Équipe cycliste Alcyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alcyon.
Alcyon
Informations
Statut
Discipline
Pays
Création
1905
Disparition
1962
Marque de cycles
Encadrement
Directeur(s) sportif(s)
Dénominations
1905-1912
Alcyon-Dunlop
1913-1914
Alcyon-Soly
1915-1921
Alcyon
1922-1959
Alcyon-Dunlop
1961
Alcyon-Leroux
1962
Gitane-Leroux-Dunlop-R.Geminiani

L'équipe cycliste Alcyon est une équipe cycliste française de cyclisme professionnel sur route, active entre 1905 et 1962. Sponsorisée par Alcyon, une entreprise française de construction de bicyclettes et de motocyclettes, c'est l'une des équipes les plus titrées de l'histoire. Au total, les coureurs montés sur bicyclettes Alcyon ont gagné 14 Tours de France (dont 7 avec des équipes nationales), 13 Paris-Roubaix et 11 Bordeaux-Paris.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ludovic Feuillet, l'un des directeurs sportifs de l'équipe.

Elle commence ses activités en 1906. L'équipe a remporté le Tour de France à quatre reprises avant la Première Guerre mondiale avec François Faber (1909), Octave Lapize (1910), Gustave Garrigou (1911) et Odile Defraye (1912). En 1909, Calais est le manager de l'équipe et Alphonse Baugé le directeur sportif[1]. Ludovic Feuillet devint directeur sport de l'équipe Alcyon en 1910.

Immédiatement après la fin de la Première Guerre mondiale, Alcyon comme beaucoup d'autres fabricants de vélo rejoint un consortium qui emploie de nombreux coureurs sous le nom de La Sportive. Ce consortium gagne le Tour de France de 1919 à 1921 et s'arrête en 1922. Les sociétés membres - Automoto, Peugeot et Alcyon - redémarrent chacune leurs propres équipes cyclistes.

Alcyon devient l'une des meilleures équipes et domine les Tour de France entre 1927 et 1929 avec trois nouveaux succès sur la Grande Boucle : Nicolas Frantz (1927 et 1928) et Maurice De Waele (1929). Cette série s'achève sur la mise en place des équipes nationales, à la suite de la victoire controversée de Maurice De Waele. Malade, il bénéficie néanmoins de l'aide des autres coureurs d'Alcyon qui bloquent la course et l'accompagnent pour favoriser sa victoire, malgré le règlement. Des coureurs « isolés » et des adversaires sont également sollicités. De Waele gagne une étape à Malo-les-Bains et remporte le Tour. Le déroulement de la course fait dire à Henri Desgrange : « On fait gagner un cadavre ! Comment un Maillot Jaune aussi facile à dépouiller a-t-il pu conserver la première place ? »[2]. Les organisateurs du Tour de France décide donc en 1930 que la course est désormais disputée par équipes nationales. Cela est mis en place pour briser la domination de quelques-unes des équipes commerciales, notamment Alcyon[3].

En conséquence, Alcyon n'est plus capable de continuer à dominer le Tour. Cependant, les coureurs sous contrat avec Alcyon continuent à gagner le Tour de France, avec leur équipe nationale, comme le Français André Leducq vainqueur du premier tour disputé par équipes nationales[4]. Leducq gagne à nouveau le Tour en 1932, tandis qu'un autre coureur Alcyon, Georges Speicher s'impose en 1933[5]. Également sous contrat avec Alcyon, les Belges Romain Maes et Sylvère Maes remportent le Tour de France en 1935, 1936 et 1939.

Après la Seconde Guerre mondiale, l'équipe porte le nom Alcyon-Dunlop (1922-1959). L'équipe cesse d'être parrainée après 1958[6], mais reste active jusqu'en 1961 où elle est dirigée par l'ancien coureur Georges Speicher et Paul Wiegant[7]. Elle est renommée Gitane-Leroux en 1962 pour sa dernière année d'existence.

Principaux résultats[modifier | modifier le code]

Compétitions internationales[modifier | modifier le code]

Contrairement aux autres courses, les championnats du monde de cyclisme sont disputés par équipes nationales et non par équipes commerciales.

Championnats du monde

Classiques[modifier | modifier le code]

Courses par étapes[modifier | modifier le code]

Bilan sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Championnats nationaux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pascal Leroy, François Faber, du Tour de France au champ d'honneur, Paris, L'Harmattan, coll. « Espaces et Temps du sport »,‎ , 124 p. (ISBN 2-296-00847-X, présentation en ligne), p. 60.
  2. « La tentation des équipes nationales », Cyclismag.com (consulté le 4 novembre 2007)
  3. « Equipe de France »,‎ (consulté le 4 novembre 2007)
  4. « Palmares:André Leducq », Velo-Club (consulté le 11 novembre 2007)
  5. « Palmares:Coureurs Français Georges Speicher », Velo-Club (consulté le 11 novembre 2007)
  6. « Alcyon-Dunlop 1958 », sur siteducyclisme.net (consulté le 6 décembre 2015)
  7. « Alcyon Leroux 1971 », sur siteducyclisme.net (consulté le 6 décembre 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]