Prugnanes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Prugnanes
Vue générale de Prugnanes
Vue générale de Prugnanes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Prades[1]
Canton La Vallée de l'Agly
Intercommunalité Communauté de communes Agly Fenouillèdes
Maire
Mandat
Pierre-Henri Bintein
2014-2020
Code postal 66220
Code commune 66152
Démographie
Population
municipale
106 hab. (2014)
Densité 7,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 49′ 32″ nord, 2° 26′ 02″ est
Altitude Min. 272 m
Max. 909 m
Superficie 13,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Prugnanes

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Prugnanes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Prugnanes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Prugnanes

Prugnanes est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Orientales en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Prugnanols, en occitan les Prunhanòls.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Prugnanes se situe dans le canton de la Vallée de l'Agly et dans l'arrondissement de Perpignan. Prugnanes fait partie de la région naturelle et historique du Fenouillèdes[2].

Le village est adossé au pied du flanc sud de la "Grande serre du Pays cathare et du Fenouillèdes", qui court sur près de 30km du col de Saint-Louis aux abords de Tautavel. La crête de cette serre constitue la limite nord du territoire communal, confondue ici avec celle du département.[réf. nécessaire]

Situation de la commune

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Prugnanes[2]
Camps-sur-l'Agly
(Aude)
Cubières-sur-Cinoble
(Aude)
Caudiès-de-Fenouillèdes Prugnanes[2] Saint-Paul-de-Fenouillet

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le territoire communal repose sur des terrains sédimentaires de l'ère secondaire. Il fait partie d'une structure géologique exceptionnelle: le synclinal du Fenouillèdes, une vallée évidée dans des marnes et des schistes (albien) et encadrée de falaises calcaires (urgonien).

Sur un dénivelé de six cents mètres, le paysage offre donc au regard du nord au sud et du plus haut au plus bas:

  • les hauteurs de la serre: grands espaces déserts où dominent une garrigue clairsemée et un relief karstique: avens, grottes, dolines, lapiaz...
  • le flanc de la serre, descente abrupte de 400 m environ, où alternent les falaises, les éboulis, un sol tourmenté où s'accrochent les chênes kermès et la sabine.
  • les collines brunes, caillouteuses, ravinées, couvertes d'un mattoral, de chênes verts, de pins. Entre ces collines se nichent le village et quelques surfaces arables, anciennement dédiées à la vigne et aujourd'hui en friche ou consacrées à la pâture.
  • la brève rive gauche de la Boulzane, assez plane pour avoir permis l'aménagement de parcelles cultivables régulières de vignes.

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les différents cours d'eau de la commune sont tous des affluents de la Boulzane sur sa rive gauche, elle-même affluent de l'Agly. Le cours de la Boulzane longe la limite sud du territoire communal au lieu-dit Pichateu. en aval de Caudiès-de Fenouillèdes et en amont de Saint-Paul- de- Fenouillet.

Les deux principaux cours d'eau présents sur la commune de Prugnanes et orientés du nord vers le sud sont les suivants, de l'ouest vers l'est[2] :

  • Le ravin du Marseillé ou de la Pastière, qui constitue une partie de la limite occidentale de la commune avec Caudiès-de-Fenouillèdes ;
  • Le ravin de Las Illes, qui passe à proximité du village de Prugnanes lui-même.
  • Leur régime hydrographique est très variable, de type méditerranéen, et soumis à des émergences temporaires d'exsurgences de trop-plein du réseau karstique.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La route principale sur la commune est la route départementale D20, en provenance à l'ouest de Caudiès-de-Fenouillèdes et qui continue, après avoir traversé le village, en direction du sud vers la D117 et Saint-Paul-de-Fenouillet[2].

Prugnanes est également traversée par différents chemins de randonnée, parmi lesquels figurent orientés de l'ouest vers l'est, le GR36 sur les crêtes et, un peu plus au sud, la variante sud du sentier Cathare. Ces deux sentiers sont situés au nord du village[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, le nom de la commune est Prunhanas.

Panneau d'entrée de Prugnanes

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La mairie

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
  mars 2008 Roger Frèche    
mars 2008 mars 2014 Daniel Riehl    
mars 2014 en cours Pierre-Henri Bintein[4]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1693 1720 1774 1789
18 f 16 f 21 f 28 f
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 106 habitants, en augmentation de 0 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Orientales : 4,38 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
158 169 196 218 193 211 195 202 204
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
201 199 205 190 180 183 163 155 164
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
165 157 167 145 134 138 140 114 108
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
103 85 79 65 55 69 104 100 106
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[9] 1975[9] 1982[9] 1990[9] 1999[9] 2006[10] 2009[11] 2013[12]
Rang de la commune dans le département 181 187 173 192 190 183 175 184
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments de Prugnanes[13] :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Modification des limites territoriales des arrondissements », Préfet des Pyrénées-Orientales
  2. a, b, c, d et e Carte IGN sous Géoportail
  3. « Plan séisme »
  4. [PDF] « Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  10. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. a, b et c Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7)