Bruant ortolan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Emberiza hortulana

Le bruant ortolan (Emberiza hortulana) ou simplement ortolan, est une espèce d'oiseaux de la famille des embérizidés.

Cette espèce qui fréquente les paysages semi-ouverts[1],[2] a vu ses populations s'effondrer dans de nombreux pays[3], dont en France où la liste rouge de 2016 des espèces menacées le classe comme « en danger », que ce soit comme nicheur ou comme migrateur[4]. C'est l'une des espèces qui a régressé le plus vite depuis la fin du XXe siècle en Europe[5].

Description[modifier | modifier le code]

C'est un petit oiseau chanteur, mesurant de 16 à 16,5 cm de longueur, pour une envergure comprise entre 24 et 27 cm et une masse allant de 19 à 27 g[6]. Le mâle a le dessous du corps rosâtre, la poitrine et la tête verdâtre, la gorge jaune, le dos brun-roux rayé de noir, les ailes brun-noir liserées de roux et coupées transversalement de deux fines barres blanches, le bec rose à marron clair et les pattes roses à brun jaune. Un cercle orbital jaune entoure chaque œil marron foncé.

La femelle est plus terne que le mâle. Le plumage hivernal est également beaucoup plus terne et clair.

Chant et vocalisations[modifier | modifier le code]

Le bruant ortolan chante généralement depuis un perchoir proéminent, avec une courte phrase de 5 à 6 notes, devenant plus grave sur la fin, pouvant être retranscrite comme swee-swee-swee,dee-dee ; elle peut varier selon les individus[7].

Il émet plusieurs appels, notamment un tsleeu en vol, parfois accompagné d'un chu, et également un quip ou pwit[7].

Le chant joue un rôle important chez cette espèce territoriale, qui se montre aussi capable d'imiter le chant d'autres espèces, et d'imiter d'autres dialectes au sein de sa propre métapopulation[8].

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Répartition[modifier | modifier le code]

Vert : aire de reproduction Bleu : aire d'hivernage

Son aire de répartition s'étend à travers la steppe eurasienne occidentale et de l'écozone paléarctique occidentale (rare en Europe de l'Ouest). Elle est délimitée au sud par la Turquie, le nord de l'Iran et la Méditerranée, bien qu'il existe quelques populations en Afrique du Nord et en Israël. On peut le trouver jusqu'à la Mongolie ainsi que dans une partie de la Scandinavie. En France, le bruant ortolan est commun dans le Midi[7]. La population française compterait entre 5 000 et 10 000 couples[9].

Migration[modifier | modifier le code]

Il migre pour l'hiver vers le nord de l'Afrique subsaharienne, notamment au Sahel, du Sénégal à l'Éthiopie. Son aire d'hivernage exacte est cependant mal connue. Grand migrateur, il peut facilement parcourir plus de 7 000 km (en moyenne 6 000). Il quitte sa zone de reproduction à partir de la mi-juillet, jusqu'à la mi-septembre. Il est de retour au début avril, début juin au plus tard[7].

Chez l'ortolan, les dates de migration de printemps peuvent varier selon l'âge et le sexe[10]

Habitat[modifier | modifier le code]

L'ortolan est une espèce typique des paysages semi-ouverts[11].

Au printemps le bruant ortolan apprécie pour nicher et se nourrir (et souvent comme habitat de substitution des milieux préhistoriques semi-ouverts) les mosaïques écopaysagères complexes, qu'il trouve par exemple dans régions rocheuses ou riches dans les fourrés, haies, vergers, cultures avec bosquets et clairières forestières[12]. Il recherche les mosaïques assez serrées de prés, prairies et petits champs d'agriculture extensive, et vignobles, parsemées de perchoirs. Il est présent jusqu'à 2 000 mètres d'altitude, mais préfère les régions à climat estival sec et plutôt chaud, et de type continental plutôt qu'atlantique.

Cet oiseau utilise aussi volontiers la forêt incendiée comme habitat de substitution pour nidifier[13],[14].

Il hiverne dans les milieux tropicaux semi-ouverts, de type savanes (ainsi des ortolans de Suède ont été suivis jusqu'aux savanes de régions montagneuses du Mali et de Guinée, après avoir traversé les cols pyrénéens puis le détroit de Gibraltar, ou la Méditerranée à l'est de l'Espagne[15]).

L'une de ses espèces sympatriques (dans certains habitats) est le bruant jaune (Emberiza citrinella)[16]

Écologie et comportement[modifier | modifier le code]

Alimentation[modifier | modifier le code]

Le bruant ortolan se nourrit de graines et de petits invertébrés. Durant la saison de la reproduction, ce sont ces derniers qui sont privilégiés, notamment les fourmis, les scarabées et les sauterelles ; le reste de l'année, il préfère les graines. Il trouve majoritairement sa nourriture au sol, et peut aussi attraper les insectes au vol. Il est plutôt solitaire pour se nourrir, bien qu'il puisse former des petits groupes à l'été, et des groupes de centaines d'individus en automne et en hiver[7].

Reproduction[modifier | modifier le code]

Œufs d'ortolan - Muséum de Toulouse

Lorsqu'il fait suffisamment chaud, le couple construit un nid de végétaux dans un endroit protégé et la femelle y pond de 4 à 6 œufs blanchâtres, mouchetés de brun. Leur taille a pour valeurs extrêmes : 18,0-22,5 millimètres × 14,3-17,0 millimètres[17]. Les deux partenaires défendent le nid chacun leur tour et ne le laissent jamais sans surveillance. C'est la femelle qui s'occupe de l'incubation durant 12 à 13 jours[17], après quoi les deux parents s'occupent de les nourrir. Les petits quittent le nid à l'âge de 13 jours[7].

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Emberiza hortulana a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758[18]. C'est une espèce monotypique, bien que plusieurs sous-espèces aient été proposées (sous les noms antiquorum, shah et elisabethae) par le passé[9].

Le bruant ortolan et l'homme[modifier | modifier le code]

Menaces et protection[modifier | modifier le code]

Le statut de conservation de l'ortolan est de « préoccupation mineure » (LC) pour l'Union internationale pour la conservation de la nature[19]. Son aire de répartition est cependant grandement morcelée dans l'ouest de l'Europe, et il a localement disparu ou fait l'objet de menaces dans plusieurs régions.

En Europe[modifier | modifier le code]

Le bruant ortolan a été désigné « oiseau de l'année » en 1984 par les ornithologues européens, et un symposium lui a été consacré en 1992 à Vienne. Il est en régression dans au moins dix pays d'Europe, de l'Europe du sud à la Finlande; la zone balte constitue sont principal noyau résiduel en Europe.[20].

On estime la population totale à 400 000 / 600 000 couples. En Suisse où il était cantonné aux vallées, il n'en restait en 2005 que deux grandes populations et quelques petits noyaux relictuels[21]. En 2009 certains le jugent proche de l'extinction dans le pays[22].

Alors qu'on a récemment montré (dont en Norvège grâce à une analyse et classification automatisée des enregistrements de chants d'oiseaux[23],[24]) qu'il existe des sous-populations régionales d'ortolans, par exemple identifiables par des chants (« dialectes ») différents[25],[26],[27], l'agriculture industrielle a causé un effondrement du patrimoine génétique de l'espèce.

En France[modifier | modifier le code]

Bien qu'en zone méditerranéenne il ait localement pu profiter de paysages (r)ouverts par des incendies de forêt[28], l'espèce a disparu de 17 départements en 30 ans, de 1960 à 1990 et diminué dans 7 autres ; en 1992, sa population y était estimée à 15 000 couples et a continué à décliner depuis car l'espèce a disparu de nombreuses régions où elle était autrefois présente[29].

Cette forte régression a deux grandes causes :

  1. la dégradation, banalisation et l'homogénéisation[30],[31] de son habitat naturel (perte de ressources alimentaires et de sites de nidification induites par l'anthropisation du paysage agricole). Dans le monde, les oiseaux des champs comptent parmi ceux qui disparaissent le plus vite, à cause notamment du recul des populations d’insectes, et de l'empoisonnement chronique ou aigu par des pesticides qui ont accompagné et suivi les remembrements agricoles entrepris à grande échelle dans les années 1970 (les populations d'alouette des champs se sont ainsi effondrées en quelques décennies) …
  2. la chasse (braconnage depuis que l'espèce est protégée) principalement pratiquée notamment dans les Landes, en Gironde, Dordogne, Lot-et-Garonne et Pyrénées Atlantiques, a joué jusqu'à son arrêt à la fin des années 2010 un rôle considérable dans la régression de l'espèce en Europe, avec le prélèvement de 30000 individus par an[32], soit un ordre de grandeur comparable à celui du nombre de couples nicheurs en Finlande, population la plus importante d'Europe.

D'autres causes secondaires sont possibles, dont la pollution sonore localement (les oiseaux chanteurs utilisent des vocalisations spécifiques pour attirer leur partenaire sexuel, alerter, défendre leur territoire[33] ; ils se font moins bien entendre sur les territoires devenus bruyants, à proximité d'autoroutes par exemple) ; le saturnisme aviaire par ingestion de grenaille de plomb ;

Il est protégé depuis 1999, après quelques décennies de statut juridiquement flou[34] : l’article L411-1 du Code de l’Environnement[35] et l’arrêté du 29 octobre 2009[36] établissent qu'à ce titre sont interdits, sur tout le territoire national et en tout temps, la destruction d’individus ainsi que, qu’ils soient vivants ou morts, leur transport, leur utilisation, leur détention, leur mise en vente, leur vente ou leur achat. L'article L415-3[37] précise que les infractions à ces dispositions sont passibles de deux ans d’emprisonnement et de 150 000  d’amende. Pourtant, en Aquitaine et notamment dans le département des Landes, l'espèce est restée abondamment capturée[réf. souhaitée] à la fin de l'été à l'aide de matoles et d'individus captifs, dits «appelants», dont la voix servait d'attractif aux migrateurs les survolant. Une fois ainsi capturés vivants, les ortolans étaient engraissés plusieurs semaines en captivité, puis tués (par noyade dans l'armagnac selon la tradition), puis vendus, et consommés.

Depuis qu'il est protégé, selon les données du Programme STOC (qui le suit depuis 2001 au niveau national), sa population française ne remonte pas mais semble s'être stabilisée de 2001 à 2008 (alors que d'autres oiseaux des champs ont continué à décliner comme ils le font depuis 20 ans (1989 → 2009) : Pipit farlouse (-65%) ; Tarier des prés (-76%) ; Linotte mélodieuse (-71%) ; Pouillot siffleur (-65%) ; Gobemouche gris (-57%) ; Bouvreuil pivoine (-63%) [38].

Le déclin se poursuit dans les années 2010 : les données 2009-2012 de l'atlas national des oiseaux nicheurs concluaient à la présence en France de 5 000 à 8 000 couples, surtout présents dans le sud du pays, soit un effondrement de 68% par rapport à 2002, qui faisait état de 10 000 à 40 000 couples[39]. Cette estimation corroborait celle du programme se suivi temporel des oiseaux communs (STOC)[40]. Une estimation fournie pour l'art. 12 s'est montrée surestimée car basée sur une extrapolation optimiste d'une partie des données semi-quantitatives finales collectées lors des travaux sur l'atlas (2009-2012), avant le calcul de taille de la population nationale fait en 2014[41].

Fin 2016, après la publication d'une étude, cofinancée par la Fédération des chasseurs des Landes, concluant que le nombre d'ortolans migrant vers le sud via la France avait décru de 20 à 30% en moins de 15 ans (entre 2000 et 2014)[42],[32], et après que l'Union européenne a sommé plusieurs fois la France de faire respecter l'interdiction de le chasser[43], la Commission européenne décide d'attaquer la France devant la Cour de justice de l'Union européenne[44],[45]. Parallèlement, l'espèce apparaît sur la liste rouge nationale des oiseaux nicheurs menacés en France[46].

En mai 2019, peu après que la Cour de cassation a confirmé l’absence de tolérance pour la chasse à l’ortolan[47], une étude publiée par Science Advances confirme la menace sur l'espèce. Parmi plusieurs scénarios, le plus optimiste porte le risque d’extinction à 66% d’ici 100 ans si l'on arrive soit à réduire le braconnage de moitié, soit le diminuer de 15 000 oiseaux/an (une étude a estimé à 30 000/an le nombre d’ortolans tués en France, nombre correspondant à celui sollicité en 2013 par les chasseurs dans une demande de dérogation). « L’arrêt de la chasse donnerait en moyenne deux fois plus de chances à l’ortolan de s’en sortir », mais note Frédéric Jiguet[48], « il faudrait changer le modèle agricole ».

Gastronomie[modifier | modifier le code]

L'ortolan est célèbre pour être un mets de gourmet dès l'époque romaine[49] et est ensuite réservé aux rois et grands de ce monde. Rabelais évoquait déjà ses qualités gustatives dans Le Quart Livre[50] et Alexandre Dumas en offre plusieurs recettes dans son Grand livre de la cuisine paru en 1873[51]. Selon Francine Claustres, il était jadis servi dans une coquille saint-jacques, puis plus tardivement dans une cassolette. En effet, il est très recherché pour sa chair délicate, assez grasse du fait d'un gavage spontané. Capturé dans des pièges appelés matoles, l'ortolan était mis en galère c'est-à-dire enfermé dans une petite boîte carrée percée de seulement deux trous ; l'un servant d'auge à mil et l'autre de baquet d'eau. L'ortolan cherchant à s'enfuir par les orifices, se gave de lui-même. La tradition veut qu'après avoir été engraissé trois semaines[49] exclusivement au millet blanc, il soit noyé dans de l'armagnac, rôti et réduit dans la bouche, lentement, sans presque mâcher, et sans rien recracher en bouillie d'os, de chair et de sang. Traditionnellement, les consommateurs d'ortolans se mettent un linge sur la tête pour mieux concentrer les fumets avec un grand verre de vin rouge[52].

En 1765, l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert décrit ainsi la gastronomie liée à cet oiseau :

« Ortolan (Diète et Cuis.) : on ne mange ordinairement cet oiseau qu’après l’avoir engraissé dans des volières. Lorsqu’il y a été nourri un certain temps, il ne paraît plus qu’un petit peloton de graisse. On le met rôti, ou après l’avoir fait tremper pendant une ou deux minutes, dans du bouillon ou du jus bouillant ; car il est si délicat, que cette courte application d’une chaleur légère suffit pour le cuire parfaitement. On pourrait aussi facilement l’enfermer dans des coques d’œufs de poule bien réunies, le cuire dans l’eau ou sous la cendre, et répéter à peu de frais, une des magnificences de Trimalcion, qui est un jeu de festin assez plaisant. On l’assaisonne avec le sel, le poivre et le jus de citron : malgré ce correctif, il est peu de personnes qui puissent en manger une certaine quantité sans les trouver fastidieux : mais si on n’en mange que deux ou trois, on les digère communément assez bien, c’est-à-dire pourtant les estomacs accoutumés aux viandes délicates ; car l’ortolan est éminemment et exclusivement consacré aux sujets de cet ordre. Les manœuvres et les paysans ne sauraient s’en accommoder[53]. »

Cette pratique traditionnelle, du braconnage à la consommation et le cas échéant la vente au prix fort[54], est un sujet politique sensible et l'une des raisons du succès régional de mouvements politiques comme CPNT. Plusieurs personnages de la sphère politique ne cachaient pas leur goût pour la consommation d'ortolans : ainsi, François Mitterrand en aurait fait (en 1995, avant la protection de l'espèce mais alors qu'elle était déjà non chassable) son dernier réveillon approvisionné par Henri Emmanuelli[34], grand défenseur de cette pratique[55]. D'après Pierre Bergé, ce repas aux ortolans aurait en fait eu lieu l'année précédente, le 31 décembre 1994[56].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Société Valeco, « Etude d'impact de déploiement d'Eoliennes », Département Côtes-d'Armor,‎ , p. 121 (lire en ligne)
  2. Brambilla, M., Gustin, M., Vitulano, S., Negri, I., & Celada, C. (2016). A territory scale analysis of habitat preferences of the declining Ortolan Bunting Emberiza hortulana. Bird Study, 63(1), 52-57.
  3. Menz, M. H., & Arlettaz, R. (2012). The precipitous decline of the ortolan bunting Emberiza hortulana: time to build on scientific evidence to inform conservation management. Oryx, 46(1), 122-129.
  4. UICN France, MNHN, LPO, SEOF et ONCFS, Liste rouge des espèces menacées en France : Oiseaux de France Métropolitaine, Paris, Museum National d'Histoire Naturelle, , 32 p.
  5. « Ortolan buntings Emberiza hotulana have undergone one of the most severe population declines of any European farmland bird over the last thirty years » in : Elts, J., Tätte, K., & Marja, R. (2015). [What are the important landscape components for habitat selection of the ortolan bunting Emberiza hortulana in northern limit of range?]. European Journal of Ecology, 1(1), 13-25.
  6. (fr) Référence Oiseaux.net : Emberiza hortulana (+ répartition)
  7. a b c d e et f (en) Steve Madge et Christopher J. Sharpe, « Ortolan Bunting (Emberiza hortulana), version 1.0 », Birds of the World,‎ (DOI 10.2173/bow.ortbun1.01, lire en ligne, consulté le )
  8. Osiejuk T.S, Ratyńska K, Dale S, Steifetten Ø & Cygan J.P (2004) Ortolan Buntings Emberiza hortulana mimicking other species and other dialects of own species. Ornis Norvegica, 27, 73-79
  9. a et b Jacques Comolet-Tirman, Frédéric Jiguet et Jean-Philippe Siblet, « Le Bruant ortolan Emberiza hortulana en France : statuts et tendances », Rapport SPN 2012, Muséum National d'Histoire Naturelle, Service du Patrimoine Naturel,‎ (lire en ligne [PDF])
  10. Yosef R & Tryjanowski P (2002) Differential spring migration of Ortolan Bunting Emberiza hortulana by sex and age at Eilat, Israel. Ornis Fennica, 79(4), 173-180.
  11. Brambilla, M., Gustin, M., Vitulano, S., Negri, I., & Celada, C. (2016). A territory scale analysis of habitat preferences of the declining Ortolan Bunting Emberiza hortulana. Bird Study, 63(1), 52-57.
  12. Svensson L, Mullarney K & Zetterstrom D (2015) Le guide ornitho: le guide le plus complet des oiseaux d’Europe, d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient : 900 espèces. Delachaux et Niestlé, 448 pp.
  13. Dale S & Olsen B.F.G (2002) Use of farmland by Ortolan Buntings (Emberiza hortulana) nesting on a burned forest area. Journal für Ornithologie, 143(2), 133-144 (résumé).
  14. Menz M.H, Brotons L & Arlettaz R (2009) Habitat selection by Ortolan Buntings Emberiza hortulana in post‐fire succession in Catalonia: implications for the conservation of farmland populations. Ibis, 151(4), 752-761.
  15. Selstam G, Sondell J & Olsson P (2015) Wintering area and migration routes for Ortolan Buntings Emberiza hortulana from Sweden determined with light-geologgers. Ornis Svecica, 25, 3-14 (voir cartes de migrations notamment)
  16. Dale, S., & Manceau, N. (2003). Habitat selection of two locally sympatric species of Emberiza buntings (E. citrinella and E. hortulana). Journal für Ornithologie, 144(1), 58-68.
  17. a et b Jiří Félix, Oiseaux des Pays d'Europe, Paris, Gründ, coll. « La Nature à livre ouvert », , 320 p., 22 centimètres × 30 centimètres (ISBN 2-7000-1504-5), p. 285
  18. Linnaeus, C. (1758). Systema Naturae per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis, Tomus I. Editio decima, reformata. Holmiæ: impensis direct. Laurentii Salvii. i–ii, 1–824 pp : page 177
  19. (en) « Emberiza hortulana »
  20. Vepsäläinen V, Pakkala T, Piha M & Tiainen J (2005) Population crash of the ortolan bunting Emberiza hortulana in agricultural landscapes of southern Finland. In Annales Zoologici Fennici (pp. 91-107). Finnish Zoological and Botanical Publishing Board.
  21. VogelWarte (2005) EMBERIZA HORTULANA EN SUISSE ?. Nos Oiseaux, 52, 67-82 (pour la répartition de l'espèce en Suisse, voir carte), Suisse
  22. Menz, M. H., Mosimann-Kampe, P., & Arlettaz, R. (2009) Foraging habitat selection in the last Ortolan Bunting Emberiza hortulana population in Switzerland: final lessons before extinction. Ardea, 97(3), 323-334 (résumé).
  23. Trawicki, M. B., Johnson, M. T., & Osiejuk, T. S. (2005) Automatic song-type classification and speaker identification of Norwegian Ortolan Bunting (Emberiza hortulana) vocalizations. In 2005 IEEE Workshop on Machine Learning for Signal Processing (pp. 277-282). IEEE.
  24. Adi, K., Osiejuk, T. S., & Johnson, M. T. (2004). Automatic song‐type classification and individual identification of the ortolan bunting (Emberiza hortulana L) bird vocalizations. The Journal of the Acoustical Society of America, 116(4), 2639-2639 (Résumé).
  25. Osiejuk, T. S., Ratyńska, K., Cygan, J. P., & Dale, S. (2003). Song structure and repertoire variation in ortolan bunting (Emberiza hortulana L.) from isolated Norwegian population. In Annales Zoologici Fennici (pp. 3-16). Finnish Zoological and Botanical Publishing Board.
  26. Skierczyński, M., & Osiejuk, T. S. (2010). Sharing songs within a local dialect does not hinder neighbour-stranger discrimination in ortolan bunting (Emberiza hortulana) males. Behaviour, 333-351 5Résumé.
  27. Conrads, K., & Conrads, W. (1971). Regionaldialekte des ortolans (Emberiza hortulana) in Deutschland. Vogelwelt, 92, 81-100.
  28. Brotons, L., Herrando, S., & Pons, P. (2008). Wildfires and the expansion of threatened farmland birds: the ortolan bunting Emberiza hortulana in Mediterranean landscapes. Journal of Applied Ecology, 45(4), 1059-1066.
  29. Mise à jour de la répartition du Bruant ortolan dans l'Atlas des Oiseaux Nicheurs de France Métropolitaine 2009-2012
  30. Berg Å (2008) Habitat selection and reproductive success of Ortolan Buntings Emberiza hortulana on farmland in central Sweden–the importance of habitat heterogeneity. Ibis, 150(3), 565-573 (résumé).
  31. Brambilla, M., Gustin, M., Vitulano, S., Falco, R., Bergero, V., Negri, I., ... & Celada, C. (2017). Sixty years of habitat decline: impact of land-cover changes in northern Italy on the decreasing ortolan bunting Emberiza hortulana. Regional environmental change, 17(2), 323-333.
  32. a et b « La France va-t-elle mettre fin au braconnage des ortolans ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  33. Skierczynski, M., Czarnecka, K. M., & Osiejuk, T. S. (2007). Neighbour‐stranger song discrimination in territorial ortolan bunting Emberiza hortulana males. Journal of Avian Biology, 38(4), 415-420.
  34. a et b Catherine Coroller, « Le paradoxe de l'ortolan. Apprécié de Juppé et Mitterrand, l'oiseau n'est ni chassable ni protégé. », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  35. Art. L411-1 du Code de l'Environnement
  36. Arrêté du 29 octobre 2009
  37. Art. L415-3 du Code de l'Environnement
  38. Jiguet F & Moussus J.P (2009) Suivi Temporel des Oiseaux Communs 20 ans de programme STOC ! Bilan pour la France en 2008. MNHN, CRBPO (voir fig 3, tout en sachant qu'il faut 10 voire 20 à 30 ans d'observation pour établir des tendances solides)
  39. Jiguet, F., Arlettaz, R., Bauer, H. G., Belik, V., Copete, J. L., Couzi, L., ... & Ferrand, Y. (2016). An update of the European breeding population sizes and trends of the Ortolan Bunting (Emberiza hortulana). Ornis Fennica, 93(3), 186.
  40. Jiguet, F., Gonzalez, D., Andrade, C. & Fontaine, B. (2016) STOC et SHOC, les programmes de suivi des oiseaux communs au Muséum par les ornithologues : quelles nouvelles ? Ornithos
  41. Issa N & Muller Y (coord.) [2015] Atlas des Oiseaux de France |Delachaux & Niestlé, Paris, France
  42. « Landes : la chasse à l'ortolan vit sans doute ses dernières heures », sur sciencesetavenir.fr, 2" décembre 2017 (consulté le )
  43. Nicolas Celnik, « La France va-t-elle mettre fin au braconnage des ortolans ? », sur Le Monde.fr, (consulté le )
  44. Rachida Boughriet, « Chasse à l'ortolan : Bruxelles traduit la France devant la Cour de justice européenne », sur actu-environnement, (consulté le )
  45. « Chasse à l’ortolan: la Commission traîne la France devant la CJUE », sur entreprise.news,
  46. Vincent Dewitte, « Landes : le bruant ortolan classé "en danger", relaie la LPO », sur Sud Ouest.fr, (consulté le )
  47. sudouest.fr, « Landes : la Cour de cassation confirme l'absence de tolérance pour la chasse à l'ortolan », Sud-Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  48. Frédéric Jiguet est professeur au Muséum national d'Histoire naturelle de Paris, et auteur principal de l’étude.
  49. a et b Francine Claustres, Secrets et recettes de toute la cuisine gasconne, Luçon, Sud Ouest, 1997, page 230.
  50. Anthony Rowley, « Le petit oiseau du paradis », Commentaire, no 95,‎ , p. 693-695 (ISSN 0180-8214, lire en ligne, consulté le )
  51. Ortolans à la provençale d'Alexandre Dumas, Grand livre de la cuisine, 1873
  52. Le dîner d’ortolans de François Mitterrand
  53. Louis Jean-Marie Daubenton et Gabriel François Venel, Article « Ortolan », dans l’Encyclopédie, 1re édition, 1765 (tome 11, p. 675).
  54. Ortolans : les fins palais les achètent à prix d'or
  55. Henri Emmanuelli soutient les braconniers
  56. Valérie Trierweiler, « Mitterrand: les secrets du "dernier" voyage », sur Paris Match, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dale S & Steifetten Ø (2011) The rise and fall of local populations of ortolan buntings Emberiza hortulana: importance of movements of adult males ; Journal of Avian Biology, 42(2), 114-122 (résumé).
  • Dale S & Christiansen P (2010). Individual flexibility in habitat selection in the ortolan bunting Emberiza hortulana. Journal of avian biology, 41(3), 266-272 (résumé).
  • Jiguet F, Arlettaz R, Bauer H.G, Belik V, Copete J.L, Couzi L, ... & Ferrand Y (2016) An update of the European breeding population sizes and trends of the Ortolan Bunting (Emberiza hortulana). Ornis Fennica, 93(3), 186.
  • Morelli F (2012) Correlations between landscape features and crop type and the occurrence of the Ortolan Bunting Emberiza hortulana in farmlands of Central Italy. Ornis Fennica, 89(4), 264.
  • Francine Claustres, Secrets et recettes de toute la cuisine gasconne, Luçon, Sud Ouest, 1997.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]