Château d'Estang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château d'Estang
Image illustrative de l’article Château d'Estang
Façade sud.
Période ou style Classique
Type Gentilhommière
Début construction XVIe siècle
Fin construction XVIIe siècle
Propriétaire initial Jehan Malpel
Destination initiale Habitat seigneurial
Destination actuelle Habitation privée
Protection Logo monument historique Inscrit MH (2005)
Coordonnées 45° 00′ 01″ nord, 2° 28′ 18″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Auvergne
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Commune Marmanhac
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château d'Estang

Le château d'Estang est une gentilhommière située à Marmanhac dans le Cantal

Descriptions[modifier | modifier le code]

Le château d'Estang actuel est un corps de bâtiment rectangulaire de deux étages et de cinq travées qui a été édifié au XVIIe siècle sur les bases de l'édifice du XVe siècle. La façade principale est exposée à l'Est. L'entrée se fait par un portail voûté en anse de panier, est encadré de deux colonnes engagées avec chapiteaux ioniques. D'après Bruno Phalip[1], le château du XVe siècle était cantonné de quatre contreforts circulaires qui sont toujours présents sur la partie gauche du bâtiment et qui indiquent que cette partie subsiste sur deux niveaux avec la porte au nord.

Le château d'Estang a été inscrit monument historique le [2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Appartient au XIIIe siècle à Jehan Malpel et à sa famille jusqu'au mariage en 1321 d'Alix Malpel d'Estang avec Géraud Vigneroux dont la famille va conserver Estang jusqu'à Antoine-Louis d'Estang, qui décède avant 1743 en laissant comme veuve et héritière Guillemette Green de Saint-Marsault qui se remarie en 1753 avec Jean-Joseph de Scorailles qui décède aussi sans postérité en 1774.

En 1820 Louis Geneste, notaire royal à Aurillac, est propriétaire d'Estang qu'il lègue à son fils Jean-Baptiste Geneste (1764-1844), lieutenant particulier civil au présidial d'Aurillac, qui épouse Françoise Grognier, fille de Louis-Furcy Grognier (1777-1832).

Un de leurs fils, Émile Geneste (+1874), sera maire d'Aurillac.

Les archives du château d'Estang ont été acquises en 2009 par les Archives départementales du Cantal.

Visites[modifier | modifier le code]

Le château ne se visite pas.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Seigneurs et batisseurs: le château et l'habitat seigneurial en Haute-Auvergne et Brivadois entre le XIe et le XVe siècle, 1993
  2. « château d'Estang », notice no PA15000029, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]