Affaire Cécile Bloch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un « article de qualité ».

Affaire Bloch
Nature du crime Homicide
Type de crime viol et assassinat d'une mineure de moins de 15 ans
Titre Affaire Cécile Bloch
Pays de lieu du crime Drapeau de la France France
Ville Paris 19e
Nature de l'arme Arme blanche
Date du crime
Nombre de victimes 1 : Cécile Bloch
Jugement
Statut Affaire non résolue

L'affaire Cécile Bloch est une affaire criminelle qui débute à Paris, en France, le . Ce jour-là, Cécile Bloch, 11 ans, est violée puis tuée, alors qu'elle quitte le domicile familial pour se rendre à l'école. La brigade criminelle du 36, quai des Orfèvres ouvre, le jour-même, une enquête de police. Les policiers déterminent les circonstances de cet homicide, élaborent et diffusent un portrait-robot du meurtrier présumé de la fillette.

Par la suite, des investigations policières approfondies démontrent l'implication de celui-ci dans d'autres agressions, viols, et meurtres, retraçant le parcours sanglant d'un criminel multirécidiviste. L'expertise de psycho-criminologues est sollicitée. L'application de techniques d'identification génétique, introduites en France dans les années 1990, valide les recoupements établis par les enquêteurs avec d'autres affaires criminelles, et révèle de nouvelles pistes. La famille de la fillette, qui n'est pas informée des développements de l'instruction judiciaire, a recours au service d'une enquêtrice privée. Depuis le milieu des années 1980, le meurtrier de Cécile Bloch, surnommé « le Grêlé » par la police et les médias, reste insaisissable.

Contexte[modifier | modifier le code]

La famille Bloch[modifier | modifier le code]

Photo couleur de la façade d'un immeuble de dix étages (fond de l'image), vue d'une rue (premier plan) bordée par des bâtiments d'habitations de quatre à cinq étages.
Façade d'un immeuble de la cité Fontainebleau au 116 rue Petit, vue de la rue Eugène-Jumin.

Suzanne et Jean-Pierre Bloch, inspecteurs à la Sécurité sociale[B 1], habitent, en France, la cité Fontainebleau[B 2] dans le 19e arrondissement de Paris, au 3e étage d'un immeuble du 116 rue Petit. En , leur fille Cécile est âgée de 11 ans. Elle a un demi-frère, Luc Richard, plus âgé de 13 ans. Chaque matin, en semaine, les parents de Cécile, puis Luc, quittent l'appartement familial avant Cécile qui se rend vers h 45, à pied, au collège Georges Rouault. À l'heure du déjeuner, l'écolière prend son repas seule chez elle, et ne manque jamais de réviser ses leçons de violon[B 1],[B 3],[1]. Membre d'un orchestre de jeunes Alfred Loewenguth et distinguée par un prix d'excellence au concours de la fondation Léopold-Bellan, la collégienne prépare son entrée au conservatoire de musique[B 4],[2],[3]. Afin de lui permettre de développer ses aptitudes musicales, ses parents envisagent de lui faire intégrer une classe à horaires aménagés du collège Octave Gréard, situé rue du Général-Foy, dans le 8e arrondissement de Paris[3].

Le fait divers[modifier | modifier le code]

Le meurtre de Cécile Bloch[modifier | modifier le code]

Le lundi , un peu après midi, Suzanne Bloch téléphone à sa fille pour s'assurer que, comme d'habitude, elle est bien rentrée déjeuner au domicile familial. Mais personne ne décroche[B 5],[B 6]. Un appel téléphonique au collège, rue du Noyer-Durand, lui apprend que Cécile n'est pas venue en classe[n 1]. Suzanne avertit immédiatement Jean-Pierre, son époux. Arrivé à la cité Fontainebleau, le couple trouve l'appartement vide et constate l'absence du cartable de sa fille[B 7]. Il refait le trajet d'environ un kilomètre que parcourt Cécile chaque matin jusqu'à son école. Les commerçants interrogés sur le chemin ne le rassurent pas ; aucun n'a vu Cécile ce matin[B 9],[B 10]. Sans attendre l'arrivée de la police, le gardien du 116 rue Petit, alerté par les parents dès leur retour, commence à chercher Cécile dans les parties communes de l'immeuble. Il est environ 14 h[B 5],[B 11],[B 12]. Vers 15 h, au 3e sous-sol de la résidence, dans un local technique sans éclairage, servant de débarras pour les agents d'entretien et employés de la résidence, le gardien découvre, dissimulé sous un morceau de vieille moquette, le corps sans vie de la fillette[B 13],[B 14],[B 15].

Premières constatations de la police[modifier | modifier le code]

Photo couleur de la façade de couleur ocre d'un bâtiment en pierre de quatre étages, sous un ciel bleu. Un cours d'eau s'étire au premier plan.
Le 36, quai des Orfèvres, siège de la brigade criminelle jusqu'en 2017.

Un appel au commissariat du 19e arrondissement déclenche l'intervention de la brigade criminelle du 36, quai des Orfèvres (« la BC ») sur demande du parquet[B 16],[B 17],[B 18]. Une fois sur place, les techniciens du service de l'identité judiciaire et les enquêteurs de la « Crim' » rejoignent le procureur de la République et des agents de la police judiciaire locale déjà présents sur le lieu du drame[B 19],[B 10]. L'examen de la scène de crime révèle que Cécile Bloch a été maîtrisée violemment, poignardée à hauteur de la poitrine, puis étranglée. Le cadavre partiellement dénudé de la collégienne et le sperme recueilli sur celui-ci laissent penser aux agents de police qu'elle a aussi été violée[n 2]. Aucune empreinte digitale n'a été décélée sur la victime et sur son cartable ; aucune arme blanche n'a été trouvée[B 21],[B 22],[B 23].

Début de l'enquête de police[modifier | modifier le code]

Dans l'immeuble du 116 rue Petit[modifier | modifier le code]

Les enquêteurs hésitent à inspecter le domicile de parents bouleversés par la mort de leur fille. Se souvenant des critiques que les gendarmes avaient essuyées, au début de l'affaire Grégory, pour ne pas avoir fouillé le chalet des époux Villemin[n 3], effondrés par l'assassinat de leur enfant, ils se résolvent à effectuer une perquisition[6],[B 24]. Dans l'appartement de la famille Bloch, les enquêteurs ne constatent aucun désordre suspect, ni traces de lutte ni signes d'effraction[B 24],[B 25]. En revanche, l'inspection du bâtiment met en lumière un véritable guet-apens : le système interphone, réparé trois jours plus tôt[B 26], est de nouveau hors d'usage, la porte d'accès au 3e sous-sol a été bloquée entrouverte depuis au moins la veille, la lumière du palier de l'étage de l'appartement des Bloch ne fonctionne plus, et l'un des deux ascenseurs a été mis hors-service[B 27],[B 28],[B 29]. Interrogés, les Bloch et quelques habitants de l'immeuble se souviennent avoir vu, le matin même, un homme dans l'ascenseur ou dans le hall d'entrée[B 30],[B 31]. L'inconnu, dont la peau rugueuse du bas du visage a retenu l'attention de plusieurs témoins entendus par la police, aurait été présent dans l'immeuble entre h 30 et h 15[B 31],[B 32]. Pour les policiers, l'« homme de l'ascenseur » devient un suspect, sinon le suspect[B 33],[B 34].

Dans le voisinage[modifier | modifier le code]

Des officiers et des agents de police fouillent tous les coins et recoins de la cité Fontainebleau qui comprend 850 logements[B 35] ; ils cherchent notamment l'arme du crime que le meurtrier aurait pu abandonner dans les parages. Au cours de l'enquête de voisinage, ils interrogent les habitants et les commerçants du quartier, repèrent les moyens de transports proches de la résidence, et visitent les squats des environs[B 36],[B 37].

Dans les locaux de la police[modifier | modifier le code]

Photo couleur de divers bâtiments dont de hauts immeubles de bureaux (second plan), sous un ciel bleu, au bord d'un cours d'eau. De gauche au centre de l'image, un muret, couvert de graffitis, sépare un quai d'une voie routière à quatre voies.
L'institut médico-légal de Paris (12e arrondissement), bâtiment en briques rouges au-dessus du quai de la Rapée.

En fin d'après-midi, l'institut médico-légal de Paris, situé quai de la Rapée, reçoit le corps de Cécile Bloch[B 38],[B 39]. Les parents, convoqués pour procéder à l'identification du corps, découvrent le visage violenté de leur fille[2].

Les résultats de l'autopsie, transmis le lendemain à la brigade criminelle chargée du dossier, confirment les constatations des enquêteurs : la mort de l'enfant par strangulation à l'aide d'une cordelette, son viol, et le coup de couteau non mortel porté au niveau du thorax[B 40],[B 41]. Le liquide spermatique prélevé sur le lieu du meurtre permet d'établir le groupe sanguin du suspect[B 42],[n 4]. Durant les jours suivants, les témoins convoqués au service de l'identité judiciaire de Paris, quai de l'Horloge, notamment les parents et le frère de Cécile qui ont pris l'ascenseur avec le tueur juste avant que celui-ci ne s'en prenne à la fillette, participent à l'élaboration d'un portrait-robot de l'« homme de l'ascenseur »[9] ; le visage du jeune adulte (25 -30 ans) de type européen qui apparaît ne correspond à aucun criminel connu de la police[B 48],[B 49]. Celle-ci fait circuler le signalement dans le voisinage, le diffuse dans toutes les antennes de police, puis, pendant quelques jours, dans la presse[B 29],[B 49],[B 50]. Le trait saillant de la description du tueur présumé étant sa peau granuleuse par endroits, un surnom émerge parmi les policiers, et s'impose dans les médias : « l'homme au visage grêlé », ou, plus succinctement : « le Grêlé »[B 29],[B 51],[10],[9]. L'enquête se poursuit ; des arrestations et des vérifications sont effectuées[B 52],[B 53].

Recherche du meurtrier de Cécile Bloch[modifier | modifier le code]

Les premiers éléments de l'enquête de police déterminent les officiers du 36, quai des Orfèvres à considérer que Cécile Bloch a été tuée par une seule personne : celle désormais surnommée « le Grêlé ». L'élaboration du modus operandi du meurtrier suggère aux enquêteurs le profil d'un criminel qui n'en est probablement pas à son coup d'essai[B 54],[B 55].

Antécédents criminels[modifier | modifier le code]

Alors que les parents Bloch s'apprêtent à faire incinérer le corps de leur fille au crématorium du cimetière du Père-Lachaise[B 56], l'enquête s'organise. Sous la direction de l'inspecteur divisionnaire Bernard Pasqualini, auréolé du titre de « tombeur du gang des postiches » acquis quelques mois plus tôt[B 57], les six fonctionnaires de police du bureau 302 de la « Crim' »[B 58] épluchent les piles d'avis de recherche, et écument les archives policières[B 59]. Ils cherchent tous les suspects dont la description pourrait correspondre à celle du « Grêlé », et les affaires criminelles, anciennes ou en cours, présentant un mode opératoire similaire à celui mis en œuvre par ce tueur[B 60],[B 61],[B 62]. Parmi tous les documents examinés, ceux rapportant une série d'agressions dans le 13e arrondissement de Paris retiennent leur attention ; les victimes décrivent un homme de type européen à la peau du visage irrégulière[B 63],[B 64]. Un cas en particulier frappe les enquêteurs, celui d'une agression sexuelle survenue place de Vénétie, un lundi matin, le . Ce jour-là, un individu surprend une fillette de 8 ans dans un ascenseur d'immeuble, l'entraîne dans un couloir du 4e sous-sol, la viole, l'étrangle, puis s'enfuit, laissant l'enfant pour morte[B 65],[B 66],[B 67]. Plus tard, la description de son violeur fournie aux policiers par la fillette, qui a survécu à son calvaire, le scénario reconstitué de l'attaque qu'elle a subie, et l'analyse des traces biologiques relevées sur la scène du crime ne laissent aucun doute aux enquêteurs : il s'agit du « Grêlé »[B 68],[B 69].

Récidives[modifier | modifier le code]

Les semaines passent. À la fin du mois de mai, les Bloch, qui avaient, quelques années plus tôt, fui Aulnay-sous-Bois, commune du département de la Seine-Saint-Denis, pour mettre leur fille à l'abri d'« une certaine insécurité », quittent leur appartement parisien et s'installent dans le Lot (région Midi-Pyrénées)[B 70]. À Paris, la diffusion du portrait-robot du « Grêlé » auprès de la population reste infructueuse[B 71]. Dans le 19e comme dans le 13e arrondissement, de nombreux jeunes hommes sont arrêtés puis conduits dans les locaux de la police pour vérification d'alibi[B 72]. Un homme, possible suspect, détenu pour viol d'enfant depuis à la maison d'arrêt de Bois-d'Arcy, dans les Yvelines, est reconnu formellement par un locataire du 116 rue Petit, lors d'une procédure de parade d'identification. Des inspecteurs du bureau 302 de la « BC », le conduisent immédiatement cité Fontainebleau. Sur place, l'individu révèle sa bonne connaissance du quartier, notamment du 116 rue Petit. Placé en garde à vue, il est soumis à un interrogatoire au cours duquel il avoue être l'auteur du meurtre de Cécile Bloch qu'il identifie sur photo. Mais son groupe sanguin, différent de celui associé au « Grêlé », le met rapidement hors de cause[B 73],[B 74].

L'équipe policière chargée de l'affaire étudie aussi tout nouveau signalement d'agression d'enfant commise dans la capitale ou en proche banlieue. Les informations qu'elle a déjà accumulées sur « l'homme au visage grêlé » lui fait craindre le pire : il peut récidiver à tout moment[B 75]. Fin , elle est informée par la brigade de protection des mineurs, située quai de Gesvres à Paris, d'un viol perpétré dans le 14e. Le , rue Boulitte, un homme aborde une adolescente âgée de 14 ans au moment où elle entre dans un ascenseur. Se faisant passer pour un policier, il l'accompagne jusqu'à son domicile afin d'effectuer un contrôle d'identité. Là, il la menace d'une arme à feu, l'immobilise à l'aide de liens, puis la viole sans la tuer. Avant de prendre la fuite, il fouille l'appartement et vole des objets[B 76],[B 77]. Bien que le mode opératoire appliqué lors de ce viol ne soit pas l'exacte réplique de celui du meurtre de Cécile, les enquêteurs présentent le portrait-robot du « Grêlé » à la victime. Elle identifie son agresseur, mais indique aux policiers que la peau du visage de celui-ci est lisse[B 78],[B 79],[B 80].

icône image Image externe
Portraits-robots du « Grêlé »

À la fin de l'année 1987, une dizaine de crimes sont imputés au « Grêlé » par les enquêteurs de la « Crim' », sur la base de son signalement et de son mode opératoire[B 81],[B 82]. Deux de ses victimes sont des femmes, l'une de 26 ans et l'autre de 34 ans[B 83],[B 84].

Clôture du dossier[modifier | modifier le code]

En janvier 1989, alors que l'enquête piétine, la mère de Cécile meurt dans un accident de la route[B 85],[11]. Quatre ans plus tard[n 5], le juge d'instruction chargé de l'affaire clôture l'information judiciaire, et le parquet prononce un non-lieu pour cause de non-identification de l'auteur du meurtre de Cécile Bloch et absence de nouvelles pistes[B 87],[B 88],[B 86]. À la brigade criminelle de Paris cependant, les policiers maintiennent le dossier ouvert[B 89].

Analyses génétiques[modifier | modifier le code]

Article connexe : Empreinte génétique.

En Angleterre, au cours de l'année 1986, une affaire criminelle est résolue, pour la première fois au monde, grâce à une technique d'identification génétique mise au point un an plus tôt par le généticien britannique Alec Jeffreys[13],[14]. En France, l'analyse génétique, qui peut porter sur des fluides corporels, comme la salive, ou des tissus biologiques, comme des fragments de peau ou de poils, commence à intégrer l'arsenal technique de la police au début des années 1990[14],[B 90]. Pour encadrer son usage le législateur français promulgue le une « loi bioéthique » relative au respect du corps humain[15],[16].

Réouverture du dossier[modifier | modifier le code]

Le , la « Crim' » obtient l'ouverture d'une nouvelle information judiciaire, légitimée, selon le parquet de Paris, par les éléments nouveaux que pourrait apporter une expertise ADN à réaliser sur les pièces à conviction conservées dans le cadre de l'enquête[B 91]. Dans le courant de la même année, elle appréhende un homme dont le scénario du crime présente des similitudes avec le meurtre de Cécile Bloch. Mais l'identification biométrique par profilage génétique innocente le nouveau suspect[B 92]. Cependant, fin 1996, les résultats d'analyses génétiques effectuées, par des experts judiciaires en identification du centre hospitalier universitaire de Nantes[B 93], sur les éléments matériels extraits des différentes scènes de crime et conservés sous scellés judiciaires, confirment les recoupements établis en 1987 et permettent d'en fonder de nouveaux, mais pas d'identifier l'auteur du meurtre de Cécile[B 94],[11],[B 95].

Nouveau rapprochement[modifier | modifier le code]

Durant l'été 1994, la gendarmerie nationale enquête sur une affaire d'enlèvement suivi d'un viol. La victime, Ingrid, une enfant âgée de 11 ans, est kidnappée à Mitry-Mory (dans le département de Seine-et-Marne) puis, à bord d'un véhicule blanc de la marque Volvo ou Nissan, conduite à Saclay (département de l'Essonne) par son ravisseur qui prétend être un policier[B 96],[B 97]. Un suspect est arrêté en . L'année suivante, une expertise génétique réalisée par un laboratoire de l'Institut national de police scientifique le disculpe[B 90]. Début 1997, l'empreinte génétique du violeur issue de celle-ci est mise en correspondance avec celle du « Grêlé » établie un an plus tôt[B 98],[B 99],[B 100]. Le parcours de centaines d'agresseurs sexuels connus de la police est étudié. Les profils et alibis de milliers d'hommes d'Île-de-France, détenus en prison ou séjournant en hôpital psychiatrique, marginaux, agents de sécurité ou propriétaires d'une Volvo ou d'une Nissan blanche sont examinés. Mais les investigations policères restent vaines[B 101]. La police s'interroge : qu'a fait le meurtrier de Cécile entre 1987 et 1994 ? Était-il en prison ? Ses recherches dans les archives des cours d'assises françaises ne donnent aucun résultat[B 102]. En , l'affaire Cécile Bloch recouvre officiellement quatre viols dont un suivi d'un homicide[11].

Double homicide dans le Marais[modifier | modifier le code]

Depuis , une équipe policière de la « BC » est mobilisée sur une affaire de double homicide. Le , au 7 rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie, l'adresse exacte du théâtre du Point-Virgule dans le Marais (4e arrondissement de Paris), sont découverts les corps sans vie d'une jeune femme au pair de 20 ans, venue d'Allemagne, et de son employeur, un mécanicien au sol d'Air France âgé de 38 ans[B 103],[B 104]. Dans une chambre, le locataire de l'appartement est ligoté nu, bras et jambes liés dans le dos ; des incisions sanglantes au niveau du cou et des brûlures de cigarette montrent qu'il a été torturé. Dans une autre pièce, la jeune femme, dénudée, est ficelée et bâillonnée, les bras en croix attachés au montant d'un lit superposable, comme crucifiée[B 105],[B 106]. Une expertise médico-légale démontre que les deux victimes sont mortes par strangulation, et que, quelques heures avant sa mort, la morte a eu un rapport sexuel consenti avec un individu du groupe sanguin A[B 107],[n 6],[B 108],[B 109]. L'enquête de police établit que le meurtrier est un familier de la jeune allemande, vraisemblablement son amant[B 110]. Les alibis de tous les partenaires masculins de la jeune femme, répertoriés dans son agenda[n 7], sont vérifiés, sauf un. En effet, dans le carnet, un nom, « Élie Lauringe », se révèle être faux[n 8], et l'adresse qui l'accompagne ne correspond pas à un lieu d'habitation[B 113],[B 114],[B 115]. En 1992, faute de pistes nouvelles, et l'auteur du double meurtre restant non identifié, l'affaire se solde par un non-lieu[B 90]. Des années plus tard, alors que le IIe millénaire s'achève, la juge d'instruction, la cinquième qui dirige l'enquête, ordonne que le profil génétique du « Grêlé » soit comparé à ceux détenus dans tous les laboratoires de la police scientifique[B 116],[B 117]. Début 2001, l'affaire criminelle rebondit : parmi les pièces à conviction associées au double homicide du Marais, une empreinte ADN, extraite d'un mégot et d'un prélèvement de sperme, est reconnue correspondre à celle du « Grêlé »[B 118],[B 104].

Analyses comportementales[modifier | modifier le code]

Carte postale couleur ancienne montrant deux hommes debout, se faisant face (tenues sombres). Celui de dos porte un chapeau (un panama) et un paire de moustaches ; celui de face, une barbe et un bonnet (un papakha) de couleur claire.
Joseph Vacher conversant avec le juge d'instruction Émile Fourquet (bibliothèque de la ville de Lyon, 1897).
Article connexe : Profilage criminel.

À la fin du XIXe siècle, en Ardèche, un vagabond est arrêté pour « outrage aux bonnes mœurs ». Par la suite, d'après un profil dressé grâce aux recoupements méthodiques d'informations extraites de plusieurs dossiers criminels, quelques mois auparavant, par un juge d'instruction, l'homme : Joseph Vacher, est identifié comme suspect plausible d'une série de meurtres commis dans plusieurs départements français[17],[18]. L'analyse comportementale, ou « profilage criminel », n'est cependant véritablement formalisée que dans les années 1950, lorsqu'un psychiatre de New York établit, en fonction de sa compétence professionnelle et de données statistiques, le portrait possible du « Mad Bomber », un poseur de bombes qui sévit dans la ville la plus peuplée des États-Unis depuis 1940[19],[20],[21]. Elle est développée ensuite, aux États-Unis par le FBI[22],[21]. En France, la police nationale commence à recourir aux services de psychologues ou d'experts psychiatres vers la fin des années 1990. Le premier poste de psycho-criminologue est créé en 1998, au sein de la direction centrale de la Police judiciaire (DCPJ)[22],[21].

Des « profileurs » professionnels à la rescousse[modifier | modifier le code]

En 1998, le psychologue Pierre Leclair devient premier analyste criminel officiel de la police judiciaire[21],[23]. Il collabore notamment avec le SRPJ de Montpellier à l'élucidation des meurtres de la gare de Perpignan[24]. Au 36, quai des Orfèvres, cependant, il perd la confiance des enquêteurs[B 119]. Au cours de l'année 2001, il est écarté de l'affaire Cécile Bloch et remplacé par une consœur : Frédérique Balland[4],[25],[B 120]. Celle-ci tente d'élaborer de nouvelles pistes de recherche en examinant toutes les pièces du dossier à l'aide du logiciel d'analyse criminelle ANACRIM, mais sans succès[B 121],[4]. Leur exploration conduit à des impasses[B 122],[B 123]. En outre, la cinquième juge d'instruction chargée de l'affaire[11] fait appel au service d'une experte psychologue privée auprès de la cour d'appel de Paris[B 124] : Michèle Agrapart-Delmas[26], qui remet, courant 2002, un rapport détaillant le profil psycho-criminologique du « Grêlé »[1],[B 125],[B 124].

Enquêtes privées[modifier | modifier le code]

De son côté, le père de Cécile multiplie les démarches auprès des instances policières et judiciaires pour obtenir les pièces du dossier concernant le meurtre de sa fille. Jusqu'en 2000, les juges d'instruction successivement saisis de l'affaire refusent de tenir informée la famille Bloch[B 126],[11]. Elle n'apprend, par exemple, que début 1997 la réouverture de l'affaire, ordonnée officiellement en avril 1996[B 127]. Désespéré, Jean-Pierre Bloch ouvre le site internet www.cecilebloch.com dans les pages duquel il déverse la rancœur qu'il entretient à l'égard des personnes chargées d'instruire l'affaire[27],[B 128],[2], et sollicite l'aide d'une pédopsychothérapeute belge rencontrée à Paris, en 2001, lors d'une « marche blanche » organisée pour dénoncer les dysfonctionnements institutionnels de la lutte contre la pédophilie[B 129],[28]. Carine Hutsebaut, formée aux techniques de profilage du FBI et connue dans son pays pour avoir fourni aux médias un profil saisissant de précision du meurtrier pédophile Marc Dutroux un an avant l'arrestation de celui-ci en août 1996, reprend l'enquête à titre bénévole[n 9] et privé et promet de trouver l'auteur du seul meurtre d'enfant resté non élucidé dans la capitale française[29],[30],[B 130]. Le dossier d'instruction que lui a transmis M. Bloch en main, elle réexamine les pistes empruntées par les enquêteurs institutionnels[B 131]. Dans des coupures de presse des années 1980, elle identifie des similitudes entre le portrait-robot du meurtrier de Cécile Bloch et celui d'un tueur d'enfants, surnommé le « monstre d'Annemasse[31] » et auteur, notamment, d'une agression sexuelle planifiée d'une fillette de 12 ans, fin 1985, dans le sous-sol d'un immeuble d'Annemasse, commune de Haute-Savoie[32],[33]. Elle abandonne cependant rapidement cette piste. En effet, contactés par téléphone, des journalistes du quotidien régional Le Dauphiné libéré lui apprennent que le prédateur sexuel d'Annemasse, un étudiant âgé de 24 ans, a été arrêté en mars 1991 et condamné, deux ans plus tard, à une peine de réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une période de sûreté de 30 ans[34],[B 132],[35]. En 2004, elle affirme avoir localisé un individu correspondant au profil du « Grêlé » qu'elle a élaboré. Elle parvient même à convaincre les autorités judiciaires d'effectuer une comparaison ADN dont le résultat, tombé au mois de mai, se révèle négatif[B 133],[B 134]. Son intervention ne produit finalement qu'un documentaire[B 135] et un livre : Il rôde encore parmi nous. Dans cet ouvrage, publié en 2004 et co-écrit avec Serge Garde, spécialiste des faits divers au quotidien L'Humanité, la profileuse belge retrace sa traque de l'« homme au visage grêlé »[B 136],[B 137].

Vers la fin des années 2000, en marge d'une enquête portant sur la disparition d'une enfant, le criminologue et détective privé Roger-Marc Moreau expose aux médias les conclusions auxquelles il est parvenu au terme d'une contre-enquête qu'il a menée pendant plusieurs mois sur l'affaire Cécile Bloch. Il prétend, sur la base d'un examen d'éléments extraits de dossiers liés à l'affaire, avoir élucidé l'origine du nom, « Élie Lauringe », de l'amant, resté non identifié, de la jeune femme au pair assassinée en 1987 dans le quartier du Marais. Selon lui, le « Grêlé » pourrait être un fonctionnaire de police ou du renseignement, une hypothèse envisagée aussi par la police[B 138],[B 139],[36]. En 2015, l'écrivain Stéphane Bourgoin, présenté dans les médias comme un « spécialiste des tueurs en série »[37], confie au quotidien breton Le Télégramme qu'« il pense l'avoir identifié », tout en précisant que quelques années lui seront nécessaires pour vérifier ses informations[38].

Poursuite de l'enquête officielle[modifier | modifier le code]

Exploitation du FNAEG[modifier | modifier le code]

Photo couleur montrant une personne de profil, portant une blouse blanche et des gants bleues, son visage est en partie caché par un masque de protection respiratoire, sa chevelure est recouverte par un film plastique vert, et elle tient une pipette dans sa main droite, et un portoir de microtubes à essai dans sa main gauche.
Technicien effectuant des analyses biologiques à l'IRCGN (2016).

En 1998, tirant les leçons de l'insuffisance des moyens de renseignement criminel mis à la disposition des enquêteurs au cours de la traque du « tueur de l'Est parisien »[39],[40], le législateur français introduit dans le code de procédure pénale une série d'articles dont l'un officialise la création d'une base de données ADN : le fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG). Cette année-là, celui-ci centralise 4 000 profils de délinquants sexuels condamnés ou présumés[41],[42],[43]. En 2005, l'exploitation de ses 32 000 fiches d'identification de criminels ne permet pas d'associer un nom à l'« homme au visage grêlé »[B 140]. De même, la vaste opération de vérifications, ordonnée par le huitième juge instructeur de l'affaire Cécile Bloch, et ciblant pas moins de 135 suspects potentiels sélectionnés à partir d'une liste de 250 individus dont le profil criminel est susceptible de correspondre à celui du « Grêlé »[44], ne donne aucun résultat décisif[B 141],[B 142].

Vingt-cinq ans après la mort de Cécile Bloch, son assassin demeure insaisissable. En , le père de la fillette meurt, miné par le chagrin et sans connaître le vrai visage du meurtrier de sa fille[B 143],[B 144]. Durant la même période, une nouvelle technique d'identification génétique, mise au point quelques mois plus tôt à l'Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale, est utilisée avec succès dans l'affaire Kulik, du nom d'une jeune femme violée et assassinée, en janvier 2002, dans le département de la Somme[45],[46]. Cette méthode, appelée « recherche par parentèle », consiste à identifier un parent d'un individu en mettant en évidence des correspondances partielles d'ADN[47],[42].

En juin 2012, l'expertise génétique « par parentèle », autorisée par le ministère de la Justice et effectuée dans le cadre de l'affaire Cécile Bloch, s'appuie sur les 2,2 millions de références accumulées dans le FNAEG[36],[n 10] mais ne donne rien. Aucun membre de la famille du « Grêlé » n'est enregistré dans le FNAEG comme auteur ou suspect de crimes ou de délits[B 145],[B 146].

Une nouvelle piste[modifier | modifier le code]

Photo couleur de l'entrée d'un bâtiment, grande ouverte sur un couloir sombre. La façade beiges comprend trois colonnes supportant un fronton sur lequel est inscrit le titre « Ministère de l'Intérieur ». Un homme en uniforme bleu se tient debout devant l'entrée.
Entrée de la DCPJ, au 11 de la rue des Saussaies (Paris, 8e).

En 2002, la DCPJ fait installer dans l'un de ses services, l'Office central de la répression de la violence faite aux personnes (OCRVP), un nouveau logiciel d'analyse criminelle et comportementale : le Système d'analyse des liens de la violence associée aux crimes (SALVAC). La vocation de cet outil informatique est de faire apparaître des liens entre plusieurs affaires criminelles à partir d'éléments techniques issus d'une base de données intégrée, alimentée par la police et la gendarmerie nationales[49],[50]. En 2012, Corinne Herrmann, avocate spécialiste des affaires non résolues, accepte d'examiner une affaire criminelle dont l'instruction est close depuis 8 ans[B 147],[51]. En juillet 1994, une lycéenne de 19 ans, Karine Leroy, est retrouvée morte étranglée dans un bois de Montceaux-lès-Meaux, un mois après avoir été enlevée à Meaux en Seine-et-Marne[B 148]. L'analyse d'éléments du dossier, réalisée courant 2014, à l'aide du SALVAC, révèle des similitudes avec des caractéristiques de crimes du « Grêlé » : notamment, la forme des marques de strangulation dans le cas du meurtre de Cécile, la méthode d'étranglement dans celui du double homicide du Marais, et la proximité géographique des lieux de rapt d'Ingrid et Karine[B 149],[9]. L'enquête sur l'assassinat de la lycéenne est relancée mais, en 2016, aucun recoupement par analyse génétique n'a pu être établi entre les deux affaires[B 150],[52].

Fin 2017, le dossier judiciaire de l'affaire Cécile Bloch, instruit par un neuvième juge[B 150], recouvre trois meurtres et six viols, autant d'actes criminels imputés au « tueur au visage grêlé ». Parmi ces crimes, six sont avérés grâce à des expertises ADN[10],[9]. La brigade criminelle de Paris poursuit son enquête sur sa plus vieille affaire criminelle en cours[53],[54]. Elle procède ponctuellement à de nouvelles arrestations et vérifications. Depuis 2016, la juriste Corinne Herrmann, qui tente toujours d'élucider la disparition d'Estelle Mouzin, suit le dossier pour le compte de la famille Bloch[B 150],[B 151],[55].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon certains auteurs, c'est la principale du collège qui a téléphoné à M. et Mme Bloch afin de les alerter de l'absence de leur fille aux différents cours de la matinée[B 7],[B 8],[2].
  2. Selon la journaliste Patricia Tourancheau, le médecin légiste a constaté des « ecchymoses vulvaires, mais pas de rupture de l'hymen »[B 20]. La psychologue Frédérique Balland, analyste criminelle à la brigade criminelle de Paris au début des années 2000, et qui a travaillé sur l'affaire Cécile Bloch, note que « son agresseur a tenté de la violer sans y parvenir »[4].
  3. Dans l'affaire du meurtre de Grégory Villemin, ouverte en octobre 1984, les scrupules des gendarmes les ont empêchés de fouiller le domicile des parents qui venaient d'apprendre l'assassinat de leur fils[5]. En conséquence de cette négligence procédurale, ils ont été critiqués et la rumeur de la culpabilité de la mère de l'enfant s'est amplifiée[6],[B 1]. Reprenant l'enquête, début 1985, la police a découvert, dans le chalet des Villemin, des éléments matériels qui ont contribué à l'inculpation de la mère du « petit Grégory », en juillet 1985[7],[8]
  4. En 1986, en France, la police scientifique ne pratique pas encore de tests ADN[B 43],[B 44], alors que les polices belge et britannique en effectuent déjà[B 45],[B 46]. Malgré la demande insistante de la famille Bloch, aucune expertise génétique n'est réalisée avant 1996[B 45],[B 47].
  5. La clôture de l'information judiciaire est prononcée en selon certaines sources[12],[B 86].
  6. Le groupe sanguin de l'employeur de la jeune femme au pair est O[B 107].
  7. L'agenda de la jeune femme au pair est saisi lors d'une perquisition effectuée par la police dans sa chambre de bonne, au 15 rue de Sévigné, dans le 3e arrondissement de Paris[B 111].
  8. Dans les fichiers de la police et le fichier des patronymes de l'INSEE, le nom : « Élie Lauringe », est introuvable[B 112].
  9. Afin de financer ne serait-ce que ses frais de déplacement, l'enquêtrice privée accepte d'être filmée. Pendant dix-huit mois, le documentariste Thierry de Lestrade la suit dans ses investigations pour le compte de l'émission Contre-courant diffusée sur la chaîne de télévision généraliste France 2[B 128]. Quelques jours avant la diffusion du documentaire, fin octobre 2003, les enquêteurs de la brigade criminelle de Paris, agacés par la promotion télévisuelle faites à l'investigatrice improvisée, lance un appel à témoin par l'intermédiaire du journal de 20 heures de TF1, présenté par Patrick Poivre d'Arvor. Des personnes se manifestent alors auprès de la « BC », mais les informations qu'elles fournissent ne mènent qu'à l'arrestation sans suite de quelques suspects[2].
  10. De sa création en 1998, jusqu'au début des années 2010, le FNAEG évolue : d'une base de données recensant exclusivement des délinquants sexuels, il devient un registre fichant aussi bien toute sorte de criminels que des suspects (la liste des infractions passibles d'une inscription au FNAEG est constituée juste après les attentats du 11 septembre 2001 et est étendue à presque tous les crimes et délits en 2003). En 2010, 75 % des fiches du FNAEG correspondent à des mis en cause, 20 % à des personnes condamnées et 5 % à des traces biologiques non identifiées[48].

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Tourancheau 2017, p. 254.
  2. Pradel 2016, min 50 s.
  3. Haddad 2013, p. 26-27.
  4. Tourancheau 2017, p. 256.
  5. a et b Haddad 2013, p. 28.
  6. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, min 0 s.
  7. a et b Guinet 2012, p. 153.
  8. Pradel 2016, min 50 s.
  9. De la Fontaine 2013, min 5 s.
  10. a et b Pasqualini 2013, p. 49.
  11. Guinet 2012, p. 153-154.
  12. De Lestrade 2003, min 45 s.
  13. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, min 50 s.
  14. De Lestrade 2003, min 50 s.
  15. Garde, Gardebled et Mauro 2004, p. 313.
  16. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, min 15 s.
  17. Tourancheau 2017, p. 251.
  18. De la Fontaine 2013, min 30 s.
  19. Tourancheau 2017, p. 252.
  20. Tourancheau 2017, p. 252-253.
  21. Tourancheau 2017, p. 252, 263-264.
  22. Drouelle 2017, min 30 s.
  23. De la Fontaine 2013, min 0 s.
  24. a et b Tourancheau 2017, p. 253-254.
  25. De la Fontaine 2013, min 45 s.
  26. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, 11 min 30 s.
  27. De la Fontaine 2013, 10 min 15 s.
  28. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, 15 min 50 s.
  29. a b et c Haddad 2013, p. 28.
  30. De la Fontaine 2013, min 20 s.
  31. a et b Fines et Geoffrion 2017, 12 min 5 s.
  32. De la Fontaine 2013, min 50 s.
  33. De la Fontaine 2013, min 55 s.
  34. Pasqualini 2013, p. 51-52.
  35. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, 10 min 45 s.
  36. Fines et Geoffrion 2017, 14 min 45 s.
  37. Tourancheau 2017, p. 253, 257-258.
  38. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, 10 min 20 s.
  39. De la Fontaine 2013, min 40 s.
  40. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, 19 min 50 s.
  41. De la Fontaine 2013, 13 min 20 s.
  42. Fines et Geoffrion 2017, 16 min 30 s.
  43. De la Fontaine 2013, 13 min 40 s.
  44. Fines et Geoffrion 2017, 16 min 40 s.
  45. a et b Guinet 2012, p. 155.
  46. Tourancheau 2017, p. 295-296.
  47. Drouelle 2017, 12 min 50 s.
  48. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, 21 min 45 s.
  49. a et b De la Fontaine 2013, 14 min 50 s.
  50. Drouelle 2017, min 15 s.
  51. Fines et Geoffrion 2017, 14 min 20 s.
  52. Fines et Geoffrion 2017, 59 min 20 s.
  53. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, 21 min 15 s.
  54. Haddad 2013, p. 29-30.
  55. Tourancheau 2017, p. 267.
  56. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, 20 min 10 s.
  57. Tourancheau 2017, p. 12.
  58. Tourancheau 2017, p. 251, 268.
  59. Tourancheau 2017, p. 267-268.
  60. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, 28 min 10 s.
  61. Drouelle 2017, min 30 s.
  62. Fines et Geoffrion 2017, 17 min 0 s.
  63. Fines et Geoffrion 2017, 17 min 25 s.
  64. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, 31 min 5 s.
  65. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, 29 min 50 s.
  66. De la Fontaine 2013, 16 min 0 s.
  67. Tourancheau 2017, p. 269.
  68. De la Fontaine 2013, 17 min 25 s.
  69. Fines et Geoffrion 2017, 18 min 10 s.
  70. Tourancheau 2017, p. 272.
  71. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, 27 min 0 s.
  72. Tourancheau 2017, p. 270-271.
  73. De la Fontaine 2013, 17 min 45 s.
  74. Tourancheau 2017, p. 271-272.
  75. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, 31 min 50 s.
  76. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, 32 min 30 s.
  77. Tourancheau 2017, p. 273-275.
  78. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, 33 min 35 s.
  79. Tourancheau 2017, p. 275-276.
  80. De la Fontaine 2013, 21 min 45 s.
  81. De la Fontaine 2013, 21 min 5 s.
  82. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, 39 min 55 s.
  83. De la Fontaine 2013, 22 min 30 s.
  84. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, 34 min 50 s.
  85. Tourancheau 2017, p. 287, 342.
  86. a et b De la Fontaine 2013, 25 min 40 s.
  87. Tourancheau 2017, p. 287.
  88. Drouelle 2017, 11 min 50 s.
  89. Pasqualini 2013, p. 52-53.
  90. a b et c Tourancheau 2017, p. 297.
  91. Tourancheau 2017, p. 298.
  92. Pasqualini 2013, p. 53.
  93. Tourancheau 2017, p. 297-299.
  94. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, 41 min 0 s.
  95. Drouelle 2017, 13 min 50 s.
  96. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, 46 min 0 s.
  97. De la Fontaine 2013, 27 min 30 s.
  98. Tourancheau 2017, p. 299.
  99. Drouelle 2017, 14 min 40 s.
  100. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, 50 min 30 s.
  101. Tourancheau 2017, p. 341.
  102. De la Fontaine 2013, 31 min 35 s.
  103. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, 54 min 50 s.
  104. a et b De la Fontaine 2013, 32 min 35 s.
  105. Tourancheau 2017, p. 277-278.
  106. Guinet 2012, p. 155-156.
  107. a et b Tourancheau 2017, p. 284.
  108. De la Fontaine 2013, 38 min 20 s.
  109. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, h 0 min 55 s.
  110. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, h 6 min 10 s.
  111. Tourancheau 2017, p. 279, 282.
  112. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, h 13 min 45 s.
  113. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, h 11 min 25 s.
  114. Tourancheau 2017, p. 284-285.
  115. Fines et Geoffrion 2017, 33 min 55 s.
  116. Drouelle 2017, 23 min 10 s.
  117. Tourancheau 2017, p. 308-309.
  118. Poivre d'Arvor et Bloch 2010, h 2 min 5 s.
  119. Bruandet et Fautrat 2004, min 0 s.
  120. Fines et Geoffrion 2017, 29 min 0 s.
  121. Pradel 2015, min 45 s.
  122. Drouelle 2017, 30 min 55 s.
  123. Tourancheau 2017, p. 319-327.
  124. a et b Bruandet et Fautrat 2004, 13 min 55 s.
  125. De la Fontaine 2013, 38 min 20 s.
  126. Drouelle 2017, min 20 s.
  127. Tourancheau 2017, p. 298-299.
  128. a et b Tourancheau 2017, p. 330.
  129. Drouelle 2017, min 35 s.
  130. Tourancheau 2017, p. 329-330.
  131. Tourancheau 2017, p. 330-331.
  132. De Lestrade 2003, h 12 min 25 s.
  133. Bruandet et Fautrat 2004, 16 min 55 s.
  134. Tourancheau 2017, p. 336-337.
  135. De Lestrade 2003.
  136. Hutsebaut et Garde 2004.
  137. Tourancheau 2017, p. 365.
  138. Fines et Geoffrion 2017, 52 min 50 s.
  139. Tourancheau 2017, p. 335-336.
  140. Tourancheau 2017, p. 339.
  141. Drouelle 2017, 32 min 15 s.
  142. Tourancheau 2017, p. 339-340.
  143. Tourancheau 2017, p. 342.
  144. Drouelle 2017, 32 min 20 s.
  145. Tourancheau 2017, p. 343.
  146. De la Fontaine 2013, 48 min 20 s.
  147. Tourancheau 2017, p. 344.
  148. Marchand et Denvers 2009.
  149. Tourancheau 2017, p. 344-345.
  150. a b et c Tourancheau 2017, p. 345.
  151. Fines et Geoffrion 2017, 59 min 20 s.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Philippe Brassart, « Qui a tué ma petite Cécile ? », version archivée sur Internet Archive d'une page du site ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 28 mars 2018).
  2. a b c d et e Ariane Chemin, « La longue traque d'un tueur en série », Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 5 avril 2018).
  3. a et b Arnauld Dingreville, « Des témoins ont vu l'assassin de Cécile », France-Soir (trio quarte), no 12980,‎ .
  4. a b et c Frédérique Balland, Au plus près du mal : une psychologue à la brigade criminelle, Paris, Éditions Grasset, , 175 p. (ISBN 9782246856931 et 2246856930, OCLC 934552188, notice BnF no FRBNF44446058), chap. 7 (« L'affaire Bloch »).
  5. Serge Garde (préf. Frédéric Pottecher), Affaire Grégory : autopsie d'une enquête, Paris, éditions Messidor, (1re éd. 1990), 285 p. (ISBN 9782402092395 et 2402092394), I (L'énigme), « premiers jours de reportage ».
  6. a et b Alain Dusart et Étienne Sesmat, « Le colonel Sesmat réécrit l'affaire Grégory », sur www.estrepublicain.fr, L'Est républicain, (consulté le 3 janvier 2019).
  7. Laurence Lacour, Le Bûcher des innocents, Paris, Les Arènes, (1re éd. 2006), 892 p. (ISBN 9782352045076, OCLC 956708593, notice BnF no FRBNF45033049), I (La foudre), chap. 7.
  8. « Les cordelettes : clefs de l'affaire ? », sur www.linternaute.com, L'Internaute, (consulté le 3 janvier 2019).
  9. a b c et d Jean Delterme, « Le dossier du tueur en série "le Grêlé" ressurgit 21 ans après », Le Point, (consulté le 3 janvier 2019).
  10. a et b Lucas Burel, « « Le Grêlé », un tueur en série traqué depuis 29 ans », L'Obs, (consulté le 31 mars 2018).
  11. a b c d et e Serge Garde, « Enquête : un tueur en série défie la police depuis seize ans », sur www.humanite.fr, L'Humanité, (consulté le 28 mars 2018).
  12. Thierry Lévêque, « Le « tueur au visage grêlé » court toujours », Sud Ouest, (consulté le 29 mars 2018).
  13. Stéphane Bourgoin, La blible du crime, Paris, Éditions de La Martinière, , 452 p. (ISBN 9782732471891, OCLC 919033435, notice BnF no FRBNF44338125).
  14. a et b Christian Jalby, La police technique et scientifique, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », , 127 p. (ISBN 9782130789499 et 2130789498, OCLC 971247692, notice BnF no FRBNF45223588), p. 55-56.
  15. Assemblée nationale, « Bioéthique : une approche historique », sur www.assemblee-nationale.fr, (consulté le 25 mars 2018).
  16. Alain Bauer et Christophe Soullez, La criminologie pour les nuls, Paris, First édition, coll. « Pour les nuls », , 463 p. (ISBN 9782754031622 et 2754031626, OCLC 816688870, notice BnF no FRBNF42768783), p. 326.
  17. Valérie Kubiak, « Vacher : le premier tueur en série français », sur GEO.fr, GEO, (consulté le 29 mars 2018).
  18. Jacques Expert et Roland Brénin, Scènes de crime : 60 portraits de criminels célèbres, Paris, Presses de la Cité, coll. « Documents », (1re éd. 2012), 416 p. (ISBN 9782258113282 et 2258113288, OCLC 919034025, notice BnF no FRBNF44363252), chap. 14 (« Joseph Vacher : l'éventreur du Sud-Est »), p. 99-105.
  19. Ghéorghiï Grigorieff, Psychologie de base : d'Aristote à la psychogénéalogie, Paris, Éditions Eyrolles, coll. « Eyrolles pratique », (1re éd. 2005), 255 p. (ISBN 9782212540369, OCLC 434829233, notice BnF no FRBNF41290028), chap. 8 (« Le profilage psychocriminel »).
  20. Ministère de la Justice, « Analyse criminelle et analyse comportementale » [PDF], sur www.justice.gouv.fr, (consulté le 30 mars 2018), p. 2-3.
  21. a b c et d Solenn de Royer, « Des « profileurs » contre les criminels », La Croix, (consulté le 30 mars 2018).
  22. a et b Soren Seelow, « Les « profileurs » de la gendarmerie, dans la tête des tueurs », Le Monde, (consulté le 30 mars 2018).
  23. Jean-Philippe Debyser, « Cinq profils. Enquêtes criminelles », Sciences Humaines, (consulté le 28 mars 2018).
  24. Patricia Tourancheau, « L'illusion du profileur », Libération, (consulté le 29 mars 2018).
  25. S. B., « Enquête dans le monde terrifiant des meurtres en série II », La Dépêche du Midi, (consulté le 29 mars 2018).
  26. Patricia Tourancheau, « Les enquêteurs tissent leur toile », Libération, (consulté le 2 avril 2018).
  27. « Qui a tué Cécile Bloch ? », version archivée sur Internet Archive de la page d'accueil du site www.cecilebloch.com, Jean-Pierre Bloch, (consulté le 28 mars 2018).
  28. Jean-Marc Ducos, « Si la justice avait fait son travail notre fille serait encore là », Le Parisien, (consulté le 29 mars 2018).
  29. Serge Garde, « Enquète Profession : profileuse », sur www.humanite.fr, L'Humanité, (consulté le 28 mars 2018).
  30. Fernand Nouvet, « Notre choix Qui a tué Cécile Bloch ? Contre-courant. France 2, 23 h 30 », sur www.humanite.fr, L'Humanité, (consulté le 30 mars 2018).
  31. Le Monstre d'Annemasse [radio diffusion], Jacques Pradel (présentateur) (Paris : RTL (L'Heure du crime). Consulté le .
  32. Gilles De Vallière : l'assassin aux cordelettes [production de télévision], Émilie Lançon, Frédérique Lantieri (Paris : 17 juin média/France 2 (Faites entrer l'accusé). Consulté le .
  33. Lançon et Lantieri 2015, 17 min 30 s.
  34. Lançon et Lantieri 2015, 49 min 0 s.
  35. Lançon et Lantieri 2015, h 21 min 20 s.
  36. a et b Thierry Lévêque et Yves Clarisse, Reuters, « Une « révolution » ADN pour trouver un assassin des années 1980 », Le Point, (consulté le 30 juillet 2018).
  37. Vincent Vantighem, « La carte des plus célèbres serial killers parisiens », sur www.20minutes.fr, 20 minutes, (consulté le 1er avril 2018).
  38. « Après le Dahlia noir, le tueur du Zodiaque démasqué ? », Le Télégramme, (consulté le 1er avril 2018).
  39. Jean-François Impini, Délinquance sérielle et police judiciaire, Paris, Éditions L'Harmattan, coll. « Sécurité et société », , 370 p. (ISBN 9782343111476 et 2343111472, OCLC 974429740, notice BnF no FRBNF45197245), p. 27-28.
  40. Patricia Tourancheau, « Vieilles affaires : place aux gènes », Libération, (consulté le 30 juillet 2018).
  41. Le Parisien, « Justice : le fichier ADN, meilleur allié des enquêteurs », (consulté le 30 mars 2018).
  42. a et b Simon Piel, « Comment l'enquête sur le meurtre d'Elodie Kulik a été relancée par l'ADN d'un parent », Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 31 mars 2018).
  43. Loi no 98-468 du relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles ainsi qu'à la protection des mineurs.
  44. Stéphane Albouy, « Trahi par son ADN, le « grêlé » reste introuvable », Le Parisien, (consulté le 31 mars 2018).
  45. « Affaire Kulik : l'ADN a parlé dix ans après le meurtre », Le Figaro, (ISSN 0182-5852, consulté le 31 mars 2018).
  46. Georges Fenech et Alain Tourret, Assemblée nationale, « Rapport d'information sur la prescription pénale », sur www.assemblee-nationale.fr, (consulté le 31 mars 2018).
  47. Raphaël Coquoz, Jennifer Comte, Diana Hall, Tacha Hicks et Franco Taroni, Preuve par l'ADN : La génétique au service de la justice, Lausanne, Presses polytechniques, coll. « Sciences forensiques », , 3e éd. (1re éd. 2003), 457 p. (ISBN 9782889150069 et 2889150062, OCLC 858217518, notice BnF no FRBNF43635505), p. 435-437.
  48. Catherine Bourgain et Pierre Darlu, ADN superstar ou superflic ? : les citoyens face à une molécule envahissante, Paris, Le Seuil, coll. « Science ouverte », , 171 p. (ISBN 9782021105025 et 2021105024), « Les fichiers d'empreintes génétiques ».
  49. Alain Maurion et Christiane Maurion-Palermo, Dictionnaire des sigles, des associations et des mots : Santé, justice, pénitentiaire, social, Paris, Éditions Heures de France, coll. « Guides professionnels de santé mentale », , 221 p. (ISBN 9782853853163 et 2853853160, OCLC 753259415, notice BnF no FRBNF42337418), p. 191.
  50. « Salvac, le logiciel enquêteur des «cold cases» », Le Parisien, (consulté le 31 mars 2018).
  51. AFP, « Seine-et-Marne: l'enquête sur la mort d'une jeune femme rouverte 21 ans après », L'Express, (consulté le 31 mars 2018).
  52. Jean-Marc Ducos, « Meurtre de Karine Leroy : pas de preuves génétiques formelles contre le «Grêlé », Le Parisien, (consulté le 31 mars 2018).
  53. Corentin Chauvel avec V.V., « Sur la route du crime: vingt-sept ans après, le tueur au visage grêlé court toujours », sur www.20minutes.fr, 20 minutes, (consulté le 3 avril 2018).
  54. Le Parisien, « Dernière chance pour démasquer le Grêlé », (consulté le 7 avril 2018).
  55. Thierry Lévêque, « Profession : avocats d'affaires classées », Le Parisien, (consulté le 14 décembre 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Médiagraphie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Documentaires télévisés[modifier | modifier le code]

Émissions radiophoniques[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 7 février 2019 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 7 février 2019 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.