Tautavel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la commune. Pour l’hominidé portant le même nom, voir Homme de Tautavel.
Tautavel
Talteüll
Mairie de Tautavel.
Mairie de Tautavel.
Blason de TautavelTalteüll
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Perpignan
Canton La Vallée de l'Agly
Intercommunalité Perpignan Méditerranée Métropole
Maire
Mandat
Guy Ilary
2014-2020
Code postal 66720
Code commune 66205
Démographie
Population
municipale
879 hab. (2014 en diminution de 5,28 % par rapport à 2009)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 48′ 55″ nord, 2° 44′ 50″ est
Altitude Min. 65 m
Max. 566 m
Superficie 53,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Tautavel
Talteüll

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Tautavel
Talteüll

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tautavel
Talteüll

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tautavel
Talteüll

Tautavel (en catalan, Talteüll) est une commune française de 878 habitants située dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie. Dans le cadre de la géographie locale catalane, le village se trouve dans la comarca ou région naturelle du Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Tautavellois en français et Talteüllí, Talteüllina en catalan.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En catalan, le nom de la commune est Talteüll[1] ou Taltehull, [təltə'uʎ] en graphie traditionnelle pre-normative. Les premières mentions du nom sont Taltevul en 1011, Taltevolo en 1020, puis Taltehull[2].

Joan Coromines explique[3] l'origine du toponyme Talteüll à partir de la phrase, dite par le seigneur du lieux, se référant à son château Tal te vull! "Ainsi je te veux !" : (Voici c'est comment je veux que vous soyez et que vous restez à moi, en comprenant l'idée que ne devient pas de la propreté d'un d'autre monsieur).

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village[modifier | modifier le code]

Tautavel est situé[4] sur la gauche du Verdouble, dans un endroit où la rivière tourne vers l'ouest qui laisse un bon espace sur la plaine, où le village a été formé. Cela a formé l'ancien noyau autour de l'église paroissiale de Sant Genís de Talteüll et son cimetière, bien que ce ne soit pas une cellera pour la modernité de la formation de la même ville, au XIIIe siècle (la vieille ville C'était sur la montagne, près du château, où il y a quelques vestiges de cette vieille ville).

La ville s'est allongée au long des routes qui partent vers Vingrau, au nord-est, à Cases-de-Pène (Cases de Pena) au sud-ouest, et vers Estagel (Estagell) et Paziols (Pasiòls), au nord-ouest. Dans cette première périphérie, vous trouverez les quartiers de la Carrerada et le Veïnat d'Amunt où on trouve les deux caves coopératives, le cimetière et le centre des vacances. À les Planes et la Miralla, aux deux côtés de cette sortie vers le nord-ouest, c'est récemment formé des nouveaux lotissements. Dans l'une de ces étendues modernes, à proximité de la route Vingrau, se trouve le Musée de Tautavel - Centre européen de préhistoire.

Le terme communal[modifier | modifier le code]

Les divisions cadastrales ou lieux spécifiques du terme de Tautavel sont: l'Alentó, o l'Alentau, l'Alentó de la Cauna d'en Llorenç, els Barrencs, la Bassa Groga, el Boixetar, el Bonissó, la Bormora, el Brouar, la Brosta, les Brugueres (deux, en endroits divers du terme), les Brugueres Altes, la Cabreta, les Cabretes, el Camí de les Moreres, el Camí de Pasiòls, el Camp de l'Ase, el Camp de l'Esperona, el Camp del Fossalet, el Camp de l'Hort, el Camp del Plet, el Camp del Teuler, el Camp de Maniobres Militars, el Camp d'en Cuix, el Camp d'en Vaquier, el Camp Gran, el Camp Llarg, els Camps de la Font, les Canals, Can Palairic, Canta Perdius, la Cassanya, la Cella, el Cementiri, el Cementiri dels Moros, el Clau, les Clobagueres, les Colomines, el Cotiu d'en Llobet, la Cressa, Dejús el Devinar (nom ancien), la Devesa (deux, en endroits divers du terme), el Devinar, Dessús de la Devesa, l'Estany Polit, el Fornàs, les Fredes, o les Aigues Fredes, la Gironella, la Gironella Baixa, el Gorner, les Hortes, la Jaça d'en Biell, les Jacetes, els Manglaners, el Marfullar, Marinols, el Mas, el Mas de la Devesa, el Mas de l'Alzina, abans de l'Ullastre, el Mas de les Fredes, el Mas de la Ursuleta, el Mas d'en Cirac, el Mas d'en Domingo, el Mas d'en Parès, el Mas d'Espatllat, la Miralla, el Molar, la Molera, la Mollera d'en Pomiès, l'Oliveda Gran, les Olivedes, el Pas de Jaià, el Pas de la Vaca, les Pedreres de la Coma d'en Mateu, les Pedreres de l'Alentó, les Pedreres de la Serra de Talteüll, les Pedreres de les Nou Boques, Picatalent, els Plançons, la Platja d'en Julià, el Prat Batut, els Prats, Praximà, el Priorat, els Pujols, el Rec del Fonoll, Riessols, el Rodonar, les Salines, les Santes Puelles, Sant Martí, la Teulera, el Trauc del Colom, el Trauc de l'Olla, els Travessos, les Vinyes i les Vinyes del Rec del Fonoll.

Certains toponymes indiquent des signalisations du terme communal : el Cim de la Gironella Petita, el Cim del Roc dels Diners, o Roc dels Diners, o Creu del Roc dels Diners, la Pedra Dreta, el Piló de la Gironella, el Piló del Coll dels Guizalard, el Piló de les Nou Boques, Puig Pilà, Roc de Jau, el Trauc del Colom i la Vinya del Bessó (nom ancien). Aussi il y avait le Dolmen del Camp de l'Arquet, disparu, qui faisait de signalisation de fin de commune.

Les masos et masies de Tautavel[modifier | modifier le code]

Un mas est une ferme de certaines régions de l'Occitanie et de la Catalogne. Le mas est lié à la vie économique rurale, le centre de la propreté est le bâtiment dit masia.

Ces de la commune de Tautavel sont les suivants : l'Alberg del Mas de l'Alzina, o Mas de l'Alzina, abans Mas de l'Ullastre, trois cabanes sens nom, la Casa Cantonyera, el Casot d'en Morat, deux cours (cort o cortal en catalan) sens nom, el Cortal del Vernadàs, el Mas Cama, el Mas de la Devesa, el Mas -avant Corta- de Foradada-, el Mas de la Ursuleta, el Mas de les Fredes, el Mas d'en Cirac, el Mas d'en Domingo, el Mas d'en Gualart, el Mas d'en Janell, el Mas de la Pallassa, avant de l'Esperó, el Mas d'en Parès, el Mas d'en Peixoner, el Mas Peix, la Mesoneta i el Molí (le moulin). Noms anciens, déjà en désuétude sont ces de del Casot d'en Jambert, el Cortal de les Fredes, el Cortal d'en Benecís, el Cortal d'en Simeó, el Cortal d'en Víctor, o Mas d'en Carrabina, el Mas de la Balí, un altre Mas d'en Cirac, el Mas d'en Magre, un autre Mas d'en Parès, el Mas d'en Simó, el Mas d'en Víctor, el Mas Nou i la Teulera, o Teulera d'en Pietxó. El Cortal del Pas de Jalà, dit aussi simplement Pas de Jalà, en ruines i el Mas d'en Saman i el Mas d'Espatllat sont disparus (le dernier est aussi un nom ancien).

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Tautavel, de 534 700 hectares d'extension (le quatrième en extension du Roussillon) est située au sein de la sub-région naturelle des Corbières catalanes, limite septentrional de la Catalogne Nord, en contact avec les régions occitanes des Fenouillèdes et du Peyrepertusois.

Cette commune comprend essentiellement la vallée du Verdouble (Verdoble), en plus du versant nord du Rivage de Maury (Ribera de Maurí), encadrée au sud-est par la Serre de Tautavel (Serra de Talteüll). La zone centrale est assez plane, mais le terme a aussi d'importantes zones montagneuses.

Elle se situe exactement à mi-chemin entre Paris et Alger, distante de 675 kilomètres des deux capitales.[réf. nécessaire]

Situation de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Tautavel[5]
Padern (quadripoint),
Cucugnan
(Aude)
Paziols
(Aude)
Vingrau
Maury Tautavel[5] Espira-de-l'Agly
(par un quadripoint)
Estagel Cases-de-Pène

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Certains des noms de lieux de Tautavel indiquent des reliefs, tels que les suivants :

  • Les ombrages (bac / bagues, en catalan roussillonnais) : Bac de Cabrils, el Bac del Bosquet, el Bac de l'Eixau, el Bac de les Coves, el Bac del Trompetaire i el Bac de Mont-rodon.
  • Les clartés (solana / solanes, en catalan) : la Solana Gran, la Solana Petita.
  • Les forêts (bosc / boscos, en catalan) : el Bosc de Talteüll, el Bosc Departamental del Mas de l'Alzina.
  • Les grottes (cauna / caunes, en catalan roussillonnais ) : Cauna de l'Aragó, o de l'Aragué, Cauna de les Bruixes, Cauna d'en Jofre, Cauna d'en Llorenç.
  • Les trous (clot / clots, en catalan) : el Clot de la Brosta, els Clots de Dessús.
  • Les coteaux (coll / colls, en catalan) : Collada Baixa, Collada Gran, Coll de la Jaça d'en Biell, Coll de l'Agueit, Coll del Boix, Coll de les Alzines, Coll de Guizalard, o dels Guizalard, Coll d'en Segalà.
  • Les collines (coma / comes, en catalan) : Coma Dalí, Coma de la Viuda, Coma del Bordell, Coma del Bosquet, Coma de les Mandres, Coma del Gascó, Coma del Mal Temps, Coma del Rei, o Coma Cellera, Coma dels Colls, Coma dels Diners, Coma dels Jaçals, Coma d'en Benecí, Coma d'en Mateu.
  • Les versants (costa / costes, en catalan) : la Costa, Costa de la Devesa, Costa del Bosquet, Costa de les Blanqueteres, Costa de les Carreres.
  • Les gorges (gorja / gorges, en catalan) : els Goleirós.
  • Les montagnes (muntanya / muntanyes, en catalan) :  Montoriol, Mont-rodon, Pic Burgat, o Puig Burgat, Pic de la Corona, o Puèg de la Corona, Puig Alt, el Puig d'en Pallat.
  • Les plaines (plana / planes, en catalan) : Pla de les Ponces, o la Ponça, la Plana, la Plana Baixa, la Plana de l'Arieja, el Planal de la Cauna d'Aragó, el Planal de la Gironella, el Planal de la Jaça dels Porcs, el Planal de l'Eriola, el Planal de les Comes, el Planal de les Teixoneres, el Planal de Mont-rodon, els Planals de Pic Burgat, el Planer de la Nereda, o, simplement, la Nereda, les Planes.
  • Les grandes rocques (roc o roca / rocs o roques, en catalan) : la Roca de Sant Martí, o, simplement, Sant Martí, Rocamor, la Roca Roja, Roc de Jau, Roc de la Cest, Roc del Mont de Sant Bernat, els Rocs Negres.
  • Les serres (serra o serrat / serres o serrats, en catalan) : Serra de Birà, Serra de la Gironella, Serra de l'Argentinar, Serra dels Clots de Dessús, Serra de Montoriol, Serra d'en Cantallops, Serra de Talteüll, Serra Llarga, Serrat de la Devesa, Serrat de la Pubilla, Serrat del Gascó, o de la Coma del Gascó, Serrat del Mas, Serrat del Rec del Fonoll, Serrat dels Camps dels Barrots, Serrat dels Conills, Serrat d'en Cuix, Serrat de Trencabotells, Serrat Nalt.

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[6].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Moulin des Gouleyrous.

Dans la municipalité de Tautavel, il y a deux cours d'eau autour desquels sont organisés les bassins hydrographiques de la municipalité : le Verdouble (en catalan : Verdoble), un affluent de l'Agly (en catalan : Aglí, en occitan : Aglin).

On trouve dans la municipalité de Tautavel aussi:

  • Des sources (font / fonts, en catalan) : Aigues Fredes, Font del Cortal de les Fredes et la Font d'en Rabadà.
  • Des rivages (riba / ribes, en catalan) : la Riba del Bac, la Riba del Molí, la Riba del Priorat, les Ribes dels Marinols, les Ribes de Montoriol, les Ribes de Praximà.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

Le terme communal de Tautavel est traversé par cinq routes départementales:

  • La D-9 qui traverse le terme Tautavel entrant au nord, venant de Vingrau et en direction du sud-ouest, est déversé sur la route D-117 près de la limite avec la fin d'Estagel.
  • La D-59 réunisse les villages de Cases-de-Pène et Tautavel, d'où il a une continuité vers le nord-ouest pour aller chercher la route qui prend à Estagel, au sud-est, et à Paziols, au nord-est.
  • La D-69, qui traverse la partie plus à l'ouest du district communal et n'a aucun lien direct avec le village de Tautavel.
  • La D-611, qui traverse le secteur ouest du terme, sans affecter le noyau urbain, avec lequel il se connecte à travers le D-59.

Transport en commun[modifier | modifier le code]

Tautavel est inclus dans la ligne 12 de la compagnie de transport Perpidnan Méditerranée, de Perpignan (Perpinyà) à Vingrau, qui relie ces deux villes à travers de Vernet-les-Bains (Vernet), Rivesaltes (Ribesaltes), Espira-de-l'Agly (l'Espirà de l'Aglí), Cases-de-Pène (Cases de Pena), Estagel (Estagell), Tautavel (Talteüll) et Vingrau. Neuf services quotidiens vers Perpignan et dix en direction de Vingrau, du lundi au samedi. Les dimanches et jours fériés, il y a deux services dans chaque direction.

Les chemins du terme[modifier | modifier le code]

La plupart des chemins (camí / camins en catalan) de la commune de Tautavel relient les sites du district communal : el Camí de Can Pelairic, abans del Forn de Can Pelairic, el de Coma Dalí, el de Foradada, el d'Alentó, el de la Plana Baixa, el de la Riba del Bac, el de la Solana, el de la Torre, el del Bac de Cabrils, el del Bouar, el del Camp de l'Ase, el del Cotiu d'en Llobet, el de les Fredes, el de les Hortes, el del Mas d'en Cairol, el del Mas d'en Domingo, el del Mas d'en Janell, el del Mas d'en Parès, el del Mas d'en Simó, el del Molar, el del Pla de les Ponces, el del Serrat dels Barrots, el del Serrat Nalt, el dels Prats, el dels Pujols, el de Marinols, el de Rocamor, o del Bac, el Camí Vell del Mas de les Fredes, el Camí Vell del Mas d'en Cairol, la Carrerada de la Costa, la Carrerada del Mas de les Fredes i la Ruta del Mas de les Fredes, avant Camí de la Plana.

Ces qui sortent vers d'autres termes sont: Camí de Cases de Pena, Camí de Cases de Pena del Mas de l'Alzina, el Camí de la Dona Morta, o de Cases de Pena, el Camí d'Estagell a la Devesa, el Camí de Maurí a Pasiòls, el Camí de Padern, el Camí de Pasiòls, el Camí de Talteüll a Vingrau, el Camí de Cases de Pena a Vingrau, la Carrerada, o Camí de Riessòls, la Ruta de Cases de Pena, la Ruta de Pasiòls, abans Camí de la Foradada, la Ruta d'Estagell i la Ruta de Vingrau.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Située à proximité du village actuel de Tautavel, la Caune de l'Arago est un site connu internationalement pour les fouilles archéologiques dont il fait l'objet depuis 1963. Cette grotte perchée qui domine la vallée abrite un important gisement préhistorique.

Après sept années de fouilles méthodiques, en juillet 1971, l’équipe du professeur Henry de Lumley y a découvert des fragments de crâne humain (une face et un frontal) datant d'environ 350 000 ans. Âgé de vingt ans, l’homme de Tautavel mesurait 1,60 m. Cet Homo heidelbergensis avait toutes les caractéristiques des premiers Européens : un front fuyant, un bourrelet au-dessus des orbites, des pommettes saillantes et une mâchoire avancée.

Depuis, les fouilles annuelles ont révélé plus de 100 autres fossiles humains.

Les vestiges archéologiques mis au jour dans la cavité ont permis de reconstituer la vie et l’environnement des groupes d’Homo heidelbergensis et laissent présager que ce lieu fut fréquenté par des chasseurs nomades de 690 000 à 60 000 ans avant notre ère.

Âge moyenne[modifier | modifier le code]

Le comté Bernat Tallaferro de Besalú remit en 1011 à son fils Guillem le château de Taltevul et les villes de Calentad et Vingrau, ainsi que les terres de Rasès qu'il avait reçues en donation de Pere de Carcassona, évêque de Gérone. À la mort du comté, un autre document confirmait les donations de Taltevolo, avec Alentad et Evingrad, et déclara qu'ils étaient à la frontière du Roussillon avec le Narbonès, qui arrivait au Puig d'Aguilar. Il semble également qu'ils se trouvaient sur le territoire de l'évêché de Narbonne, ce qui indique qu'ils appartenaient initialement au Peyrepertusois. Cependant, les comtes de Besalú, ainsi que leurs successeurs, ont conservé ces lieux, qui apparaissent un peu plus tard liés à l'évêché d'Elna, en tant qu'éléments importants de la sécurité de la frontière à l'ouest d'Òpol et de Salses.

Au début du XIIIe siècle, Talteüll est propreté des Vernet, qui possèdent aussi droits à la Salanca et au Riberal. Ponç IV de Vernet été condamné par catharisme, donc son fils, Ponç V de Vernet échangé avec le comté d'Empúries Ponç IV Talteüll par Cadaqués, afin de s'isoler de lui. En 1269, le Comté d'Empúries vendit cette terre à l'enfant Jaume, le futur Jaume II de Majorque, à qui Guillem de Talteüll rendit plus tard hommage. Ses descendants restent là encore les années 1291 et 1295, mais peu de temps après, le village revient sous le domaine royal.

En 1352 passe à les mains de Francesc de Perellós, et ainsi aux nouvellement nommés vicomtes de Perellós qui domineront Talteüll jusqu'en 1376. Cette année-là, le roi Pere el Cerimoniós donné le domaine au vicomte d'Illa, Andreu de Fenollet. En 1382, le domaine de Talteüll est attribué à Berenguer de Perapertusa, seigneur de Ortafà, et après de 1387 est partagé entre lui et Andreu de Fenollet, et Bernat Vilacorba.

Encore, vers 1418 la place et le château de Talteüll sont revenus au domaine royal. Au cours du XVe siècle plusieurs seigneurs ont la jurisdiction : Roger Sanespleda, seigneur de les Fonts, puis Gaucelm de Bellcastell jusqu'à peu avant de la fin de ce siècle Talteüll est passé à Francesc d'Oms, seigneur de Tatzó d'Avall, marié avec Gallarda Bellcastell.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

La famille d'Oms étaient les seigneurs jusqu'à ce qu'en 1653 le roi français Louis XIV confisque ses biens en Catalogne Nord à Emmanuel d'Oms, pour sa fidélité à Philippe IV des Espagnes. La confiscation était accompagnée de la destruction du château, action habituelle dans le pays après le Traité des Pyrénées.

À cette époque-là, Talteüll passe à mains d'Alexandre de Vivièr, seigneur de Montfòrt et de Rasiguères, jusqu'à ce qu'en 1696 Antoine Hurtado de Beaufort l'acquît. En 1754, son petit-fils, Joseph Antoine de Beaufort, vendit Talteüll à Maurici Lacreu, docteur en droit d'Illa, qui était son créancier, et en plus après ça la ville fut ensuite transféré à Francesc Ignasi de Bon, marquis d'Aguilar, décédé en 1792 , juste avant les domaines féodales étions abolis avec la Révolution française.

Mosaïque de tautavel
"L'Homme préhistorique" et "L'Homme vigneron", mosaïques réalisées par Freddy et Marido Secall

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Maire[modifier | modifier le code]

  • Guy Ilary

Adjoints au maire[modifier | modifier le code]

  • 1a: Francine Ripoll
  • 2n: Roger Gili
  • 3r: François Molina
  • 4a: Laurence Pubill.

Conseillers municipales[modifier | modifier le code]

  • Francis Alis
  • Catherine Bastoul
  • Philippe Beaumont
  • François Frou
  • Gérald Margueron
  • Jean-Luc Rafart
  • Agnès Ragot
  • Françoise Raxach
  • Jean Razungles
  • Hélène Sanchez.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1852 1865 Alexis Chichet[7]    
         
1913 1943 Joseph Bénet[8] Radical-socialiste Médecin et propriétaire
1943 1945 Délégation spéciale[8]    
1945 1965 Joseph Bénet[8] Radical-socialiste Médecin et propriétaire
         
mars 1978, réélu en 2008[9] et 2014[10] en cours Guy Ilary DVD Conseiller général

Assignation cantonale[modifier | modifier le code]

Aux élections cantonales de 2015, le village de Cases-de-Pène a été inclus dans le canton numéro 15, connu sous le nom de Canton de la Vallée de l'Agly, avec le capital dans la ville de Rivesaltes, où s'y trouve Tautavel.

Jumelages[modifier | modifier le code]

En raison de l'ancienneté des restes humains rencontrés dans les deux villes, Tautavel est jumelée depuis le 25 juin 2005 avec le village andalou d'Orce, où l'homme d'Orce a été trouvé.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1355 1359 1365 1378 1470 1515 1553 1643 1709
36 f 44 f 36 f 38 f 9 f 12 f 14 f 11 f 57 f
1720 1730 1755 1767 1774 1789 1790 - -
57 f 49 f 77 f 275 H 49 f 80 f 410 H - -
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12].

En 2014, la commune comptait 879 habitants[Note 1], en diminution de 5,28 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Orientales : +4,58 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
448 476 477 592 704 688 710 677 724
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
742 826 862 882 880 1 028 985 1 057 1 136
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 201 1 225 1 118 1 151 1 129 1 140 1 142 1 041 925
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
978 947 776 654 738 851 897 903 869
2014 - - - - - - - -
879 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[15] 1975[15] 1982[15] 1990[15] 1999[15] 2006[16] 2009[17] 2013[18]
Rang de la commune dans le département 57 67 79 82 77 85 84 90
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

Tautavel a une école maternelle et élémentaire intégrée dans le même complexe scolaire, mais avec des entrées différentes. Au lycée, les étudiants et les étudiants de Tautavel doivent se rendre dans les écoles d'Espira-de-l'Agly (l'Espirà de l'Aglí), privé; Estagel (Estagell), Perpignan (Perpinyà), Rivesaltes (Ribesaltes), Saint-Estève (Sant Esteve del Monestir) ou Le Soler (El Soler), publiques; tandis que le baccalauréat doit être pris dans les lycées de Perpignan ou Rivesaltes (technicien agricole).

L'Université de Perpignan a une de ses antennes sur le territoire à Tautavel depuis 2014, une installation remarquable liée au monde de la recherche préhistorique. Dans le campus de Tautavel y a le Musée de Tautavel - Centre européen de préhistoire, cela inclut l'intégrité des activités de formation, de recherche et d'évaluation de la zone, en plus du magnifique musée, a un centre de conférence, dans lequel les thèmes liés à la préhistoire européenne sont exposés. La Caune de l'Arago qui est partie de cette ensemble, réalise en permanence des études archéologiques, ce qui nécessite de mentionner la grotte elle-même comme l'un des centres culturels de la commune.

Equipements culturels[modifier | modifier le code]

  • Bibliothèque André Alquier
  • Palais des Congrès de Tautavel
  • École de Musique (MJC) de Tautavel
  • Foyer rural laïque de jeunes et d’éducation populaire de Tautavel

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

À Tautavel, ils ont deux géants festifs, qui représentent les personnages du comté Tallaferro et de sa femme, Toda de Provença, qui étaient des seigneurs de Talteüll au début du XIe siècle. Bernat Tallaferro était le comte de Besalú et Ripoll, qui comprenait Capcir et Donasà, où Talteüll était inclus à ce moment-là. Fils d'Oliba Cabreta et père, avec Toda de Provença, de huit enfants, était l'un des hommes les plus influents dans leurs temples. Jacint Verdaguer l'a transformé en l'un des personnages mythiques du poème Canigó.

  • Fête patronale : 25 août[19] ;
  • Festival d'Astronomie : en juillet depuis 2008;
  • Foire : Quasimodo[19].

Santé[modifier | modifier le code]

Tautavel possède une pharmacie, un médecin et un infirmier.[réf. nécessaire]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 18 047 €[20].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Bouteille de Tautavel AOC

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone d'appellation pour les vins Côtes-du-Roussillon et Côtes du Roussillon Villages.

Le terme de Tautavel est très pierreux, en grande partie brisé, donc l'agriculture a une présence relativement faible, en particulier par rapport aux autres termes du Roussillon : il n'y a pas 1000 hectares cultivés, desquelles la plupart est le vignoble. La présence d'abricotiers et d'oliviers est pratiquement testimonial.

Industries[modifier | modifier le code]

Sur les plateaux calcaires de la pointe ouest de la Serra de Talteüll, dans la partie sud-ouest de la municipalité, il y a des carrières qui obtiennent de la pierre pour l'élaboration de la poudre de marbre, ce qui a laissé des signaux profonds dans la géographie de Tautavel , ainsi que l'augmentation de la pollution du Roussillon avec ses particules de marbre en suspension. Les entreprises qui les exploitent sont toutes originaires de l'extérieur de la Catalogne Nord.

Commerces[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Office du Tourisme de Tautavel

La ville a de plusieurs services d'hébergement et restauration.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

La Caune - ou grotte - de l'Arago[modifier | modifier le code]

Ruines du château

Au nord du district, sur le versant sud du Planal de la Cauna d'Aragó, près de la gauche du Verdouble se trouve la Caune de l'Arago, où ont trouvait les vestiges humains les plus anciens de toute l'Europe, l’homme de Tautavel.

Château de Tautavel[modifier | modifier le code]

En ruines. Situé dans un faucon rocheux dans le sud-est et au-dessus de la ville actuelle, le château de Talteüll est en ruines, mais il conserve des restes assez importants. Parmi les vestiges, la population primitive de Talteüll. Il y avait aussi l'église de Santa Maria del Castell de Talteüll, dans certaines monographies mentionnées comme de la Santa Creu.

Église Saint-Génis[modifier | modifier le code]

Sant Genís de Talteüll est l'église paroissiale, est située au milieu du vieux village de Talteüll. Elle est mentionnée en 1211, quand il dépendait du diocèse de Narbonne. Elle été reconstruite au XIXe siècle, et il ne reste plus rien de l'édifice roman.

Les Saintes Puelles[modifier | modifier le code]

La chapelle et l'ancien village des Santes Puelles est à gauche du Còrrec de les Santes (cours fluviale), à l'ouest de la ville de Talteüll, avec l'église des Santes Puelles, reconstruite en 1876 sur une de plus ancienne, mentionnée en 1292.

Chapelle du Rocher de Saint-Martin[modifier | modifier le code]

C'est une autre chapelle disparue du terme de Talteüll. C'était au sommet de Roca de Sant Martí, dans la partie centre-sud de la commune, à proximité et au sud-ouest de la ville. Peut-être que l'endroit situé au nord et au pied de la Roca de Sant Martí, appelé le Priorat, a quelque rapport avec cette église qui a disparu. Sur le rocher qui donne son nom à l'endroit sont conservés quelques vestiges d'une fortification médiévale.

La Tour du Far[modifier | modifier le code]

Située au sud-est du village, sur le plus haut sommet de la Serra de Talteüll, à la fin du terme avec Cases-de-Pène, la Torre del Far est une tour de guet médiévale et une construction romane.

L'Alentó[modifier | modifier le code]

Au sud du territoire communal, à droite du Verdouble peu avant sa confluence avec l'Agly, il y avait le site d'Alentó, avec l'église de Sant Genís, paroissiale au Moyen Âge, et le Castell de l'Alentó (château).

Le mur de Moretti[modifier | modifier le code]

Fresque fait originalement par les Halles de Paris, ouvre de Raymond Moretti. De thématique préhistorique il content le crâne de l’homme de Tautavel et est placé dans le village depuis les années 70.

La Fresque sur l'Universalité de l'Homme[modifier | modifier le code]

C'est la création d'une mosaïque de grès et de terres cuites de 3m sur 10m, sur le thème de l'universalité, placée sur le fronton du Palais des Congrès de Tautavel. Cette fresque, au travers d'une succession d'images et de portraits, évoque l'évolution des arts et des sciences parallèlement à la déclaration des droits de l'homme. 

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Les gorges de ou plutôt des Gouleyrous (de l'occitan golairons tourbillons d'eau, qui avalent et suceent, de 'gola': gueule) sont des gorges situées au nord de Tautavel, on y accède en prenant la route de Vingrau et en tournant vers le Nord (elles sont indiquées). Elles ont la particularité d'être surplombées par la Caune de l'Arago, la fameuse grotte où l'on a retrouvé les restes de squelette du plus vieil européen (-450 000 ans). La baignade et les grillades y sont interdites depuis le 21 juin 2006, à la suite d'un arrêté permanent.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Torcatis (1904-1944) : résistant né à Tautavel ;
  • Henry de Lumley (1934-) : préhistorien, inventeur du site de l'homme de Tautavel.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Tautavel Blason De gueules au pélican avec sa piété d’argent sur son aire d’or, soutenu d’une croisette ancrée du même, au chef d’azur chargé de trois coquilles aussi d’or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Becat, Joan. «166-Talteüll». A: Atles toponímic de Catalunya Nord. II. Montoriol - el Voló. Perpinyà: Terra Nostra, 2015 (Biblioteca de Catalunya Nord, XVIII).  (ISSN 1243-2032).
  • Becat, Joan; Ponsich, Pere; Gual, Raimon. «Talteüll». A: El Rosselló i la Fenolleda. Barcelona: Fundació Enciclopèdia Catalana, 1985 (Gran Geografia Comarcal de Catalunya, 14).  (ISBN 84-85194-59-4).
  • Catafau, Aymat. Les celleres et la naissance du village en Roussillon Xe-XVe siècles. Perpignan: Presses universitaires de Perpignan, Éditions Trabucaire, 1998 (Études).  (ISBN 9782905828972).
  • De Lumley, Henry (dir). L'homme de Tautavel. La Caune de l'Arago. Paris: Éditions du Patrimoine. Centre des monuments nationaux, 2014 (Guides archéologiques de la France, 50).  (ISBN 978-2-7577-0346-5).
  • Kotarba, Jérôme; Castellvi, Georges; Mazière, Florent [directors]. Les Pyrénées-Orientales 66. Paris: Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Ministère de l'Éducation Nationale. Ministère de la Recherche. Ministère de la Culture et de la Communication. Maison des Sciences de l'Homme, 2007 (Carte Archeologique de la Gaule).  (ISBN 978-2-87754-200-5).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne)
  2. Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales, , 579-1133 p. (ISBN 2904610014)
  3. (ca) Joan Coromines, Onomasticon Cataloniae: Els noms de lloc i noms de persona de totes les terres de llengua catalana., Barcelone, Curial Edicions Catalanes i la Caixa, (ISBN 84-7256-854-7), Talteüll
  4. « Tautavel dans les ortophotomapes de l'IGN »
  5. Carte IGN sous Géoportail
  6. « Plan séisme »
  7. Gérard Bonet, « Chichet (Édouard, Lazare, Alexis) », dans Nouveau Dictionnaire de Biographies Roussillonnaises 1789-2011, vol. 1 Pouvoirs et société, t. 1 (A-L), Perpignan, Publications de l'olivier, , 699 p. (ISBN 9782908866414)
  8. a, b et c Denis Corrartger et Nicolas Marty, « Bénet (Joseph, Henri, Pierre) », dans Nouveau Dictionnaire de Biographies Roussillonnaises 1789-2011, vol. 1 Pouvoirs et société, t. 1 (A-L), Perpignan, Publications de l'olivier, , 699 p. (ISBN 9782908866414)
  9. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  10. [PDF] « Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  15. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  16. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  17. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  18. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  19. a et b Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7)
  20. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).