Villerouge-Termenès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Villerouge-Termenès
Villerouge-Termenès
Vue du village
Blason de Villerouge-Termenès
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Narbonne
Canton Fabrezan
Intercommunalité Communauté de communes de la Région Lézignanaise, Corbières et Minervois
Maire
Mandat
Philippe Brule
2014-2020
Code postal 11330
Code commune 11435
Démographie
Population
municipale
143 hab. (2016 en diminution de 4,67 % par rapport à 2011)
Densité 7,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 00′ 28″ nord, 2° 37′ 44″ est
Altitude Min. 272 m
Max. 620 m
Superficie 19,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : région Occitanie

Voir sur la carte administrative de région Occitanie
City locator 14.svg
Villerouge-Termenès

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Villerouge-Termenès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villerouge-Termenès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villerouge-Termenès

Villerouge-Termenès (en occitan, Vilaroja de Termenés) est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Occitanie. Ses habitants sont les Villerougeois et Villerougeoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune des Corbières est située au pied du mont Tauch sur le terroir Corbières (AOC), à environ 47 kilomètres au sud-est de Carcassonne.

La commune est proche du parc naturel régional du Haut-Languedoc.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Villerouge-Termenès[1]
Saint-Martin-des-Puits
(par un quadripoint)
Saint-Pierre-des-Champs Talairan
Termes Villerouge-Termenès
Félines-Termenès Quintillan
(par un quadripoint),
Palairac

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La D613 au col de Villerouge, en direction de Villerouge-Termenès

Accès par l'ancienne route nationale 613.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 2, correspondant à une sismicité faible[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2013, le nombre total de logements dans la commune était de 137.

Parmi ces logements, 56,9 % étaient des résidences principales, 40,9 % des résidences secondaires et 2,2 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 67,9 %[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative représentant Bélibaste et son compagnon cathare Philippe d'Alairac

Guillaume Bélibaste, dernier "bon homme" hérétique, y fut brûlé en 1321.

16 mai 1962 : Villerouge devient Villerouge-Termenès.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Villerouge-Termenès Blason De gueules à la mitre d’or senestrée d’une crosse abbatiale du même.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Paul Séguy    
mars 1995 juin 2012 Éric Andrieu PS[4] Conseiller général de 1988 à 2004, conseiller régional depuis 1998, vice-président du conseil régional de Languedoc-Roussillon de 2004 à 2010, président du Pays Corbières-Minervois, député européen depuis 2012
juin 2012   Philippe Brulé    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2016, la commune comptait 143 habitants[Note 1], en diminution de 4,67 % par rapport à 2011 (Aude : +2,24 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
310300321378292420410371417
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
395411381350331336323288275
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
283250268258269269240261250
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
210176140146154158158158158
2013 2016 - - - - - - -
140143-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le nombre de ménages fiscaux en 2013 était de 74 représentant 142 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 14 108 €[3].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2014, le nombre total d’emploi dans la zone était de 23, occupant 41 actifs résidants (salariés et non salariés) .

Le taux d’activité de la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 68,6 % contre un taux de chômage (au sens du recensement) de 32,2 %. Les inactifs se répartissent de la façon suivante : étudiants et stagiaires non rémunérés 3,5 %, retraités ou préretraités 14 %, autres inactifs 14 %[3].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre d’établissements actifs était de 17 dont 6 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 2 dans l'industrie, 5 dans le commerce-transports-services divers et 4 étaient relatifs au secteur administratif.

Cette même année, 1 entreprise a été créée par un auto-entrepreneur[3].

L'église Saint-Étienne

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Retable et chœur de l'église du village

Au cœur d'un village médiéval se trouve un château se développant selon un plan quadrangulaire marqué par quatre fortes tours d'angle ; c'est là que fut brûlé le dernier Parfait cathare en 1321, (Guilhem Bélibaste).

Autrefois enclos dans ses remparts, Villerouge-Termenès a préservé en son centre le château de l'archevêque de Narbonne, seigneur du lieu au XIVe siècle.

Aujourd'hui, le corps du château abrite une exposition permanente divisée en trois registres : au rez-de-chaussée, Bélibaste ; au premier étage, l'archevêque de Narbonne ; au deuxième étage, le château et son village. En 1997, une rôtisserie médiévale a ouvert ses portes dans l'enceinte du château et propose de véritables mets du Moyen Âge au grand public.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques-Michel Ducros - "Le Cœur des Corbières et son Patrimoine" - 2012 - (ISBN 2-9520321-5-7) - pages 359 à 378.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]