Gouvernement Maurice Rouvier (3)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Gouvernement Maurice Rouvier (3)
Troisième République

Président de la République Armand Fallières
Président du Conseil Maurice Rouvier
Formation
Fin
Durée 17 jours
Composition initiale
Représentation
majorité parlementaire
422 / 589

Précédent Gouvernement Maurice Rouvier II Pays inconnu Gouvernement Ferdinand Sarrien Suivant
Maurice Rouvier

Le troisième Gouvernement Maurice Rouvier a duré du 18 février au 7 mars 1906.

Composition[modifier | modifier le code]

Portefeuille Titulaire Parti
Président du Conseil Maurice Rouvier ARD
Ministres
Ministre des Affaires étrangères Maurice Rouvier ARD
Ministre de la Justice Joseph Chaumié ARD
Ministre de l'Intérieur Fernand Dubief PRS
Ministre des Finances Pierre Merlou PRS
Ministre de la Guerre Eugène Étienne ARD
Ministre de la Marine Gaston Thomson ARD
Ministre de l'Instruction publique, des Beaux-Arts et des Cultes Jean Bienvenu-Martin PRS
Ministre des Travaux publics Armand Gauthier de l'Aude PRS
Ministre du Commerce, de l’Industrie, des Postes et Télégraphes Georges Trouillot RI
Ministre de l'Agriculture Joseph Ruau PRS
Ministre des Colonies Étienne Clémentel PRS
Sous-secrétaires d’État
Sous-secrétaire d'État aux Beaux-Arts Henri Dujardin-Beaumetz RI
Sous-secrétaire d'État aux Postes et Télégraphes Alexandre Bérard PRS

Politique menée[modifier | modifier le code]

Le gouvernement Rouvier III semblait assuré de la durée, bien que trop modéré aux yeux des radicaux. Dans un certain nombre de régions, les catholiques s’opposèrent par la force aux inventaires prévus par la loi, en vue de la dévolution des biens d’église aux associations cultuelles.

Fin du gouvernement et passation des pouvoirs[modifier | modifier le code]

Le cabinet est renversé le 7 mars 1906 à la suite des désordres engendrés par les inventaires des biens religieux.

Le 14 mars 1906, Armand Fallières nomme Ferdinand Sarrien à la présidence du Conseil.