Charles Crupelandt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crupelandt
1912crupelandt.jpg

Charles Crupelandt en 1912

Informations
Naissance
Décès
(à 68 ans)
Roubaix +
Nationalité
Équipes professionnelles
1904 Radiator
1905 individuel
1906 La Française
1907-1909 individuel
1910 Le Globe - Dunlop
1910 Depas Cycles
1911-1913 La Française - Diamant
1914 La Française - Hutchinson
Principales victoires

4 victoires d’étapes sur le Tour de France
Paris-Roubaix (1912, 1914)

Paris-Tours (1913)

Charles Crupelandt, né le et mort le à Roubaix, est un cycliste français. Il est connu pour être le seul Roubaisien à avoir remporté Paris-Roubaix, et ce à deux reprises.

Biographie[modifier | modifier le code]

Natif de Roubaix[1],[2],[3],[4] le , Charles Crupelandt dispute Paris-Roubaix pour la première fois en 1904 et termine la course en treizième position[2]. Après avoir effectué son service militaire en 1908 et 1909, Crupelandt revient à la compétition en 1910. Cette année-là, il gagne une étape du Tour de France qui se déroule entre Paris et Roubaix[2].

Charles Crupelandt gagne deux étapes lors du Tour de France 1911, ce qui lui vaut d'être d'être accueilli à Roubaix par une foule dense et d'être reçu à la mairie de la ville[5]. L'année suivante, il remporte Paris-Roubaix en dominant au sprint Gustave Garrigou, et devient le premier et unique Roubaisien à remporter l'épreuve[2],[5]. Deux ans plus tard, il gagne à nouveau la course nordiste et devient également champion de France sur route[5].

Mobilisé durant la Première Guerre mondiale, Crupelandt est décoré de la Croix de guerre en 1915 et est blessé deux fois[2],[5]. Trois ans plus tard, Crupelandt est arrêté pour avoir volé des batteries de voiture à Chatou[5]. Il est alors condamné à deux ans de prison[2]. Voulant reprendre la compétition en 1921, il en est empêché par l'Union vélocipédique de France qui refuse de lui accorder une licence en raison de cette condamnation passée[2],[5]. Il court alors dans une fédération dissidente, la Société des courses[5]. En 1923, sans être officiellement inscrit, Crupelandt se mêle au peloton de Paris-Roubaix et termine la course parmi les meilleurs[2].

Crupelandt se reconvertit à Roubaix dans la vente de vélos puis y tient un bistrot[5]. Il meurt dans la commune le alors qu'il est amputé des deux jambes et quasiment aveugle[2],[5].

Le dernier secteur pavé de Paris-Roubaix, long de 280 mètres[5], ou 300 mètres[2], et situé près du vélodrome de Roubaix, porte le nom de Charles Crupelandt. Ce secteur a été inauguré en 1996[5].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur le Tour de France[modifier | modifier le code]

  • 1906 : abandon (2e étape)
  • 1907 : abandon (3e étape)
  • 1910 : 6e du classement général et vainqueur de la 1re étape
  • 1911 : 4e du classement général et vainqueur des 4e et 7e étapes
  • 1912 : abandon (10e étape) et vainqueur de la 1re étape
  • 1913 : abandon (3e étape)
  • 1914 : abandon (4e étape)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Palmarès de Charles Crupelandt », sur memoire-du-cyclisme.eu (consulté le 21 janvier 2013)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Franck Seguin, « Crupelandt, itinéraire d'un champion brisé », sur nordeclair.fr,‎
  3. « Charles Crupelandt », sur siteducyclisme.net (consulté le 21 janvier 2013)
  4. « Charles Crupelandt », sur estrepublicain.fr,‎
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Philippe Ramet, « L'exploit unique de Charles Crupelandt », Cent ans de vie dans la région - Tome 1 - 1900-1914 : Un train d'enfer, La Voix du Nord,‎ , p. 86-87

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pascal Sergent, Charles Crupelandt: le champion des brumes ou L’Épopée du cyclisme des temps héroïques, De Eecloonaar,‎ , 104 p. (ISBN 978-907-412-860-5).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :