Tautavel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la commune. Pour l’hominidé portant le même nom, voir Homme de Tautavel.
Tautavel
Talteüll
Mairie de Tautavel.
Mairie de Tautavel.
Blason de TautavelTalteüll
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Perpignan
Canton La Vallée de l'Agly
Intercommunalité Perpignan Méditerranée Métropole
Maire
Mandat
Guy Ilary
2014-2020
Code postal 66720
Code commune 66205
Démographie
Population
municipale
879 hab. (2014)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 48′ 55″ nord, 2° 44′ 50″ est
Altitude Min. 65 m – Max. 566 m
Superficie 53,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Tautavel
Talteüll

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Tautavel
Talteüll

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tautavel
Talteüll

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tautavel
Talteüll

Tautavel est une commune française de 878 habitants située dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Tautavellois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Tautavel est située au sein de la région naturelle des Corbières catalanes, au nord d'Estagel et à l'est de Maury. Elle se situe exactement à mi-chemin entre Paris et Alger, distante de 675 kilomètres des deux capitales.[réf. nécessaire]

Situation de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Tautavel[1]
Padern (quadripoint),
Cucugnan
(Aude)
Paziols
(Aude)
Vingrau
Maury Tautavel[1] Espira-de-l'Agly
(par un quadripoint)
Estagel Cases-de-Pène

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La vallée de l'Agly située à la frontière du département de l’Aude, est une région de contrastes :

  • au nord, les contreforts sauvages des Corbières avec leurs éperons rocheux et leurs falaises calcaires ;
  • au sud et à l'ouest, les collines boisées du Fenouillèdes pré-pyrénéen, aux terroirs schisteux ou granitiques ;
  • à l'est, la plaine de la Salanque gagnée sur la mer et les étangs ;

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Moulin des Gouleyrous.

Le village de Tautavel est traversé par le Verdouble, un affluent de l'Agly.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

En catalan, le nom de la commune est Talteüll[3] ou Taltehull en graphie traditionnelle.

Les premières mentions du nom sont Taltevul en 1011, Taltevolo en 1020, puis Taltehull[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Située à proximité du village actuel de Tautavel, la Caune de l'Arago est un site connu internationalement pour les fouilles archéologiques dont il fait l'objet depuis 1963. Cette grotte perchée qui domine la vallée abrite un important gisement préhistorique.

Après sept années de fouilles méthodiques, en juillet 1971, l’équipe du professeur Henry de Lumley y a découvert des fragments de crâne humain (une face et un frontal) datant d'environ 350 000 ans. Âgé de vingt ans, l’homme de Tautavel mesurait 1,60 m. Cet Homo heidelbergensis avait toutes les caractéristiques des premiers Européens : un front fuyant, un bourrelet au-dessus des orbites, des pommettes saillantes et une mâchoire avancée.

Depuis, les fouilles annuelles ont révélé plus de 100 autres fossiles humains.

Les vestiges archéologiques mis au jour dans la cavité ont permis de reconstituer la vie et l’environnement des groupes d’Homo heidelbergensis et laissent présager que ce lieu fut fréquenté par des chasseurs nomades de 690 000 à 60 000 ans avant notre ère.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1852 1865 Alexis Chichet[5]    
         
1913 1943 Joseph Bénet[6] Radical-socialiste Médecin et propriétaire
1943 1945 Délégation spéciale[6]    
1945 1965 Joseph Bénet[6] Radical-socialiste Médecin et propriétaire
         
mars 1978, réélu en 2008[7] et 2014[8] en cours Guy Ilary DVD Conseiller général


Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1355 1359 1365 1378 1470 1515 1553 1643 1709
36 f 44 f 36 f 38 f 9 f 12 f 14 f 11 f 57 f
1720 1730 1755 1767 1774 1789 1790 - -
57 f 49 f 77 f 275 H 49 f 80 f 410 H - -
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 879 habitants, en diminution de -5,28 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Orientales : 4,38 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
448 476 477 592 704 688 710 677 724
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
742 826 862 882 880 1 028 985 1 057 1 136
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 201 1 225 1 118 1 151 1 129 1 140 1 142 1 041 925
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
978 947 776 654 738 851 903 890 879
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[13] 1975[13] 1982[13] 1990[13] 1999[13] 2006[14] 2009[15] 2013[16]
Rang de la commune dans le département 57 67 79 82 77 85 84 90
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Tautavel possède une pharmacie, un médecin et un infirmier.[réf. nécessaire]

Sports[modifier | modifier le code]

Rugby xv

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 18 047 €[18].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ruines du château

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Les gorges de ou plutôt des Gouleyrous (de l'occitan golairons tourbillons d'eau, qui avalent et suceent, de 'gola': gueule) sont des gorges situées au nord de Tautavel, on y accède en prenant la route de Vingrau et en tournant vers le Nord (elles sont indiquées). Elles ont la particularité d'être surplombées par la Caune de l'Arago, la fameuse grotte où l'on a retrouvé les restes de squelette du plus vieil européen (-450 000 ans). La baignade et les grillades y sont interdites depuis le 21 juin 2006, à la suite d'un arrêté permanent.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Tautavel Blason De gueules au pélican avec sa piété d’argent sur son aire d’or, soutenu d’une croisette ancrée du même, au chef d’azur chargé de trois coquilles aussi d’or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Plan séisme »
  3. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne)
  4. Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales, , 579-1133 p. (ISBN 2904610014)
  5. Gérard Bonet, « Chichet (Édouard, Lazare, Alexis) », dans Nouveau Dictionnaire de Biographies Roussillonnaises 1789-2011, vol. 1 Pouvoirs et société, t. 1 (A-L), Perpignan, Publications de l'olivier, , 699 p. (ISBN 9782908866414)
  6. a, b et c Denis Corrartger et Nicolas Marty, « Bénet (Joseph, Henri, Pierre) », dans Nouveau Dictionnaire de Biographies Roussillonnaises 1789-2011, vol. 1 Pouvoirs et société, t. 1 (A-L), Perpignan, Publications de l'olivier, , 699 p. (ISBN 9782908866414)
  7. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  8. [PDF]« Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  14. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  15. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  16. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  17. a et b Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7)
  18. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).