Château de Sedaiges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Sedaiges
Image illustrative de l’article Château de Sedaiges
Façade.
Période ou style Médiéval, Renaissance, Troubadour
Type Château
Architecte Parent
Début construction 1461
Fin construction XIXe siècle
Propriétaire initial Jean de Caissac
Destination initiale Habitat seigneurial
Propriétaire actuel Famille de Riverieux de Varax
Destination actuelle Habitation privée, visites
Protection Logo monument historique Classé MH (1987)
Site web http://www.chateausedaiges.com/ Site du château de Sédaiges
Coordonnées 45° 00′ 06″ nord, 2° 29′ 00″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Auvergne
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Commune Marmanhac
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Sedaiges

Le château de Sedaiges (prononcé Sédage) est un château médiéval et néo-gothique situé à Marmanhac dans le Cantal. Il est inscrit à l'inventaire des monuments historiques depuis le [1] et possède un parc remarquable avec verger, jardin potager et pièces d'eau[2]. Cette maison est dans la même famille depuis 1442, elle conserve de ce fait un mobilier et des décors originaux de toutes les époques, en particulier des costumes, des objets usuels, des jouets, etc.

Description[modifier | modifier le code]

Le château est composé d'un bâtiment carré de trois étages cantonné de quatre tours rondes. Fortifié en 1461, puis embelli au XVIIIe siècle, ce château offre un exemple de l'architecture troubadour de la fin du XIXe siècle.

En 1741, le château fut remis au goût du jour par l'élargissement des ouvertures et l'ajout de boiseries dans certaines pièces[1]

Vers 1865, l'architecte Parent effectue d'importants travaux sur l'édifice. Le plan général du château fut respecté dans son apparence. Le bâtiment fut habillé dans le style néo-gothique. Fenêtres et portes furent encadrées d'un décor néo-15e. Un chemin de ronde fut ajouté aux quatre tours d'angles, à l'imitation de celui conservé sur la façade sud. La cour centrale fut couverte et aménagée en hall. Les éléments de boiseries et les peintures sont traités dans le style de la fin de l'époque gothique[1]

Histoire[modifier | modifier le code]

Famille de Sedaiges[modifier | modifier le code]

Il existait depuis le XIIIe siècle une famille éponyme, dont :

  • Pierre de Sedaiges, chevalier, qui vend en 1442 son domaine à Jean Calsac ou Caissac, riche bourgeois d'Aurillac.

Cette famille de Sedaiges subsiste par ailleurs jusqu'au XVIIIe siècle, puisque son petit-fils :

  • Jean de Sedaiges, fils d'Hugues, seigneur de Vacheresses, à Marmanhac, a épousé le Claude de Gaches de Venzac, dont descend, après quatre générations :
  • Jean de Sedages, qui épouse le à Marmanhac Marie de Boissieux, fille de Gabriel, seigneur de La Souderie et d'Antoinette Sauvageon, qui semble le dernier de son nom[3].

Famille de Caissac[modifier | modifier le code]

Dix générations de cette famille se sont succédé à Sédaiges :

  • Jean Calsac ou de Caissac, bourgeois d'Aurillac, fils de Guillaume, habitant de Belbex, et de Jeanne Palisse, achète des terres à Marmanhac, puis le domaine noble de Sedaiges.
  • Raymond de Caissac, obtient en 1452 des autres seigneurs de Marmanhac la permission de construire un château avec tours et machicoulis. Il est marié en 1472 avec Marguerite de Rozières, dont il a au moins cinq enfants dont:
  • Nicolas de Caissac, marié en 1517 avec Marguerite de Jouvenroux, fille de Jean, seigneur de La Trémolière, dont :
  • Jean II de Caissac, marié en 1540 avec Marguerite de La Garde de Saignes, fille de Jean, seigneur de Messac, dont :
  • Antoine de Caissac, seigneur de Sedaiges marié en 1547 à Louise de Cayre d'Entraigues, dont :
  • François de Caissac (1545 - 1618), gentilhomme de la Chambre du roi, chevalier de l'Ordre de Saint-Michel, marié en 1569 avec Jeanne-Gilberte de Robert de Lignerac, fille de François, seigneur de Saint-Chamant, et Françoise de Scorailles, seigneur de Cologne à Naucelles, dont six enfants, et en secondes noces en 1569 avec Jeanne de Morlhon, fille de Jean, seigneur de Sanvensa :
  • Alexandre de Caissac, seigneur de Messac et de Sedaiges, gentilhomme de la Chambre du roi, épouse en novembre 1614 Sybille de Boilac de Glandières, fille de Louis de Glandières, seigneur de Balsac, poète humaniste de Rodez connu sous le nom de Louis de Balsac[4], et d'Hélène de Morlhon, dame de Cabanes. Il meurt le et laisse cinq enfants, dont :
  • Edme de Caissac, seigneur de Messac, de Sedaiges, et coseigneur de Tournemire, marié en 1664 avec Marguerite de Pestels, fille de Claude, seigneur de Tournemire, et de Claude d'Anjony dont au moins trois enfants:
  • Jean III de Caissac, seigneur de Sedaiges, coseigneur de Tournemire, marié en 1691 avec Françoise de Soudeilles, fille d'Edme, seigneur de Brenhac, et de Philiberthe de Sédière, dont quatre enfants:
    • Jean IV de Caissac (1701 - 1746) mestre de camps d'un régiment de Dragons, marquis de Messac et de Sedaiges, marié vers 1744 avec Marie Anne de Peyrusse des Cars, file de François II, marquis de Merville, seigneur de Laroquebrou, seigneur d'Ytrac et de Françoise de Lafons, sans enfants.
    • Madeleine de Caissac, héritière de Sedaiges, épouse le Pierre Béral, fils de François II, seigneur de Massebeau et de Gabrielle-Aimée de Caissac Saint-Geniez, dont elle eut deux enfants :
      • Marie Françoise Béral de Sedaiges, mariée en 1750 à Jean-André de Méallet de Fargues, fils de Louis de Méallet, seigneur de Fargues, et de Claude de Caissac Saint-Geniez
      • Jean-Joseph Béral de Sedaiges, qui suit.

La famille de Caissac portait « D'argent au chevron accosté en chef de deux étoiles et en pointe d'un lion le tout d'azur ledit lion armé et lampassé de gueules »[5].

Famille de Béral de Massebeau[modifier | modifier le code]

  • Jean-Joseph II Béral de Massebeau (1733 - 1809) épouse en 1763 Marie-Iphigénie de Bourgeoise-Pommerval, qui lui donne deux filles et deux garçons, dont :
  • Jean-Joseph III Béral de Sedaiges (1769 - 1859), lieutenant de cavalerie, épouse en 1800 Juliette de Jugeals de Peyrac de Vellian, fille de Jean et de Madeleine de Frayssi de Veyrac, qui lui donne sept enfants :
    • Adolphe de Béral de Sedaiges (1801 - 1854), officier de marine,
    • Mathilde de Béral de Sedaiges (1805 - ?), mariée vers 1835 à Jacques-Augustin de Labarrière
    • Pierre de Béral de Sedaiges (1806)
    • Casimir de Béral de Sedaiges (1807), capitaine de vaisseau, marié à Sophie Le Coat de Kervéguen, dont le petit-fils Georges Fumel de Sedaiges, sera propriétaire de Sedaiges et maire de Marmanhac.
    • Anne-Catherine de Béral de Sedaiges (1808 - 1859), mariée à Stanislas Buyer, maître de forges,
    • Jean-Joseph IV de Béral de Sedaiges (1810), capitaine de vaisseau, commandeur de la Légion d'honneur.
    • Jean-Philippe de Béral de Sedaiges (1819).

Famille de Riverieux de Varax[modifier | modifier le code]

Sedaiges passe par mariage et succession dans la famille de Riverieux de Varax qui possède toujours le château.

La famille de Riverieux de Varax porte « D'azur à la rivière d'argent mouvante de la pointe surmontée d'un croissant de même ». Supports deux aigles[6].

Visites[modifier | modifier le code]

Visites, mariages et chambres d'hôte.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Château de Sedaiges », notice no PA00093540, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. « Parc de Sedaiges », notice no IA15000278, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. Louis de Ribier, Recherches de la Noblesse d'Auvergne
  4. Il a fait des études à Paris sous la direction de l'helléniste Daurat, un des sept de La Pléiade qui a encouragé son goût pour la poésie. Il a publié un recueil de poésies françaises et latines dédiées à Henri III, une tragédie orientale Mustapha, une pièce de louanges sur les personnages du Rouergue, ainsi que deux discours qui ont été imprimés: Épithalame de Monseigneur le duc de Joyeuse, pair de France et Madame Marguerite de Lorraine' (1581), et Discours au roy sur la convocation des trois Estats de son royaume, faicte par Sa Majesté en sa ville de Bloys..., (1588)
  5. Grand armorial de France de 1667, Auvergne.
  6. Armorial Rietstap.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

« Château de Sedaiges », notice no PA00093540, base Mérimée, ministère français de la Culture