Mécanicien d'aéronefs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mécanicien d'aéronefs
Dampfturbine Laeufer01.jpg
Un mécanicien d'aéronefs de chez Siemens
Appellation
Mécanicien d'aéronefs
Secteur d'activité
Perspectives professionnelles
Professions voisines
Codes
ROME (France)
I1602 - Maintenance d'aéronefs

Le mécanicien d'aéronefs ou mécanicien de maintenance aéronautique entretient, répare, révise et modifie les types d'avions ou d'hélicoptères inscrits sur sa licence, conformément à la législation en vigueur dans le domaine aéronautique.

Principales tâches[modifier | modifier le code]

Les tâches incombant au mécanicien d'aéronef ressortissent à deux activités principales :

  • La vérification, c'est-à-dire :
    • examiner les parties fondamentales de l'aéronef lors d'escales;
    • effectuer les réparations nécessaires sur la base des indications consignées par les pilotes sur le carnet de bord (p. ex. changement de roue, petite réparation du fuselage, etc.);
    • contrôler les différentes parties du moteur, les composants électriques et électroniques, le système hydraulique et le système pneumatique (réacteurs, trains d'atterrissage, hélices), les instruments et appareils de bord, etc.; vérifier leur conformité aux normes de performance et de sécurité;
  • L'entretien, c'est-à-dire :
    • procéder aux tests réglementaires, détecter les éventuels dysfonctionnements et y remédier;
    • démonter un moteur d'aéronef, le réviser dans les règles, remplacer certains de ses éléments (par ex. pompe à injection), si nécessaire, puis le remonter;
    • modifier certains éléments pour augmenter la performance de l'appareil;
    • établir des fiches détaillées sur les travaux effectués et les réparations subies par les aéronefs; rédiger des rapports techniques et des rapports d'expertise.

Le mécanicien d'aéronefs travaille, selon un horaire irrégulier, dans des hangars ou à l'extérieur, sur des échafaudages (docks), seul ou en équipe. Il collabore avec d'autres spécialistes tels qu'électriciens, peintres, tôliers, etc. Il intervient par tous les temps (intempéries, températures extrêmes) afin que les avions puissent reprendre leur vol en toute sécurité le plus vite possible.

Il délivre les approbations pour remise en service ou APRS en application des règlementations d'entretien européennes (en particulier le PART 145) imposées aux organismes d'entretien d'aéronefs ou d'équipements d'aéronefs.

Il utilise les manuels des constructeurs et ceux des compagnies qui définissent dans le détail les interventions, ce qui l'amène à se qualifier progressivement pour certaines familles d’appareils (A 320 / A 340 / Boeing 737/747, ATR 42-72) ou pour certains types d’appareils[1].

Formation[modifier | modifier le code]

Au Canada[modifier | modifier le code]

Les mécaniciens d'aéronefs sont formés par des organismes de formation agréés par le Règlement de l'Aviation Canadienne (RAC). Plusieurs licences sont possibles :

  • M - Maintenance
  • S - Structure
  • E - Électronique
  • B - Ballons

En France[modifier | modifier le code]

Il existe des certificats d'aptitude professionnelle (CAP) spécialisés qui représentent un niveau de qualification minimum. Des formations chez Air France ou dans l’armée peuvent compléter ces qualifications :

  • CAP électricien systèmes d’aéronefs,
  • CAP maintenance des systèmes d’aéronefs,
  • CAP mécanicien de cellules d’aéronef,
  • CAP mécanicien d’entretien d’avion à moteur à piston.

Pour progresser, deux baccalauréats professionnels sont recommandés :

  • Bac pro aéronautique option mécanicien de système cellule,
  • Bac pro aéronautique option mécanicien de système avionique.

Un brevet de technicien supérieur (BTS) permet de se préparer à encadrer une équipe de mécaniciens :

  • BTS maintenance des matériels aéronautiques. Ce diplôme de technicien se prépare généralement après un BTS en électrotechnique ou en maintenance industrielle.

Notes et références[modifier | modifier le code]