre est à 160 km au sud-ouest[c 5].

Communes limitrophes et bourgs proches[modifier | modifier le code]

Dans la figure qui suit, les distances données sont celles à vol d'oiseau et le nombre d'habitants pour chaque ville apparaît en plaçant la souris sur le point représentant la ville. Les noms en gras sont ceux des communes limitrophes ; Padern en a six, dont l'une, Tautavel, est dans le département des Pyrénées-Orientales au sud et est jointe à Padern par un quadripoint[c 1],[n 1].

Distances et positions relatives des communes voisines
PadernPadern
30 habitants (2017)Palairac (9.9km)
786 habitants (2017)Tuchan (5,6km)
606 habitants (2000)Vingrau (10,1km)
528 habitants (2017)Paziols
(5.2km)
123 habitants (2017)Cucugnan
(4.9km)
29 habitants (2017)Massac
(8,9km)
117 habitants (2017)Davejean
(11,1km)
46 habitants (2017)Maisons
(6,9km)

Transports[modifier | modifier le code]

Routes

La D14 traverse la commune d'est en ouest, reliant la D613 entre Paziols et Tuchan à l'est, avec la D611 proche de Couiza à l'ouest. Elle emprunte la vallée du ruisseau de Cucugnan à l'ouest et celle du Verdouble à l'est.
La D123 emprunte la vallée de l'Argan et remonte vers le nord en direction de Félines-Termenès.
La seule autre route sur la commune est une petite route locale qui longe le Verdouble depuis Padern pour rejoindre la métairie du Devès, et se prolonge vers Cucugnan par un chemin non goudronné[c 1].

L'autoroute la plus proche est la A9 (dite « La Catalane ») : échangeur n°41 « Perpignan-nord » à 37 km[c 1].

Autocar
Train

Gares et haltes ferroviaires proches de Padern :

Avion

Aéroports et aérodromes proches de Padern[2] :

Bateau

Ports et zones portuaires proches de Padern[2] :

Relief[modifier | modifier le code]

Le schéma général du relief sur la commune est marqué de deux vallées : celle du Verdouble orientée est-ouest et celle de l'Argan orientée nord-sud, auxquelles on peut rajouter celle du ruisseau de Cucugnan venant du sud-ouest et qui rejoint celle du Verdouble en amont de Padern. Ces vallées délimitent trois massifs principaux : le Tauch au nord-est ; une masse rocheuse au nord-ouest incluant les contreforts du Sarrat de Germa, le Roc de la Masse, la Brugue et une grande partie du Roc Redoundel ; la Girounelle à l'ouest entre le Verdouble et le Cucugnan ; et le Sarrat de Mouné et Sarrat Redon au sud[3].

Sur toute la commune, les paysages sont caractérisés par des vallées profondément encaissées entre des pics dont l'altitude est plus élevée au nord. Ainsi le point culminant est le Pech de Fraysse à 917 m d'altitude, au nord de la commune[c 6]. On note aussi les hauteurs du Roc de la Masse (665 m, au nord-ouest), la serre de la Maureille (675 m, au nord-ouest), le Roc Fourcat (678 m, au nord-ouest), un autre Roc Fourcat à l'est (614 m), le sommet de Jarséby (614 m, à 1,9 km au sud-ouest de Padern), Sarrat Redon (575 m, au sud-ouest), le Puèg de la Corona (521 m, à la pointe sud de la commune)[c 1].

calcaire, dans lequel le Verdouble a creusé des gorges profondes[4], notamment en aval du village vers la Forge[c 1] (voir aussi les gorges de Galamus creusées dans le même substrat par l'Agly à Cubières-sur-Cinoble et Saint-Paul-de-Fenouillet). Le Torgan a aussi creusé des gorges profondes sur la commune au nord de Padern[5].

Il existe plusieurs grottes sur Padern, certaines bien connues (grotte du Grau de Padern, grotte des Piques[6]), d'autres moins - comme celle du Caouno del Bac sur la falaise du roc de la Capéliane[7], la grotte du Rax dans la falaise en rive droite du Verdouble[8]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée d'ouest en est par la rivière le Verdouble, affluent de rive gauche du fleuve Agly avec lequel il conflue environ 23 km en aval de Padern, sur la commune d'Estagel. Sur Padern, le Verdouble passe de 215 m d'altitude à l'ouest, à 150 m d'altitude à l'est - soit 65 m de dénivellation - sur un parcours d'environ 7,5 km[c 1].

Sur la commune, le Verdouble reçoit de nombreux petits cours d'eau, saisonniers ou permanents. Les plus importants sont, d'amont en aval :

  • le ruisseau de Cucugnan (rive droite, ou RD) ;
  • le ruisseau de la Tartière (RG) ;
  • le Torgan (RG) : longé par la D123 venant du nord, il reçoit entre autres le ruisseau de Tistoulet (nommé en son amont « ruisseau de Boussac ») en rive droite près du lieu-dit les Mines et il conflue en face de Padern ;
  • et le rec des Cazals (RG), formé par la Ruminguière et le ruisseau des Nauquets[c 1].

Pour le Verdouble et le Torgan, voir aussi plus bas la sous-section « Risques naturels > Crues ».

Parmi les ruisseaux saisonniers, on trouve le ruisseau des Crabiès (qui prend source vers le sarrat Redon) et le ruisseau de Grazels (qui prend source vers le roc de Capéliane) ; ces deux ruisseaux confluent au nord du petit hameau de Crabiès et quittent la commune en aval de la bergerie du Renard ; ils sont des tributaires du ruisseau de la Trune, affluent du ruisseau de la Coume lui-même affluent du Verdouble. Noter la particularité du ruisseau de la Coume, dont une partie du cours est souterraine au sud du bourg de Paziols, aux abords de sa confluence avec le Verdouble[c 1].

Selon l'ingénieur Rossin (1884), Padern serait un point de passage d'une vallée drainante (ou talweg) souterraine large de un km, s'étendant entre la rivière souterraine des Corbières qui alimente les sources de la Rigole et de Fontdame[n 2], et remontant vers l'ouest peut-être jusqu'aux glaciers des Pyrénées, en passant par Opoul, Paziols et Padern[n 3].
Joseph Anglada de Céret précise d'ailleurs dans son Traité des eaux minérales et des établissements thermaux du département des Pyrénées-Orientales que « chaque fois qu'il tombe une pluie d'orage de quelque durée dans cette localité (Opoul), les eaux de pluie colorées en rouge par l'argile qu'elles détrempent, viennent, quelques heures après, teinter de la même couleur celles de la Rigole, coloration qui persiste tant qu'il s'écoule de l'eau par [le barranc d'Opoul] et qui disparaît progressivement 7 ou 8 heures après quand cette eau a cessé de couler[11],[n 4] ».

La carte IGN indique cinq sources sur le cours du Torgan, dont deux sont captées[c 1]. Les trois sources les plus au nord, qui se trouvent dans la masse paléozoïque au nord vers Montgaillard notée h1-2 (Tournaisien à Viséen supérieur, Carbonifère inférieur) sur la carte géologique[c 8], sont listées comme appartenant au système hydrogéologique du massif de Mouthoumet[13].

La résurgence des Allens, sur Padern, fournit de l'eau à la commune de Paziols bien qu'elle soit distante de plus de 4 km du château d'eau de Paziols[14]. L'E.S.R. (Entente Spéléologique du Roussillon) a pompé son siphon en 1966, ce qui a dénoyé 150 m de conduit et permis d'accéder à un barrage d'argile retenant une masse d'eau importante malgré la faiblesse de ce barrage. Le siphon est suivi d'une galerie basse couverte de graviers, descendant à 7 m de profondeur ; après quoi la voûte s'abaisse à 30 cm de hauteur sur au moins 3 m de long[15],[16].

Géologie[modifier | modifier le code]

Padern est à moins de 4 km au nord de la chaîne prolongée vers l'ouest par le massif Fanges - Roc Paradet, qui commence 15 km à l'ouest (aux gorges de Galamus) et fait partie de la zone nord-pyrénéenne (Mésozoïque et nappe des Corbières orientales ; et à environ 4 km au sud du massif de Mouthoumet[c 9], qui fait partie de l'ensemble paléozoïque et cristallin - le même que l'on retrouve au sud du massif de l'Agly[n 5].

La partie sud de la commune est marquée par le front du chevauchement frontal nord-pyrénéen qui la traverse d'est en ouest, passant à environ 630 m au sud du bourg[n 6], et qui forme la limite nord du massif Fanges - Roc Paradet plus à l'ouest.

Une zone de très nombreuses failles se présente dans la partie est de la commune (col des Moulins, la Forge, Grau de Padern, les Piques, la Combe)[c 8] ; ces failles participent du chevauchement de la nappe mésozoïque des Corbières[13], continuation du front du chevauchement frontal nord-pyrénéen. Ces failles, grandes et petites mais dans tous les cas nombreuses, sont associées à une géologie complexe[19].

Le Paléozoïque

Il se retrouve sur la commune uniquement du côté nord du front du chevauchement frontal nord-pyrénéen, avec un massif du Carbonifère inférieur s'étendant au nord-ouest sur Padern et Montgaillard[20]. Sur la carte géologique, ce sont les couches h1-2 (en marron)[c 8] : Tournaisien à Viséen supérieur[20] ; et h3 (en gris foncé)[c 8] : Viséen terminal - Namurien[b 1].
Le Tournaisien (h1) est composé de calcaires micritiques intercalés de niveaux de pélites et de jaspes noirs à nodules phosphatés ; le Viséen (h2) qui le recouvre forme des calcaires micritiques gris, souvent noduleux, avec des intercalations de jaspes noirs, gris ou verts et de minces niveaux de cinérites[b 2].
Le Viséen terminal - Namurien (h3) est une série détritique flyschoïde[b 1].

Le reste de la commune est une zone sous-pyrénéenne[18] complexe, incluant des strates variées[c 8] du Mésozoïque et du Cénozoïque (notamment de l'Éocène).

Le Mésozoïque (Trias, Jurassique et Crétacé)
  • Le Trias est lui aussi présent uniquement au nord du front de chevauchement frontal nord-pyrénéen :
- Trias inférieur (Permien ?) sur le Targan au sud-ouest de Flouquier et vers la Peyre Morte (rt, en rose), couches rouges marno-gréseuses et conglomératiques[b 3] ;
- plusieurs petites surfaces de Trias moyen au nord et nord-ouest de Padern (tm, en rose saumon), des couches jaunes calcaréo-dolomitiques[b 4] ;
- du Carnien-Norien (les deux premiers étages du Trias supérieur ou Keuper ou Keupérien), avec plusieurs petites et moyennes surfaces disséminées au nord de Padern (t7-8, en orange sur la carte géologique) faites de marnes bariolées à évaporites et gypses fibreux gris ou verts. Ces couches comportent aussi des dolomies, de l'anhydrite (CaSO4), et d'abondants cristaux bipyramidés de quartz de néoformation[b 5],[21].
- Sur le flanc nord-ouest du roc de Mouillet se trouve le complexe terrigène du rec de Riben (n7cM, en vert foncé) marneux ou marno-calcaire, dans lequel s'intercalent à différents niveaux des conglomérats polygéniques et des cordons d'olistolites ; cette zone très mélangée comprend des roches datant du Trias au Crétacé inférieur, à dimensions (centimétrique à décamétrique) variables[b 6]. On la retrouve au sud du chevauchement frontal nord-pyrénéen dans la partie basse des flancs nord du roc de Mouillet et du roc de Capéliane.
- L'Hettangien (l1-2[n 7], en mauve clair[c 8], premier étage du Jurassique inférieur), se montre au nord du front de chevauchement, au roc de la Masse, dans une petite zone au nord de Flouquier et dans une autre au pied du mont Tauch). Ce sont des dolomies, calcaires et marnes[b 7]. Au sud du front de chevauchement, il forme une longue bande qui suit le sommet des flancs nord du roc de la Sest, du roc de la Goutine, du pas d'en Sabatou, du roc de Capéliane, entre le col de la Canalisse et le col des Garbès (la bande de l1-2 passe à cheval sur les sommets).
- Les zones marquées l3-4[n 7] (en mauve clair[c 8]) sont un mélange du Jurassique inférieur fait de calcaires gris lités du Sinémurien inférieur (l3[n 7])[b 7] et de calcaires gréseux à silex du Sinémurien supérieur (ou Lotharingien, l4[n 7])[b 8]. On les trouve seulement au nord du front de chevauchement : à la serre de la Maureille et au col de l'Escale, plus une petite zone au Sarrat de Caucase (le long du GR 36A) et une autre au pied du mont Tauch[c 8].
- Du calcaire indifférencié du Jurassique inférieur, noté l3-5[n 7] (en bleu foncé[c 8]), suit la longue couche l1-2[n 7] sur les sommets des flancs sud des hauteurs sus-nommées, et à la Plagne de l'Estagne[b 8].
- Des marnes grises du Domérien-Aalénien (Jurassique inférieur ou Lias marneux, noté l6-jo[n 7],[b 8], en violet pâle) se trouve juste en-dessous de la bande de l3-5, et en quelques autres surfaces moindres disséminées autour de la Plane de l'Estagne[c 8].
- Le Toarcien moyen (dernier des 4 étages du Jurassique inférieur) est signalé par la présence d'oolithe de Boussac (bien visible au Sarrat Redon près de la limite sud-ouest de la commune). Ce niveau renferme des ammonites phosphatées de la sous-zone à variabilis[22].
- En divers endroits : Sarrat de Témézou, l'Escarsounède Petite, Trou de l'Abeille et sommet du sarrat Redon, des surface sont notées simplement J (en bleu clair)[c 8], indiquant des couches du Jurassique - sans plus de précision.
- le mont Tauch au nord-est de Padern (n6, en jaune-vert[c 8]) date de l'Aptien moyen-supérieur (avant-dernier étage du Crétacé inférieur). Elle couvre environ 1,44 km2 du territoire de la commune et fait partie de la même zone nord-pyrénéenne que le massif Fanges - Roc Paradet[18]. Ce sont des couches indifférenciées de calcaires urgoniens et de marnes à orbitolines[b 9] ;
- à 1 km à l'ouest de Padern se trouve une zone d'Albien inférieur à moyen (dernier étage du Crétacé inférieur, n7a-bG, en vert-jaune[c 8])[b 10] composé de grès verts et marnes glauconieuses, généralement très fossilifères (le Crès) avec gastéropodes, lamellibranches (Trigonia fittoni, T. caudata...), ammonites (Douvilleiceras mammillatum...) et polypiers, pouvant admettre des niveaux de grès-quartzites rubéfiés généralement azoïques. Cette couche affleure aussi au sud du front de chevauchement, dans la partie basse des flancs nord du roc de Mouillet et du roc de Capéliane[c 8],[n 9].
- des calcaires à floridées de Cucugnan (n7cC, en vert clair[c 8]) datant de l'Albien supérieur et du Vraconien ou Albien terminal[b 6] se trouvent vers le Bajoungle et les Cassagnes (S-E de Padern) ; et au sud du front de chevauchement, sur le flanc sud entier de la Girounelle.
- Le Cénomanien inférieur (premier étage du Crétacé supérieur, C1[b 11], en vert hachuré verticalement) se trouve au Grau de Padern (autour de la Forge) et en une mince bande remontant jusqu'au Roc Fourcat[c 8]. Il est fait de calcaires à simplalvéolines organisés en séquences de comblement grano- et stratocroissantes sur une épaisseur de 20 m ; ces calcaires s'achèvent par des calcarénites de haute énergie[n 10] couronnées par une surface de discontinuité majeure, facilement identifiable au Roc Fourcat. Leur faune dominante est faite principalement de Praealveolina iberica, Trochospira avnimelechi, Ovalveolina (C.) cuvillieri, O. (C.) corbarica, Paracoskinolina casterasi, Broeckina (P.) biplana[b 11]
- Le Cénomanien moyen (C2C, en vert) se trouve aux Escampillasses et au sud des Bougères, avec des calcaires à orbitolines et préalvéolines (Praealveolina)[b 12].
- Le Turonien moyen-supérieur (deuxième étage du Crétacé supérieur, C3M, en vert clair) vers Gournet et le Bartas donne des roches marno-calcaires et des marnes noduleux et glauconieux à Inoceramus labiatus, Neoptychites cephalotus, Fagesia thevestensis, Pseudotissotia (L.) pavillieri, Spathites (J.) revelieranum... (Basse, 1939 ; Bilotte, 1985 ; Roussel, 1985), du Turonien inférieur (?) à moyen, surmontés des marnes à foraminifères planctoniques (H. helvetica, Dicarinella imbricata...) du Turonien moyen-supérieur[b 13].
- Au sud-ouest de la Ferrière se trouvent des marnes à Micraster du Coniacien supérieur-Santonien inférieur (3e et 4e étages du Crétacé supérieur, C4b-5a, en vert) ; on retrouve aussi cette couche au sud du front de chevauchement, sur le flanc nord du roc Capéliane. Il s'agit du membre supérieur de la Formation de Bugarach, qui semble être le seul représenté ici. Les marnes à Micraster s'appuient directement sur le fond durci qui limite à son toit les calcaires de Montferrand ; elles contiennent toujours des céphalopodes (Nowakites pailletei, Pachydesmoceras linderi…), associés à une microfaune quelque peu atypique : Dicarinella imbricata, Marginotruncana sinuosa, M. angusticarinata, M. pseudolinneiana, M. coronata ; le fossile le plus fréquent est Micraster corbaricus[b 14].

Dépôts carbonatés du crétacé supérieur au Grau de Padern[24], là où Pailhoux de Cascastel installe la forge de l'Iliate[25] (voir la section « Époque moderne »), au bord de l'actuelle D14[c 1].

Le Quaternaire

Il est représenté au nord du chevauchement frontal nord-pyrénéen par les strates suivantes :

- Bru (près de la Forge E-S-E de Padern, en vert-jaune clair) : brèches de versant indurées et rubéfiées, à forte hétérométrie, reliées aux hautes terrasses ; Pléistocène inférieur-moyen (tout début du Quaternaire)[b 15].
- S (vers Flouquier et les Cassagnes, vers le Nissoula et vers la Clabouse, en jaune très clair) : dépôts ou nappes de solifluxion ou coulées boueuses masquant le substratum des versants, constituées de blocs et de cailloux emballés dans une matrice argileuse brun rougeâtre ; ils produisent généralement une topographie de versant irrégulière et même chaotique sur substrat gypseux (nord de Padern), mais conduisant aussi à des versants réglés (sud de Padern)[b 16]. Daté de la glaciation de Würm[b 15].
- Fya : moyenne terrasse (Würm ancien). De nombreux témoins de la moyenne terrasse existent dans la plupart des vallées, à quelques mètres seulement au-dessus du lit actuel. Le matériel alluvial, gravelo-caillouteux, montre localement une assez forte hétérométrie qui témoigne de la force des rivières à cette époque[b 17].
- GS (sur la rive sud du Verdouble au pied de la Girounelle, en vert clair) : formation mixte complexe issue de la combinaison de divers phénomènes : altération, solifluxion, gélifraction, correspondant peut-être à une succession de plusieurs phases climatiques wurmiennes[b 16].
- Fyb (dans les vallées du Verdouble et du ruisseau de Cucugnan, en jaune très pâle) : basse terrasse du Würm récent ou Tardiglaciaire[b 18].
- Fz : alluvions récentes du lit majeur des rivières, de granulométrie grossière et mal triées, comprenant des blocs et des galets parfois enrobés dans une matrice terreuse. Les blocs sont des témoins de la puissance des crues historiques, parfois catastrophiques, comme celle de 1940[b 18].
- E (petite zone près de la bergerie du Mouillet, en blanc cassé) : éboulis récents au pied de falaises, Holocène[b 16].

Le Quaternaire se retrouve au sud du chevauchement frontal nord-pyrénéen avec les strates suivantes :

- C (une petite zone dans la vallée du ruisseau des Crabiès au sud du Pech Haut, en jaine pâle) : colluvions argileuses récentes mises en place par ruissellement, datant de l'Holocène[b 16].
- E (plusieurs petites zones le long du ruisseau de Grazels, quelques autres dans le triangle formé par le roc de la Goutine, le roc de la Sest et le col de la Guarrigue, en blanc cassé) : Holocène ; voir plus haut.

Les mines[modifier | modifier le code]

Le territoire minier du massif des Corbières va de la vallée du Torgan à la vallée de l'Aude (vers Espéraza, Rennes-les-Bains…). C'est l'un des deux zones de mines dans l'Aude, avec celle de la Montagne Noire[26]. Le fer est le minéral le plus exploité[27] sur à peu près toute la zone[28], et le cuivre, l'argent et l'or sont les plus recherchés[29]. Mais les gisements n'ont pas toujours été exploités en continu : d'une part parce que les gisements sont soit petits, soit difficiles à exploiter ; d'autre part parce que le combustible (le bois) s'épuise périodiquement[28].

Les mines locales sont souvent groupées avec celle de la commune au nord-ouest : c'est la « zone Padern - Montgaillard ». Les mineraux exploités se trouvent dans des remplissages hydrothermaux de filons ou de poches, au sein de terrains du Carbonifère inférieur (h1-2 : Tournaisien à Viséen supérieur[20]. Sur Padern, les mines sont entre le Targan et le ruisseau du Tistoulet[c 10]. Plomb, cuivre et barytine y ont été exploitées, depuis le Moyen Âge selon Deliens et al. (1993)[30]. La mine du Tistoulet[n 11], sur Padern, a livré de la cyanophyllite[n 12] et d'autres minéraux rares[31], ainsi que du cuivre et de l'argent[25]. Dans les années 1960, une petite exploitation minière de baryte a rencontré une cavité creusée autrefois pour miner un filon de cuivre et contenant un grand nombre de fragments d'amphores[32].

Climat[modifier | modifier le code]

Ensoleillement et température à Padern

Pour profiter au mieux du rayonnement solaire, l'angle d'inclinaison optimale est 33 degrés. En prenant en compte l'angle d'inclinaison donné, l'irradiation moyenne (l'irradiation définit l'exposition aux rayonnements du soleil) est de 4,58 kWh/m² par jour soit 139,69 kWh/m² par mois et 1 671,70 kWh/m² par an. Avec une température moyenne journalière de 14.5°C sur 24 heures (avec un minimum de 6.8°C en janvier et un maximun de 23.6°C en juillet), Padern compte 1744 degrés-jours de chauffage[2].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Les risques naturels sur Padern sont principalement les feux de forêt, les inondations, les séismes (zone de sismicité 3)[33] et les coulées de boue localisées[34].

Il existe également un risque de pollution par le radon, estimé en catégorie 2 (c'est-à-dire une commune localisée sur des formations géologiques présentant des teneurs en uranium faibles mais sur lesquelles des facteurs géologiques particuliers - voir plus haut la section « Géologie » - peuvent faciliter le transfert du radon vers les bâtiments)[35].

Crues[modifier | modifier le code]

Les zones inondables sont les vallées du Verdouble, du Torgan, du ruisseau de Cucugnan et du rec des Cazals[36]. Tautavel, la commune voisine au sud, est la plus exposée dans le bassin du Verdouble ; mais Padern, Paziols et Tuchan sont aussi concernés[37].

Les crues du Verdouble et du Torgan, assez fréquentes, peuvent être impressionnantes ; une page du site de la mairie montre des vidéos des crues de 2006, 2009, 2013 et 2017[38].

La crue exceptionnelle de 1999

La crue torrentielle des 12 et 13 novembre 1999 a touché avant tout le département de l'Aude - une exception notable, puisque ce département est généralement le moins touché par les pluies en Languedoc-Roussillon[39]. Dans la partie avale de l'Agly et sur le Verdouble, les plus gros débits de cette crue de 1999 ont dépassé ceux de la crue de 1940[37]. Ainsi, la station de surveillance de Padern enregistre plus de 400 mm en deux jours[40]. Le débit de pointe du Verdouble en amont de Padern est estimé à seulement 0,2 m3.s-1.km2, nettement moins élevé que les 3,5 m3.s-1.km2 du Torgan à Padern[41].

Tremblements de terre[modifier | modifier le code]

Les séismes sont fréquents dans les Pyrénées ; par exemple pour la seule année 1778 le BRGM en a recensé huit. Dans la région, se rencontrent la plaque ibérique et la plaque européenne. La plaque ibérique est poussée par la plaque africaine, un mouvement qui est à l'origine du soulèvement des Pyrénées et qui provoque occasionnellement des mouvements de terrain et secousses sismiques le long de failles. Ainsi le village de Molhet a probablement été détruit par une secousse sismique très importante, peut-être celle du 2 février 1428 dont l'épicentre était près d'Olot ou Camprodon en Catalogne espagnole : son intensité a atteint le niveau 9 sur l'échelle de MSK (cette échelle compte 12 niveaux)[42]. Comme noté plus haut dans la section « Géologie », Molhet se trouve précisément sur le chevauchement nord-pyrénéen[n 6] et sa pleine occupation a considérablement décru au XIVe siècle[43].

Séisme de Saint-Paul de Fenouillet, 1996

Ce séisme du 18 février 1996 à 2 heure 46 du matin est « la plus importante secousse de ces dernières années en France ». Sa magnitude est comprise entre 5,2 et 5,6 sur l’échelle de Richter. Il est centré sur la région d’Axat et de Saint-Paul de Fenouillet. Grâce à la profondeur de son foyer[n 13] et son épicentre situé dans une région très peu habitée, il fzit peu de dégâts - principalement des fissures dans les maisons les plus proches de l'épicentre[42].

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Nom d'origine latine[44].

Paternum (IXe siècle) ; Paterno (899)[45].

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Trois grottes situées près du Verdouble ont livré de nombreux objets datés de l'âge du renne (Paléolithique supérieur)[46]. L'une d'elles est le Grau de Padern, en rive gauche du Verdouble qu'elle domine de 70 m de hauteur. A. Barnier y a découvert des vestiges de cette époque en 1875[47].

Une grotte indéterminée sur Padern aurait livré une pendeloque en cuivre[48] en forme de languette[49], déposée au muséum d'histoire naturelle de Toulouse[48], identique à celle trouvée dans la grotte des Capelans près de Canilhac (limite Lozère-Aveyron)[50]. Mais Jean Clottes informe que cette pendeloque, contrairement à tous les autres objets du musée trouvés sur Padern, ne porte pas d'étiquette ; que A. Barnier (qui, semble-t-il selon Clottes, aurait donné au musée tout le matériel trouvé lors de ses fouilles sur Padern[51]) ne mentionne pas cette pendeloque ; que l'inventaire fait en 1943 de la section "Préhistoire" du musée ne la mentionne pas non plus ; et qu'elle proviendrait plutôt d'un dolmen de la région de Villefranche-de-Rouergue (Aveyron)[49].

Capra pyrenaica (le bouquetin des Pyrénées) s'est avancé jusqu'à Padern pendant le SIO 2 (en anglais MIS ou marine isotope stage ; le SIO 2 correspond à peu près à l'interstade de Kesselt, pendant la glaciation de Würm) ; des ossements en ont été retrouvés dans la grotte du Grau de Padern[52], datant du Magdalénien moyen[53]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Bien que les mines des secteurs de Maisons, Padern (mine du Tistoulet) et Montgaillard (mine de la Caunetta) ne soient pas aussi grandes que celles de la mine des Barrencs près de Lastours (la Grotte Bleue dans la Montagne Noire), les minerais locaux non ferreux - essentiellement cuivre, plomb et argent - ont permis le développement de l'activité minière dès la fin du IIe siècle av. J.-C. jusqu'au début du Ier siècle. On y trouve des vestiges d'ouvrages à ciel ouvert et souterrains parfois de grande taille[54].

Les romains s'installent sur le site de Padern, essentiellement pour exploiter les mines[55].

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Molhet

La chapelle castrale était dédiée à saint Martin[55] : elle est mentionnée comme église sous ce vocable en 805 dans une donation à l'abbaye de La Grasse[43] ; et en 1024 comme un alleu de cette même abbaye.

Le village s'étend vers l'ouest le long de la barre et a été occupé au moins du XIe au XVIIe siècle, avec l'occupation la plus intense datée du XIe au XIVe siècle[43]. Le site Autour des châteaux le décrit ainsi :

« En direction du château de Quéribus par le chemin cathare, on accède aux ruines du prieuré de Molhet, situé sur un rocher. [...] La définition des murs est poussée jusqu'à une hauteur d'environ cinq mètres, le dessus est plus rustique.
Le site est en ruines et envahi par la végétation. Il reste une partie du mur sud de la nef et une partie de l'abside de l'ancienne chapelle dédiée à saint Martin. Il subsiste trois fenêtres dont la plus intéressante est celle du milieu, son ouverture se rétrécit jusqu'à mi-épaisseur du mur puis s'élargit après un net décrochement jusqu'à l'extérieur[56]. ».

Chabert de Barbeira occupe le prieuré et le château) de Molhet (ainsi que le château de Padern) dans les années 1240 ; en août 1248, Louis IX ordonne au sénéchal de Carcassonne de récupérer Molhet et Padern des mains de Chabert de Barbeira (Guillaume Raymond de Peyrepertuse est cité quelques lignes plus loin - pour l'an 1283 - comme compère de Barbeira pour ces mêmes lieux), et de les restituer à l'abbaye de La Grasse[57].

Saint Martin de Molhet est inclus dans la bulle par le pape Gélase II qui confirme les biens de Lagrasse en 1119[58].

En 1405, le village habité à l'époque par 10 personnes est annexé à Padern[58].

Des déchets métalliques ont été trouvés dans le château de Molhet, ce qui laisse supposer l'existence d'un artisanat alimenté par les mines locales, comme dans nombre d'autres châteaux de la région (Albières et Arques notamment)[59]

Padern

En 899, une charte de Charles le Simple destinée à l'abbé Durand, de Sainte-Marie d'Orbieu, confirme la donation de Paterno (Padern) par le comte Oliba à ce monastère. C'est le premier document écrit connu concernant Padern. Cette charte est confirmée par une autre charte de 908 adressée à Witisa, abbé du même établissement ; mais dans cette nouvelle charte, ecclesiam est devenu cellam. Un autre document mentionne encore Patern en 951[45].

En septembre 1024, Ginabert et ses frères, qui avaient fait main basse sur les alleus de Marcano, Mollet (Molhet) et Padern, redonnent ceux-ci à l'abbé Etienne et aux religieux du couvent de La Grasse[45].

En août 1248, Louis IX ordonne au sénéchal de Carcassonne de récupérer Molhet et Padern des mains de Chabert de Barbeira (Guillaume Raymond de Peyrepertuse est cité quelques lignes plus loin - pour l'an 1283 - comme compère de Barbeira pour ces mêmes lieux), et de les restituer à l'abbaye de La Grasse[57].

En décembre 1283 l'abbé de Molhet (cité comme le Scindic d'Anger) et le procureur du roi pour la sénéchaussée de Carcassonne sont en désaccord sur les châteaux de Padern et de Molhet. Le procureur soutient que ces châteaux appartiennent à la royauté, se prévalant de ce que les deux seigneurs de Barbeira et de Peyrepertuse étaient alliés à Trincavel (1185-1209) vicomte de Carcassonne, que ce dernier a perdu la guerre contre le roi lors de la croisade des albigeois (1209-1229) et que donc ses possessions dépendantes sont passées à la couronne par ce fait d'armes. Finalement, l'abbaye récupère les châteaux contre une somme d'argent payée au roi. En août 1284 cette transaction est confirmée par une lettre de Philippe le Bel[57].

Le 15 janvier 1579, la terre et seigneurie de Padern sont aliénées à titre précaire[n 14] et sont acquises par la maison de Vic, issue du Roussillon - en la personne de Jean-Pierre de Vic, capitaine de Termes[45]. Le couvent de La Grasse les rachète le 26 mai 1706 à Blaise de Vic, quatrième descendant de Jean-Pierre de Vic[57].

En pays cathare (2/5) Sur les hauteurs de Quéribus | Mon ... voyage.blogs.la-croix.com › 2017/08/27 27 août 2017 - Moulhet a connu son apogée au XIVe siècle, assure Ingrid Sparbier, puis la population s'est déplacée vers le village de Padern, tout proche. https://voyage.blogs.la-croix.com/en-pays-cathare-2-sur-les-hauteurs-de-queribus/2017/08/27/

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1779, Gaspard Pailloux de Cascastel fonde une société à Padern avec Jean Duhamel (ingénieur) et Louis-Charles Peltier (négociant) pour y exploiter le fer, le plomb et le cuivre des mines autour de Padern et le charbon de terre de Ségure[60],[61],[n 15]. Le Conseil d'État autorise la construction des forges de Padern le 4 avril 1780[60] ; celles-ci sont vraisemblablement chauffées au charbon de bois, puisque Cascatel apporte à la société « les bois qui sont dans ses domaines et avec lesquels on pourra faire du charbon de bois pour l'usage de cette exploitation »[62]. En 1793 la forge de Padern fournit l'armée ; pour sa chauffe, elle est approvisionnée par les mineurs travaillant pour Pailhoux, réquisitionnés pour les besoins de la guerre pour travailler à la mine de charbon de terre de Ségure[63].

La carte de Cassini montre nombre de maisons isolées dans les montagnes, aujourd'hui disparues. Certains lieux existent encore, dont le Moulin sur le Torgon; les Cabries devevu les Crabiès au sud, d'autres ne subsistent plus que comme lieux-dits, tels Murs, Alpicou devenu le Picou, Allouret devenu le Lauret, Cabournac[c 11]

En 1922 est fondée la Cave Coopérative de Vinification de Padern. En 1979, elle a 135 adhérents qui cultivent 297 ha de vignes ; la coopérative vinifie 14 261 hectolitres de vins dont 6 206 hectolitres de « vin délimité de qualité supérieure » (V.D.Q.S.) corbières[64].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Padern

Son blasonnement est : D'azur au pal fuselé d'or et de sinople.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

En 2020, Padern relève de la sous-préfecture de Limoux.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Madeleine Jayne    
mars 2008 février 2013 Denis Villermoz    
mars 2013 mai 2020 Jean-Michel Ibanez[65]    
mai 2020 en cours Rémy Bertrand    
Les données manquantes sont à compléter.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Padern est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[66],[67]. La commune est en outre hors attraction des villes[68],[69].


En 2015, Padern est soumis au règlement national d'urbanisme (RNU)[70].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[71]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[72].

En 2017, la commune comptait 132 habitants[Note 2], en augmentation de 3,94 % par rapport à 2012 (Aude : +2,19 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
308334354364409519556558522
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
558502450446579532565508499
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
429447452428389414442411378
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
381283209168145140128127125
2013 2017 - - - - - - -
126132-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[73] puis Insee à partir de 2006[74].)
Histogramme de l'évolution démographique

Dette par habitant de Padern

[75]

Population et société[modifier | modifier le code]

La mairie édite une gazette, la gazette de Padern

Enfants, scolarité[modifier | modifier le code]

La crèche la plus proche est à Tautavel[76].

Écoles proches de Padern[modifier | modifier le code]

Écoles primaires

Écoles maternelles et élémentaires publiques à Paziols (7,5 km), à Tuchan (8,3 km) et à Duilhac-sous-Peyrepertuse (10 km)[2].

Collèges proches
Lycées proches

Services, commerces et artisans[modifier | modifier le code]

Services[modifier | modifier le code]

Bureau de Poste Padern

Déchetteries proches[2] :

Entreprises[modifier | modifier le code]

1 commerce d'alimentation générale (Pado) ; 1 café-restaurant (La P'tite Ardoise) ; 1 restaurant (Le vignoble du prieuré) [77] ; 19 agriculteurs dont : 1 apiculteur[78], 14 vignerons, 2 céréaliers et 1 maraîcher, 1 élevage d'ovins et de caprins.
S'y trouvent aussi 1 commerce interentreprises de boissons (Brj-Padern), 13 entreprises de location et exploitation de biens immobiliers propres ou loués, 1 entreprise de récolte de produits forestiers non ligneux sauvages (truffes, champignons et liège) 2 entreprises de production d'électricité (Shemi - Société Hydro-Électrique du Moulin Isard, et Cayrol International) ; 1 conseiller de gestion ; 1 entreprise de location et location-bail d'articles de loisirs et de sport (Aude Cathare Evasion) ; 1 entreprise de renseignement commercial ; 1 entreprise (artisanale) de fabrication de textiles[77],[79].

Loisirs[modifier | modifier le code]

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

Des bibliothèques municipales proches de Padern se trouvent à Tuchan, Maury, Durban-Corbières, et la bibliothèque municipale André Alquier à Tautavel[80].

Maisons des Jeunes et de la Culture[modifier | modifier le code]

Aux environs proches de Padern on trouve les MJC de Cucugnan, de Paziols, de Tuchan, de Tautavel et de Durban-Corbières (MJC Marceau Malet)[80].

Sports[modifier | modifier le code]

Piscines, baignades

Les piscines les plus proches de Padern sont à Tuchan, Estagel (piscine complexe sportif), Davejean et Saint-Paul-de-Fenouillet (piscine des Cortals)[80].

Le Verdouble fournit aussi quelques belles baignades, dont celle de « l'Œil de Mer » en amont du village, avec ses abords ombragés aménagés pour le pique-nique ; et celle à la sortie des gorges du Grau sur la route de Tuchan[38].
Les eaux du Torgan sont plus fraîches ; on y trouve les belles cascades du Moulin de Ribaute à Duilhac-sous-Peyrepertuse[38].

Escalade

Notamment au Grau de Padern[81].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Trois offices de tourisme sont proches de Padern :

office de tourisme des Corbières, à Cucugnan ;
syndicat d'initiative à Maury ; et
office de tourisme à Tautavel[80].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Roch et château

Associations[modifier | modifier le code]

  • Chorale Atout Chœur[82]
  • Musique : Clandestine Plein Sud
  • Artisanat, bricolage, expositions : Nature d'Hier Et d'Aujourd'hui
  • Club de loisirs, relations : Mais Oui Come On !
  • Comité des fêtes : Comité des Fêtes de Bienfaisance de Padern
  • Préservation du patrimoine : Padern Culture Et Patrimoine
  • Chasse : Association Communale de Chasse Agréée de Padern[83]

Cont’en Corbières, festival de contes du 17 au 19 juillet, en journée à Cucugnan et en soirée à Padern[84].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le vieux pont sur le Targan
  • le vieux pont sur le Torgan avait été classé Monument historique en 1949[86] ; il a été entièrement détruit lors de la crue de décembre 1953[87].

Zones naturelles protégées[modifier | modifier le code]

La commune est incluse dans

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean Espitalier, un des héros de la conquête de l'air, est mort dans un accident d'avion (un Caudron Goéland) sur le mont Tauch avec le mécanicien André Teixier et le radio Jean Le Moal, le 17 janvier 1945[91],[n 17], lors d'une tempête de neige[92].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Duilhac-sous-Peyrepertuse n'est pas jointe à Padern par un quadripoint exact : la limite entre ces deux communes est longue d'environ 23 m[1], ce qui fait que les communes de Cucugnan au sud et de Mongaillard au nord ne se touchent pas.
  2. Jean-Paul Papix précise[9] que « la rigole » désigne la résurgence de Font Estramar ou Font Estremera, sur Salses-le-Château. La Fontdame est à environ 1,7 km au sud-ouest de la font Estramar, à l'amont du ruisseau appelé rec de Fontdama. Les deux sources sont côté nord-ouest de l'autoroute A9, très proches de cette dernière[c 7].
  3. L'ingénieur Rossin publie en 1884 un petit ouvrage de 30 pages intitulé Irrigation des vignobles du Roussillon. Dessèchement des marais par la captation de la rivière souterraine des Corbières alimentant les sources de la Rigole et de Fontdame. Jean-Paul Papix résume quelques passages :
    Un axe de soulèvement des Corbières peut être mis en évidence entre Vingrau et Tautavel puis plus loin entre Tuchan et Paziols. Sur une largeur d’un km, « la rivière souterraine suit inévitablement cette ligne. »
    « Les alluvions anciennes, d’une puissance considérable qu’on trouve dans les territoires de Paziols et de Tuchan… prouvent qu’il existait dans ces parages un immense lac, dont les eaux excessivement abondantes par suite du retrait des mers, se sont fait jour à travers les cavernes et les failles de la roche calcaire pour venir sourdre dans la direction de l’est, soit par les barrancs d’Opoul, soit par les gouffres de la Rigole et de Fontdame. »
    La profondeur en divers endroits de la couche marneuse imperméable sur laquelle repose les Corbières, associée à l’axe de soulèvement dont il a été fait mention plus haut, prouvent l’existence d’une vallée drainante (thalweg) qui partirait de la Rigole et irait, en montant vers l’ouest et passant par Opoul, jusqu’à Paziols, Padern « et peut-être jusqu’aux glaciers des Pyrénées[10] ».
  4. Nous n'avons pas trouvé le passage par Anglada cité par Papix. Mais Anglada mentionne que « la fontaine d'Estramé grossit principalement et sort trouble lorsque quelque orage a éclaté sur le territoire d'Opoul[12]... »
  5. La limite nord de l'ensemble Paléozoïque et cristallin situé au sud du massif de l'Agly, se trouve sur la ligne de Bélesta, Trévillach, Campoussy, Montfort-sur-Boulzane, Escouloubre et jusqu'à la limite ouest de la commune de Mijanès en Ariège[18],[c 8].
  6. a et b Le chevauchement nord-pyrénéen est marqué sur la carte géologique par une ligne discontinue de tirets portant chacun un triangle, avec les triangles orientés vers le sud. D'ouest en est, cette ligne passe sur les côtés nord du roc de Mouillet (où se trouve l'ancien village de Molhet, probablement détruit par un séisme) et du roc de Capéliane, puis au prat de Lacal, au nord du pas de la Serre, se dirige vers le roc de la Sest puis remonte vers le nord et sort de la commune pour passer au prat de l'Arc sur la commune de Paziols[18],[c 8].
  7. a b c d e f et g l1-2, l3, l4 : "L" minuscule (et non "1" ou "I" majuscule).
  8. Phyllosmilia complanata est un coral pierreux. Il est mentionné dans la fiche Rennensismilia complanata de fossilworks ((en) « Rennensismilia complanata Goldfuss 1826 (stony coral) », sur fossilworks.org (consulté le 25 septembre 2020)). Turbinolia complanata est recombinée comme Phyllosmilia complanata d'après Beauvais 1974 ((en) « Opinions from R. Baron-Szabo 2006 », sur paleodb.org (consulté le 25 septembre 2020)).
  9. Noter qu'un lambeau de calcaires gréseux et glauconieux au nord de Padern[c 8] a livré des Phyllosmilia complanata Goldfuss[n 8] date cette formation du Santonien supérieur[23] (quatrième des six étages du Crétacé supérieur).
  10. En géologie, un environnement « de haute énergie » est un environnement sujet à des perturbations importantes.
  11. « Mine du Tistoulet, photos » [PDF], sur digital-culture.de (consulté le 30 septembre 2020).
  12. Cyanophyllite : minéral appartenant au groupe de la cyanotrichite, un groupe de minéraux isostructuraux. Voir (en) « Cyanophyllite », sur wiktionary.org (consulté le 25 septembre 2020).
  13. Le foyer d'un séisme est l'endroit d'où part le séisme[42].
  14. Une aliénation à titre précaire inclut une clause de rachat futur par les vendeurs du moment.
  15. Ségure se trouve dans le nord de la commune de Tuchan, près de la commune de Quintillan. Un petit hameau et un château portent ce nom, ainsi que le ruisseau du Mas de Ségure. Voir par exemple Gauthier Langlois, « La mine de houille de Ségure », extrait de Inventaire des mines et industries métallurgiques des Corbières, sur paratge.chez-alice.fr, (consulté le 30 septembre 2020).
  16. Castrum de Molhet, coordonnées Lambert : 624,500 x 3062,150[43].
  17. A propos de Jean Espitalier, voir l'article « Liste de pilotes et navigants de l'Aéropostale ». Une courte biographie se trouve sur la page « Les pilotes, chefs d'escale et chefs de ligne », sur remb.free.fr (consulté le 28 septembre 2020) ; une fiche sur l'accident se trouve ici : « Crash du Caudron C440/C449 - type C445 Goéland - s/n 249/287/9015 », Aviateurs français et alliés tombés sur le sol de France - période 39-45, sur francecrashes39-45.net. Voir aussi l'article « Les nouveaux quadri-moteurs de la ligne Alger-Marseille », Écho d'Alger,‎ (lire en ligne [sur alger-roi.fr]).
Notes sur la démographie
  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

Cartes
  1. a b c d e f g h i j k et l « Padern, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches".
  2. « Distance entre Padern et le parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée, carte », sur google.fr/maps (consulté le 25 septembre 2020). Les distances par route entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral (voir l'onglet en haut à gauche de l'écran) - cliquer sur "itinéraires".
  3. « Distance entre Padern et le parc naturel régional des Pyrénées catalanes, carte », sur google.fr/maps (consulté le 25 septembre 2020).
  4. « Distance entre Padern et le parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises, carte », sur google.fr/maps (consulté le 25 septembre 2020).
  5. « Padern, carte », sur google.fr/maps (consulté le 25 septembre 2020).
  6. « Le Pech de Fraysse au nord de Padern, carte interactive » sur Géoportail.
  7. « Font Estremera et endroit de la Fontdame, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées.
  8. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s « Padern, carte géologique interactive » sur Géoportail.
  9. massif de Mouthoumet : voir carte[17].
  10. « Les mines de la zone Padern-Montgaillard, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées. Les entrées sont indiquées par un point noir.
  11. « Padern, carte interactive » sur Géoportail. Couche « Carte de Cassini » activée.
Géologie
  • [Berger et al. 1997] G.M. Berger, B. Alabouvettte, G. Bessiere, M. Bilotte, B. Crochet, M. Dubar, J.P. Marchal, Y. Tambareau, J. Villatte et P. Viallard, Notice explicative de la carte géologique à 1/50000, feuille Tuchan (1078), Orléans, éd. du BRGM, , 115 p. (ISBN 2-7159-2078-4, lire en ligne [PDF] sur ficheinfoterre.brgm.fr). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  1. a et b Berger et al. 1997, p. 23.
  2. Berger et al. 1997, p. 22.
  3. Berger et al. 1997, p. 29.
  4. Berger et al. 1997, p. 30.
  5. Berger et al. 1997, p. 31.
  6. a et b Berger et al. 1997, p. 42.
  7. a et b Berger et al. 1997, p. 32.
  8. a b et c Berger et al. 1997, p. 33.
  9. Berger et al. 1997, p. 39.
  10. Berger et al. 1997, p. 41.
  11. a et b Berger et al. 1997, p. 43.
  12. Berger et al. 1997, p. 44.
  13. Berger et al. 1997, p. 45.
  14. Berger et al. 1997, p. 48.
  15. a et b Berger et al. 1997, p. 65.
  16. a b c et d Berger et al. 1997, p. 66.
  17. Berger et al. 1997, p. 67.
  18. a et b Berger et al. 1997, p. 68.
Autres références
  1. « Limite entre Padern et Duilhac-sous-Peyrepertuse, carte interactive » sur Géoportail.
  2. a b c d e f g et h « Padern », sur annuaire-mairie.fr (consulté le 26 septembre 2020).
  3. « Le relief de la commune de Padern, carte interactive », sur geoportail.gouv.fr (consulté le 13 octobre 2020). Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Carte du relief » activées.
  4. « Règlement de surveillance, de prévision et de transmission de l'information sur les crues » [PDF], sur vigicrues.gouv.fr, SPC Méditerranée Ouest, (consulté le 26 septembre 2020), p. 20.
  5. « L’Agly et ses affluents », sur bv-agly.fr, Syndicat mixte du bassin versant de l'Agly (consulté le 11 octobre 2020).
  6. « Padern », sur siterando66.free.fr (consulté le 11 octobre 2020).
  7. [Jeannel & Racovitza 1913] R. Jeannel et E.-G. Racovitza, Énumération des grottes visitées 1911-1913, t. 53, 1913-1914, 325-558 p., sur archive.org (lire en ligne), p. 425-426. Outre la description de la grotte, ces auteurs mentionnent y avoir trouve l'espèce de cloporte Trichoniscoides modestus modestus Racovitza, 1908 (mentionnée également sur endemica.mnhn.fr).
  8. Jeannel & Racovitza 1913, p. 427.
  9. Papix 2017, p. 5, note 1.
  10. [Papix 2017] Jean-Paul Papix, « L'aven des Amandiers », Quelque part sous terre,‎ , p. 6 (lire en ligne [PDF] sur blog.speleo-club-roussillon.fr, consulté le 25 septembre 2020).
  11. Papix 2017, p. 7.
  12. [Anglada 1833] Joseph Anglada, Traité des eaux minérales et des établissements thermaux du département des Pyrénées-Orientales, t. 2, Paris / Montpellier, libr. Baillière / libr. Sevalle, (lire en ligne), p. 336.
  13. a et b « Calcaires dévoniens, formations carbonifères et schistes du massif du Mouthoumet » [PDF], sur rhone-mediterranee.eaufrance.fr, BRGM (consulté le 6 octobre 2020).
  14. « Barrenc d'en Pous », Bulletin de la commune de Paziols, no 5,‎ , p. 7 (lire en ligne [PDF] sur paziols.com, consulté le 26 septembre 2020).
  15. « Résurgence des Allens », Info Plongée, no 68,‎ , p. 6 (lire en ligne [sur fr.calameo.com], consulté le 26 septembre 2020).
  16. « Les siphons », Comité Départemental de Spéléologie de l'Aude, sur cdspeleo11.free.fr (consulté le 25 septembre 2020).
  17. Fauré 2013, p. 14.
  18. a b c et d [Ournie 1987] Bernard Ournie, « Présentation spéléologique du massif des Fanges et du chaînon du Roc Paradet (Fenouillèdes, Aude et Pyrénées Orientales) », Karstologia, no 10 « La table ronde franco-polonaise (1-8 juin 1987) »,‎ , p. 1-6 (lire en ligne [sur persee.fr], consulté le 26 septembre 2020), p. 1.
  19. Pierre Thomas, « Failles normales associées à une nappe de charriage (Padern, Aude) », photos et explications, sur planet-terre.ens-lyon.fr (consulté le 29 septembre 2020).
  20. a b et c Pierre Thomas, « Les anciennes mines de cuivre, argent et barytine du secteur Padern-Montgaillard (Aude) », Sites miniers accessibles dans les Corbières, sur planet-terre.ens-lyon.fr, (consulté le 29 septembre 2020).
  21. Photo d'un chevauchement entre les couches tm (Trias moyen) et t7-8 (Trias supérieur) sur Padern : Pierre Thomas, « Un chevauchement décamétrique à la base de la nappe des Corbière, Padern (Aude) », sur planet-terre.ens-lyon.fr (consulté le 29 septembre 2020). Cette photo a été prise sur la D123 à la sortie de Padern en direction de Montgaillard.
  22. [Fauré 2013] Philippe Fauré, « Le Toarcien moyen (zones à bifrons et à variabilis, Jurassique inférieur) des Corbières (Aude, France) : biostratigraphie et évolution sédimentaire », Bulletin de la Société d'Études Scientifiques de l'Aude, t. CXIII,‎ , p. 13-34 (lire en ligne [sur researchgate.net], consulté le 26 septembre 2020), p. 20.
  23. [Beauvais 1960] Marcel Beauvais, « Polypiers sénoniens des environs de Padern (Aude) », Bulletin de la Société Géologique de France, 7e série, vol. 2, no 6,‎ , p. 723–727 (résumé).
  24. Inventaire du Patrimoine Géologique en Languedoc-Roussillon – Phase 2 : L’Aude. Rapport final (Étude réalisée dans le cadre des opérations de Service public du BRGM 2009), (lire en ligne [PDF]). Dépôts carbonatés du crétacé supérieur au Grau de Padern : photo p. 76. éboulement rocheux au Grau de Padern : p. 84.
  25. a et b « Mines en Corbières », sur cascastelchateau.fr (consulté le 30 septembre 2020).
  26. [Rancoule & Solier 1977] Guy Rancoule et Yves Solier, « Les mines antiques des Corbières Audoises », dans Mines et mineurs en Languedoc-Roussillon et région voisines de l'Antiquité à nos jours, Montpellier, Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, , sur documentcloud.adobe.com (lire en ligne), p. 23-38, p. 23.
  27. Rancoule & Solier 1977, p. 24.
  28. a et b Rancoule & Solier 1977, p. 26.
  29. Rancoule & Solier 1977, p. 25.
  30. [Deliens et al. 1993] Michel Deliens, Christian Berbain, Georges Favreau et Laure Marchal et Raymond Pulou (dessins) (photogr. photos couleur : Robert Vernet), Les anciennes mines de Padern-Montgaillard : géologie, histoire et minéralogie, Paris, Association franc̦aise de microminéralogie, 1993 ou 1994, 84 p. (résumé).
  31. [Favreau et al. 2003] G. Favreau, C. Berbain et N. Meisser, « Cyanophyllite et autres espèces rares de la mine du Tistoulet, Padern (Aude) », Le Cahier des Micromonteurs,‎ , p. 17-23.
  32. Rancoule & Solier 1977, note 34, p. 33.
  33. « Prévention des risques de Padern (11) », sur communes.com (consulté le 26 septembre 2020).
  34. « Dossier départemental des risques majeurs - Transmission d'informations au maire - 2017 - Préfet de l'Aude - Padern » [PDF], sur aude.gouv.fr, (consulté le 26 septembre 2020), p. 15, p. 3-4 .
  35. Dossier départemental des risques majeurs 2017, p. 12.
  36. Dossier départemental des risques majeurs 2017, p. 5 (carte).
  37. a et b Règlement sur les crues 2015, p. 22.
  38. a b et c « Baignades », sur padern.free.fr (consulté le 28 septembre 2020).
  39. [Vinet 2003] Freddy Vinet, Crues et inondations dans la France méditerranéenne - les crues torrentielles des 12 et 13 novembre 1999, Nantes, Éditions du Temps, , 224 p. (lire en ligne [PDF] sur gred.ird.fr), p. 34.
  40. Vinet 2003, p. 32.
  41. Vinet 2003, p. 54.
  42. a b et c [Langlois 2014] Gauthier Langlois, « Séismes historiques dans l'Aude, les Pyrénées-Orientales et l'Ariège », sur paratge.wordpress.com, (consulté le 26 septembre 2020).
  43. a b c et d [Gau & Gau 1993] Jean-Bernard Gau et Michèle Gau, « Padern (Aude). Le Castrum de Molhet », Archéologie médiévale, no 23,‎ , p. 439-440 (résumé).
  44. « Petite digression étymologique et toponymique autour du nom de Padern », La gazette de Padern,‎ (lire en ligne [sur padern.free.fr], consulté le 27 septembre 2020).
  45. a b c et d Mahul 1863, p. 553.
  46. [Sicard 1900] Germain Sicard, L'Aude préhistorique : Notice sur les trouvailles faites dans le département de l'Aude et sur ses grottes, dolmens et menhirs, Nîmes, éd. Lacour, , 104 p., p. 6.
  47. [Sacchi] Dominique Sacchi, « Le Paléolithique supérieur du Languedoc occidental et du Roussillon » (monographie), Gallia Préhistoire « Suppl. no 21 »,‎ , p. 230 (lire en ligne [sur persee], consulté le 28 septembre 2020).
  48. a et b [Darasse & Soutou 1963] P. Darasse et A. Soutou, « Deux types inédits de parure énéolithique », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 60, nos 7-8 « Travaux en retard »,‎ , p. 404-407 (lire en ligne [sur persee]), p. 404.
  49. a et b [Clottes 1974] Jean Clottes, « La Grotte du Four, à Caylus (Tarn-et-Garonne) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 71, no 1 « E&T »,‎ , p. 383-400 (lire en ligne [sur persee]), p. 391-392, dont note 4 p. 192.
  50. [Carrière 1964] Gilbert Carrière, « Sur la découverte fortuite de trois objets métalliques », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 61, no 5,‎ , p. 113 (lire en ligne [sur persee], consulté le 11 octobre 2020).
  51. [Barnier 1875] A. Barnier, « Fouilles des grottes de Padern (Aude) », Matériaux pour l'Histoire Primitive et Naturelle de l'Homme, t. 4, no 10 « 2e série »,‎ , p. 140-142. Cité dans Clottes 1974.
  52. [Brugal et al. 2019] (en) Jean-Philip Brugal, Alain Argant, Myriam Boudadi-Maligne, Evelyne Crégut-Bonnoure,, Roman Croitor, Philippe Fernandez, Jean-Baptiste Fourvel, Philippe Fosse, Jean-Luc Guadelli et Bruno Labe, Pierre Magniez et Antigone Uzunidis, « Pleistocene herbivores and carnivores from France: An updatedoverview of the literature, sites and taxonomy », Annales de Paléontologie,‎ (lire en ligne [sur researchgate.net], consulté le 13 octobre 2020), p. 9.
  53. [Crégut-Bonnoure 2005] Evelyne Crégut-Bonnoure, « Nouvelles données paléogéographiques et chronologiques sur les Caprinae (Mammalia, Bovidae) du Pléistocène moyen et supérieur d'Europe », MUNIBE (Antropologia-Arkeologia), no 57 « Homenaje a Jesús Altuna »,‎ , p. 205-219 (ISSN 1132-2217, lire en ligne [PDF] sur aranzadi.eus, consulté le 13 octobre 2020), p. 213.
  54. Julien Mantenant, « Exploitation minière et production des métaux dans l’arrière-pays narbonnais durant l’âge du fer et la période romaine (IVe siècle avant notre ère – Ve siècle de notre ère) », Mines et métaux dans le Narbonnais, sur sesa-aude.fr, TRACES ( (Travaux et recherches archéologiques sur les cultures, les espaces et les sociétés)) UMR 5608 UTM-CNRS (consulté le 28 septembre 2020).
  55. a et b [Contal 2003] Philippe Contal, « Château de Padern », (reportage « Les Portes du temps » n° 27), sur cathares.org, (consulté le 25 septembre 2020).
  56. « Padern », sur autour-des-chateaux.com (consulté le 25 septembre 2020).
  57. a b c et d Mahul 1863, p. 554.
  58. a et b « Padern », sur siterando66.free.fr (consulté le 30 septembre 2020).
  59. Bilan de la recherche archéologique depuis 1995, Montpellier, Direction Régionale des Affaires Culturelles Languedoc-Roussillon - Service Régional de l'Archéologie, , 182 p. (lire en ligne [PDF] sur culture.gouv.fr), p. 162.
  60. a et b [Escudier 1991] Jean-Louis Escudier, « Espoirs et réalité de l'exploitation charbonnière dans le département de l'Aude (1678-1952) », Annales du Midi, nos 103-194 « de l'or limousin aux houillères du Gard : mines et mineurs du Midi de l'antiquité à nos jours »,‎ , p. 191-214 (lire en ligne [sur persee], consulté le 30 septembre 2020), p. 194.
  61. [Esparseil 1928] Raymond Esparseil, « Les mines de houille de Ségure », Bulletin de la Société d'études scientifiques de l'Aude, t. 32,‎ , p. 305-314 (lire en ligne [sur gallica], consulté le 30 septembre 2020). La page 73 du même tome indique que R. Esparseil a trouvé de la galène (métal à base de sulfure de plomb) à Pardern.
  62. Escudier 1991, p. 195.
  63. [Cousineau 2017] Anne-Sophie Cousineau, « Les Mines des Corbières. Le contexte général » [docplayer], sur Les-mines-des-corbieres-le-contexte-general, (consulté le 10 octobre 2020), p. 7.
  64. « Padern (Aude) », Caves coopératives de vinification d'ici et d'ailleurs, sur cavescooperatives.fr (consulté le 11 octobre 2020).
  65. « site de la mairie »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur padern.free.fr (consulté le 25 septembre 2020).
  66. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  67. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  68. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  69. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  70. Jean‐Marc Boyer, « Rapport à la Commission supérieure des sites Perspectives et Paysages, séance du 2 avril 2015 : Projet de classement du site du Pech de Bugarach et de la rive nord du synclinal du Fenouillèdes » [PDF], Rapport CGEDD n°008989-02, sur cgedd.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 11 octobre 2020), p. 4, note 10.
  71. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  72. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  73. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  74. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  75. « Dette de Padern (11350) en 2019 », sur journaldunet.com (consulté le 26 septembre 2020).
  76. « Garde d'enfant à Padern », sur annuaire-mairie.fr (consulté le 26 septembre 2020).
  77. a et b « Entreprises à Padern (11350) », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le 27 septembre 2020).
  78. « Culture et production animale, chasse et services annexes sur Padern », sur annuaire-mairie.fr (consulté le 27 septembre 2020).
  79. Padern sur annuaire-mairie.fr, section « Entreprises sur Padern ».
  80. a b c et d Padern sur annuaire-mairie.fr, section « Sorties et loisirs - Activités et loisirs ».
  81. Denis Corpet, « Escalade au grau de Padern (Aude) », sur fcorpet.free.fr (consulté le 25 septembre 2020).
  82. « Le jour où le château a failli disparaître » [PDF], La gazette de Padern, sur padern.free.fr, (consulté le 26 septembre 2020), p. 6.
  83. « Padern - les associations », sur annuaire-mairie.fr (consulté le 26 septembre 2020).
  84. « Les rendez-vous de l'été » [PDF], AudeMag, sur aude.fr, (consulté le 27 septembre 2020), p. 30.
  85. « Randonnées dans les Pyrénées-Orientales et les environs - Cucugnan, Padern, Quéribus », sur randonnees-pyrenees-orientales.e-monsite.com (consulté le 25 septembre 2020).
  86. [d'Annelet 1950] Jules Burthe d'Annelet, « Églises et monuments classés », Bulletin Monumental, vol. 108,‎ , p. 226-228 (lire en ligne [sur persee], consulté le 11 octobre 2020), p. 226.
  87. « Liste des radiations au titre des Monuments historiques »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF], sur legifrance.gouv.fr (consulté le 11 octobre 2020).
  88. « Vallée du Torgan » - FR9101458. Fiche et cartographie ZSC Natura 2000.
  89. « Basses Corbières » - FR9110111. Fiche et cartographie ZPS Natura 2000.
  90. « Plaine viticole de Tuchan » - 910030432). Fiche et cartographie ZNIEFF Natura 2000.
  91. « Événement tragique sur le mont Tauch », sur padern.free.fr (consulté le 28 septembre 2020).
  92. (en) « Crash of a Caudron C.440 Goéland near Tuchan: 3 killed », sur baaa-acro.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Langlois 2013] Gauthier Langlois, « Petits établissements monastiques masculins des Corbières : un encadrement religieux dense (IXe – XIIIe siècle) », Bulletin de la Société d’études Scientifiques de l'Aude, t. CXIII,‎ , p. 51-68 (ISSN 0153-9175, lire en ligne [PDF] sur paratge.files.wordpress.com).
  • [Mahul 1863] Alphonse Mahul, « Padern », dans Cartulaire et Archives des Communes de l'ancien diocèse et de l'arrondissement administratif de Carcassonne, vol. 4, Paris, V. Didron, , sur books.google.fr (lire en ligne), p. 553-566. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]