Institut médico-légal de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Institut médico-légal de Paris
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Architecte
Ouverture
Localisation
Adresse
Accès et transport
Métro
(5)
Autobus
(BUS)RATP2457616391
Coordonnées

L’institut médico-légal (IML) de Paris est une morgue située 2 place Mazas, le long du quai de la Rapée, dans le 12e arrondissement de Paris.

Missions[modifier | modifier le code]

Dépendant de la préfecture de police de Paris, il reçoit les corps des défunts dans les cas suivants :

  • décès sur la voie publique, accidentel ou non ;
  • décès d'origine criminelle ou considéré comme suspect ;
  • corps non identifié ;
  • demande émanant de la famille ou par mesure d'hygiène publique.

Dans l'attente du départ pour les obsèques, les corps sont conservés en chambre froide.

Sur requête du parquet, l'IML réalise les autopsies sur ces cadavres, examens de médecine légale effectués par un médecin légiste. Dans ce cas, ceux-ci ne peuvent quitter l’institut que lorsque le permis d’inhumer aura été délivré par le magistrat chargé de l’enquête.

Historique[modifier | modifier le code]

L'ancienne morgue de Paris, quai du Marché-Neuf en 1854.
Défilé à la morgue du marché Neuf à Paris en 1855.

En 1868, Haussmann fait construire une morgue sur la pointe est de l'île de la Cité, quai de l'Archevêché (l'actuel square de l'Île-de-France) à l'emplacement d'une ancienne promenade dénommée « le Terrain ». Le bâtiment, qui avait allure d'un petit temple grec, remplaça lui-même une ancienne morgue située à proximité quai du Marché-Neuf[1].

Celle-ci constitue, à l'époque, une des sorties les plus en vogue de la capitale : les cadavres à identifier (notamment des victimes de noyades), étendus sur douze tables inclinées de marbre noir, y sont exposés pendant trois jours, dans une salle séparée du public par une vitre.

En 1907, l'entrée de la morgue est interdite au public par un décret du préfet Lépine : désormais seules les personnes munies d’une autorisation spéciale peuvent y pénétrer[2].

L'établissement actuel du quai de La Rapée, devenu institut médico-légal en remplacement de l'ancienne morgue, a été bâti au plus près du viaduc du quai de la Rapée, sur un terrain de 2 000 m2 appartenant à la Ville de Paris. Il est inauguré en 1923, dix ans après l'ouverture du chantier, le chantier ayant été retardé par la Première Guerre mondiale. C'est un bâtiment en briques conçu par l'architecte Albert Tournaire, dont le nom est ensuite donné au square situé à proximité[1],[2].

L'institut en chiffres[modifier | modifier le code]

Selon les informations fournies par la préfecture de police de Paris, l'IML reçoit 3 000 corps en moyenne chaque année, sur lesquels 2 000 autopsies et 1 000 examens externes (examen sans incision) sont effectués, soit six à neuf autopsies par jour[2].

Le personnel[modifier | modifier le code]

L'IML emploie en tout une quarantaine de personnes[2] :

  • un directeur ;
  • un directeur-adjoint (également médecin légiste) ;
  • un secrétaire-général ;
  • dix médecins légistes vacataires ;
  • un anthropologue légiste ;
  • une psychologue clinicienne ;
  • un responsable de pôle administratif ;
  • deux secrétaires ;
  • sept hôtesses d’accueil ;
  • vingt-quatre identificateurs (personnels techniques chargés d’identifier et présenter les corps, de les préparer ou de faire la restitution tissulaire) ;
  • deux adjoints techniques (chauffeurs et coursiers) ;
  • quatre agents techniques d’entretien.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b De la morgue à l'institut médico-légal sur www.prefecturedepolice.interieur.gouv.fr
  2. a b c et d L'IML à travers les âges sur www.prefecturedepolice.interieur.gouv.fr

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Firmin Maillard, Recherches historiques et critiques sur la morgue, Paris, A. Delahays, 1860, [lire en ligne].
  • Adolphe Guillot, Paris qui souffre : la basse geôle du Grand-Châtelet et les morgues modernes, P. Rouquette, Paris, 1887, [lire en ligne].
  • Allan Mitchell, « The Paris Morgue as a Social Institution in the Nineteenth Century », in Francia, no 4, 1976, [lire en ligne].
  • Bruno Bertherat, La Morgue de Paris au XIXe siècle (1804-1907) : les origines de l'institut médico-légal ou les métamorphoses de la machine, thèse sous la direction d'Alain Corbin, 2002, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
  • Bruno Bertherat, « Les visiteurs de la Morgue », in L'Histoire, no 180, , p. 16-21.
  • Bruno Bertherat, « Autour de l'œuvre d'Andrés Serrano : l'exposition du cadavre. Le cas de la Morgue de Paris au XIXe siècle », in Chantal Charbonneau (éd.), L'Image de la mort. Aux limites de la fiction : l'exposition du cadavre. Actes du colloque tenu au Musée d'art contemporain de Montréal le , Montréal, Musée d'art contemporain de Montréal, coll. « Conférences et colloques », 1995, p. 23-36.
  • Bruno Bertherat, « La Morgue de Paris », in Sociétés & Représentations, « Violences », no 6, , p. 273-293.
  • Bruno Bertherat, « La Morgue de Paris au XIXe siècle : un laboratoire du progrès médico-légal », in Équinoxe. Revue de sciences humaines, « Homo criminalis. Pratiques et doctrines médico-légales (XVIe – XXe siècles) », no 22, automne 1999, p. 79-93.
  • Bruno Bertherat, « Le miasme sans la jonquille : l'odeur du cadavre à la Morgue à Paris au XIXe siècle », in Anne-Emmanuelle Demartini et Dominique Kalifa (dir.), Imaginaire et sensibilités au XIXe siècle. Études pour Alain Corbin, Paris, Créaphis, 2005, p. 235-244.
  • Bruno Bertherat, « La mort en vitrine à la Morgue à Paris au XIXe siècle (1804-1907) », in Régis Bertrand, Anne Carol et Jean-Noël Pelen (dir.), Les Narrations de la mort, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence (PUP), coll. « Le Temps de l'histoire », 2005, p. 181-196.
  • Bruno Bertherat, « L'élection à la chaire de médecine légale à Paris en 1879. Acteurs, réseaux et enjeux dans le monde universitaire », in Revue historique, no 644, , p. 823-856, [lire en ligne].
  • Bruno Bertherat, « Les mots du médecin légiste, de la salle d'autopsie aux Assises : l'affaire Billoir (1876-1877) », in Revue d'Histoire des Sciences Humaines, « La médecine légale entre doctrines et pratiques », no 22, , p. 117-144.
  • Bruno Bertherat, « L'identification sans Bertillon ? Le cas de la Morgue de Paris », in Pierre Piazza (dir.), Aux origines de la police scientifique. Alphonse Bertillon, précurseur de la science du crime, Paris, Karthala, 2011, p. 210-229.
  • Bruno Bertherat, « Le médecin légiste face au cadavre (France, XIXe siècle). Contribution à une histoire des sensibilités », in Hervé Guy et alii (dir.), Rencontre autour du cadavre. Actes du colloque de Marseille, BMVR, 15, 16, , Marseille, GAAF, 2012, p. 51-61.
  • Bruno Bertherat, « La dame au chapeau. La photographie des femmes mortes en France à l'époque de Bertillon », in Corps, « Quelle conscience de son corps ? », no 11, 2013, p. 97-106.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :