Jacky Durand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Durand (homonymie).
Jacky Durand
Jacky Durand.jpg

Jacky Durand en 2000

Informations
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (50 ans)
LavalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Spécialité
Baroudeur
Équipes professionnelles
1989 Système U (stagiaire)
1990-1995 Castorama
1996 Agrigel-La Creuse
1997-1998 Casino
1999-2000 Lotto
2001-2003 La Française des jeux
2004 Landbouwkrediet-Colnago
Principales victoires

2 classiques
Tour des Flandres 1992
Paris-Tours 1998
2 championnats nationaux
MaillotFra.PNG Champion de France sur route 1993 et 1994
3 étapes de grand tour

Tour de France (3 étapes)
Jacky Durand lors du Critérium de Lèves.

Jacky Durand, né le à Laval, est un coureur cycliste français, professionnel de 1989 à 2004. Au cours de sa carrière, Durand s'approprie un style d'attaquant, qui fait de lui un habitué des échappées au long cours. Il obtient la plupart de ses victoires en se lançant tôt dans des offensives, en solitaire ou à plusieurs, et ce peu importe la distance à parcourir, les difficultés ou la météo. Il compte à son palmarès le Tour des Flandres[1] en 1992 (après une échappée de 217 kilomètres) et trois étapes sur le Tour de France.

Durand passe professionnel en 1990. Il devient champion de France sur route en 1993 et 1994 et remporte Paris-Tours en 1998, devenant le premier vainqueur français depuis 42 ans. Il participe à dix Tours de France (le dernier en 2002). En 1995, il est le vainqueur surprise du prologue, profitant du changement de météo après son passage. Cette victoire lui permet de porter le maillot jaune pendant deux jours. Durand s'adjuge le Prix de la combativité lors des Tours 1998 et 1999, terminant lanterne rouge en 1999. Il prend sa retraite à la fin de la saison 2004[2]. Il est désormais commentateur des épreuves cyclistes sur la chaîne de télévision Eurosport.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Jacky Durand est né dans une famille d'agriculteurs dans la région du sud de la Mayenne en France[3]. Il a commencé à courir dans la catégorie des Minimes (13-14 ans) puis chez les Cadets (15-16 ans), mais sans jamais gagner de courses. « C'est difficile de gagner pour un gosse quand on n'est ni un grimpeur ni un sprinteur. »[3], dira le Français. Par la suite chez les amateurs, il remporte plusieurs épreuves.

En 1988, encore amateur, il devient champion de France du contre-la-montre par équipes avec Laurent Bezault, Pascal Lino et Thierry Laurent. Il devient professionnel en 1990 et le reste jusqu'en 2004.

Les longues échappées[modifier | modifier le code]

Par la suite, Jacky Durand devient célèbre pour ses longues échappées en solitaire qui réussissent parfois, mais échouent le plus souvent. Le magazine français, « Vélo », publie chaque mois un Jackymètre qui comptabilise les kilomètres parcourus en tête de course au cours de la saison. Durand déclare en évoquant son style d'attaquant : « Heureusement, dans le cyclisme, ce n'est pas toujours le meilleur qui gagne, sinon nous ne gagnerons pas si souvent »[4].

Son style de baroudeur infatigable est encouragé par son premier directeur sportif chez Castorama, Cyrille Guimard. En 1992, il lui apporte une victoire totalement inattendue dans le Tour des Flandres (voir ci-dessous). Lors du championnat de France disputé à Châtellerault en 1993, Guimard lui ordonne d'attaquer tôt dans la course, pour tenter sa chance et empêcher la victoire de Laurent Brochard ou Luc Leblanc[4]. Selon l'auteur, Jean-François Quénet, Guimard demanda à Durand d'attaquer de loin « parce qu'il ne voulait pas voir Laurent Brochard en bleu, blanc et rouge, et encore moins voulait-il un deuxième titre consécutif pour Luc Leblanc, qui était en désaccord avec l'équipe Castorama »[4]. Jacky Durand remporte là son premier titre sur route, titre qu'il conserve l'année suivante[5].

Dans un autre registre, il profite des conditions climatiques qui se dégradent après son passage, pour remporter le prologue du Tour de France 1995 et porter durant deux étapes le maillot jaune[6].

Lors du Tour d'Espagne 1999, il profite d'un bon prologue et des secondes de bonifications obtenues sur des sprints intermédiaires lors d'une échappée sur la première étape en ligne, pour s'emparer du maillot de oro de leader. Il le conserve deux jours[7].

Le Tour des Flandres[modifier | modifier le code]

Jacky Durand remporte le Tour des Flandres, en 1992, 36 ans après le dernier vainqueur français, Jean Forestier en 1956. Pour gagner, il s'échappe du peloton avec le Suisse Thomas Wegmüller, alors qu'il reste encore 217 kilomètres à parcourir. Il parvient à lâcher Wegmüller et à résister au retour des favoris pour s'imposer en solitaire[1]. Son succès après une si longue chevauchée solitaire, est resté dans la mémoire des fans belges. Des années plus tard Durand est arrêté pour excès de vitesse. Le policier belge qui vient à sa voiture le reconnait et lui dit : « Vous avez gagné le Tour des Flandres en nonante-deux », et il le laisse partir[8]. Durand a terminé sa carrière avec des équipes belges. Pour lui, « gagner le Ronde fait un peu de moi un Belge naturalisé »[3].

Dopage et disqualification[modifier | modifier le code]

Il est suspendu un mois avec sursis pour dopage en 1996 après un contrôle positif au Tour de la Côte Picarde[9]. Par la suite, lors du Tour de France 2002, il est éliminé lors de l'étape montagneuse du Plateau de Beille dans les Pyrénées. Il s'est aidé d'une voiture pour gravir l'ascension finale, ce qui lui vaut une exclusion par le jury des commissaires[10]. Le 23 juillet 2013, le journal Le Monde annonce que les travaux d'une commission d'enquête sénatoriale sur l'efficacité de la lutte contre le dopage révèlent que des analyses réalisées en 2004 mettent en évidence la présence d'EPO dans l'urine de Jacky Durand lors du Tour de France 1998[11]. Ce dernier admet au lendemain de cette annonce qu'il a eu recours à ces pratiques durant sa carrière[12].

L'après carrière[modifier | modifier le code]

En gagnant le Tour des Flandres en 1992 et Paris-Tours en 1998, Jacky Durand a par deux fois mis fin à des longues périodes de disette pour les coureurs français de, respectivement, 36 et 42 ans sur ces deux épreuves. Avant ses victoires, les derniers vainqueurs français de ces deux courses étaient :

Après sa retraite sportive, il est devenu consultant sur la chaîne Eurosport aux côtés de Patrick Chassé et Richard Virenque.

Le groupe la Brinche lui a dédié une chanson " Jacky Durand, histoire d'un homme qui n'aimait pas le peloton" en 2006 (David Ramolet et Grégory Brinchault). En 2008, Jacky Durand a chanté sa chanson sur scène avec le groupe.

Il habite dans la banlieue de Grenoble, où il parraine depuis 2008 une journée consacrée au VTT (randonnées et balade familiale), "La Crantée de Jacky Durand", dont les bénéfices vont à l'Association Pour les Écoles de Brié-et-Angonnes.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

10 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

3 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

2 participations

  • 1997 : 116e
  • 1999 : non partant (11e étape), Jersey gold.svg maillot or pendant 2 jours

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Tour des Flandres 1992 : La folle échappée de Jacky Durand sur cyclismactu.fr
  2. Durand le "baroudeur" arrête sa carrière - Actualités - Cyclisme sur sport.fr
  3. a, b et c L'Équipe du 14 juillet 2000
  4. a, b et c Vélomania, France, février 2005
  5. Champion de France 1994 sur le site officiel
  6. Il y a pile 20 ans, la folle histoire de l'improbable maillot jaune de Jacky Durand sur eurosport.fr
  7. Tour d'Espagne 1999 sur allezjackydurand.free.fr
  8. La dernière échappée de Durand sur eurosport.fr
  9. L'Équipe du 9 janvier 1997
  10. La Grande Boucle - 12e étape : Lannemezan - Plateau de Beille sur lagrandeboucle.com
  11. Stéphane Mandard, « Durand et Desbiens positifs à l'EPO en 1998 », sur lemonde.fr, (consulté le 23 juillet 2013)
  12. http://lamayenneonadore.fr/main/2013/07/24/jacky-durand-ladmet-il-sest-bien-dope/

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Le Brun et Johnny Neveu : « Jacky Durand » (2000)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :