Paziols

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paziols
Paziols : le village
Paziols : le village
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Narbonne
Canton Fabrezan
Intercommunalité Communauté de communes Corbières Salanque Méditerranée
Maire
Mandat
André Vidal
2014-2020
Code postal 11350
Code commune 11276
Démographie
Population
municipale
532 hab. (2014)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 51′ 32″ nord, 2° 43′ 15″ est
Altitude Min. 110 m – Max. 560 m
Superficie 28,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Paziols

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Paziols

Paziols (en occitan Pasuòls) est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Paziolais et le surnom Granhòtas (grenouille en occitan).

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune des Corbières située au pied du mont Tauch sur le Verdouble et sur le terroir Corbières (AOC)

La photographie couleur présente une vue aérienne d'un vallon des Corbières. Le village est au fond, entouré de vignes sur les coteaux les moins pentus. Le sommet est boisé. En arrière-plan, le mont Tauch se devine en silhouette bleutée.
Mosaïque de vignes, forêt et village de Paziols

Histoire[modifier | modifier le code]

Paziols au Moyen Âge[1] À la fin du XIIe siècle, Paziols appartenait pour la plus grande partie à la maison de Termes. Cette famille avait tenté de s'approprier le château de Paziols, mais l'avait restitué à l'abbaye de Lagrasse en 1208. Peu de temps après la croisade contre les Albigeois, les biens de Raymond de Termes, chevalier "faidit", et le village de Paziols qui en faisait partie, sont attribués au seigneur champenois Alain de Roucy. Le château reste la propriété de l'abbaye de Lagrasse avec laquelle le nouveau seigneur a également des démêlés de 1215 à 1221. Le rôle de l'abbaye de Lagrasse à Paziols semble se terminer vers 1248. Celle de Fontfroide, quant à elle, commence à mettre la main sur le village durant la première moitié du XIIIe siècle. À cette date, elle se voit donner quelques terres à Paziols par la famille de Cucugnan. Vers 1260, Olivier de Termes (auquel le roi de France a restitué la plupart de ses biens suite aux croisades en Palestine) vend Paziols et d'autres lieux environnants aux religieux de Fontfroide. Par la suite, l'abbaye achète ou se voit céder des biens à Paziols par les familles d'Auriac, du Solier, etc. L'abbaye achète ensuite les droits de la famille Bosario sur un marécage appelé étang de Vaze. Peu à peu, les moines en viennent à s'approprier les moulins et les ruisseaux qui leur amènent l'eau du Verdouble, en les achetant à diverses familles nobles. Ensuite, l'abbaye de Fontfroide s'intéresse aux droits que les rois de France se sont réservés sur le village lors de la vente par Olivier de Termes. En juillet 1308, Philippe le Bel cède à Arnaud Noubel, abbé de Fontfroide, tous les droits réservés par les Rois ses prédécesseurs (haute, basse et moyenne justice, création de prisons, etc.). Enfin, l'abbaye, après les biens des nobles et du Roi, s'attaque aux possessions des habitants du village. En effet, les Paziolais possèdent un moulin au terroir de Padern, le moulin du Graminié. Le but de l'abbé de Fontfroide est de les contraindre à abandonner cet édifice pour qu'ils soient obligés d'utiliser celui qui lui appartient. En ce milieu du XIVe siècle, tout ne va pas pour le mieux entre les religieux de Fontfroide et les habitants de la communauté de Paziols. Plusieurs procès sont en cours à propos des droits de pâture, du montant des dîmes et de l'obligation de moudre au moulin du seigneur. Ces procès donnent lieu à des conventions écrites dont certaines sont parvenues jusqu'à nous. En 1344 est établi un règlement pour l'utilisation de l'eau des ruisseaux. Durant la seconde moitié du XIVe siècle, Fontfroide récupère des terres ayant appartenu aux familles de Castelnou et de Peyrepertuse. En 1404, un accord intervenu entre l'abbé de Fontfroide et les Paziolais oblige ceux-ci à faire annuellement trois journées par foyer pour nettoyer le ruisseau amenant l'eau au moulin, moyennant quoi ils recevront un salaire et la nourriture, ils auront le droit de pêche à ce ruisseau certains jours de l'année et ils pourront en utiliser l'eau pour l'arrosage en fin de semaine. Vers 1450, les Paziolais acceptent de détruire leur moulin en échange de quelques privilèges, mais ils ne pourront plus en construire d'autres à deux lieues à la ronde et porteront leur grain à celui du seigneur.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1808 1815 Jean-Paul Rolland    
1816 1819 Pierre Sirven    
1820 1820 Joseph Cartade    
1821 1825 Albert Pous    
1828 1829 Joseph Cartade    
1829 1833 Pierre Etienne Gironne    
1833 1836 Pierre Sirven    
1837 1839 Pierre Étienne Gironne    
1840 1840 Jean Picart    
1848 1850 Jean-Paul Delpey    
1851 1851 Pierre Sirven    
1852 1855 Jean-Pierre Picart    
1856 1870 Jean Cartade    
1871 1875 Pierre Bertrand    
1876 1876 Guillaume Picard    
 ? 2001 Jean Cartade RPR  
mars 2001 2008 Maurice Wynen    
2008 2014 Alain Azeau    
2014 en cours André Vidal    
Les données manquantes sont à compléter.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Maisons Tuchan Embres-et-Castelmaure Rose des vents
Padern N Vingrau
O    PAZIOLS    E
S
Maury Estagel Tautavel

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 532 habitants, en augmentation de 2,31 % par rapport à 2009 (Aude : 3,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
377 410 525 510 535 561 575 609 625
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
667 707 731 767 825 1 025 980 1 004 936
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
926 963 943 857 846 869 804 698 711
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
753 676 601 610 562 512 507 523 532
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Fête vigneronne d'été
  • L'église Saint-Félix
  • Le moulin de la Tour
  • Le pont roman
  • La fontaine de Cucugnan
  • La fontaine des Eaux
  • La Prade
  • La Pachère
  • La Pierre d'Albaz

Festivité[modifier | modifier le code]

  • Fête vigneronne d'été

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Claude Nougaro a vécu à Paziols à partir de 1994. Il avait une maison en haut du village, juste à côté de l'église. Certaines des chansons de son album L'Enfant Phare (sorti en 1997) y ont été écrites, dont une à propos du Verdouble.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Paziols (1580-1880, Trois siècles d'histoire locale. Bernard Péricon.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :