Régis Clère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Clère
Defaut 2.svg
Informations
Naissance
Décès
(à 55 ans)
Dijon +
Nationalité
Équipes professionnelles
1981 Miko-Mercier
1982 Mercier-Coop
1983 Coop-Mercier-Mavic
1984 Coop-Hoonved-Rossin
1985 Peugeot-Shell-Michelin
1986 Miko-Carlos
1987-1989 TEKA
1990 UV AUBE
1991 Individuel
1992 Arrows
Principales victoires
Championnats
MaillotFra.PNG Champion de France sur route (1982)
MaillotFra.PNG Champion de France de la course aux points (1981)
2 classements annexes de grand tour
Jersey red number.svg Prix de la combativité du Tour de France 1982 et 1987
5 étapes sur les grands tours
Tour de France (3 étapes)
Tour d'Espagne (2 étapes)

Régis Clère (né le à Langres, mort le à Dijon) est un coureur cycliste français des années 1980-90.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de paysans, il se passionne assez tôt pour le cyclisme. Il espère ainsi échapper à sa condition. Dès ces jeunes années, il se fait remarquer par son caractère offensif et dur au mal. Ainsi, en 1979, il remporte la course en ligne des Jeux Méditerranéens. La même année, il bat les Soviétiques lors du chrono du Tour de l'Avenir Sergei Soukoroutchenkov termine second a une seconde. L'année suivante, il bat de nouveau les soviétiques ce qui lui permet de passer professionnel l'année suivante.

Professionnel de 1981 à 1992, il a notamment remporté trois étapes du Tour de France et deux étapes du Tour d'Espagne.

Lors du Tour de France 1983, il remporte la 11e étape entre Bagnères-de-Luchon et Fleurance. En 1987, il arrive hors délai dans la 15e étape, mais le jury décide de le repêcher, en considérant les conditions météorologiques. Le lendemain, il part seul en attaque et remporte la 16e étape entre Blagnac et Millau avec une avance de près d'un quart d'heure. Quelques jours plus tard, il gagne également la 23e étape entre Saint-Julien-en-Genevois et Dijon[1].

Durant le Tour d'Espagne 1981, il porte le maillot amarillo pendant neuf jours et il remporte deux étapes : le prologue et la quinzième étape b.

Il a été l'un des coéquipiers de Joop Zoetemelk, de Bernard Vallet et de Mariano Martinez entre autres.

En 1982, il devient champion de France sur route et en 1989 il prend la médaille de bronze du championnat du monde de poursuite. Cette même année sa carrière est brisée par un très grave accident de la route dans lequel il se fracture les deux fémurs et une clavicule. Après cet accident il ne concourra plus qu'avec des sponsors individuels[2].

Une fois sa carrière terminée, il est retourné reprendre l'exploitation agricole familiale en Haute-Marne. Il meurt d'une insuffisance cardiaque à l’hôpital de Dijon le , à l'âge de 55 ans.

Son neveu, Émilien Clère, est également coureur cycliste[3] et champion de France de demi-fond en 2014[4].

Palmarès et résultats[modifier | modifier le code]

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

  • Amateur
    • 1972-1980 : 70 victoires

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

  • 1981 : 9e, vainqueur du prologue et de la 15eb (contre-la-montre) étape

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

  • Lyon 1989
    • médaille de bronze, monde Médaillé de bronze de la poursuite

Championnats de France[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tour de France 1983 (Bagnère de Luchon - Fleurance) Guerre dans le peloton - INA journal télévisé du 12/07/1983 consulté le 15/11/2010
  2. Regis Clère Fier,Rude et Brave - UNCP - Consulté le 15/11/2010
  3. « Faisons connaissance avec : Emilien CLERE »,‎ (consulté le 5 octobre 2014)
  4. « Championnat de France de demi-fond : Classement », sur directvelo.com,‎ (consulté le 5 octobre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]