Grive musicienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grive musicienne

Description de cette image, également commentée ci-après

Une Grive musicienne en Nouvelle-Zélande

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Turdidae
Famille Turdidae
Genre Turdus

Nom binominal

Turdus philomelos
Brehm, 1831

Statut de conservation UICN

( LC)
LC : Préoccupation mineure

Répartition géographique

Description de l'image  Tphilomelos.gif.

     /    habitat permanent

     /    zone de nidification

     /    habitat d'hiver

La Grive musicienne (Turdus philomelos) est une espèce de passereaux de la famille des Turdidés.

Description et mensurations[modifier | modifier le code]

La grive musicienne est une migratrice partielle (une partie de la population reste sur les lieux de nidification, tandis qu'une autre partie migre). Moins sociale que la grive mauvis, la grive musicienne se rencontre dans les bois, les grands jardins, les haies. L'identification de la grive musicienne peut être faite en visualisant le dessous de l'aile lorsque la grive en vol, dans le cas de la grive musicienne cette zone est ocre-marron alors que dans le cas de la grive mauvis, elle est rouge et dans le cas de la grive draine et de la grive litorne la zone est blanche.

D'une longueur de 22 cm, la grive musicienne a une envergure de 33 à 36 cm pour un poids de 65 à 90 g[1]. Elle vit 14 ans en moyenne.

Répartition[modifier | modifier le code]

Nicheuse en Europe, Asie, Afrique du Nord. Elle a été introduite en Nouvelle-Zélande, en Australie autour de Melbourne dans les Nouvelles-Hébrides.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Les grives musiciennes passent l'hiver en Afrique du Nord ou en Europe méridionale. En mars les mâles reviennent les premiers et établissent le territoire. Quelques jours après arrivent les femelles qui choisissent un partenaire. En avril, le couple construit le nid avec des tiges et brindilles entrelacées. Le nid est facilement reconnaissable : Le fond est lisse, recouvert d'un torchis séché constitué d'argile, de limon et de salive.

La femelle y pondra 3 à 6 œufs bleutés, parsemés de taches sombres. Elle les couvera durant 12 à 14 jours[2]. Les poussins sont ensuite nourris au nid pendant 2 semaines par les parents, puis iront à terre où les parents continueront à les alimenter durant 2 à 3 semaines.Cependant la mère ne s'occupe que de 3 petits si elle en a plus elle chasse les oisillons en plus du nid et ne s'occupe plus d'eux.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Alimentation[modifier | modifier le code]

La grive musicienne se nourrit de vers, de limaces, chenilles ou escargots, ainsi que de baies ou autres fruits.

Comportement[modifier | modifier le code]

La grive musicienne recherche son alimentation principalement au sol. Friande d'escargots, elle a pour habitude de se servir d'une pierre comme enclume afin d'y casser leur coquille. Ce comportement lui est propre et n'est pas partagé par les autres espèces de grives[1]. Plutôt solitaire et discrète en général, on la voit le plus souvent seule ou en couple, sauf durant l'hiver ou elle se joint aux bandes de grives mauvis. Vol souvent au raz du sol sur de courte distance cherchant à se cacher rapidement. Vol direct et puissant.

Chant[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Chant de la grive musicienne (info)

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

Le chant de la grive musicienne est très complexe : un motif simple, sifflé trois ou quatre fois, puis un autre et encore un autre, avec parfois des imitations du chant d'autres espèces : "Pii-èh pii-èh pii-èh" puis "Kvièt kvièt" suivi de "Pii-èh pii-èh pii-èh", "Trruy trruy trruy, codidio codidio". Pour corser le tout, la grive musicienne imite très bien la fauvette des jardins et d'autres encore. Il faut écouter attentivement l'imitation pour détecter une pause ou un son anormal qui désigne alors la grive !

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • Turdus philomelos clarkei
  • Turdus philomelos hebridensis
  • Turdus philomelos nataliae
  • Turdus philomelos philomelos

Variétés domestique[modifier | modifier le code]

Un individu des variétés brune, albino ou satinée, issu d'élevage, est considéré comme étant un animal domestique en droit français. Les autres formes de cet oiseau relèvent donc de la législation concernant les animaux sauvages[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Référence Oiseaux.net : Turdus philomelos (+ répartition) (fr)
  2. Jiří Félix, Oiseaux des Pays d'Europe, Paris, Gründ, coll. « La Nature à livre ouvert »,‎ 1986, 22 cm × 30 cm, 320 p. (ISBN 978-2-7000-1504-1), p. 271
  3. Arrêté du fixant la liste des espèces, races ou variétés d'animaux domestiques