Yourte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : yaourt.
L’artisanat traditionnel du ger mongol et les coutumes associées *
UNESCO logo.svg Patrimoine culturel immatériel
de l’humanité
Un ger mongol
Un ger mongol
Pays * Mongolie Mongolie
Région * Asie et Pacifique
Liste Liste représentative
Fiche 00872
Année d’inscription 2013
* Descriptif officiel UNESCO

Une yourte ou iourte [jurt] est l'habitat traditionnel (tente avec une ossature démontable en bois recouvert de feutre) de nombreux nomades vivant en Asie centrale, notamment les mongols et turkmènes. Elle est particulièrement utilisée au Kirghizstan, au Kazakhstan au Karakalpakistan mais aussi au Turkménistan, en Afghanistan, en Iran, en Ouzbékistan et bien sûr en Mongolie. L'étymologie du mot est d'origine turque yurt. Les mongols lui préfèrent le vocable ger.

Yourte mongole[modifier | modifier le code]

Vue intérieure d'une yourte

Description[modifier | modifier le code]

L’élément le plus important de la vie nomade mongole est sans aucun doute la yourte traditionnelle, ou ger. Bien que depuis la seconde partie du XXe siècle, la Mongolie se soit fortement urbanisée, plus d'un million Mongols continuent à vivre dans leur habitat traditionnel, que ce soit les nomades à la campagne ou les habitants permanents des villes et villages.

C’est une habitation familiale, comprenant une pièce unique autour d’un poêle. On y trouve plusieurs lits qui servent de sièges pendant la journée, armoire et/ou commode, une table basse où est posée la nourriture. La seule ouverture est la porte d'entrée, à l’opposé de laquelle se trouve traditionnellement le lit du chef de famille.

Elle est facilement démontable et re-montable en quelques heures ce qui en fait un habitat de choix pour les nomades qui se déplacent fréquemment d'un lieu de pâturage à un autre.

Dans les yourtes mongoles, on trouve aussi l’outre en peau qui contient le lait de jument. Ce dernier fermente et est transformé en fromage ou servi liquide (Aïrak).

La yourte comprend aussi une ouverture dans sa partie supérieure pour permettre d’évacuer les fumées et d’éclairer l’ensemble. La taille des yourtes est conditionnée par le nombre de « murs » (khana) ou treillis en bois. La taille standard est une yourte de cinq murs pour un diamètre de 5,80 m, une hauteur maximale de 2,30 m et minimale de 1,50 m. En plus de ces cinq murs (XanTai), la yourte est composée d’une porte (Xalag ou haalga), d’une couronne ou clef de voûte (thoone ou toono), de 81 perches (hunnu) formant la charpente soutenue par deux piliers (bagana), d’une ou deux couches de feutre (esgui), d’une toile imperméable (berdzine) en coton.

Les yourtes, d’une manière courante, peuvent avoir de deux à douze murs soit de 9 m2 à 122 m2.

Afin d’assembler la yourte, les sections murales sont dépliées et attachées ensemble pour former un cylindre. La porte est alors attachée à l’armature ainsi formée grâce à des sangles courant le long des murs. Ensuite, le toit est fixé aux deux poteaux de support et est élevé au centre de la yourte. Les branches sont alors emboîtées entre le cadre de toit et les murs. Plusieurs grands morceaux de feutre sont attachés ensemble à l’extérieur de la yourte pour l’isolation et, finalement, elle est couverte d’une coquille en coton blanche. La yourte moderne a l’avantage de garder la chaleur l’hiver, en raison des propriétés d’isolation excellentes du feutre, et d’être très facilement transportable. Une yourte peut être montée ou démontée en seulement 30 minutes.

Montage d'une yourte[modifier | modifier le code]

Aménagement[modifier | modifier le code]

La yourte est toujours montée et décorée selon le strict respect des coutumes. La porte de la yourte doit toujours faire face au sud (ou légèrement au sud-est), en direction du soleil. Le poêle, utilisé pour chauffer et cuisiner, est directement placé au centre de la yourte, l’ouverture faisant face à l'est ; un panier de combustible et une pince sont gardés devant le poêle. La yourte est divisée en deux parties, à l’ouest se tiennent les hommes, et à l’est les femmes. Ainsi, tous les ustensiles associés aux activités masculines - y compris l’outre à airag (ou koumiss), les selles, les fers rouges et le fusil de chasse - sont gardés sur la gauche de la yourte, près de la porte, pendant que les outils de travail des femmes – ustensiles de cuisine, les barils d'eau, et la théière – sont gardés à la droite de l’entrée. Les lits sont placés sur chaque côté de la yourte, au nord de l’espace réservé au stockage. Les objets de valeurs de la famille sont gardés au fond de la yourte, partie associée au respect. Chaque famille possède un ou plusieurs coffres en bois dans le fond de sa yourte. Les vêtements, l'argent, et les autres articles de valeurs y sont rangés, tandis que les icônes religieuses, les livres, les photographies de la famille, etc., sont exposés au-dessus.

Code de conduite[modifier | modifier le code]

La yourte est un espace fortement ritualisé, et on y trouve de nombreuses coutumes ancestrales. L'endroit est régi selon la croyance locale, par des forces cosmiques dont il ne faut pas briser l'équilibre[réf. nécessaire]. Les règles de convenance y sont très nombreuses, notamment concernant les gestes et les positions corporelles, ou le sens de circulation autour de la table ou du poêle central.

On pénètre dans la yourte toujours du pied droit sans heurter le seuil. Il ne faut pas rester debout plus que nécessaire, ni traverser entre les deux piliers centraux. Les yourtes mongoles sont divisées en deux espaces sexués. Dans toutes les yourtes, la place d'honneur, réservée par ordre de priorité à l'hôte, au plus âgé ou au chef de famille, fait face à la porte.

Les croyances animistes sont très présentes, et il ne faut pas offenser les esprits en jetant par exemple des détritus dans l'âtre central. Pour se préserver des esprits, l'hôte ouvre une bouteille de vodka, en verse une rasade dans un verre, puis y trempe le doigt pour jeter, en offrande à la nature, quelques gouttes du breuvage aux quatre points cardinaux. Puis, il propose le verre aux invités qui, chacun à leur tour, en boivent une gorgée. Refuser cet honneur est très mal vu, et une bouteille de vodka ouverte doit être terminée.

Historique[modifier | modifier le code]

La yourte mongole est apparue il y a environ 2 000 ans, et a évolué substantiellement à travers les siècles. La yourte a très certainement comme ancêtre l’orts, un simple abri toujours utilisé par les Tsaatans (les éleveurs de rennes), consistant aujourd'hui en un cadre conique de branches ou de poteaux en bois couverts de peaux animales. La découverte du feutre a permis aux premiers Mongols d’isoler facilement et efficacement leurs maisons, posant les fondations des habitations qui deviendront les premières yourtes. Les images de gerlugs, ou les « charrettes à yourte », ont été trouvées sur plus de cinquante fresques datant de l’âge du bronze.

Guillaume de Rubrouck, un voyageur français qui a visité la Mongolie en 1253, décrit les yourtes mongoles de son temps dans son livre Voyage dans les pays de l'est :

« Ils mettent leurs maisons sur les roues, et des baguettes tissées servent de murs à la maison. Les murs sont joins sur le sommet formant ainsi l’encolure de la maison. Ils sont recouverts de feutre blanc, et ce dernier est souvent enduit de poudre de citron ou d’os pour le faire scintiller. Ils mettent parfois sur l’ouverture du toit un feutre noir décoré avec de beaux dessins sur différents thèmes. A l'entrée de la maison, ils accrochent un feutre recouvert de tissus bariolés, et la vigne, les arbres, les oiseaux, et les animaux sont reproduits en feutre coloré. »

Les yourtes mobiles du XIIIe siècle étaient spacieuses, la largeur entre les roues d'un attelage pouvant aller jusqu’à six mètres : Roubrouc a compté 22 taureaux tirant une charrette à yourte. La plus grande yourte de l'histoire était les palais des khaans (orda ger), utilisée pour recevoir les représentants étrangers, pour les réunions importantes, etc. Les yourtes-palais étaient décorées avec des peaux d'animaux de valeur (tigre, lion, etc.), et les poteaux ainsi que les parties du cadre étaient ornés d’or. Une réplique de la yourte d’Abtai Sain Khani, qui avait quinze murs et 150 branches, est exposée à Oulan-Bator le long de la Selbe.

À partir du Moyen Âge, la yourte est devenue plus légère et plus mobile, le changement structurel le plus perceptible étant au niveau du toit qui avait précédemment une encolure haute et pointue tout à fait contraire au toit en forme de dôme de la yourte moderne. Plusieurs changements technologiques importants ont été introduits au XXe siècle, notamment le remplacement du tulga (feu à même le sol) par un poêle fermé, permettant à la fumée d’être évacuée plus facilement de la maison, le remplacement du rabat en feutre à l'entrée à la maison par une porte en bois solide, l'usage de lits au lieu de peaux de bêtes ou de rembourrage en feutre, l'introduction d'une coquille en coton blanc à l’extérieur de la yourte, ce qui améliore l'apparence de la maison.

Yourte kirghize[modifier | modifier le code]

Femme ouzbek à l'entrée d'une yourte au Turkestan (photographie de Prokudin-Gorskii en 1913)

La yourte kazakhe ou kirghize diffère sensiblement de la yourte mongole. Plus élancée, elle peut atteindre jusqu’à 3 m de haut, du fait du système de fixation des perches au cercle de clef de voûte (tündük en kirghiz, ce qui signifie aussi nord et shanrak en kazakh). Le volume intérieur en est d’autant plus vaste. Le nombre de perches varie de 50 à 80 en fonction du diamètre. La couverture extérieure de la yourte kirghize est souvent de laine beige ou grise, d’où son nom boz üy, qui signifie « maison grise », tandis que la yourte mongole est plus fréquemment recouverte d’une toile de coton blanc éclatant.

Enfin, le mobilier intérieur est différent : pas d’armoire, des nattes en laine et coton à la place des lits. Une série (1 à 3) de coffres en bois décorés renfermant les biens familiaux et ustensiles de cuisine fait face à la porte. Durant la journée, ces coffres sont surmontés des nattes de couchage soigneusement pliées.

Contrairement à la yourte mongole, la yourte kazakhe ou kirghize est rarement un habitat permanent. Depuis la sédentarisation forcée des années 1930 en Union soviétique, elle sert essentiellement en été, lors de la transhumance. Elle est ensuite démontée, séchée et rangée en automne, lorsque les bergers regagnent leurs maisons dans les villages.

Une yourte kirghize a été utilisée par le maaradjah d'Inde lors d'une visite en Mongolie.[réf. nécessaire]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Dan Frank Kuehn, Mongolian Cloud Houses, Bolinas, Shelter Publications,‎ 1980, 150 p. (ISBN 978-0-936070-39-1)
  • Krystyna Chabros, Sendenz ̆avyn Dulam,La Nomadisation Mongole: Techniques et symbolique, Papers on inner Asia,Research Institute for Inner Asian Studies, 1990, 58 pages
  • Claude-Claire et René Kappler, Guillaume de Rubrouck Voyage dans l'Empire Mongol 1253-1255, Paris, Imprimerie Nationale,‎ 1993, 305 p. (ISBN 978-2-7427-7083-0)
  • (en) Peter Alford Andrews, Nomad Tent Types in the Middle East, Wiesbaden, Dr. Ludwig Reichert,‎ 1997, 560 et 144 p. (ISBN 3-88226-890-5)
  • (en) Peter Alford Andrews, Felt Tents and Pavilions, Londres, Melisende,‎ 1999, 862 et 800 p. (ISBN 1-901764-05-2)
  • (en) Paul King, The complete Yurt handbook, Bath, eco-logic books,‎ 2001, 128 p. (ISBN 978-1-899233-08-3)
  • N. Tlewbergenova , À propos des habitations karakalpakes, Cahiers d’Asie centrale, 10 2002, mis en ligne le 28 août 2009
  • Isabelle Bruno, Yourtes et tipis, Paris, Hoëbeke,‎ 2003, 390 p. (ISBN 978-2-84230-291-7)
  • Marc Alaux, Sous les yourtes de Mongolie, Paris, Transboréal,‎ 2007, 381 p. (ISBN 978-2-361-57015-6)
  • Evelyne Adam, Olivier Dauch, Jean Soum, Construire en rond : yourtes, dômes, zomes, ker-terre, Paris, Eyrolles,‎ 2010, 178 p. (ISBN 978-2-212-12591-7)
  • Denis Couchaux, Habitats nomades , Paris, Alternatives, Collection: Anarchitecture,‎ 2011, 389 p. (ISBN 978-2-86227-678-6)
  • Sylvie Barbe, Vivre en yourte: un choix de liberté, Gap, Le Souffle d'Or,‎ 2013, 304 p. (ISBN 978-2-36429-035-8)

Notes et références[modifier | modifier le code]