Régis Clère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Régis Clère
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Informations
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
DijonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipes professionnelles
Principales victoires
Championnats
MaillotFra.PNG Champion de France sur route (1982)
MaillotFra.PNG Champion de France de la course aux points (1981)
2 classements annexes de grand tour
Leader du classement de la combativité Prix de la combativité du Tour de France (1982 et 1987)
5 étapes sur les grands tours
Tour de France (3 étapes)
Tour d'Espagne (2 étapes)

Régis Clère, né le à Langres et mort le à Dijon, est un coureur cycliste français. Professionnel de 1981 à 1992, Il prend part à des compétitions sur piste et sur route. Champion de France sur piste en 1981 et sur route en 1982, il gagne également au cours de sa carrière quatre étapes du Tour de France (dont un contre-la-montre par équipes) et deux du Tour d'Espagne. Par ailleurs, il porte le maillot amarillo de leader de cette épreuve pendant neuf jours en 1981. Durant son passage chez les professionnels il est l'un des coéquipiers de Joop Zoetemelk, Bernard Vallet et Mariano Martinez entre autres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts cyclistes et carrière chez les amateurs[modifier | modifier le code]

Fils de paysans, il se passionne assez tôt pour le cyclisme. Il espère ainsi échapper à sa condition[1]. Dès ses jeunes années, il se fait remarquer par son caractère offensif et dur au mal.

C'est en 1978 que le coureur originaire de la ville de Langres commence à se faire connaitre des amateurs de cyclisme lorsqu'il se classe troisième du Tour de Haute-Marne.

En 1979, il remporte la course en ligne des Jeux Méditerranéens[2],[3]. La même année, il s'adjuge le chrono du Tour de l'Avenir et devance à cette occasion la star du cyclisme soviétique Sergei Soukoroutchenkov d'une seconde[4]. Il est également vainqueur d'une étape de la Route de France et second du classement général de cette course[5].

La saison suivante, il gagne de nouveau l'étape contre-la-montre du Tour de l'Avenir devant Youri Barinov, une autre icône de l'école soviétique[4], et confirme son talent dans cet exercice en obtenant quelques belles places d'honneur lors d'épreuves chronométrées. Il est ainsi troisième du Grand Prix de France et quatrième du Grand Prix des nations. Au cours de la saison il décroche aussi la médaille de bronze lors des championnats de France de cyclisme sur route amateurs, participe à la Course de la Paix ainsi qu'aux Jeux olympiques de Moscou où il termine quarante-troisième de la course en ligne et fait équipe avec Marc Madiot[6]. Séduits par ses bonnes performances et son profil les dirigeants de la prestigieuse équipe Miko-Mercier-Vivagel lui offrent un contrat chez les professionnels en fin d'année[7].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

1981-1983 : un début de carrière étincelant chez les professionnels[modifier | modifier le code]

En 1981, pour ses premiers pas chez les professionnels, le néophyte de la formation Miko-Mercier-Vivagel se classe deuxième de l'Étoile de Bessèges[8], huitième du Grand Prix d'Aix-en-Provence et neuvième du Tour du Haut-Var en février avant de remporter la Flèche Azuréenne[9], son premier succès professionnel, en mars. Quelques semaines plus tard il est troisième du Critérium international derrière Bernard Hinault et Jacques Bossis puis dixième de Paris-Nice . Toujours au premier semestre, il dispute le Tour d'Espagne et porte le maillot jaune de leader pendant neuf jours. Il s'adjuge également deux étapes : le prologue et la quinzième étape b puis termine finalement neuvième de son premier grand tour[10],[1]. Durant l'été il découvre les routes du Tour de France. À l'issue des trois semaines de course il est cinquante-et-unième du classement général après avoir pris la deuxième place de la onzième étape derrière le Belge René Martens mais devant Gilbert Duclos-Lassalle. En fin de saison il est second du Grand Prix de Fourmies et quinzième du Grand Prix des Nations. Sur la piste il décroche le titre de champion de France de la course aux points[11] et la médaille d'argent en poursuite individuelle.

J Michaud 3e du championnat de France 1982 derrière R Clère

Au premier semestre 1982 il monte sur la dernière marche du podium du Tour d'Armorique et du critérium Châteauroux-Limoges puis devient champion de France sur route à Bailleul devant Bernard Vallet et Jacques Michaud[12]. Durant l'été il participe pour la deuxième fois au Tour de France. Remarqué pour son tempérament offensif pendant l'épreuve il est déclaré vainqueur du Prix de la combativité de cette course. Après la Grande boucle il se classe troisième du Bol d'or des Monédières et second du Grand Prix de Plouay[13]. Vétu du maillot tricolore de l'équipe de France il prend part en septembre aux championnats du monde de cyclisme sur route qu'il boucle en vingtième position. Au cours des derniers mois de l'année il s'offre le prologue de l'Étoile des Espoirs puis retrouve l'équipe de France avec laquelle il termine sixième du championnat d'Europe de course à l'américaine[14]. Toujours sur la piste, il est médaillé de bronze de la course aux points des championnats de France de cyclisme[11].

En mars 1983 il commence sa saison par une douzième place sur Paris-Nice et une quatrième au Critérium international[15]. Toujours au printemps il se classe neuvième du Tour de Midi-Pyrénées, huitième des Quatre Jours de Dunkerque et second du Trophée des grimpeurs à Chanteloup-les-Vignes. Il participe aussi aux Classiques ardennaises Liège-Bastogne-Liège (où il tente de s'imposer en s'échappant à quarante kilomètres de l'arrivée) et Amstel Gold Race. Lors du Tour de France, il remporte la deuxième (contre-la-montre par équipes) ainsi que la onzième étape courue entre Bagnères-de-Luchon et Fleurance[16],[17]. Durant la deuxième partie de la saison il est huitième du Grand Prix de Plouay et de l'Étoile des Espoirs, il fait aussi partie des coureurs sélectionnés pour participer aux championnats du monde de cyclisme sur route[18]. Engagé au Grand Prix de Fourmies en septembre, il boucle l'épreuve nordiste en neuvième position. Associé au Danois Kim Andersen il est également septième du Trophée Baracchi une épreuve italienne contre-la-montre disputée par équipes de deux coureurs.

1984-1986 : trois années en demi-teinte, passage chez Peugeot et Miko-Carlos[modifier | modifier le code]

Maillot de l'équipe Peugeot-Shell-Michelin

Membre de la formation Coop-Hoonved-Rossin (nouveau nom de l'équipe cycliste Mercier) il ne remporte aucune victoire d'envergure mais accumule de nombreuses places d'honneur au cours de l'année 1984. Il monte ainsi sur la troisième marche du podium au Circuit de la Sarthe derrière son coéquipier Claude Moreau et le coursier belge Yvan Lamote au mois d'avril[19] avant d'occuper la même position lors des critériums de Joigny et Lanester où il est cette fois devancé par l'ancien vainqueur de Milan-San Remo Marc Gomez et Marc Madiot. Au cours des mois de mai et juin il termine septième du Tour de l'Oise (qui deviendra plus tard le Tour de Picardie) et du Grand Prix de Plumelec. Il doit abandonner le Tour de France à moins de cinq étapes de l'arrivée mais renoue avec les accessits dès le Grand Prix de Plouay où il s'adjuge la dixième place. Sur la piste, il se classe troisième du championnat de France de poursuite et cinquième des Six jours de Grenoble où il fait équipe avec le spécialiste belge Constant "Stan" Tourné[14].

Suite à la disparition de son équipe, Régis Clère change d'employeur et signe un contrat avec la prestigieuse formation française Peugeot-Shell-Michelin en 1985. Sous ses nouvelles couleurs il obtient une dixième place au Grand Prix d'Antibes en février puis se classe trente-cinquième de Paris-Roubaix moins de deux mois plus tard. Contrairement aux années précédentes il ne participe pas au Tour de France mais retourne dans la péninsule ibérique pour courir le second Tour d'Espagne de sa carrière[20]. Il entame correctement l'épreuve et pointe à la treizième place du classement général à l'issue du prologue mais doit rapidement abandonner[21]. Au deuxième semestre il est septième de la dix-huitième édition du Tour du Limousin que remporte le coureur normand Thierry Marie et de Créteil-Chaville (l'actuelle classique Paris-Tours). Il termine également douzième de Paris-Bruxelles en septembre[22]. Sur la piste il décroche une nouvelle médaille d'argent lors du championnat de France de poursuite et se classe douzième des Six Jours de Paris au mois de novembre[14].

C'est avec la tunique de la nouvelle équipe Miko-Carlos que vient de créer Jean-François Chaurin qu'il court en 1986. Il rejoint à cette occasion plusieurs de ses compatriotes comme Vincent Lavenu (futur manager d'AG2R La Mondiale), Laurent Biondi et Franck Pineau[23],[24]. Il obtient quelques accessits au premier trimestre et se classe par exemple septième du Grand Prix de Fayt-le-Franc en Wallonie puis troisième du Grand Prix de Mauléon-Moulins un critérium organisé dans les Pays de la Loire. Au mois d'avril il termine seizième de la classique belge Liège-Bastogne-Liège à un peu plus d'une minute du vainqueur l'Italien Moreno Argentin. Quelques semaines plus tard il signe une quinzième place aux Quatre Jours de Dunkerque. Pour la deuxième année consécutive il ne participe pas au Tour de France Miko-Carlos n'étant pas retenue par les organisateurs. Ce choix de la direction du Tour mécontente les sponsors de l'équipe qui cessent de financer la formation française qui disparait en fin d'année[23],[24]. Le coureur de la Haute-Marne se tourne donc vers l'étranger pour poursuivre sa carrière professionnelle et signe un contrat avec les Espagnols de Teka[25].

1987 : le retour au premier plan avec l'équipe espagnole Teka[modifier | modifier le code]

L'année 1987 sonne comme une revanche pour le Langrois après ses déboires des saisons précédentes. Au premier semestre, il se signale dans un premier temps par quelques places d'honneur acquises sur des course comme Milan-San Remo où il se classe trente-neuvième, le Critérium international de la route qu'il boucle en neuvième position et la Bicyclette basque qu'il termine à la dixième place du classement général. Dans un seconds temps il retrouve le chemin de la victoire et remporte le Tour de Midi-Pyrénées ainsi que la troisième étape de cette épreuve à Luz-Ardiden[26]. Plus tard dans l'année il s'adjuge également Route du Berry (Trophée SITRAM) et la cinquième étape du Tour de Galice[27]. Durant l'été il renoue avec les routes du Tour de France pour la première fois depuis 1984. Arrivé hors délai dans la quinzième étape, le jury décide de le repêcher au regard des conditions météorologiques extrêmement difficiles de la course. Le lendemain, il attaque en solitaire dès le vingt-septième kilomètre et remporte l'étape disputée entre Blagnac et Millau avec une avance de près d'un quart d'heure sur Raul Alcala et Jean-François Bernard[28]. Quelques jours plus tard, il gagne également la vingt-troisième étape courue entre Saint-Julien-en-Genevois et Dijon et au nez et à la barbe des sprinteurs qu'il devance de quelques longueurs[29]. Ses deux victoires ainsi que le caractère assez exceptionnel de l'exploit réalisé par le coureur de l'équipe espagnole Teka au cours de la seizième étape lui permettent d'obtenir pour la seconde fois de sa carrière le titre de coureur le plus combatif du Tour de France, il termine également troisième du classement des sprints intermédiaires de cette édition de la Grande Boucle [30]. Toujours en 1987, et comme beaucoup de coursiers de l'époque, il participe à des critériums et se distingue sur plusieurs de ces courses. Il est ainsi deuxième à Angers, Joué-lès-Tours derrière Bernard Vallet et Vouneuil-sous-Biard où il est battu par Dominique Arnaud. Par contre, il remporte l'épreuve disputée à Meymac dans le Limousin devant les grimpeurs Charly Mottet et Thierry Claveyrolat. Sur la piste, il prend part aux Six jours de Berlin et Grenoble et se classe neuvième en Allemagne puis dixième en France[14].

1988-1992 : une fin de carrière bien douloureuse[modifier | modifier le code]

V Lavenu ancien coéquipier de R Clère

La saison 1988 ne lui apporte que peu de satisfactions dans la mesure où il ne remporte aucune victoire et doit se contenter de quelques accessits. Il se classe notamment second de l'avant dernière étape du Critérium du Dauphiné, décroche une médaille d'argent lors du championnat de France de poursuite derrière le Normand Thierry Marie[31]Il est également cinquième de la Route du Sud et neuvième du championnats de France de cyclisme sur route au premier semestre. En juillet le coureur natif du département de la Haute-Marne participe une nouvelle fois au Tour de France mais n'y connait pas la même réussite que l'année précédente. Il termine cette Grande Boucle dans un relatif anonymat à la quatre-vingt quatorzième place du classement général sans avoir pu s'offrir la moindre étape[32]. Au cours de cette saison il s'illustre également en montant sur le podium de quelques critériums comme ceux de Camors, de Meymac ou la Polynormande qu'il finit en seconde position derrière Philippe Bouvatier[33]. Sur la piste, il s'aligne aux Six jours de Paris mais la paire qu'il forme pour l'occasion avec son ancien coéquipier chez Miko-Carlos Vincent Lavenu termine treizième à plus de vingt tours des vainqueurs (l'Australien Danny Clark et le Britannique Anthony Doyle)[14].

En août 1989 il participe aux championnats du monde de cyclisme sur piste organisés au vélodrome Georges-Préveral de Lyon et obtient la médaille de bronze lors de l'épreuve de poursuite individuelle. Au mois d'octobre il s'aligne sur ce qui va devenir la dernière édition des Six jours de Paris. Il termine la course disputée au Palais Omnisports de Paris-Bercy à la douzième place loin derrière les vainqueurs Charly Mottet et Etienne De Wilde[14]. Il n'est guère plus chanceux en novembre au Palais des sports de Grenoble où, associé à l'Allemand Uwe Bolten, il ne prend que la onzième place des Six jours de cette ville[14],[34]. Quelques jours plus tard sa carrière est brisée par un très grave accident de la route dans lequel il se fracture les deux fémurs et une clavicule. Selon les chirurgiens qui l'opèrent en urgence à la suite de cet accident il ne doit d'être en vie qu'à sa robustesse et sa forte constitution[1].

Les années suivantes il ne concoure plus qu'avec des sponsors individuels et arrête sa carrière en 1992.

Reconversion professionnelle et vie privée[modifier | modifier le code]

Une fois sa carrière terminée, il reprend l'exploitation agricole familiale à Maâtz en Haute-Marne et perd peu-à-peu contact avec le cyclisme professionnel. Il avoue cependant s'entretenir très occasionnellement avec d'anciens coéquipiers de la formation Mercier comme Jacques Michaud ou Raymond Martin ainsi qu'avec le coureur professionnel champ-ardennais Florian Morizot[35],[36]. Il meurt d'une insuffisance cardiaque à l’hôpital de Dijon le , à l'âge de 55 ans[10].

Son neveu, Émilien Clère, est également coureur cycliste[37] et champion de France de demi-fond en 2014[38] et 2016.

Palmarès et résultats[modifier | modifier le code]

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

  • Amateur
    • 1972-1980 : 70 victoires

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

6 participations

  • 1981 : 51e
  • 1982 : 45e, Leader du classement de la combativité supercombatif, Leader du classement par équipes Vainqueur du classement par équipes au temps
  • 1983 : hors-délai (14e étape), vainqueur des 2e (contre-la-montre par équipes) et 11e étapes
  • 1984 : non-partant (20e étape)
  • 1987 : 72e, vainqueur des 16e et 23e étapes, Leader du classement de la combativité supercombatif
  • 1988 : 94e

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

2 participations

  • 1981 : 9e, vainqueur du prologue et de la 15eb (contre-la-montre) étape, Jersey yellow.svg maillot jaune pendant 9 jours
  • 1985 : abandon

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

  • Lyon 1989
    • Médaille de bronze, monde Médaillé de bronze de la poursuite

Championnats de France[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Christophe Penot, « Régis Clère, fier, rude et brave », sur lnc.fr (consulté le 2 août 2017)
  2. « Split 1979 », sur franceolympique.com (consulté le 3 août 2017)
  3. « 1979 SPLIT (YUG), 15/29 septembre », sur cijm.org.gr (consulté le 3 août 2017)
  4. a et b « Vainqueurs d'étapes du Tour de l'Avenir », sur cyclisme-sport.fr (consulté le 3 août 2017)
  5. « 28ème Route de France 1979 », sur memoire-du-cyclisme.eu (consulté le 3 août 2017)
  6. « Cyclisme sur route - Jeux Olympiques - 1980 », sur les-sports.info (consulté le 5 août 2017)
  7. (es)« Los 103 profesionales de los equipos franceses », sur hemeroteca.mundodeportivo.com, (consulté le 5 août 2017)
  8. « Annuaire 1981 », sur memoire-du-cyclisme.eu (consulté le 3 août 2017)
  9. « Flèche Azuréenne (Fra) - Ex. », sur memoire-du-cyclisme.eu, (consulté le 3 août 2017)
  10. a et b « Régis Clère est décédé », sur lequipe.fr, (consulté le 29 juillet 2017)
  11. a et b « Championnat de France de course aux points », sur memoire-du-cyclisme.eu, (consulté le 3 août 2017)
  12. « Cyclisme sur route - Championnats de France - 1982 - Résultats détaillés », sur les-sports.info (consulté le 3 août 2017)
  13. « Cyclisme sur route - Grand Prix de Plouay - 1982 - Résultats détaillés », sur les-sports.info (consulté le 3 août 2017)
  14. a, b, c, d, e, f et g (nl)« Regis CLERE », sur cyclebase.nl (consulté le 3 août 2017)
  15. « Cyclisme sur route - Critérium International - 1983 - Résultats détaillés », sur les-sports.info (consulté le 3 août 2017)
  16. « Résumé de la 11ème étape Bagnères de Luchon Fleurance », sur ina.fr, (consulté le 29 juillet 2017)
  17. « Tour de France 1983 (Bagnères-de-Luchon-Fleurance) : guerre dans le peloton ? », sur ina.fr, (consulté le 29 juillet 2017)
  18. (es)« Francia e Italia presentaron sus equipos », sur hemeroteca.mundodeportivo.com, (consulté le 5 août 2017)
  19. « Circuit cycliste Sarthe-Pays de Loire », sur velopalmares.free.fr (consulté le 6 août 2017)
  20. (es)« Vuelta 85 . Los 170 protagonistas », sur hemeroteca.mundodeportivo.com, (consulté le 6 août 2017)
  21. (es)« Vuelta-85.Clasificación », sur hemeroteca.mundodeportivo.com, (consulté le 6 août 2017)
  22. « Cyclisme sur route - Paris-Bruxelles - 1985 - Résultats détaillés », sur les-sports.info (consulté le 3 août 2017)
  23. a et b Serge Brard, « Jean-François Chaurin : quelle histoire ! », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le 31 juillet 2017)
  24. a et b Antoine Riche et Dominique Turgis, « Vincent Lavenu : "Une carrière atypique" », sur memoire-du-cyclisme.eu (consulté le 3 aout 2017)
  25. (es)« Régis Clere ultimo fichaje de Teka », sur hemeroteca.mundodeportivo.com, 01 et 02 janvier 1987 (consulté le 5 août 2017)
  26. « Route du Sud 1987 - Highlights Route du Sud 1987 Clère - Boyer - Madiot », sur youtube.com, (consulté le 29 juillet 2017)
  27. (es)« Mujika,vencedor absoluto en Galicia », sur hemeroteca.mundodeportivo.com, (consulté le 5 août 2017)
  28. « Etape 16 : Blagnac - Millau-le-Cade », sur lagrandeboucle.com (consulté le 1er août 2017)
  29. (es)Luis Gómez, « Clere ganó su segunda etapa y dio al Teka el tercer éxito », sur elpais.com, (consulté le 1er août 2017)
  30. (es)« Clasificaciones oficiales », sur hemeroteca.mundodeportivo.com, (consulté le 13 juillet 2013)
  31. « Championnat National, Piste, Poursuite, Elite, France 1988 », sur siteducyclisme.net (consulté le 4 août 2017)
  32. (es)« Ciclismo/Tour Classificaciones finales », (consulté le 5 août 2017)
  33. (nl)« Polynormande », sur cyclebase.nl (consulté le 3 août 2017)
  34. « 6 jours de Grenoble (France) », sur memoire-du-cyclisme.eu (consulté le 2 août 2017)
  35. Jean-François Modery, « Interview de Florian Morizot (Auber 93) », sur velo101.com, (consulté le 5 août 2017)
  36. « Régis Clère, paysan « à l'ancienne », sur leparisien.fr, (consulté le 29 juillet 2017)
  37. « Faisons connaissance avec : Emilien CLERE », sur uvaube.com, (consulté le 5 octobre 2014)
  38. Dominique Turgis, « Championnat de France de demi-fond : Classement », sur directvelo.com, (consulté le 5 octobre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]