Satellite de télédétection

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir satellite (astronomie).
Maquette du satellite de télédétection européen ERS 2 qui utilise de nombreux instruments permettant l'observation à distance : radar, radiomètre, scatteromètre, spectromètre.

Un satellite de télédétection est un satellite artificiel qui effectue des observations à distance par réception d'ondes électromagnétiques à l'aide de capteurs passifs ou actifs[1]. Ceux-ci peuvent être des caméras ou des spectromètres (instruments passifs), des radars (instruments actifs), ... . Le satellite de télédétection s'oppose au satellite qui effectue des observations en utilisant des instruments effectuant des mesures in situ par exemple pour étudier le champ magnétique, les champs électriques, la composition de l'exosphère, le plasma, la poussière interplanétaire, ....

Le terme est utilisé le plus souvent pour désigner des satellites observant la Terre) utilisé à des fins civiles. Pour les utilisations militaires, on parle de satellite de reconnaissance (satellite espion). Les satellites observant les autres planètes sont désignés sous le terme générique de sonde spatiale (ou plus spécifiquement sonde lunaire,...) quelle que soit la nature des instruments embarqués.

La télédétection par satellite est principalement utilisée en météorologie (atmosphère), climatologie (atmosphère, terres émergées, océans) et en cartographie[2]. Les longueurs d'ondes et les résolutions spatiales sont variables. Cette approche permet de suivre de manière régulière et continue l'évolution de la végétation, de la couverture neigeuse, des aérosols en suspension dans l'atmosphère, de certaines pollutions et sert de base à une nouvelle.

Instrumentation[modifier | modifier le code]

Le satellite de télédétection a bénéficié des technologies développées sur les satellites militaires de reconnaissance. Il existe des instruments de télédétection dits passifs (capteurs optique et infrarouge) et actifs, qui envoient et reçoivent un signal (capteurs radar et lidar).

Les systèmes sont plus souvent désignés par les instruments qu'ils embarquent que par la plate-forme en elle-même d'autant que bon nombre d'entre eux disposent de plusieurs instruments couvrant différentes portions du spectre électromagnétique à différentes résolutions spatiale, spectrale et temporelle.

Orbites[modifier | modifier le code]

En général, les satellites de télédétection circulent sur une orbite héliosynchrone (inférieur à 1 000km), passant donc toujours à la même heure solaire à une latitude donnée, avec le même éclairement de la zone observée, permettant des comparaisons de scènes successives. Les satellites météorologiques modernes comme Meteosat, Météosat seconde génération circulent sur une orbite géostationnaire à environ 36 000 km de la Terre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. CNES et CILF, Dictionnaire de spatiologie, Conseil international de la langue française,‎ 2001 (ISBN 978-2-853-19290-3), p. 231
  2. Pour la cartographie de précision, voir par exemple la série des satellites SPOT

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]