Tour de Lombardie 1956

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tour de Lombardie 1956
Généralités
Course
50e Tour de Lombardie
Compétition
Challenge Desgrange-Colombo 1956 (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Date
Distance
240 km
Pays
Lieu de départ
Lieu d'arrivée
Pays traversé(s)
Coureurs au départ
135
Coureurs à l'arrivée
69
Vitesse moyenne
38,47 km/h
Résultats
Vainqueur
Deuxième
Troisième

Le Tour de Lombardie 1956 est la 50e édition de cette course cycliste. Elle est remportée au sprint par André Darrigade à Milan. Il s'impose pour la première fois dans cette épreuve en devançant Fausto Coppi d'un boyau après un sprint mémorable.

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

Cette course dont rêve Coppi, trente-sept ans, commence bien pour lui après une offensive généreuse mais cette course était marquée du sceau de la malédiction. La « Dame Blanche », Giulia Ochinni, surnommée ainsi par toute l’Italie, est l’amante de Fausto Coppi depuis trois ans, et suit ce Tour de Lombardie depuis la voiture de l’équipe de son compagnon lorsqu'elle s'adresse à Fiorenzo Magni présent au sein du peloton et rival de Coppi : «Fausto est le plus grand». Lequel décide alors de lancer la poursuite et de ramener le peloton vers Coppi. À douze kilomètres de l'arrivée, Coppi est rattrapé et un peloton de dix-huit coureurs se forme. Ce dernier ne se décourage pas et retente sa chance dans le Vigorelli en lançant son sprint à 200 mètres de la ligne. C’était sans compter sur la fulgurante pointe de vitesse d’André Darrigade.

L'un des plus extraordinaires retours de l'arrière au cours d'un sprint est sans doute celui qu'accomplit André Darrigade lors de cette arrivée du Tour de Lombardie 1956 : le Lévrier des Landes entré au Vigorelli en huitième position et enfermé par ses adversaires remonta avec un 50 x 14 un à un tous ses rivaux, soit successivement Louison Bobet, Fiorenzo Magni, Alfred De Bruyne, Rik Van Looy, pour venir, après un sprint titanesque, coiffer sur la ligne d'un boyau le campionissimo Fausto Coppi !

Battu par André Darrigade qu'il avait fait recruter par Bianchi l'année passée pour les courses italiennes, Coppi pleurera comme un gosse à l’arrivée. Gagner une sixième fois la classique des feuilles mortes aurait pu lui permettre de boucler la boucle.

Le journaliste sportif français Pierre Chany qualifiera cette arrivée de « sprint titan » tandis que La Gazzetta dello Sport titrera « Le destin de Coppi s'appelle Darrigade ».

Classement final[modifier | modifier le code]

Pos. Coureur Pays Équipe Temps
1 André Darrigade France Bianchi - Pirelli en h 14 min 20 s
2 Fausto Coppi Italie Carpano - Coppi m.t.
3 Fiorenzo Magni Italie Nivea - Fuchs m.t.
4 Giorgio Albani Italie Legnano m.t.
5 Bruno Monti Italie Atala m.t.
6 Roger Decock Belgique Faema m.t.
7 Louison Bobet France Bobet - BP - Hutchinson m.t.
8 Diego Ronchini Italie Bianchi - Pirelli m.t.
9 Alfred De Bruyne Belgique Mercier - Hutchinson - BP m.t.
10 Aimé Van Avermaet Belgique m.t.

* Rik Van Looy est arrivé quatrième de la course mais a été déclassé.

Lien externe[modifier | modifier le code]