36, quai des Orfèvres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir 36 quai des Orfèvres (film).
Ne doit pas être confondu avec le 36, rue du Bastion qui est le nouveau siège.

Le 36, quai des Orfèvres est le bâtiment où se trouvait le siège, l'état-major et les services communs de la Direction régionale de la police judiciaire de la préfecture de police de Paris. Attenant au Palais de justice de la capitale, il est situé au numéro 36 du quai des Orfèvres, sur l'île de la Cité, face à la rive gauche, dans le 1er arrondissement.

Historique[modifier | modifier le code]

Le bâtiment a été construit entre 1875 et 1880, sur les plans des architectes Émile Jacques Gilbert et son gendre Arthur-Stanislas Diet, à l'emplacement de l'ancien hôtel du premier président de la cour d'appel de Paris, qui fut détruit par l'incendie volontaire survenu lors de la Commune le , et qui détruisit également une bonne part du Palais de justice mitoyen. La préfecture de police de Paris a donc dû quitter son ancien emplacement, et fut installée dans de nouveaux locaux, par Jules Ferry, dans une partie des bâtiments du palais de Justice qui venait d'être reconstruit au 36, quai des Orfèvres[1].

La police s'y installe le 1er août 1913, sur un décret suivi d'un arrêt préfectoral émis par le préfet Célestin Hennion. À l'époque, les policiers se déplaçaient à cheval ou à vélo, et se faisaient narguer par la bande à Bonnot qui conduisait de puissantes berlines ; ce qui motiva les forces de l'ordre à se doter de nouveaux moyens[2]. La police judiciaire du Quai des Orfèvres, menée à ses débuts par le magistrat Henri Mouton[3], se donne alors pour mission la répression des crimes et des délits.

Déménagement de la PJ[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 36 rue du Bastion.

En septembre 2017 — après le départ, en juin, de la Brigade criminelle et de la Brigade des stupéfiants (BS) —, les derniers services de la police judiciaire ont déménagé au Bastion dans la cité judiciaire de Paris près du futur tribunal de Paris, porte de Clichy. Seule la Brigade de recherche et d'intervention (BRI), nommée aussi l'« antigang », reste dans les locaux pour « intervenir plus vite en cas d’attaque terroriste »[4].

La nouvelle construction de la porte de Clichy offre 5 000 m2 supplémentaires par rapport aux anciens locaux du 36, quai des Orfèvres, est haute de neuf étages (10 étages imposant le respect des normes sur les IGH), et dispose de plusieurs niveaux en sous-sol pour accueillir entre 200 et 300 places de parkings dédiées notamment aux voitures sérigraphiées ou banalisées. L'édifice est ultramoderne et très sécurisé, la façade du rez-de-chaussée est bétonnée pour prévenir une attaque kamikaze et le vitrage, renforcé à l'épreuve des balles. Un maillage de caméras de vidéo surveillance et des hommes en faction protègent les abords. Ce bâtiment est doté d'un stand de tir, ainsi que d'une salle de sport[5]. Il jouxte le nouveau tribunal de Paris qui accueillera le tribunal de grande instance de Paris et les tribunaux d'instance jusqu'à présent répartis dans chacun des 20 arrondissements de la capitale.

Afin de garder le nom mythique de « 36 », le numéro de l'entrée dans la rue du Bastion est au 36, bien qu'il ne corresponde à rien dans la numérotation de la rue.

L'avenir du 36 après le déménagement n'a pas été précisé. Cependant, il est envisagé de transformer une partie du site pour accueillir les collections de l'actuel musée de la préfecture de police, qui se trouvent à l'étroit au dernier étage du commissariat du Ve arrondissement situé au no 4, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève. Une étude de faisabilité associant le ministère de l'Intérieur va être lancée[6].

Surnoms[modifier | modifier le code]

Sur le quai de cet hôtel se tenait un marché aux volailles et des rôtisseries, d'où le sobriquet de « poulet » donné aux policiers[7]. Une autre version mentionne que Jules Ferry affecte à titre provisoire au préfet de police la caserne de la Cité (qui en est toujours le siège) à la suite de cet incendie, cette caserne ayant été bâtie sur l'emplacement de l'ancien marché aux volailles de Paris, d'où l'expression de « maison Poulaga » pour désigner le 36, quai des Orfèvres[8].

On fait parfois également référence aux bâtiments sous le surnom de « la tour pointue » (en argot parisien) en raison de son clocheton[9]. On surnomme aussi ce lieu « le 36 ».

Affaires judiciaires pour des faits commis dans les locaux[modifier | modifier le code]

Affaire de viol d'avril 2014[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 22 au 23 avril 2014, une touriste canadienne de 34 ans, affirme qu'elle a été violée par trois policiers, dans les locaux de la BRI au 36 quai des Orfèvres après une soirée arrosée ; quatre policiers sont placés en garde à vue[10]. Le 28 avril, deux policiers (un major et un capitaine) sont mis en examen et le troisième sous le statut de témoin assisté, pour « viol en réunion » et « modification de l'état des lieux d'un crime », puis remis en liberté sous contrôle judiciaire[11]. Dans un premier temps les policiers ont nié tout rapport sexuel, avant que l'un d'eux finisse par admettre une fellation consentie[12].

En juillet 2016, la justice annonce un non-lieu général dans cette affaire ; le parquet et la plaignante font appel[13]. En septembre 2017, la cour d'appel de Paris décide de renvoyer les deux policiers devant les assises[14].

Le procès s'ouvre le 14 janvier 2019 à la cour d'assises de Paris ; les deux policiers affirment qu'ils sont innocents[15]. À l'issue du procès, ils sont condamnés à une peine de sept ans de prison ferme, pour « viol en réunion » et incarcérés. Leurs avocats annoncent faire appel du verdict[16].

Affaire de vol dans les locaux[modifier | modifier le code]

En mars 2017, le procès du policier Jonathan Guyot qui a dérobé 52 kg de cocaïne dans un coffre du 36 quai des Orfèvres suscite l'attention médiatique[17].

Fictions[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Le commissaire Maigret, personnage de fiction créé par Georges Simenon, était le commissaire du 36 dans les ouvrages de l'auteur[18].
  • Le prix du Quai des Orfèvres, prix littéraire français créé en 1946.
  • La traduction de Patrick Couton des romans du Disque-Monde de Terry Pratchett situe le siège de la police (le « Guet ») de la ville d'Ankh-Morpork dans « l'ancienne maison des Orfèvres » ; le second roman dont les hommes du Guet sont les personnages principaux s'intitule Le Guet des orfèvres.
  • Affaires étranges au quai des orfèvres de Jean-Michel Roche, éditions Pavillon noir. Ce polar maçonnique présente trois enquêtes criminelles menées par un couple improbable : Fabienne Quinot, officier de police et Pierre Couvreur, journaliste.
  • Le commissaire de police Franck Sharko, aujourd'hui lieutenant, et sa compagne Lucie Henebelle, lieutenant elle aussi, nés sous la plume de l'écrivain Franck Thilliez, travaillent à la brigade criminelle du 36.
  • Le sang de la trahison d'Hervé Jourdain est un polar se déroulant quasiment entièrement dans ce lieu.
  • Le commissaire Erwan Morvan dans Lontano, polar écrit par Jean Christophe Grangé, travaille à la brigade criminelle du 36.
  • Les dessous du 36, Matthieu Frachon, Editions du Rocher, 160 pages.
  • L’inspecteur Ganimard, personnage créé par Maurice Leblanc, y travaille. On fait référence à ce lieu à plusieurs reprises dans les diverses aventure d’Arsène Lupin

Cinéma[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Article du site officiel », préfecture de police de Paris
  2. Audrey Vautherot, Le 36, Quai des Orfèvres, histoire d'un lieu mythique. Le Gralon. Publié le 8 août 2013.
  3. « Notice biographique Henry Mouton », sur sfhp.fr (consulté le 13 octobre 2017)
  4. Paris : la police judiciaire dit adieu au 36, quai des Orfèvres, sur leparisien.fr, consulté le 8 novembre 2017
  5. Christophe Cornevin, « Le Quai des Orfèvres prépare son arrivée aux Batignolles », sur www.lefigaro.fr,
  6. Article sur le site du ministère français de l'intérieur
  7. « Poulet » dans le Dictionnaire d'argot de Bob sur www.languefrancaise.net/bob/
  8. Matthieu Frachon, 36, quai des Orfèvres : Des hommes, un mythe, du Rocher, , 197 p. (ISBN 978-2-268-07098-8)
  9. « tour & la Tour », sur www.languefrancaise.net.
  10. Laurent Borredon, « Quatre policiers soupçonnés de viol au Quai des Orfèvres » sur Le Monde, 24 avril 2014
  11. Laurent Borredon, « Deux policiers mis en examen pour viol au 36, Quai des Orfèvres » sur Le Monde, 28 avril 2014
  12. Marie-Christine Tabet, « Viol du 36 : les deux versions » sur Le Journal du dimanche, 4 mai 2014
  13. 20 Minutes avec AFP, « Viol présumé au 36 quai des Orfèvres: La justice prononce un non-lieu général, le parquet fait appel » sur 20 minutes, 20 juillet 2016
  14. 20 Minutes avec AFP, « Soupçons de viol au Quai des Orfèvres : La cour d'appel renvoie deux policiers devant les assises » sur 20 minutes, 28 septembre 2017
  15. Aurélie Sarrot, « Policiers jugés pour viol au "36" quai des Orfèvres : les accusés veulent "démontrer leur innocence" » sur le site de LCI, 14 janvier 2019
  16. Pascale Égré, « Viol au 36 : sept ans de prison ferme pour les policiers » sur Le Parisien, 31 janvier 2019
  17. Pascale Robert-Diard, « Vol de cocaïne au 36 quai des Orfèvres : le procès d’une affaire rocambolesque », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 7 mars 2017)
  18. « Le 36 quai des orfèvres », sur www.franceinter.fr
  19. a b c et d Isabelle Blondel, Olivier Delacroix, Alice Develex, Nicolas d'Estienne d'Orves, Bertrand Guyard, Colette Monsat, Marie-Noëlle Tranchant et Florence Virerron, « Si le Paname d'Audiard m'était conté », Le Figaroscope, semaine du 10 au 16 mai 2017, pages 8-10.
  20. « 24 jours : Alexandre Arcady en tournage au 36, quai des Orfèvres », sur www.allocine.fr, AlloCiné, (consulté le 28 octobre 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]