Venda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Venda (homonymie).
Cette page contient des caractères et des mots en venda comme . En cas de problème, consultez l’article venda (langue) ou testez votre navigateur.

Venda

19791994

Drapeau

Hymne : Pfano na vhuthihi

Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de localisation du Venda.

Informations générales
Statut République
Capitale Thohoyandou
Langue afrikaans, venda
Monnaie Rand (ZAR)
Fuseau horaire UTC+2 (EET)
Domaine internet .za
Indicatif téléphonique +27
Démographie
Population 718 207 (1990)
Superficie
Superficie 6 807 km2 (1994)[1]
Histoire et événements
1er février 1973 Autonomie
13 septembre 1979 Indépendance
27 avril 1994 Réintégration

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le Venda (Venḓa en venda) était un bantoustan situé dans l'ancienne province du Transvaal d'Afrique du Sud, aujourd'hui dans le Limpopo. Le Venda fut un État indépendant non reconnu de 1979 à 1994 dans le cadre du régime d'apartheid. Il regroupait principalement des Africains de l'ethnie Venda.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1962, l'Autorité territoriale de Thohoyandou est créée avec pour chef-lieu Sibasa. Elle est renommée le 20 juin 1969 en Autorité territoriale du Venda.

Le 1er février 1973, l'autonomie est accordée et le 13 septembre 1979, l'indépendance est déclarée. La capitale déménage alors de Sibasa à Thohoyandou. Le premier président du Venda était Patrick Mphephu, également chef de l'ethnie Venda. Sa priorité politique est d'assurer une continuité territoriale entre les deux enclaves du Venda.

Le 5 avril 1990, le régime de Patrick Mphephu est renversé par le coup d'État de Gabriel Ramushwana qui impose sa dictature militaire pratiquement jusqu'à la réintégration du Venda dans la nouvelle province sud-africaine du Limpopo le 27 avril 1994.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte du Venda

Le Venda se situait dans le nord de l'Afrique du Sud, tout près de la frontière avec le Zimbabwe et non loin du Mozambique. Composé de deux enclaves, il comportait à son flanc Sud-Est le bantoustan du Gazankulu.

Le Venda était composé de collines verdoyantes et de lacs.

Politique[modifier | modifier le code]

Le parlement est formé d'une assemblée nationale composée de 92 membres (45 élus et 47 nommés parmi les chefs locaux).

Le seul parti du Venda était le National Party of Venda (ou NPV), créé en 1986 et interdit en 1990.

L'armée comptait environ 1 800 hommes en 1993.

Liste des chefs d'État du Venda[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Cases venda.

Le Venda avait été créé pour accueillir les populations noires de l'ethnie Venda.

En 1978, il y avait 357 919 Vendas en Afrique du Sud dont 239 331 dans le Venda (66,9 %), 11 901 dans les autres bantoustans (3,3 %) et 106 684 dans les zones blanches (29,8 %).

En 1990, le recensement faisait état d'une population de 718 207 personnes.

Les langues les plus parlées étaient le venda et l'afrikaans.

Culture[modifier | modifier le code]

Drapeau[modifier | modifier le code]

Le drapeau du Venda est défini dans la section deux du Venda Flag Act de 1973 et dans le paragraphe trois du Republic of Venda Constitution Act de 1979. La disposition a été inspirée par le drapeau du Transvaal. Le drapeau était peu utilisé est il était plus considéré comme officieux bien que légal et reconnu.

Le brun représente la couleur de la terre et le culte des ancêtres, le jaune et le vert représentent l'agriculture et la végétation et le bleu représente le ciel et la pluie. La lettre « V » fait référence au peuple Venda. Le brun pouvait prendre plusieurs teintes allant jusqu'au noir.

Philatélie[modifier | modifier le code]

Au cours de son existence, le Venda a émis 276 timbres poste et douze blocs-feuillets avec la légende Venḓa.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Butler, Jeffrey, Robert I. Rotberg, et John Adams, The Black Homelands of South Africa : The Political and Economic Development of Bophuthtswana and Kwa-Zulu, Berkeley : University of California, 1991, Ouvrage en ligne

Références[modifier | modifier le code]