Marc Hirschi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marc Hirschi
Image dans Infobox.
Marc Hirschi en 2018.
Informations
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (22 ans)
BerneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipe actuelle
Équipes amateurs
Équipes professionnelles
2019-2020Sunweb
2021-UAE Emirates
Principales victoires

Marc Hirschi (né le à Berne) est un coureur cycliste suisse, membre de l'équipe UAE Emirates. En 2018, il devient le premier coureur à devenir champion du monde sur route espoirs et champion d'Europe sur route espoirs. En 2020, il remporte la Flèche wallonne et gagne une étape du Tour de France, où il est élu super-combatif.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marc Hirschi habite à Ittigen, où vit également son modèle et agent, le champion Fabian Cancellara[1],[2],[3]. Il commence la compétition cycliste à l'âge de 11 ans, inspiré à la fois par la passion de son père pour le sport et par le succès de son compatriote bernois Cancellara alors à l'apogée de sa carrière. Il pratique dans un premier temps le VTT, puis ajoute la route, la piste et le cyclo-cross à l'adolescence[3].

Chez les amateurs[modifier | modifier le code]

Marc Hirschi lors du départ du Paris-Roubaix juniors 2016 à Saint-Amand-les-Eaux.

En 2014, il prend la troisième place du championnat de Suisse sur route cadets (moins de 17 ans). Lors de sa première année en tant que junior (moins de 19 ans), il se signale en remportant plusieurs courses prestigieuses chez les juniors, telles que le Grand Prix Général Patton et le Grand Prix Rüebliland. Il est également champion de Suisse sur route juniors et obtient plusieurs tops 10 dans les championnats internationaux. En 2016, il conserve son titre de champion de Suisse sur route juniors et s'impose lors du Tour du Pays de Vaud, le Tour de Berne amateurs et le Trofeo Emilio Paganessi. À son sujet, Daniel Gisiger, le sélectionneur de la sélection suisse déclare en qu'« un coureur avec un tel potentiel est rare pour un entraîneur national »[4]. Dans la foulée, sur piste, il devient champion du monde de l'américaine juniors aux côtés de Reto Müller. Quelques mois plus tard, les deux coureurs décrochent le titre national chez les élites dans cette discipline. Hirschi conclut sa dernière saison chez les juniors en étant vice-champion d'Europe du contre-la-montre juniors et huitième du championnat du monde du contre-la-montre juniors.

En 2017, il rejoint les rangs espoirs au sein de l'équipe BMC Development, réserve de l'équipe World Tour BMC Racing. Il délaisse alors la piste pour se consacrer uniquement au cyclisme sur route[3]. Il gagne le Tour du Jura, obtient une médaille de bronze au championnat d'Europe sur route espoirs et se classe huitième du championnat d'Europe du contre-la-montre espoirs. En 2018, BMC Development s'arrête et il rejoint Sunweb Development, réserve de l'équipe World Tour Sunweb. Cette saison lui permet de révéler son potentiel, avec de nombreux succès. Il remporte une étape sur l'Istrian Spring Trophy, le Grand Prix Priessnitz spa (troisième du général) et le Tour d'Alsace (deuxième du général). Durant l'été, il termine quatrième et meilleur jeune du Tour de l'Ain, puis devient champion d'Europe sur route espoirs. Échappé dans le final avec Victor Lafay et Fernando Barceló, il s'impose au sprint pour quelques centimètres face au coureur français[5]. Lors des mondiaux espoirs, disputés sur un parcours difficile, il s'impose en solitaire, après avoir lâché dans une descente Bjorg Lambrecht et Jaakko Hanninen à un peu moins de 10 kilomètres de la fin[6]. À la fin de l'année, il est élu cycliste espoir suisse de l'année[7].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

2019-2020 : la révélation chez Sunweb[modifier | modifier le code]

En 2019, il passe professionnel chez Sunweb. Il fait ses débuts en février lors du Tour de l'Algarve. Fin mars, il est dixième de l'E3 BinckBank Classic, puis obtient deux tops cinq sur des étapes du Tour du Pays basque. En juin, il est vice-champion de Suisse du contre-la-montre et quatrième de la course en ligne. Au deuxième semestre, il se classe troisième de la Classique de Saint-Sébastien, son premier podium sur une course World Tour, alors qu'il n'a pas encore 21 ans[8]. Par la suite, il est cinquième du classement général du BinckBank Tour[9], ainsi que sixième et meilleur jeune du Tour d'Allemagne. Aux mondiaux dans le Yorkshire, il termine 13e du contre-la-montre espoirs et 27e de la course sur route chez les élites.

Il lance sa deuxième saison professionnelle avec une 9e place sur la première étape du Tour de La Provence lors d'une arrivée en sprint massif. Malade sur le Tour des Alpes-Maritimes et du Var, il ne prend pas le départ de la troisième étape. Du fait de la pandémie de Covid-19, il ne retrouve la compétition que le 1er août sur les Strade Bianche. Il se distingue sur le Critérium du Dauphiné, 8e de la quatrième étape au terme d'une échappée. Retenu pour prendre part à son premier Grand Tour, le Tour de France, il prend la 2e place de la deuxième étape derrière Julian Alaphilippe, suivant son attaque dans le final[10]. Il récupère à l'issue de l'étape le maillot blanc de leader du classement du meilleur jeune. Lors de la neuvième étape, il est repris à deux kilomètres de l'arrivée par un groupe de quatre coureurs après une échappée solitaire de 90 kilomètres mais parvient tout de même à décrocher une 3e place. Il est récompensé de ses efforts le 10 septembre, vainqueur de la douzième étape. À l'arrivée à Paris, il termine 54e du classement général final et remporte le Prix de la combativité. Une semaine après la fin du Tour de France, il est médaillé de bronze des mondiaux derrière Alaphilippe et Wout Van Aert[11]. Trois jours plus tard, il gagne la Flèche wallonne au sommet du Mur de Huy[12]. Il devient à 22 ans le plus jeune vainqueur de la course depuis Philémon De Meersman, lauréat de la première édition en 1936 et le premier coureur à s'imposer dès sa première participation depuis Eddy Merckx en 1967[13]. En position pour réaliser le doublé sur les classiques ardennaises à l'occasion de Liège-Bastogne-Liège, il est gêné dans le sprint final par Alaphilippe et doit se contenter de la deuxième place derrière Primož Roglič, son premier podium sur une classique « Monument ».

Depuis 2021 : UAE Team Emirates[modifier | modifier le code]

Le 5 janvier 2021, en désaccord avec le staff, il quitte officiellement son équipe qui avait pris le nom de DSM. Quatre jours plus tard, il rejoint officiellement l'équipe UAE Team Emirates.

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

1 participation

Résultats sur les classiques[modifier | modifier le code]

Ce tableau présente les résultats de Marc Hirschi sur courses d'un jour de l'UCI World Tour auxquelles il a participé, ainsi qu'aux différentes compétitions internationales.

Légende
AB Abandon HD Hors-délais - Pas de participation × Pas d'épreuve
Année Strade Bianche Milan-San Remo Grand Prix E3 À travers les Flandres Amstel Gold Race Flèche wallonne Liège-
Bastogne-Liège
Classique de Saint-Sébastien EuroEyes Cyclassics Grand Prix de Québec Grand Prix de Montréal Tour de Lombardie Championnat du monde
2019 73e 48e 10e 52e 54e - 51e 3e 21e 62e 58e 27e Ab.
2020 Ab. - × × × Vainqueur 2e × × × × - 3e

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Wikidata-logo S.svg Année2017201820192020
Classement mondial579e110e95e10e
UCI Europe Tour385e52e77e9e
Légende : nc = non classéSource : UCI

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

Championnats du monde juniors[modifier | modifier le code]

Championnats de Suisse[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]