Centre hospitalier universitaire de Nantes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Centre hospitalier universitaire de Nantes
Image illustrative de l’article Centre hospitalier universitaire de Nantes
Présentation
Coordonnées 47° 12′ 39″ nord, 1° 33′ 27″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Ville Nantes (Pays de la Loire)
Adresse Direction générale : immeuble Deurbroucq,
5 allée de l'Île-Gloriette,
44093 Nantes Cedex 1
Site web http://www.chu-nantes.fr
Organisation
Type Centre Hospitalier Universitaire
Affiliation Université de Nantes & Université Paris-Dauphine
Services
Standards 02.40.08.33.33
Service d’urgences Oui
Nombre de lits 2 511 et 507 places
Direction Philippe Sudreau
Collaborateurs 12 529

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique/France

Le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Nantes est un centre hospitalier universitaire français qui emploie plus de 12 529 personnes (2016)[1].

Soins[modifier | modifier le code]

Les différents établissements du CHU assurent des soins de proximité pour la population de l'agglomération nantaise et constituent un recours pour les établissements de santé privés et publics de la Loire-Atlantique, ainsi que ceux des départements limitrophes (Morbihan, Vendée...) lorsque la prise en charge d'un patient nécessite la mise en œuvre de compétences ou des techniques particulières.

Il a une vocation régionale, voire inter-régionale pour les soins hautement spécialisés (transplantations, cancérologie, neurochirurgie, prises en charge des grands brûlés...).

Établissements[modifier | modifier le code]

Map Nantes.jpg
Hôtel-Dieu/Hôpital femme-enfant-adolescent
Hôtel-Dieu/Hôpital femme-enfant-adolescent
Futur CHU île de Nantes
Futur CHU île de Nantes
Le Tourville
Le Tourville
Hôpital Saint-Jacques/Maison Pirmil
Résidence Beauséjour
Résidence Beauséjour
Hôpital Bellier
hôpital Nord Laennec
Voir l’image vierge
Localisation des établissements du CHU de Nantes
(seul l'hôpital de la Seilleraye est en dehors du cadre de cette carte).
L'emplacement du futur CHU de l'île de Nantes est également indiqué.

Le CHU dispose de 2 633 lits et 436 places, répartis dans neuf établissements[2] situés dans Nantes et sa périphérie :

  • l'Hôtel-Dieu (Nantes, quartier centre-ville) : 818 lits de court séjour médicaux et chirurgicaux, centre 15, urgences et Samu ;
  • l'hôpital femme-enfant-adolescent (Nantes, quartier centre-ville) : 307 lits - services de gynécologie-obstétrique, sur le site de l'Hôtel-Dieu, quai Moncousu, services destinés aux soins de l'enfant et de l'adolescent ;
  • le Tourville (Nantes, quartier centre-ville) : à proximité de l'Hôtel-Dieu, entre le quai de Tourville et la rue Bias, ce bâtiment regroupe des services spécialisés dans l'hygiène et la prévention en santé publique ;
  • l'hôpital Saint-Jacques (Nantes, quartier Nantes Sud) : 788 lits - services de rééducation fonctionnelle, de psychiatrie et de gériatrie - plate-forme logistique du CHU ;
  • la résidence Beauséjour (Nantes, quartier Breil - Barberie) : 120 lits de soins gériatriques de longue durée ;
  • l'hôpital Bellier (Nantes, quartier Doulon - Bottière) : 135 lits et le centre ambulatoire nantais de gérontologie clinique ;
  • la maison Pirmil (Nantes, quartier Nantes Sud) : 184 lits de soins de longue durée et de soins de suite gériatriques, située dans l'enceinte de l'hôpital Saint-Jacques ;
  • l'hôpital Nord Laennec (Saint-Herblain) : 489 lits de court séjour médicaux et chirurgicaux ;
  • l'hôpital de la Seilleraye (Carquefou) : 192 lits de soins gériatriques de longue durée.

Anciens établissements[modifier | modifier le code]

Le CHU a également géré par le passé des établissements hospitaliers aménagés dans d'anciens manoirs :

Organisation[modifier | modifier le code]

Le centre hospitalier universitaire de Nantes est sous la responsabilité d'un conseil de surveillance dont, depuis le 8 octobre 2012, le président est Johanna Rolland, maire de Nantes[5].
Le projet médical est soumis à un directoire constitué d'une dizaine de professionnels de santé.
Philippe Sudreau est depuis le 1er mars 2014 directeur général du CHU de Nantes. La direction générale est organisée en cinq pôles, l'offre de soins est organisée en six plates-formes de proximité définies par un groupe de spécialités médicales[6].
Ce fonctionnement a été mis en place dans le cadre d'une réforme nationale de l'organisation des établissements de santé entamée en 2005. Le CHU de Nantes a choisi de supprimer les directions de site[7].

Formation[modifier | modifier le code]

Le pôle formation du CHU de Nantes comprend onze instituts et écoles qui préparent à des diplômes allant du niveau V jusqu’au Master dans les domaines de la santé et du travail social. Ces instituts se trouvent sur le plateau des écoles sur le site de l'hôpital Saint-Jacques. Le pôle participe également à la formation médicale, chirurgicale, pharmaceutique et odontologique de la région via l'université de Nantes principalement à l'Hôtel-Dieu.

Recherche[modifier | modifier le code]

Le CHU de Nantes figure parmi les dix premiers CHU chercheurs :

  • 8e place pour les publications scientifiques[8] : plus de 800 publications par an, 44 % des publications de niveau A et B. Ces niveaux qui définissent la qualité d’une publication sur une échelle de six (A, B, C, D, E, NC), est évaluée par le logiciel Sigaps (système d’interrogation, de gestion et d’analyse des publications scientifiques). La moyenne nationale sur les publications de niveau A et B est de 38 % en 2012 ;
  • 5e place pour les essais cliniques ;
  • quatre Programme hospitalier de recherche clinique (PHRC) nationaux et six PHRC interrégionaux ont été obtenus. Un nouveau Soutien aux techniques innovantes et coûteuses (Stic) est coordonné par une équipe du CHU de Nantes.

Le CHU de Nantes participe au développement de la recherche biomédicale principalement dans les domaines suivants :

Le CHU de Nantes est associé à l'Université de Nantes[9]. Le premier objectif est le développement de la recherche biomédicale et de l'innovation en santé. L'association vise également la politique de formation des professionnels de santé et des étudiants, la gestion des effectifs hospitalo-universitaires et des personnels de recherche non médicaux , la gestion des locaux, des équipements et des plateformes dédiés à la recherche en santé, les systèmes d'information et la politique de mécénat.

Le CHU de Nantes est doté de structures adaptées à la recherche :

  • une délégation régionale à la recherche clinique et à l'innovation ;
  • une fédération d'appui à la recherche (FAR) ;
  • un centre d'investigation clinique (CIC) avec un module plurithématique depuis 2011 et un module en biothérapies depuis 2005 ;
  • un centre de ressources biologiques (CRB) destiné à rassembler les 120 collections existantes et permettre la création de nouvelles ;
  • plus de 10 000 m2 de locaux dédiés à la recherche ;
  • un nombre de laboratoires labellisés par l'Inserm et l'Inra passé entre 1990 et 2012 de 1 à 13 (9 UMR, 2 CIC, 2 Avenir, 1 UMS).

Transfert du CHU[modifier | modifier le code]

Dans le cadre d'un transfert du Centre hospitalier universitaire vers la partie ouest de l'île de Nantes (initialement prévue à l'emplacement des terrains de l'ancienne gare de l'État et du Marché d'intérêt national, l'emprise du nouvel hôpital sera finalement implanté entre la partie sud du MIN et la Loire[10] à l'horizon 2026[11] (le gouvernement ayant donné son accord pour ce transfert le 16 juillet 2013[12],[13]), les sites de Hôtel-Dieu et celui de l'hôpital Laënnec ne seront plus affectés à des activités de soins. Les bâtiments devraient être cédés au prix du marché[14].

Le CHU de Nantes a créé en 2014 un site internet[15] consacré à la présentation de ce projet et à son suivi.

Le 18 décembre 2014, le cabinet d'architecte franco-belge Art and Build architectes est désigné à l'unanimité comme concepteur du futur centre hospitalier[16].

Après quelque 150 réunions de concertation ayant rassemblée quelques 800 personnes (professionnels, représentants des usagers et de la communauté hospitalière… ), Art and Build architectes a conçu sur un terrain de 10,1 hectares un centre hospitalier d'une surface totale de 225 000 m2 comprenant[17] :

  • 1 384 lits et places dont 257 lits de soins critiques (100 % des chambres étant individuelles) ;
  • 58 salles de bloc opératoire (y compris ICO).

Le CHU sera en capable d'accueillir 158 000 séjours en médecine-chirurgie obstétrique dont 64 % réalisés ambulatoire, 130 000 passages aux urgences par an, 1 million de venues en consultations et explorations fonctionnelles par an. Le coût de l'opération en valeur finale toutes dépenses confondues est estimé à 953 millions d’euros[17].

Le permis de construire a été signé par le préfet Claude d’Harcourt, le [18].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « CHU de Nantes - Le CHU de Nantes en chiffres », sur chu-nantes.fr (consulté le 9 août 2018)
  2. « Les sept établissements », sur le site du CHU (consulté le 19 mars 2012)
  3. Histoire de la Droitière sur le site du C.H.U.
  4. Histoire de la Placelière sur le site du C.H.U.
  5. « Instances - conseil de surveillance », sur le site du CHU de Nantes (consulté le 19 mars 2012)
  6. « Organisation du CHU - instances », sur le site du CHU de Nantes (consulté le 19 mars 2012).
  7. « Bilan de l'organisation en pôles d'activité et des délégations de gestion mises en place dans les établissements de santé. Rapport. » [PDF], sur La Documentation française, Direction de l’information légale et administrative (consulté le 19 mars 2012).
  8. classement Sigaps national
  9. Décret n° 2019-931 du 4 septembre 2019 portant association d'établissements à l'université de Nantes
  10. « Le CHU de Nantes, regroupé sur l’île en bord de Loire », sur Ouest-France, (consulté le 4 octobre 2016)
  11. « Le futur CHU de Nantes ouvrira en une seule phase en 2026 », sur Ouest-France, (consulté le 4 octobre 2016)
  12. « un nouvel hôpital sur l'île de Nantes à l'horizon 2020-2025 », sur chu-nantes.fr, (consulté le 4 octobre 2016)
  13. Feu vert du gouvernement pour le CHU de l’île de Nantes - Article du Moniteur du 17 juillet 2013.
  14. Une fois le nouvel hôpital construit, que restera-t-il dans les bâtiments de l'hôpital Laënnec et ceux de l'Hôtel-Dieu? Seront-ils détruits?
  15. http://iledenantes.chu-nantes.fr/
  16. Nantes. L'équipe d'architectes du futur CHU est choisie - Ouest-France Entreprises du 19 décembre 2014.
  17. a et b CHU Nantes, « Nantes co-invente le CHU du futur », sur www.reseau-chu.org (consulté le 10 mars 2018)
  18. « Nantes Nouveau CHU : le permis est signé », sur Presse Océan,

Lien externe[modifier | modifier le code]