Rue Petit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
19e arrt
Rue Petit
Rue Petit vue depuis la rue de Meaux
Rue Petit vue depuis la rue de Meaux
Situation
Arrondissement 19e
Quartier Quartier Amérique
Début Avenue Laumière
Fin 120 place du Général-Cochet
Historique
Création Avant le XVIIe siècle
Dénomination 1851
Ancien nom ?

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Petit

La rue Petit est une rue du 19e arrondissement de Paris entre l'avenue Laumière et la place du Général-Cochet.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette voie a été formée en 1865 par la réunion de la rue du dépotoir et du chemin du pré-saint-Gervais[1]. Elle porte le nom de Jean Martin Petit (1772-1856), général, qui reçut les adieux de Napoléon à Fontainebleau.

En 1913, un logement social est créé au no 99, financé par la Fondation P. Lebaudy et conçu par l'architecte Koemptgen[2].

Le , le FLN-UGTA lance une grenade offensive contre la salle d'un café algérien situé no 32[3].

Fait divers[modifier | modifier le code]

Le , une fillette de 11 ans est violée puis assassinée dans un immeuble du no 116. C'est le début de l'affaire Cécile Bloch[4].

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

Au 49-51 rue Petit, existe le plus grand établissement judaïque d'Europe, rassemblant plus de 1 650 élèves, de la maternelle au secondaire transformant le quartier culturellement et économiquement.

Espace vert[modifier | modifier le code]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Un poème de Raymond Queneau : «  Tout naturellement », évoque cette rue[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire historique des rues de Paris, Jacques Hillairet, éditions de Minuit, p. 257.
  2. Marie-Jeanne Dumont, Le Logement social à Paris 1850-1930: les habitations à bon marché, Editions Mardaga, 1991, (ISBN 2-87009-349-7).
  3. Jacques Simon, Union syndicale des travailleurs algériens Fédération de France, La Fédération de France de l'Union syndicale des travailleurs algériens (USTA).: son journal, L'Harmattan, 2002, (ISBN 2-7475-3083-3).
  4. Serge Garde, Rémi Gardebled et Valérie Mauro, Guide du Paris des faits divers : du Moyen Âge à nos jours, Paris, Le Cherche midi, coll. « Documents », , 359 p. (ISBN 9782749102016 et 2749102014, OCLC 319924294, notice BnF no FRBNF39208549), p. 313.
  5. Roubaud J., La Forme d’une ville change plus vite, hélas, que le cœur des humains. Cent cinquante poèmes 1991-1998.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]