Klebsiella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

l

Le genre Klebsiella (klebsielles), de la famille des entérobactéries, comporte cinq espèces (ci-contre) dont l'espèce-type est Klebsiella pneumoniae qui est la plus fréquente des bactéries à Gram négatif impliquée dans les cas de pneumonies nosocomiales (dont le taux de mortalité atteint souvent environ 50 %).

Ces bactéries causent jusqu'à 5 % des infections urinaires communautaires et 9 % des nosocomiales [1].

Caractères bactériologiques[modifier | modifier le code]

Les Klebsiella sont des Enterobacteriaceae bacilles gram négatif, immobiles et capsulées (sauf 6 % des souches de K. pneumoniae subsp. pneumoniae).
Elles font partie du groupe "KESH" (Klebsiella, Enterobacter, Serratia et Hafnia mais rare.), elles fermentent le glucose par la voie du butan-2,3-diol avec production de gaz. ODC négative, ADH négative, TDA négative et PDA négative. VP positif caractère clé.

Habitat[modifier | modifier le code]

Ce sont des bactéries ubiquitaires présentes dans le tube digestif et dans l'appareil respiratoire des Hommes et des animaux en tant que bactéries commensales.
Elles sont fréquentes dans les selles et peuvent être un indicateur d'une contamination fécale.
Elles sont abondantes dans le sol, les eaux et sont des fixateurs de l'azote atmosphérique.

Pouvoir pathogène[modifier | modifier le code]

Son pouvoir pathogène et sa virulence[2] seraient liés à plusieurs facteurs :

  • Sa capsule de polysaccharides ; Elle confère à Klebsiella pneumoniae un fort pouvoir invasif en protégeant les bactéries de la phagocytose et dans une certaine mesure de certains désinfectants. C'est cette capsule volumineuse de nature polysaccharidique explique l'aspect gluant et bombé des colonies sur les milieux usuels. Son rôle est encore mal compris, avec des résultats différents pour les études in vivo et in vitro [3].
  • une production de sidérophores,
  • une production de lipopolysaccharide (LPS)
  • une production d'un complexe extracellulaire (toxique pour les tissus pulmonaires notamment). On sait que cet effet est lié à la capsule, car il disparait en présence d'isolats de bactéries vivantes mais non capsulées. De plus la cytotoxicité des souches non capsulée est restaurée par simple ajout de capsules extraites par purification d'un isolat capsulé[4].
  • une production d'adhésine lui permettant de produire des biofilms.
  • Klebsiella ozenae n'est pas l'agent de l'ozène mais peut être pathogène dans les voies respiratoires et leurs annexes.
  • Klebsiella rhinoscleromatis est l'agent spécifique du rhinosclérome.

Antibiotiques actifs contre Klebsiella[modifier | modifier le code]

  • Le genre Klebsiella est naturellement sécréteur d'une Pénicillinase chromosomique de bas niveau ce qui le rend naturellement résistant aux Pénicillines A (Amoxicilline) et aux Carboxypénicilines et Uréidopénicillines (Ticarcilline, Pipéracilline).
  • Comme toutes les Enterobacteriaceae, Klebsiella peut acquérir de nombreux mécanismes de résistances aux autres antibiotiques (pénicillinases plasmidiques, céphalosporinases,enzyme TRI, Bétalactamase à spectre élargie, etc.)

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

  • Klebsiella granulomatis
  • Klebsiella oxytoca
  • Klebsiella pneumoniae (espèce-type)
    • Klebsiella pneumoniae subsp. ozaenae
    • Klebsiella pneumoniae subsp. pneumoniae
    • Klebsiella pneumoniae subsp. rhinoscleromatis
  • Klebsiella singaporensis
  • Klebsiella variicola

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bactériologie médicale: techniques usuelles. Par François Denis,Marie-Cécile Ploy. ECBU, page 139. Elsevier Masson, 2007 - 573 pages.
  2. Lawlor MS, Hsu J, Rick PD, Miller VL: Identification of Klebsiella pneumoniae virulence determinants using an intranasal infection model. Mol Microbiol 2005, 58:1054-1073. Résumé PubMed
  3. Struve C, Krogfelt KA ; : Role of capsule in Klebsiella pneumoniae virulence: lack of correlation between in vitro and in vivo studies. FEMS Microbiol Lett 2003, 218:149-154. (Résumé PubMed)
  4. Victoria Cano et al. ; Klebsiella pneumoniae triggers a cytotoxic effect on airway epithelial cells ; BMC Microbiology 2009, 9:156doi:10.1186/1471-2180-9-156 ; on line: 2009/08/03 ; (Résumé)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]