Hirondelle rustique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark gold.png Vous lisez un « article de qualité ».

Hirundo rustica • Hirondelle de cheminée, Hirondelle des granges

L'Hirondelle rustique (Hirundo rustica) est une petite espèce de passereau migrateur vivant en Europe, en Asie, en Afrique et en Amérique. Elle est également connue sous le nom d'Hirondelle de cheminée ou d'Hirondelle des granges. Elle se distingue par sa longue queue fourchue et sa gorge couleur rouge brique. Elle niche dans un nid fait de terre séchée et de salive pour coller les bouts de terre, accroché sous un toit, une poutre, aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur, en ville ou à la campagne, souvent dans des granges ouvertes, et parfois dans les maisons ouvertes. Elle se nourrit essentiellement d'insectes attrapés en vol.

Il existe six sous-espèces d'Hirondelle rustique, se reproduisant toutes dans l'hémisphère nord. Quatre d'entre elles sont migratrices, et hivernent dans l'hémisphère sud, dans des régions parfois très éloignées comme l'Argentine, la province du Cap en Afrique du Sud ou le nord de l'Australie. Du fait de sa large distribution géographique, l'Hirondelle rustique n'est pas menacée.

L'Hirondelle rustique est un oiseau qui aime les paysages ouverts et qui utilise généralement les constructions humaines pour confectionner son nid. Commensale, elle s'est vraisemblablement beaucoup développée avec l'expansion humaine. Cette espèce vit en association avec l'homme qui la tolère dans les bâtiments car il la considère utile puisqu'elle se nourrit d'insectes nuisibles. D'anciennes superstitions concernant cet oiseau et son nid ont également contribué à la faire accepter. La littérature et la religion font souvent référence à l'Hirondelle rustique et cet oiseau qui vit proche de l'homme le fascine par ses habitudes migratoires. L'Hirondelle rustique est l'oiseau national de l'Estonie.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom du genre Hirundo signifie hirondelle en latin[1]. Elle est parfois appelée Hirondelle de cheminée en France, car il lui arrivait fréquemment de bâtir son nid dans les cheminées fumoirs, comme elle le fait toujours en Bretagne[2]. De même, sa dénomination courante anglaise Barn swallow (littéralement « hirondelle des granges ») fait référence à son habitude de nicher dans ce type de bâtiment.

Description morphologique[modifier | modifier le code]

Détail de la tête d'une jeune hirondelle rustique

L'Hirondelle rustique mâle adulte, appartenant à la sous-espèce H. r. rustica, mesure 17 à 19 cm de long, dont 2 à 7 cm de plumes allongées de la queue. Elle a une envergure de 32 à 34,5 cm, pour un poids de 16 à 22 grammes. La silhouette fine et élancée de cette hirondelle la rend aisément reconnaissable. On remarque sa queue largement échancrée, très effilée aux deux extrémités et ornée d'une petite rangée de taches blanches visibles en vol[3]. Les deux rectrices situées sur les bords de la queue et nettement plus longues que les autres sont appelées filets. Le dessus, de la tête à la queue, est bleu sombre et présente un éclat métallique certain. La gorge, les joues et le pourtour du bec sont rouge brique, soulignés par une bande pectorale bleu sombre, et le dessous de l'oiseau est blanc crème avec des reflets roux. La calotte et la nuque sont bleu-noir, le tour des yeux est noir, tout comme les yeux, les courtes pattes, les doigts et le bec. Ce dernier est fin et court[4]. À la différence des autres hirundinidés, son croupion n'est pas marqué de blanc[5].

La femelle est semblable au mâle, mais ses filets sont plus courts, le bleu du dessus et de la poitrine est moins glacé, et le dessous est plus pâle. Les jeunes sont plus ternes, avec une tête d'un roux plus pâle et un dessous plus blanc. Il leur manque également les longues plumes caudales de l'adulte[6].

Espèces similaires[modifier | modifier le code]

Grâce à sa tête rousse et sa bande bleue sur la poitrine, l'Hirondelle rustique adulte est facile à distinguer des espèces d'Hirundo africaines et de l'Hirondelle messagère (Hirundo neoxena) qui partage une partie de son aire de répartition en Australie[6]. En Afrique, les plumes courtes de la queue des jeunes peuvent amener à les confondre avec l'Hirondelle de Guinée (Hirundo lucida), mais cette dernière a une bande plus fine à la poitrine et la queue plus blanche[7]. En Europe, on peut facilement la distinguer de l'Hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum) car celle-ci possède une bande blanche au niveau du croupion, et la queue de l'adulte n'a pas les longues pointes de rustica. En Asie, l'Hirondelle rousseline (Cecropis daurica) a une allure proche, mais diffère par son plumage coloré.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Écologie et comportement[modifier | modifier le code]

Chant[modifier | modifier le code]

Dickcissel d'Amérique mâle perché sur un poteau métallique, chantant cou tendu et bec ouvert.

Chants et appels

Fichiers multimédia sur Commons :
Chant de l'Hirondelle rustique :

Écouter l'Hirondelle rustique
sur xeno-canto

Le chant de l'Hirondelle rustique est un gazouillement grasseyant mais néanmoins mélodieux, qui se termine souvent par un grincement. Les cris comprennent des witt ou des tsvitt souvent répétés[8] et un bruyant splee-plink quand elle est excitée[9]. Le cri d'alarme est constitué d'un tranchant siflitt pour des prédateurs comme les chats, et d'une répétition de tsivitt rapidement enchaînés pour les oiseaux de proie[10].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Spécimen en vol.

L'Hirondelle rustique a un comportement similaire à celui des autres insectivores aériens, comme notamment les autres hirondelles et les apodidés (martinets). Elle se nourrit généralement à 7 ou 8 mètres au-dessus du sol ou d'eau peu profonde, suivant souvent les animaux, les hommes ou les machines agricoles pour attraper des insectes perturbés. Il lui arrive également d'attraper des proies juste à la surface de l'eau, sur des murs ou sur des plantes. Dans les zones de reproduction, les grosses mouches représentent 70 % de son régime alimentaire, dans lequel les pucerons et les papillons de jour et de nuit tiennent également une place importante[11]. Toutefois, en Europe, l'Hirondelle rustique consomme moins de pucerons que l'Hirondelle de fenêtre ou l'Hirondelle de rivage[3]. Pendant l'hiver, les hyménoptères, et spécialement les fourmis volantes, sont une ressource alimentaire importante. Quand elle couve ses œufs, l'Hirondelle rustique chasse par deux, mais peut parfois former de grands groupes[6].

L'Hirondelle rustique s'abreuve au vol, recueillant l'eau dans sa bouche ouverte lorsqu'elle vole à très basse altitude, rasant les lacs ou les rivières[12]. L'oiseau se baigne de la même façon, plongeant un instant dans l'eau tandis qu'il vole[13].

Les hirondelles se regroupent en large communauté, comprenant parfois des centaines d'individus, lorsque la saison de reproduction est terminée. Elles se rassemblent notamment pour passer la nuit dans des roselières, volant au-dessus pendant un moment avant de descendre dans les roseaux[10]. Les roselières constituent une importante source de nourriture pour les hirondelles avant et pendant la migration. En effet, bien que l'Hirondelle rustique peut se nourrir au vol durant le voyage, les roselières leur permettent de constituer des réserves de graisses indispensables au vu de la durée du voyage[14].

Vol[modifier | modifier le code]

Elle ne vole pas particulièrement vite, avec une vitesse estimée à 39 km/h, pouvant atteindre 72 km/h, et une fréquence de 5 battements d'ailes par seconde, pouvant atteindre 7 à 9 battements par seconde[15],[16], mais sa queue fourchue lui confère l'agilité nécessaire pour se nourrir d'insectes au vol. Elle collecte sa nourriture en décrivant des cercles ou en volant très près du sol. Son vol gracieux est ponctué de virevoltes[11].

Reproduction[modifier | modifier le code]

Accouplement[modifier | modifier le code]

Oisillons et œufs dans le nid.

L'Hirondelle rustique mâle rejoint l'aire de reproduction avant les femelles, va choisir le site de nidification, et en avertit ensuite les femelles en décrivant des cercles dans le ciel et en chantant. Le mâle séduit la femelle par la longueur de ses filets[3],[17]. En termes de biologie de l'évolution cela s'explique par le fait que les mâles qui ont les plus longs filets sont généralement plus résistants aux maladies et vivent plus longtemps, et les femelles ont donc un intérêt indirect dans ce choix : les mâles vont certainement transmettre leur plus grande résistance à leur progéniture[18]. On observe d'ailleurs qu'en Europe du Nord les mâles ont des filets très longs alors qu'il y a peu de différences entre ceux du mâle et de la femelle plus au sud. Cette différence est par exemple de 5 % en Espagne quand elle atteint 20 % en Finlande. Au Danemark, la longueur moyenne de la queue du mâle a augmenté de 9 % entre 1984 et 2004, mais cette évolution pourrait changer avec le réchauffement climatique si les étés deviennent chauds et secs[19].

Les mâles aux plus longs filets ont également de plus gros points blancs sur la queue, et comme le pou des oiseaux préfère les plumes blanches, la présence de gros points blancs dénués de parasites indique la qualité du reproducteur. Il y a d'ailleurs une corrélation positive entre la taille des taches blanches et le nombre de descendants par saison[20].

Tout jeunes oisillons au nid, dans le Nisqually National Wildlife Refuge, aux États-Unis.

Mâles et femelles défendent leur nid, mais le mâle se montre particulièrement agressif et territorial[6]. Une fois un couple formé, il reste uni pour la vie, mais les copulations extraconjugales sont fréquentes, en faisant une espèce génétiquement polygame bien que socialement monogame[21]. Les mâles surveillent néanmoins leurs femelles pour éviter cela[22]. Ils peuvent employer des cris d'alarme pour empêcher la copulation de leur femelle avec un autre mâle[23].

Fabrication du nid[modifier | modifier le code]

L'Hirondelle rustique niche généralement dans des bâtiments accessibles comme les granges, les étables, ou sous les ponts. Le nid en forme de demi-coupe, qui a un diamètre de 22 cm pour 11 cm de profondeur[2], est adossé à une solive ou à un quelconque autre élément vertical. Avant que les constructions humaines ne deviennent très courantes, l'Hirondelle rustique nichait sur la paroi de rochers ou dans des grottes, mais cela devient rare. Le nid est bâti par le mâle et la femelle, plus souvent par la femelle seule, avec des morceaux de boue qu'elle malaxe pour former de petites boules, et consolidés avec des herbes, de la paille, des algues[24] ou d'autres matériaux[6]. Si les conditions sont favorables, la construction du nid dure environ huit jours. L'analyse d'un nid a révélé qu'il contenait 212 g de terre séchée liée par pas moins de 2 224 radicelles et quelques brins d'herbe. 1 100 voyages ont été effectués pour le bâtir[25]. Une fois le nid terminé, il est garni de plumes et de duvet, les hirondelles récupérant souvent des plumes de poule, afin de lui donner un aspect plus douillet[2]. Il arrive que les moineaux essaient de s'approprier le nid des hirondelles, en les chassant ou en s'y installant avant leur arrivée[2]. L'Hirondelle rustique peut parfois nicher en colonies si suffisamment de sites de nidification sont à disposition, et au sein d'une colonie le couple défend un territoire qui s'étend à 4 à 8 m2 chez la sous-espèce européenne. La taille des colonies est plus importante en Amérique du Nord[12]. L'homme fournit parfois à ces oiseaux et aux espèces apparentées des nids artificiels, en forme de demi-bol et en ciment coulé, solidement fixés sur une poutre intérieure de la toiture d'une grange, d'une étable, d'un porche, etc.

Couvée et élevage des jeunes[modifier | modifier le code]

Juvéniles de la sous-espèce H. r. gutturalis attendant la becquée, au Japon.
Œufs d'Hirondelle rustique - Muséum de Toulouse
Juvéniles au nid à Porto Covo au Portugal

La femelle pond entre 2 et 7, généralement 4 ou 5, œufs blancs à petits points roux et gris. Les œufs mesurent entre 20 et 14 mm, pour un poids de 1,9 g, dont 5 % de coquille. En Europe, la femelle effectue presque toute la couvaison, mais en Amérique du Nord le mâle peut couver pendant 25 % du temps. L'incubation dure entre 14 et 19 jours, au cours desquels la femelle maintient la température des œufs constante, en évitant qu'ils se refroidissent mais également parfois qu'ils se réchauffent, lorsque le nid est placé sous des tôles très exposées par exemple. Des femelles ont ainsi été observées s'humidifiant le ventre pour rafraîchir leurs œufs[26]. Après l'éclosion, il faut encore 18 à 23 jours pour que les oisillons quittent le nid. Pendant ce temps, ils sont nourris par leurs parents qui leur amènent régulièrement des insectes, qu'ils agglutinent dans leur bec quand ils chassent. Ils peuvent apporter ainsi une vingtaine d'insectes à la fois, et répètent leurs allées et venues jusqu'à 400 fois par jour. Les jeunes hirondelles atteignent leur poids maximum vers le treizième jour, et pèsent alors environ 22 g. Ce poids se réduira un peu par la suite lorsqu'ils formeront leurs plumes[5]. À partir du quinzième jour, les oisillons n'ont plus besoin de leurs parents pour maintenir leur température constante, et ceux-ci ne les abritent plus que pendant la nuit. Après 18 à 23 jours passés au nid les oisillons vont pouvoir le quitter. Pour les inciter, leurs parents cessent de les nourrir, puis leur tendent des insectes et lorsque les hirondeaux se sont suffisamment approchés du bord, ils lancent des cris d'alerte qui les font chavirer dans le vide. Là, battant leurs ailes par réflexe, ils prennent alors leur premier envol[5]. Les jeunes oisillons qui commencent à quitter le nid vivent avec leurs parents, qui continuent à les nourrir pendant environ une semaine. Occasionnellement, les jeunes de la première couvée aident à nourrir ceux de la seconde[6]. Au bout de 35 jours, les jeunes sont totalement indépendants.

Oisillons attendant qu'on leur apporte à manger.

Il y a en général deux couvées par an, voire trois, un même nid accueillant plusieurs couvées la même année, et étant réparé pour être réutilisé les années suivantes. 90 % des œufs éclosent, et 70 à 90 % des oisillons peuvent prendre leur envol. La mortalité moyenne la première année est de 70 à 80 %, et de 40 à 70 % pour un adulte. La mortalité des jeunes peut être aggravée par des conditions climatiques difficiles. En effet, s'il fait trop froid, les insectes se font rares, et dans ces conditions les parents n'arrivent pas toujours à subvenir aux besoins des oisillons, notamment après leur dixième jour[27]. Bien que la longévité puisse atteindre 11 ans, la plupart des hirondelles ne vivent pas au-delà de 4 ans[6].

Prédateurs et parasites[modifier | modifier le code]

L'hirondelle chasse les intrus tels que les chats qui s'approchent à proximité de leur nid, volant très près d'eux pour les effrayer[18]. Les adultes ont peu de prédateurs, même s'ils peuvent parfois être victimes de faucons ou de chouettes. Le moineau représente un de ses principaux concurrents, et il arrive que des moineaux s'emparent du nid d'hirondelles, et en expulsent les oisillons pour s'y installer. Les lérots, les chats et les fouines sont des prédateurs potentiels au cours de la couvée[28]. Le parasitisme de couvée par le vacher en Amérique du Nord et le coucou en Europe est rare[12],[3]. En Amérique du Nord, l'Hirondelle rustique développe parfois une relation de mutualisme avec le balbuzard. Elle bâtit son nid à côté du sien et bénéficie ainsi de sa protection, cet oiseau se nourrissant exclusivement de poisson. Par ailleurs les balbuzards sont avertis de la présence de prédateurs par les cris d'alarme des hirondelles[12].

L'Hirondelle rustique, tout comme d'autres oiseaux, présente souvent des trous dans les plumes des ailes et de la queue. Ces trous sont liés à la présence de poux aviaires de la famille des Menoponidae, comme Machaerilaemus malleus ou Myrsidea rustica, bien que d'autres espèces soient incriminées comme celles du genre Brueelia. Il existe plusieurs espèces de poux dont la présence a été confirmée chez l'hirondelle, comme Brueelia domestica et Philopterus microsomaticus[29],[30]. Au Texas, Oeciacus vicarius, qui est commun chez les espèces telles que l'Hirondelle à front blanc (Petrochelidon pyrrhonota), infeste également les Hirondelles rustiques[31].

Longévité[modifier | modifier le code]

Du fait des importants risques que comporte leur longue migration annuelle, la longévité des hirondelles est assez courte. Ainsi, elles ne vivent généralement que de 2 à 4 ans, voire un peu plus, rarement jusqu'à 8 ans. L'Hirondelle rustique la plus vieille qui a été rencontrée avait atteint l'âge de 15 ans, en Angleterre. Une autre aurait vécu 14 ans et a été enregistrée en Alsace de manière un peu mieux documentée[27].

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

  •      Zones de nidification
  •       Habitat permanent
  •      Zones d'hivernage
Des hirondelles rustiques rassemblées sur les fils téléphoniques avant d'entamer la migration d'automne. C'est une vision de plus en plus rare, depuis la régression de cette espèce dans les années 1960-1970.

L'aire de reproduction de l'Hirondelle rustique englobe quasiment toute l'Amérique du Nord et l'Eurasie, ainsi qu'une partie du Nord de l'Afrique et du Moyen-Orient. Elle hiverne en Amérique du Sud, en Asie du Sud, en Micronésie, en Indonésie, en Afrique ou en Australie, suivant son lieu de reproduction. On compte environ 190 millions d'Hirondelles rustiques dans le monde[4].

Habitat et distribution[modifier | modifier le code]

L'Hirondelle rustique préfère les zones ouvertes à végétation basse, comme les prairies, les bocages, les marais, les parcs et les jardins, notamment lorsqu'il y a une source d'eau à proximité, car elle s'abreuve en vol. Cette hirondelle évite les zones boisées, trop accidentées ou trop densément peuplées. C'est une espèce commensale de l'homme et la présence de constructions accessibles comme les granges ou les étables pour y bâtir son nid, et de perchoirs bien exposés comme des fils, des branches nues ou des arêtes de toits est également importante pour l'hirondelle lors de son choix d'un site de reproduction[3].

Hirondelle rustique à Kolkata, en Inde

Elle se reproduit dans l'hémisphère nord, à une altitude variant entre le niveau de la mer et 2 700 m[32], voire 3 000 m dans le Caucase et en Amérique du Nord[12], où elle est absente uniquement des déserts et des territoires les plus septentrionaux. Elle évite généralement les villes, où elle cède sa place à l'Hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum). Toutefois, à Honshū, l'Hirondelle rustique est un oiseau urbain tandis que l'Hirondelle rousseline (Cecropis daurica) est présente dans les campagnes[6].

En hiver, l'Hirondelle rustique est moins difficile quant au choix de son habitat, évitant seulement les déserts et les forêts denses[33]. Elle est commune dans les zones à végétation basse comme les savanes, et au Venezuela, en Afrique du Sud et à Trinité-et-Tobago, elle apprécie particulièrement les champs de canne à sucre récoltés ou brûlés[34],[35],[36]. Chaque oiseau a tendance à revenir au même lieu d'hivernage d'une année sur l'autre[13] et à se rassembler en larges communautés. L'une d'entre elles, au Nigeria, a été estimée à 1,5 million d'oiseaux[37]. On pense qu'il s'agit d'un moyen de lutte contre les prédateurs, et l'arrivée de ces communautés est liée à celle de son principal prédateur qu'est le Faucon de Cuvier (Falco cuvieri). L'Hirondelle rustique a été observée nichant dans certaines zones tempérées de ses régions d'hivernage comme les montagnes thaïlandaises ou celles du centre de l'Argentine[38],[6].

Migration[modifier | modifier le code]

La migration des hirondelles est longtemps restée méconnue. Ainsi, on a longtemps cru, comme le pensait Aristote au IIIe siècle av. J.-C., que cet oiseau passait l'hiver dans la vase. Cette croyance est en partie liée à l'habitude de cet oiseau de passer la nuit dans des roselières. Ce n'est que vers la fin du XVIIIe siècle que le naturaliste Buffon remet en cause cette théorie pour commencer à envisager que les hirondelles vont passer l'hiver plus au sud, là où le climat est plus clément[39].

La migration d'Hirondelles rustiques entre la Grande-Bretagne et l'Afrique du Sud a été établie le 23 décembre 1912, lorsqu'un oiseau bagué par James Masefield sur son nid est retrouvé au Natal[40]. Cet oiseau effectuant de très longues migrations a été observé ponctuellement à Hawaii, aux Bermudes, au Groenland, à Tristan da Cunha et aux îles Malouines[6].

Les hirondelles se rassemblent en groupes pouvant parfois compter plusieurs milliers d'individus à l'automne avant de partir hiverner vers le sud. Durant leur migration, les hirondelles volent de jour à basse altitude, afin de se nourrir durant le voyage. De nombreuses hirondelles meurent de faim ou d'épuisement durant ce périple, dont la traversée du Sahara représente une des principales difficultés pour les hirondelles européennes[41].

Europe[modifier | modifier le code]

L'Hirondelle rustique est présente partout en Europe, à l'exception de l'Islande. Les effectifs sont actuellement en régression un peu partout en Europe, à l'exception des pays d'Europe de l'Est[5]. Ils sont également stables en Angleterre, alors qu'ils déclinent fortement aux Pays-Bas[28]. Selon le European Bird Cencus Council, la population européenne est en déclin modéré et a baissé de près de 20 % entre 1980 et 2005, avec de très fortes variations selon les années, dont des pointes de population à presque + 20 % en 1989 et 1997[42].

Elle est la plus répandue des cinq espèces d'hirondelles nichant en France, et la onzième espèce d'oiseau la plus répandue du pays[5]. On peut la rencontrer un peu partout dans le pays, à l'exception des zones d'altitude : elle s'aventure rarement au-dessus de 1 700 m. Présente en France du mois d'avril au mois de septembre, elle migre ensuite vers l'Afrique subsaharienne. Ses réserves en graisse lui procurent une autonomie de soixante heures de vol pour traverser, d'une traite, la Méditerranée ou le Sahara. Chaque année, quelques individus passent l'hiver en France, réussissant à survivre, si l'hiver est suffisamment clément.

Comme un peu partout en Europe, la population d'Hirondelles rustiques en France a connu un déclin estimé à entre 5 et 38 % entre 1989 et 2007 selon les sources. Les principales causes de ce déclin semblent être l'emploi de grandes quantités d'insecticides et de pesticides par l'agriculture intensive, mais aussi la raréfaction des zones d'habitat rural traditionnel, la destruction des nids en partie à cause de la menace de grippe aviaire, ou encore le réchauffement climatique qui rend la traversée du Sahara plus longue et dangereuse[43],[44].

Le déclin de l'espèce depuis une vingtaine d'années va également de pair avec le déclin de l'agriculture en Europe occidentale: notamment, de nombreuses petites fermes et granges traditionnelles, munies d'orifices d'aération convenant à sa nidification, disparaissent ou sont transformées en habitations et garages hermétiques, là où l'urbanisme a pris le pas sur la ruralité. Le placement massif de nichoirs (nids artificiels) spécifiques à l'hirondelle rustique (voir plus haut) pourrait contribuer à réduire partiellement le déclin de l'espèce, surtout qu'elle apprécie la nidification en colonie.

Amérique[modifier | modifier le code]

En Amérique du Nord, l'Hirondelle rustique se reproduit depuis l'Alaska et Terre-Neuve jusqu'au sud de la Californie et au nord de la Floride et du Mexique[45]. L'hiver elle migre vers l'Amérique du Sud et l'Amérique centrale. Durant la migration, on peut les observer au sud de la Floride, dans la péninsule du Yucatan et aux Antilles où elles ne sont généralement que de passage. Dans la moitié nord du Mexique, il y a une aire où les hirondelles sont visibles toute l'année durant[46].

Asie[modifier | modifier le code]

On rencontre les hirondelles dans la majeure partie de l'Asie. Elles se reproduisent à la belle saison, de la Russie (à l'exception de la Sibérie) et de la Corée au nord jusqu'au Moyen-Orient et à la Chine. L'hiver, elles migrent vers l'Inde, l'Indonésie et l'ensemble de l'Asie du Sud-Est, allant même jusqu'en Australie. Les hirondelles du Moyen-Orient choisissent souvent de partir plutôt vers l'Afrique.

Classification[modifier | modifier le code]

Taxonomie[modifier | modifier le code]

L'Hirondelle rustique est décrite pour la première fois par le naturaliste suédois Carl von Linné dans son Systema Naturae en 1758 sous le nom scientifique Hirundo rustica, et caractérisée comme « H. rectricibus, exceptis duabus intermediis, macula alba notatis » (« Hirondelle dont les rectrices sont marquées d'une tache blanche, à l'exception des deux plus centrales »)[47]. Hirundo signifie hirondelle en latin, tandis que rustica signifie « de la campagne »[48]. Cette espèce est la seule du genre Hirundo à avoir une large aire de répartition en Amérique, alors que la plupart des espèces sont originaires d'Afrique.

Il y a peu de problèmes de taxonomie à l'intérieur du genre, mais l'Hirondelle de Guinée (Hirundo lucida), qui vit en Éthiopie, dans le bassin du Congo et en Afrique de l'Ouest, a été pendant un temps considérée comme une sous-espèce d'Hirondelle rustique. Elle est un peu plus petite que celle-ci, a une bande bleue plus fine à la poitrine et l'adulte a des plumes plus courtes à la queue. Au vol, on peut également s'apercevoir que son ventre est un peu plus pâle[7].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Six sous-espèces d'Hirondelle rustique sont généralement reconnues. Toutefois, d'autres ont été identifiées dans l'Est de l'Asie, comme H. r. saturata par Robert Ridgway en 1883[49], H. r. kamtschatica par Benedykt Dybowski en 1883[50], et H. r. mandschurica par Wilhelm Meise en 1934[49]. Devant les incertitudes qui entourent ces sous-espèces[50], c'est la classification de Turner et Rose, largement reconnue, qui est indiquée ici[6].

  • H. r. rustica, qui se reproduit en Europe et en Asie, entre le cercle polaire au nord, le Nord de l'Afrique, le Moyen-Orient et le Sikkim au sud et le fleuve Ienisseï à l'est. En hiver, elle migre vers l'Afrique, la péninsule arabique et le sous-continent indien[6]. Les hirondelles qui hivernent en Afrique du Sud viennent de toute l'Eurasie depuis des longitudes pouvant atteindre 91°E[51], et ont parcouru jusqu'à 11 660 km lors de leur migration[52].
H. r. gutturalis au Japon.
  • H. r. transitiva est décrite par Ernst Hartert en 1910[53]. Elle se reproduit au Moyen-Orient, du sud de la Turquie à Israël, et y reste parfois l'hiver, bien que certains oiseaux migrent vers l'Afrique de l'Est pour l'hiver. Elle a le dessous du corps rouge-orangé et une bande cassée à la poitrine[6].
  • H. r. savignii vit toute l'année en Égypte. Elle est décrite par James Stephens en 1817 et nommée en l'honneur du zoologiste français Jules-César Savigny[54].
  • H. r. gutturalis, décrite par Giovanni Antonio Scopoli en 1786[49], a le dessous du corps blanchâtre, et une bande pectorale cassée. La poitrine est couleur noix, et le reste du dessous du corps tire vers le rose chamoisé[55]. Elle se reproduit du centre et l'est de l'Himalaya jusqu'au Japon et la Corée, puis migre pour hiverner à travers l'Asie tropicale, depuis l'Inde et le Sri Lanka jusqu'à l'Indonésie et la Nouvelle-Guinée à l'est. Un nombre croissant d'entre elles hivernent en Australie. Elle peut s'hybrider avec H. r. tytleri au niveau du fleuve Amour. On pense que les deux sous-espèces asiatiques étaient autrefois séparées, mais l'expansion des sites de nidification que sont les habitations humaines a permis à leurs aires de répartition de se rejoindre[6]. H. r. gutturalis se rencontre occasionnellement en Alaska et dans l'État de Washington[56], mais on la distingue facilement de la sous-espèce nord-américaine, H. r. erythrogaster, par le dessous du corps rougeâtre de cette dernière.
H. r. erythrogaster dans l'État de Washington.
  • H. r. tytleri, décrite pour la première fois par Thomas Caverhill Jerdon en 1864, et nommée en l'honneur du soldat, naturaliste et photographe britannique Robert Christopher Tytler[49], a le dessous de la tête orange-rouge profond, et une bande pectorale incomplète. Sa queue est également un peu plus longue[55]. Elle se reproduit en Sibérie et au Nord de la Mongolie, et passe l'hiver de l'est du Bengale à la Thaïlande et la Malaisie[6].
  • H. r. erythrogaster, la sous-espèce nord-américaine, a été décrite par Pieter Boddaert en 1783, et diffère de la sous-espèce européenne par son dessous du corps plus rouge et sa bande pectorale plus fine et souvent incomplète. Elle se reproduit en Amérique du Nord, de l'Alaska au sud du Mexique, et migre pour l'hiver vers les Antilles, le Costa Rica, Panama et l'Amérique du Sud[34].

Des analyses d'ADN ont montré que les Hirondelles rustiques nord-américaines avaient colonisé la région du lac Baïkal en Sibérie, inversement aux migrations qui s'opèrent habituellement entre l'Amérique du Nord et l'Eurasie[57].

Hybrides[modifier | modifier le code]

L'Hirondelle rustique peut s'hybrider avec l'Hirondelle à front blanc (Petrochelidon pyrrhonota) et l'Hirondelle à front brun (P. fulva) en Amérique du Nord, ainsi qu'avec l'Hirondelle de fenêtre en Eurasie, ce dernier cas étant le cas d'hybridation le plus courant chez les passereaux[18].

Relation avec l'Homme[modifier | modifier le code]

Hirondelle rustique mâle.

L'Hirondelle rustique est un oiseau attrayant dont la présence dans les bâtiments est tolérée par l'homme car elle se nourrit d'insectes. Elle est également perçue comme un des premiers signes de l'arrivée du printemps car c'est une des premières espèces migratrices à revenir d'hivernage. En Europe, l'Hirondelle rustique utilise les constructions humaines pour bâtir son nid depuis très longtemps[58], comme en témoigne Virgile dans ses Géorgiques en 29 avant J.-C. : « ... ante/garrula quam tignis nidum suspendat hirundo » (« ... avant que la gazouillante hirondelle suspende son nid aux chevrons »)[59]. On pense qu'elle a commencé à attacher son nid aux habitations des Indiens d'Amérique au début du XIXs siècle, et la multiplication des implantations humaines a conduit à une véritable explosion du nombre d'hirondelles à travers l'Amérique du Nord[57].

Statut de conservation[modifier | modifier le code]

L'Hirondelle rustique a une immense aire de répartition, dont on estime la surface à 10 millions de km2, et une population mondiale qui pourrait atteindre 190 millions d'individus. Bien qu'aucune estimation de la tendance actuelle n'ait réellement été faite, il ne semble pas que l'espèce satisfasse aux critères de diminution de population pour entrer sur la liste rouge de l'UICN (il faut une diminution de 30 % de la population en 10 ans ou en trois générations). C'est pourquoi l'espèce est classée en « préoccupation mineure » sur la liste de 2007 de l'UICN, et n'a pas de statut particulier fixé par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), qui régule le marché international de spécimens animaux et végétaux[12].

L'Hirondelle rustique bénéficie tout de même d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire[60]. Il est donc interdit de la détruire, la mutiler, la capturer ou l'enlever, de la perturber intentionnellement ou de la naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les œufs et les nids, et de détruire, altérer ou dégrader son milieu. Qu'elle soit vivante ou morte, il est aussi interdit de la transporter, colporter, de l'utiliser, de la détenir, de la vendre ou de l'acheter.

Cette espèce a beaucoup bénéficié de la déforestation par le passé, qui a créé des habitats ouverts comme elle les apprécie, et du développement des constructions humaines, lui offrant une multitude d'emplacements possibles pour la nidification. Localement il lui arrive de décliner fortement, comme ce fut le cas dans les années 1950 en Israël à cause de l'utilisation du DDT ou au cours du XIXe siècle en Amérique du Nord du fait de sa concurrence avec le Moineau domestique. L'intensification de l'agriculture en Europe et en Asie conduit actuellement à une diminution progressive de ses effectifs en réduisant la disponibilité en insectes par l'utilisation d'insecticides et la régression des haies et des prairies. Par ailleurs, la disparition des marais et des roselières les empêche de se regrouper dans de bonnes conditions avant de partir en migration[61]. La population nord-américaine a augmenté durant le XXe siècle car l'expansion humaine lui a fourni de nouveaux sites de nidification[6]. Néanmoins, elle est aujourd'hui de moins en moins bien acceptée dans les bâtiments souvent mieux fermés, et où ses fientes sont moins bien tolérées[61].

L'aménagement d'un aéroport à Durban en Afrique du Sud, dans l'optique de la coupe du monde de football de 2010, menaçait fortement les populations européennes. En effet, le projet comprenait la création d'une nouvelle piste à la place de la roselière du mont Moreland, où plus de 3 millions d'hirondelles résident durant l'hiver, soit 8 % de la population européenne. Toutefois, sous la pression d'organisations pour la défense des animaux, le projet est finalement abandonné[62] et des radars sont installés sur les avions pour pouvoir éviter les importantes nuées d'hirondelles[35].

Le réchauffement climatique peut également affecter l'Hirondelle rustique. En effet, les sécheresses provoquent chez elle des pertes de poids et ralentissent la reconstitution de ses plumes, et le Sahara, par son extension, pourrait devenir un obstacle de plus en plus difficile à franchir pour les oiseaux en migration. Les étés chauds et secs engendrent une diminution des insectes disponibles. Le froid provoque les mêmes effets, et une brusque chute des températures peut conduire les hirondelles à sacrifier leur progéniture, celle-ci mourant alors de faim[61]. En revanche, des printemps plus doux peuvent conduire à allonger la saison de reproduction et donc le nombre de couvées. La possibilité de nicher en dehors des bâtiments dans le nord de son aire de répartition peut aussi conduire à multiplier le nombre d'oisillons[19].

L'Hirondelle rustique dans la culture[modifier | modifier le code]

En littérature[modifier | modifier le code]

Dans la littérature, il est souvent fait référence à l'Hirondelle rustique, qui symbolise traditionnellement l'arrivée du printemps. C'est déjà le cas dans le poème en latin Pervigilium Veneris. Dans The Waste Land, T. S. Eliot en cite la ligne « Quando fiam uti chelidon [ut tacere desinam]? » (« Quand serais-je comme l'hirondelle, et pourrais-je alors cesser d'être silencieux ? »). Cela fait référence à une version du mythe de Philomèle selon laquelle elle fut changée en rossignol et sa sœur Procné en hirondelle ; certaines versions inversent les deux espèces[63]. L'image du grand rassemblement des hirondelles avant leur migration vers le sud conclut l'ode To Autumn de John Keats.

L'Hirondelle rustique est aussi mentionnée dans la Bible, bien qu'elle puisse avoir été confondue avec les martinets lors des traductions[64], ou avec d'autres espèces d'hirondelles d'Israël[10]. Toutefois, la phrase : « Yea, the sparrow hath found her a house, And the swallow a nest for herself, where she may lay her young » (« Oui, le moineau a trouvé sa maison, et l'hirondelle son nid, où elle dépose ses petits ») issue du psaume biblique 84:3[65], s'applique certainement à l'Hirondelle rustique.

William Shakespeare cite à plusieurs reprises l'hirondelle dans ses œuvres, notamment pour la rapidité de son vol ; par exemple, on peut lire « True hope is swift, and flies with swallow's wings... » (« Le véritable espoir est rapide, et s'envole le temps d'un battement d'aile d'hirondelle ») dans l'acte 5 de Richard III ou « I have horse will follow where the game Makes way, and run like swallows o'er the plain » (« J'ai un cheval qui suivra le gibier où il ira, et qui court dans la plaine aussi vite qu'une hirondelle ») dans le second acte de Titus Andronicus. Shakespeare se réfère également à la migration saisonnière de l'espèce dans l'acte 4 de The Winter's Tale : « Daffodils, That come before the swallow dares, and take The winds of March with beauty » (« les jonquilles, qui arrivent avant que les hirondelles ne l'osent, et prennent le vent de mars avec beauté »).

Une voyageuse reconnue[modifier | modifier le code]

Gilbert White a étudié l'Hirondelle rustique en détail dans son ouvrage The Natural History of Selborne, mais même cet observateur attentif n'était pas parvenu à établir avec certitude si cette espèce migrait ou hibernait durant l'hiver[66]. Ses longs voyages sont aujourd'hui bien connus partout dans le monde, et les tatouages représentant des hirondelles sont populaires dans le monde maritime comme un symbole de retour sauf. La tradition veut qu'un marin se fasse tatouer une hirondelle après 5 000 milles marins (9 260 km) parcourus en mer, et une seconde après 10 000 milles marins (18 520 km)[67].

Superstitions[modifier | modifier le code]

Dans le passé, la tolérance envers cet insectivore bénéfique était renforcée par de multiples superstitions concernant la destruction de son nid. Un tel acte était réputé conduire les vaches à donner du sang plutôt que du lait, ou pas de lait du tout, et les poules à arrêter de pondre[68]. Ce facteur a pu avoir un rôle dans la longévité des nids d'hirondelles. Ceux-ci, après quelques restaurations annuelles, sont fréquemment utilisés pendant 10 ou 15 ans, un exemple de nid occupé pendant 48 ans ayant été rapporté[68].

Représentation[modifier | modifier le code]

En héraldique, l'hirondelle représente des fils cadets n'ayant pas de terres[69]. Plus tard, de nombreux timbres représentant l'Hirondelle rustique ont été imprimés de par le monde. À la suite de campagnes menées par des ornithologistes, l'Hirondelle rustique est devenue l'oiseau national de l'Estonie le 23 juin 1960[70],[71]. Il a été ensuite choisi pour orner aussi un billet de banque estonien.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Tron et Nicolas Vincent-Martin, « Un dortoir remarquable d'hirondelles rustiques Hirundo rustica en Provence », Ornithos, Rochefort, Ligue pour la protection des oiseaux, vol. 15-5,‎ septembre 2008, p. 356-360 (ISSN 1254-2962)
  • Jean Sériot et Diana Alvès, Les hirondelles, Paris, Delachaux & Niestlé, coll. « Règne animal »,‎ 2002, 180 p. (ISBN 978-2-603-01281-9)

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Hirondelle » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. a, b, c et d « Les Hirondelles rustiques sont en déclin » (consulté le 12 septembre 2010)
  3. a, b, c, d et e (en) David Snow et Christopher Perrins, The Birds of the Western Palearctic concise edition (2 volumes), Oxford, Oxford University Press,‎ 1998 (ISBN 978-0-19-854099-1, LCCN 97022461), p. 1061–1064
  4. a et b « Hirondelle rustique », sur Conservation-nature.fr (consulté le 30 août 2010)
  5. a, b, c, d et e Oiseaux.net, consulté le 27 janvier 2011
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p (en) Angela K. Turner et Chris Rose, Swallows & martins: an identification guide and handbook, Boston, Houghton Mifflin,‎ 1989 (ISBN 978-0-395-51174-9, LCCN 89080262), p. 164-169
  7. a et b (en) Clive Barlow, Tim Wacher et Tony Disley, A Field Guide to birds of The Gambia and Senegal, Robertsbridge, Pica Press,‎ 1997, 279 p. (ISBN 978-1-873403-32-7)
  8. Jiří Félix, Oiseaux des Pays d'Europe, Paris, Gründ, coll. « La Nature à livre ouvert »,‎ 1986, 22 cm×30 cm, 320 p. (ISBN 978-2-7000-1504-1), p. 221
  9. Mark Beaman et Steve Madge, Guide encyclopédique des oiseaux, Nathan, coll. « Guides Encyclopédiques »,‎ 2003, 872 p. (ISBN 978-2-09-284269-0)
  10. a, b et c (en) Killian Mullarney, Lars Svensson, Dan Zetterstrom et Peter Grant, Collins Bird Guide, Londres, HarperCollins,‎ 1999, 242 p. (ISBN 978-0-00-219728-1)
  11. a et b « Hirondelle rustique », sur oiseau-libre.net (consulté le 6 septembre 2010)
  12. a, b, c, d, e et f (en) Tanya Dewey et Chava Roth, « Hirundo rustica », sur Animal Diversity Web, University of Michigan Museum of Zoology,‎ 2002 (consulté le 19 novembre 2007)
  13. a et b (en) Burton, Bird behaviour, Londres, Granada,‎ 1985 (ISBN 978-0-246-12440-1)
  14. (en) Andrea Pilastro, « The EURING Swallow Project in Italy », sur Euring Newsletter Volume 2,‎ décembre 1998 (consulté le 2 février 2011)
  15. (en) Felix Liechti et Lukas Bruderer, « Wingbeat frequency of barn swallows and house martins: a comparison between free flight and wind tunnel experiments », The Journal of Experimental Biology, The Company of Biologists, vol. 205,‎ 2002, p. 2461–2467 (lire en ligne)
  16. (en) Kirsty Park, Mikael Rosén et Anders Hedenström, « Kinematics of the barn swallow (Hirundo rustica) over a wide range of speeds in a wind tunnel », The Journal of Experimental Biology, vol. 204, no 15,‎ août 2001, p. 2741–2750 (lire en ligne)
  17. (en) Nicola Saino, Maria Romano, Roberto Sacchi, Paola Ninni, Paolo Galeotti et Anders Pape Møller, « Do male barn swallows (Hirundo rustica) experience a trade-off between the expression of multiple sexual signals? », Behavioral Ecology and Sociobiology, vol. 54,‎ septembre 2003, p. 465–471 (DOI 10.1007/s00265-003-0642-z)
  18. a, b et c (en) Anders Pape Møller, Sexual Selection and the Barn Swallow, Oxford, Oxford University Press,‎ 1994, poche, 245 p. (ISBN 978-0-19-854028-1, LCCN 93037324)
  19. a et b (en) Angela Turner, « Climate change: a Swallow's eye view », British Birds, vol. 102, no 1,‎ janvier 2009, p. 3-16
  20. (en) Mati Kose, Raivo Mänd et Anders Pape Møller, « Sexual selection for white tail spots in the barn swallow in relation to habitat choice by feather lice », Animal Behaviour, vol. 58, no 6,‎ décembre 1999, p. 1201–1205 (DOI 10.1006/anbe.1999.1249)
  21. (en) Anders Pape Møller et Håkan Tegelstrom, « Extra-pair paternity and tail ornamentation in the barn swallow », Behavioral Ecology and Sociobiology, vol. 41, no 5,‎ novembre 1997, p. 353–360 (DOI 10.1007/s002650050395)
  22. (en) Anders Pape Møller, « Mixed reproductive strategy and mate guarding in a semi-colonial passerine, the swallow Hirundo rustica », Behavioral Ecology and Sociobiology, vol. 17, no 4,‎ octobre 1985, p. 401–408 (DOI 10.1007/BF00293220)
  23. (en) Anders Pape Møller, « Deceptive use of alarm calls by male swallows, Hirundo rustica: a new paternity guard », Behavioral Ecology, vol. 1, no 1,‎ 1990, p. 1–6 (DOI 10.1093/beheco/1.1.1)
  24. (en)K. Duffin, « Barn Swallows use freshwater and marine algae in nest construction », Wilson Bull., vol. 85,‎ 1973, p. 237–238
  25. (en) Collectif, « L'Hirondelle de cheminée », La Hulotte, vol. 60,‎ 1988, p. 12-13
  26. Collectif, « Les ennemis de l'hirondelle », La Hulotte, vol. 64,‎ 1990
  27. a et b « Interview de Jean Méguin », sur hirondelle.net (consulté le 8 septembre 2010)
  28. a et b (fr) « Les menaces pour l'hirondelle rustique » (consulté le 29 novembre 2010)
  29. (en) Anders Pape Møller, J.E. Loye et M. Zuk, Bird-parasite interactions: Ecology, evolution, and behaviour, Oxford, Reino Unido, Oxford University Press,‎ 1991, 328–43 p.
  30. [PDF] (en) Zoltán Vas, Tibor Csörgő, Lajos Rózsa et Anders Pape Møller, « The Feather Holes on the Barn Swallow Hirundo rustica and Other Small Passerines are Probably Caused by Brueelia Spp. Lice », Journal of Parasitology, American Society of Parasitologists, vol. 94,‎ décembre 2008, p. 1438-40 (ISSN 0022-3395, PMID 18576840, DOI 10.1645/GE-1542.1, lire en ligne)
  31. (en) Kopachena Jeffrey G., Beverly L. Cochran et Tammy B. Nichols, « The incidence of American swallow bugs (Oeciacus vicarius) in barn swallow (Hirundo rustica) colonies in northeast Texas », The Society, Santa Ana, Californie, vol. 32, no 2,‎ décembre 2007, p. 280-4 (ISSN 1081-1710, PMID 18260518, DOI 10.3376/1081-1710(2007)32%5B280:TIOASB%5D2.0.CO;2)
  32. (en) « BirdLife International Species factsheet: Hirundo rustica », BirdLife International (consulté le 6 décembre 2007)
  33. (en) Ian Sinclair, Phil Hockey et Warwick Tarboton, SASOL Birds of Southern Africa, Le Cap, Struik,‎ 2002, 3e éd., poche, 294 p. (ISBN 978-1-86872-721-6, LCCN 2002482161)
  34. a et b (en) Steven L. Hilty, Birds of Venezuela, Londres, Christopher Helm,‎ 2003, 2e éd., 691 p. (ISBN 978-0-7136-6418-8)
  35. a et b [PDF] (en) Albert Froneman, Jon Bortle et Ron Merritt, « Draft swallow monitoring and bird aircraft interaction », sur Environmental Impact Assessment Report, Dube TradePort Environmental Impact Assessment Information Center,‎ avril 2007 (consulté le 29 novembre 2007)
  36. (en) Richard ffrench, A Guide to the Birds of Trinidad and Tobago, Ithaca, New York, Comstock Publishing,‎ 1991, 2e éd., 315-316 p. (ISBN 0-8014-9792-2)
  37. (en) B. Bijlsma et van den Brink B., « A Barn Swallow Hirundo rustica roost under attack: timing and risks in the presence of African Hobbies Falco cuvieri », Ardea, vol. 93,‎ 2003, p. 37-48 (lire en ligne)
  38. (en) Boonsong Lekagul et Philip Round, A Guide to the Birds of Thailand, Bangkok, Saha Karn Baet,‎ 1991, 234 p. (ISBN 978-974-85673-6-5, LCCN 91916859)
  39. (fr) « La migration de l'Hirondelle rustique » (consulté le 12 septembre 2010)
  40. (en) Chris Wernham, The Migration Atlas: Movements of the Birds of Britain and Ireland, Londres, T & AD Poyser,‎ 2002, 462 p. (ISBN 978-0-7136-6514-7)
  41. (fr) « L'Hirondelle rustique » (consulté le 6 septembre 2010)
  42. Barn Swallow (Hirundo rustica) Population index, 1980-2005, Europe, European Bird Cencus council, 18/4/2007.
  43. http://www.ladepeche.fr/article/2010/05/28/843758-Ou-sont-passees-les-hirondelles.html, La dépêche.fr, 28/5/2010
  44. Les populations d'hirondelles sont en baisse, La Tribune d'Orléans, 17/4/2008
  45. (en) « Barn Swallow - Hirundo rustica » (consulté le 9 janvier 2011)
  46. (en) « Barn Swallow » (consulté le 9 janvier 2011)
  47. (la) Carolus Linnaeus, Systema naturae per regna tria naturae, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Tomus I. Editio decima, reformata., Holmiae (Laurentii Salvii),‎ 1758, 191 p.
  48. (en) « scientific bird names explained », sur uk.rec.birdwatching (consulté le 28 novembre 2007)
  49. a, b, c et d (en) Edward C. Dickinson, Siegfried Eck et Christopher M. Milensky, « Systematic notes on Asian birds. 31. Eastern races of the barn swallow Hirundo rustica Linnaeus, 1758 », Zoologische Verhandelingen, Leiden, vol. 340,‎ 2002, p. 201–203 (ISSN 0024-1652, lire en ligne)
  50. a et b (en) Edward C. Dickinson et René Dekker, « Systematic notes on Asian birds. 13. A preliminary review of the Hirundinidae », Zoologische Verhandelingen, Leiden, vol. 335,‎ 2001, p. 127–144 (ISSN 0024-1652, lire en ligne)
  51. (en) « European Swallow Hirundo rustica », sur SAFRING results, Avian Demography Unit, Department of Statistical Sciences, University of Cape Town (consulté le 1er décembre 2007)
  52. (en) « Bird ringing across the world », sur EURING Newsletter - Volume 1, November 1996, Euring (consulté le 1er décembre 2007)
  53. (en) « Barn Swallow — Systematics — Birds of North America Online » (consulté le 24 février 2011)
  54. (en) René Dekker, « Type specimens of birds. Part 2. », NNM Technical Bulletin, vol. 6,‎ 2003, p. 20 (lire en ligne)
  55. a et b (en) Pamela C. Rasmussen et John C. Anderton, Birds of South Asia: The Ripley Guide, Washington, Smithsonian Institution and Lynx Edicions,‎ 2005 (ISBN 978-84-87334-67-2)
  56. (en) David Sibley, The North American Bird Guide, Sussex, Pica Press,‎ 2000 (ISBN 978-1-873403-98-3)
  57. a et b (en) Nigel Williams, « Swallows track human moves », Current Biology, vol. 16, no 7,‎ avril 2006, R231 (DOI 10.1016/j.cub.2006.03.031)
  58. (en) Angela K. Turner, The barn swallow, Londres, T. & A. D. Poyser,‎ 2006 (ISBN 978-0-7136-6558-1, LCCN 2007408244)
  59. The Georgics (lire en ligne)
  60. Le statut juridique des oiseaux sauvages en France, Ligue pour la protection des oiseaux
  61. a, b et c (fr) « Les menaces pour l'hirondelle rustique » (consulté le 28 décembre 2010)
  62. (fr) Guillaume Houdant, « 5 millions d'hirondelles sauvées en Afrique du Sud »,‎ 22 décembre 2007 (consulté le 2 septembre 2010)
  63. (en) John Frederick Nims, The Harper Anthology of Poetry, New York, Harper and Row,‎ 1981, poche (ISBN 978-0-06-044846-2, LCCN 80027259)
  64. (en) « Swallow », sur International Standard Bible Encyclopedia, Bible History Online (consulté le 18 novembre 2007)
  65. Psalms 84:3
  66. (en) Gilbert White, The Natural History and Antiquities of Selborne, Londres, Cassell & Company,‎ 1887, 38–39 p. (OCLC 3423785, lire en ligne)
  67. (en) [PDF] « Hardtack and marlinspikes – life and work aboard ship », Sailors' tattoos post-visit activity, teachers' handout, Maritime Museum of British Columbia (consulté le 1er décembre 2007)
  68. a et b (en) Mark Cocker et Richard Mabey, Birds Britannica, Londres, Chatto & Windus,‎ 2005 (ISBN 978-0-7011-6907-7, LCCN 2006372752)
  69. (en) J.C. Cooper, Symbolic and Mythological Animals, Londres, Aquarian Press,‎ 1992, poche, 218–19 p. (ISBN 978-1-85538-118-6)
  70. (en) « The State - Structure and Symbols », sur Estonia, Estonian Embassy in London (consulté le 27 novembre 2007)
  71. (en) « National symbols of Estonia », The Estonia Institute (consulté le 27 novembre 2007)
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 8 mars 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.