Mue des oiseaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mue.
Mue d'un manchot.

La mue des oiseaux est un phénomène qui correspond à un renouvellement du plumage avec perte des anciennes plumes. C'est un processus au minimum annuel[1] coûteux en énergie et ressources. Le mécanisme, la manière dont elle se déroule et sa durée varient d'une espèce à l'autre, c'est un des domaine d'étude de l'ornithologie. Au sein d'une même espèce elle dépend des saisons, de l'âge de l'oiseau et de l'état général de celui-ci, ainsi la bonne connaissance de ce phénomène permet de déduire l'âge d'un oiseau sauvage[2]

Toute perte de plume n'est pas nécessairement liée à une mue, mais peut être due à une maladie ou à d'autres besoins comportementaux.

Causes de la mue[modifier | modifier le code]

L'oiseau doit produire les nouvelles plumes afin de compenser pour l'usure et de maintenir les performances du plumage. Un nouveau plumage assure un meilleur coefficient d'isolation, une meilleure adaptation mimétique, un avantage sexuel pour les mâles et pour pouvoir maintenir une bonne voilure.

Cycles de mue[modifier | modifier le code]

Merle noir adulte en mue

Comme cette activité nécessite beaucoup d'énergie, l'oiseau mue en général dans les périodes d'abondance, lorsqu'il ne s'occupe pas de jeunes et avant les périodes de migration ou de froid c'est-à-dire durant des périodes d'activités réduites[1].

Lorsqu'il y a deux mues annuelles, l'une est prénuptiale, la plupart du temps hivernale (fin d'hiver), et l'autre postnuptiale, donc estivale (fin d'été). Cependant la période de reproduction ne coïncide pas forcément avec le printemps, par conséquent les termes saisonniers ou liés aux périodes de reproduction peuvent ne pas être ceux précédemment cités.

La mue se déroule en deux étapes, la première consiste en la perte des plumes usées, reconnaissables à leur aspect usé et effiloché, puis les nouvelles repoussent. Ces deux mécanismes peuvent se superposer. En général, les plumes ne tombent pas de tous les endroits du corps en même temps, de façon à pouvoir continuer à voler. Cependant les canards et les oies perdent leurs rémiges primaires et secondaires simultanément et sont incapables de voler pendant près d'un mois[3],[1].

En élevage[modifier | modifier le code]

Les oiseaux sont plus sensibles aux maladies pendant la mue[4]. Un surplus vitaminique et une absence de stress peuvent aider l'animal.

Étude des mues[modifier | modifier le code]

Au sein d'une même espèce, les mues dépendent des saisons, de l'âge des oiseaux et de l'état général de ceux-ci, ainsi la bonne connaissance de ce phénomène permet de déduire l'age de nombreux oiseaux sauvages[5]. Chez certaines espèces comme le merle noir, les rectrices ne muent pas, elles ne sont changées que lorsqu'elles tombent[6].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (fr) « Le plumage et cycles », sur oiseau.net
  2. Jenni & Winkler, 1994
  3. (en) de Beer, S. J., G. M. Lockwood, J.H.F.A. Raijmakers, J.M.H. Raijmakers, W.A. Scott, H. D. Oschadleus, L. G. Underhill, « SAFRING, Bird Ringing Manual », Avian Demography Unit,‎ 2001 (lire en ligne)
    University of Cape Town
  4. « La mue chez l'oiseau », sur AnimauxExotiques.com
  5. (en) Lukas Jenni, Raffael Winkler, Moult and Ageing of European passerines, Academic Press,‎ juillet 1994 (ISBN 978-0123841506)
  6. « Le merle noir (Turdus merula) », sur ciencesnaturelles.be

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Lukas Jenni, Raffael Winkler, Moult and Ageing of European passerines, Londres, Academic Press,‎ juillet 1994 (ISBN 978-0123841506)
  • Moult in Birds BTO Guide 19 de H. B. Ginn & D. S. Melville.

Liens externes[modifier | modifier le code]