Oie des neiges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Oie des neiges

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Oie des neiges, phase blanche

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Anseriformes
Famille Anatidae
Genre Chen

Nom binominal

Chen caerulescens
(Linnaeus, 1758)

Synonymes

  • Anser caerulescens

Répartition géographique

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Bleu: aires de nidification. Ocre: aires d'hivernages

Statut de conservation UICN

(LC)
LC : Préoccupation mineure

L'Oie des neiges (Chen caerulescens, appelée Oie blanche au Canada) est une espèce d'oiseau palmipède appartenant à la famille des Anatidae et de la sous-famille des Anserinae.

Description[modifier | modifier le code]

phases blanche et bleue, Alexandria, Ontario

L'Oie des neiges mesure entre 65 et 84 cm pour un poids de 2,5 à 3,5 kg. Cette espèce a la particularité de présenter deux types de coloration :

  • une phase blanche chez laquelle le plumage est blanc sauf les primaires qui sont noires ; chez certains oiseaux de cette phase, la tête et le cou peuvent être teintés de roussâtre.
  • Une phase bleue chez laquelle seuls la tête et le cou sont blancs, le reste du plumage étant gris foncé.

Le bec et les pattes sont roses.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

C'est une espèce d'oie qui habite surtout au Canada arctique et passe l'hiver sur les côtes américaines atlantique et pacifique. On la retrouve parfois en Europe.

Au retour de l'Arctique, selon sa région d'origine, pour rejoindre les zones humides où elle hiverne, elle empruntera plusieurs voies différentes : côté Pacifique, elle file vers les marais de Californie (États-Unis) et le Mexique. Plus à l'est, elle longe le Mississippi vers les marais de Louisiane et le Texas ou traverse le Québec vers la côte est américaine.

Des zones protégées ont été établies le long du fleuve Saint-Laurent afin de préserver les terres humides qu'elle fréquente pour son alimentation lors de ses deux migrations annuelles, comme la Réserve nationale de faune du cap Tourmente. Il est possible de l'observer également sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent à Cap-Saint-Ignace et à Québec où d'ailleurs se déroule le festival de l'oie blanche à chaque automne.

Biologie[modifier | modifier le code]

L'Oie des neiges est une espèce très grégaire toute l'année. Elle niche en grandes colonies dans la toundra arctique dès le mois de juin. Les oiseaux s'accouplent généralement avec un partenaire de leur phase mais les couples mixtes existent. Le départ en migration a lieu dès le mois de septembre. Pendant l'hiver l'Oie des neiges se mêle volontiers à d'autres espèces d'oies telles que l'Oie de Ross ou la Bernache du Canada.

Populations[modifier | modifier le code]

La population est estimée à 7 600 000 individus et n'est pas menacée. La population de passage au Québec de la grande oie blanche était estimée en 2009 à 1 428 000 individus, et en forte progression[1].

Les colonies comptent jusqu'à cent nids à l'hectare. En 2009, l'estimation de la population était erronée[réf. nécessaire]. Elle a été ramenée à 1 009 000 ± 36 000 oies selon de le Service Canadien de la Faune d'Environnement Canada au lieu de e 1 428 0000

Au printemps 2011, la population était estimée à 917 000 ± 37 000 oies{{refnec}}.

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce est placée chez certains auteurs dans le genre Anser et par d'autres dans celui des oies blanches, le genre Chen.

Sous-espèces

D'après Alan P. Peterson, cette espèce est constituée des deux sous-espèces suivantes :

  • Anser caerulescens atlanticus (Kennard) 1927
  • Anser caerulescens caerulescens (Linnaeus) 1758

Images[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références externes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Morin, Annie, Deux fois trop d'oies blanches, Le Soleil (Québec), 3 décembre 2009, Consulté en ligne le 5 mars 2010.