Elon Musk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Elon Musk

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Elon Musk en 2008.

Naissance 28 juin 1971 (43 ans)
Pretoria, Afrique du Sud
Nationalité Sud-Africain
Canadien
Américain[1]
Pays de résidence Bel Air, Los Angeles, Californie, États-Unis
Diplôme
Bachelor of Arts / Science, université de Pennsylvanie[1]
Profession Inventeur
Entrepreneur
Activité principale CEO et CTO de SpaceX,
CEO de Tesla Motors
Autres activités
Président du conseil d'administration de SolarCity
Formation
Ascendants
Maye Haldeman, Errol Musk
Conjoint
Justine Musk (m. 2000–d. 2008)
Talulah Riley (m. 2010–d. 2012)
Descendants
Kai Musk, Damian Musk, Xavier Musk, Griffin Musk, Saxon Musk
Famille
Kimbal Musk, Tosca Musk
Signature de Elon Musk

Elon Musk, né le 28 juin 1971 à Pretoria (Afrique du Sud), est un entrepreneur connu pour être le cofondateur de Paypal, SpaceX, Tesla Motors et SolarCity. Il est aussi à l'initiative du projet Hyperloop.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Elon Musk naît le 28 juin 1971 à Pretoria, en Afrique du Sud, d'un père anglo-sud-africain ingénieur, Errol Musk, et d'une mère canadienne nutritionniste et mannequin, Maye Musk (née Haldeman)[2][3][4]. À l'âge de 12 ans, il vend son premier programme de jeux vidéo[5]. Après le divorce de ses parents en 1980, il continue de vivre avec son père[6].

En 1988 (17 ans), à la fin de ses études au Pretoria Boys High School, il annonce à ses parents qu'il souhaite aller étudier aux États-Unis. Il obtient alors la nationalité canadienne, grâce à sa filiation maternelle, et quitte l'Afrique du Sud pour Kingston en Ontario (Canada)[7][8]. Pour Musk, la nationalité canadienne lui permet de plus facilement pouvoir émigrer ensuite aux États-Unis pour étudier, qu'en venant de l'Afrique du Sud de l'apartheid[9][5]. Il évite également d'être appelé sous les drapeaux en Afrique du Sud et de faire son service militaire[10]. Au Canada, il intègre alors l'université Queen's et finance ses études grâce à des travaux à temps partiel et des emplois d'été.

En 1992, il quitte le Canada pour les États-Unis et la Wharton School de l'université de Pennsylvanie pour y étudier la physique et le commerce, finançant ses cours grâce à une bourse. Il y étudie trois ans, recevant un diplôme de premier cycle après ses deux premières années, et y reste une année de plus pour compléter un second premier cycle en physique. En 1995, il reçoit une bourse pour poursuivre un doctorat en physique énergétique à l'université Stanford.

Activités entrepreneuriales[modifier | modifier le code]

En 1995, Elon Musk suspend son doctorat en physique énergétique de l'université Stanford pour cofonder Zip2 Corporation, éditeur d'un logiciel de publication de contenu en ligne pour les informations des entreprises. En 1999, la division AltaVista de Compaq acquiert Zip2 pour 341 millions de dollars en argent et en option de titre. Elon et son frère Kimbal possèdent alors environ 12 % de Zip2.

En mars 1999, Musk cofonde une banque en ligne nommée X.com. X.com cessera par la suite ses services bancaires, mais la société Paypal de paiement en ligne, qu'elle avait acquise en mars 2000, rencontre un très grand succès. En février 2001, X.com change de nom pour Paypal. En octobre 2002, Paypal est vendu à eBay pour 1,5 milliard de dollars. Au moment de la vente, Musk possède 11,7 % de Paypal (175,5 millions de dollars).

En juin 2002, Musk fonde sa troisième société, Space Exploration Technologies (SpaceX), dont il est l’actuel CEO et CTO. SpaceX développe et produit des véhicules de lancement spatiaux, avec l'objectif d'abaisser les couts de lancement. Les deux lanceurs développés sont les fusées Falcon 1 et Falcon 9[11].

Musk est plus connu du grand public pour le rôle qu'il joue au sein de Tesla Motors, dont il est cofondateur, architecte produit et président du conseil d'administration. Il est devenu président en octobre 2008. Tesla construit d'abord une voiture de sport électrique puis produit une berline électrique quatre-portes plus économique : la Tesla Model S. Musk a pour objectif de produire des véhicules électriques accessibles, avec comme modèle le roadster de Tesla. Les premiers acheteurs de la voiture de sport subventionnent les coûts de recherche et développement de modèles à plus bas coût. Il est également l'investisseur et le président du conseil d'administration de SolarCity (produits photovoltaïques et services), dont son cousin Lyndon Rive est le président. La motivation fondamentale pour créer les deux entreprises est d'aider à combattre le réchauffement climatique.

Faisant face en 2008 à des difficultés d'ordres professionnel et personnel, il reçoit un appel de la Nasa, qui lui signe un contrat d'un milliard de dollars[10].

Elon Musk et le président américain Barack Obama sur le site de lancement du Falcon 9, en 2010.

En septembre 2012, Elon Musk présente le projet Hyperloop, nouveau mode de transport (un TFG solaire capable de déplacer à 1 000 km/heures des passagers dans des capsules), dont il souhaite qu'il soit au moins deux fois plus rapide que l'avion et fonctionnant à l'énergie solaire[12]. Le 12 août 2013, il présente son projet[13].

En 2012, SpaceX ravitaille la Station spatiale internationale. Il ambitionne désormais de créer un avion électrique supersonique qui pourrait décoller et atterrir verticalement ainsi que de fonder une colonie de 80 000 personnes sur Mars[10].

Fortune[modifier | modifier le code]

La fortune de Musk est estimée à 2 milliards de dollars en 2012 par Forbes[14]. En 2013, sa fortune est estimée par le Bloomberg Billionaires Index à 7,7 milliards de dollars. La croissance de sa fortune estimée est liée à une forte hausse de l'action de Tesla Motors[15]. En 2013, Forbes le classe « homme d'affaires de l'année »[10].

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Doctorats honoris causa[modifier | modifier le code]

Image[modifier | modifier le code]

Elon Musk en 2012.

Iconoclaste, travailleur et inventif, il suscite admiration et critiques des acteurs du milieu technologique. En mars 2006, devant une conférence des pontes de l'industrie spatiale réunie à Washington, il déclare : « Salut à tous. Je m'appelle Elon Musk. Je suis le fondateur de SpaceX. Dans cinq ans, vous êtes morts ». Depuis, son entreprise est devenue l'une des rares à pouvoir envoyer un satellite en orbite géostationnaire[10].

Selon Jon Favreau, réalisateur des films Iron Man, Musk est l'inspiration du Tony Stark joué par Robert Downey Jr.[16],[10].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marié, il est père de cinq garçons (des jumeaux et des triplés). Il divorce en 2008, se remarie avec l'actrice Talulah Riley le 25 septembre 2010, et en divorce en 2012[10].

Source[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.forbes.com/profile/elon-musk/
  2. Friend, Tad, « Plugged In », The New Yorker, vol. 85, no 23–30,‎ 2009, p. 53 (lire en ligne)
  3. Seth Masia, « A Family Leads to the Installer Universe », Solar Today,‎ mai 2011 (consulté le 23 décembre 2012)
  4. Hannah Elliott, « At Home With Elon Musk: The (Soon-to-Be) Bachelor Billionaire », Forbes,‎ 3 mars 2012 (lire en ligne)
  5. a et b (en) Michael Belfiore, Rocketeers, HarperCollins,‎ 2007, 166–95 p. (ISBN 978-0-06-114902-3), « Chapter 7: Orbit on a Shoestring »
  6. Dana Hall, « Rocket Man: The otherworldly ambitions of Elon Musk », San Jose Mercury News,‎ 2014-04-11 (lire en ligne)
  7. Johnny Davis, « One more giant leap », The Daily Telegraph,‎ 4 août 2007 (lire en ligne)
  8. Alison van Diggelen, « Iron Man, Growing up in South Africa », Fresh Dialogues,‎ 7 février 2013 (consulté le 1 novembre 2013) : « I actually filled out the forms for her and got her a Canadian passport, and me too. Within three weeks of getting my Canadian passport, I was in Canada. »
  9. Tom Junod, « Triumph of His Will », Esquire,‎ 15 novembre 2012 (consulté le 1 novembre 2013)
  10. a, b, c, d, e, f et g Véronique Guillemard, « Elon Musk, l'homme qui voulait décrocher Mars », in Le Figaro, encart « Culture », 6 décembre 2013, page 42.
  11. Elon Musk, cet entrepreneur qui s'invite dans l’aventure spatiale, Le Monde, 26 novembre 2013
  12. Hélène Dupuy, « « Hyperloop », un premier pas vers la téléportation », Les Échos,‎ 23 juillet 2013 (lire en ligne)
  13. Hyperloop : le projet de "TGV" subsonique dévoilé
  14. http://www.forbes.com/sites/calebmelby/2012/03/12/how-elon-musk-became-a-billionaire-twice-over/
  15. Sylvain Cypel, « Hyperloop, le pari fou du PDG de Tesla, le « génie » Elon Musk », Le Monde,‎ 12 août 2013 (lire en ligne)
  16. Elon Musk sur le site times.com

Lien externe[modifier | modifier le code]